Définition de : sentir le sapin

sentir le sapin (tableau rapide)
sentir le sapin Être sur le point de mourir, près de la mort, moribond, très malade, faire penser à, présager la mort
synonyme mourir, malade
date 1694
fréquence 010

sentir le sapin

& qui sent le sapin ; fouetter le sapin

locution

Définition

Être sur le point de mourir, près de la mort, moribond, très malade, faire penser à, présager la mort

registre ancien : 7 registre moderne : 5

Synonyme : mourir, malade

8057.jpg: 446x617, 83k (06 juillet 2011 à 18h50)

Citations
1911 J'en avais la tire-lire à moitié vidée, mon vieux, le foie gras en tartines, les calots en duo d'amour, plutôt… Enfin, le compte entier, quoi !… Je fouettais le sapin à plein nez source : 1911. Le journal à Nénesse / edit

<1 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Loc. pop., fam. Sentir le sapin. Être près de la mort. (Dict. xixeet xxes.). Sonner le sapin. Annoncer la mort. Elle la voyait se tenir aux murs pour marcher, pliée en deux par une toux qui sonnait joliment le sapin (Zola, Assommoir, 1877, p. 757). 3. a) 1694 sentir le sapin « n'avoir plus longtemps à vivre » (Ac.); b) 1695 surtout de sapin « cercueil » (Regnard, Le Bal ds Œuvres, t. 2, p. 256 [éd. de 1830]); 1867 id. (Delvau) (tlfi:sapin) /

  • Allusion au cercueil en bois de sapin (ROS)
  • Idée de cercueil (BAU1920)
  • 1694, Acad. Fr. (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).

+Bob +Move +Régénérer

  • 177960 Les « passes » de Chouchou lui rapportaient environ cinquante francs par soir [au logeur]. La moyenne était bonne. Jamais aucune de ses pensionnaires ne lui valut pareill
  • 177959 On le connaissait maintenant de la place Pigalle à Barbès. Ses camarades semblaient jaloux de le voir ainsi à l'oeuvre. Il s'accaparait facilement tous les michés sérieux
  • 177958 les cols-bleus, les marins en bordée, aux pantalons gonflés de vent
  • 177957 Les petits soldats et les « gribiers » costauds, qui vous suivent pour une thune
  • 177956 Et puis aussi les vulgaires tapettes de Sébasto et de Montparnasse.
Citation :
Source (id) :
Bob (id) :
Citation (id) :