estomaquer

estomaquer (tableau rapide)
estomaquer Surprendre beaucoup, stupéfier, ébahir, éblouir
synonyme étonner, ébahir ; étonné, ébahi
fréquence 16

estomaquer

v.tr.

Définition

Surprendre beaucoup, stupéfier, ébahir, éblouir ALL : j. verblüffen

registre ancien : 5 registre moderne : 5

Synonyme : étonner, ébahir ; étonné, ébahi

Citations
xxxx enfin quoi, des gendarmes à « estomaquer » Courteline. source : xxxx. Écrits
1899 Les premiers habitants que j'aperçus furent, naturellement, des douaniers […] mais par exemple, la "hure" étrange de ces gabelous m'estomaqua complètement. source : 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou
1911 J'ai pas besoin de lui raconter que c'est du Bon de crédit à un sigue par mois… Le tout, c'est que ça l'estomaque et qu'il raque plus qu'il n'aurait voulu source : 1911. Le journal à Nénesse

<3 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

ESTOMAQUER, verbe trans. B. Au fig. Frapper d'étonnement, couper le souffle. Je suis prête à quitter la maison demain s'il le fallait (...) Ah! pour le coup, vous m'estomaquez, ma petite ... (H. BATAILLE, Maman Colibri, 1904, III, 6, p. 24). Elle (...) n'a fait qu'un saut du boulevard extérieur sur la scène, estomaquée de gagner, en chantant, deux cent dix francs par mois (COLETTE, Vagab., 1910, p. 20). Emploi pronom. à valeur subjective. Il n'a pas sujet de s'estomaquer, de s'en estomaquer (Ac.). Rem. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. adj. estomaquant, ante. Qui frappe d'étonnement, qui coupe le souffle. Clemenceau vint à la tribune et dit à Jaurès : « Vous voulez dire à l'Angleterre que nous ne la soutiendrons pas si elle est attaquée. C'est pour qu'elle ne nous soutienne pas? ». C'est estomaquant! (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1908-09, p. 248). b) Le part. passé en emploi adj. estomaqué, ée. Qui est frappé d'étonnement, qui a le souffle coupé. Joseph s'était interrompu de flûter (...) il se tenait debout, d'un air tout estomaqué (SAND, Maîtres sonneurs, 1835, p. 58). Le groupe Picabia (...) exposait cet Oeil Cacodylate que la clientèle, un peu estomaquée quand même, admirait sans réserves (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 53). Prononc. et Orth. : [], (j')estomaque []. Ds Ac. 1694-1932; jusqu'à Ac. 1878 à la forme pronominale. Étymol. et Hist. 1480 estomaquié « suffoqué par l'étonnement, l'indignation (comme sous l'action d'un coup à l'estomac, à la poitrine) » (Barâtre infernal, Bibl. de Rouen, A. 297, Ancien fonds ds DELB. Notes), qualifié de ,,familier`` dep. Ac. 1694. Dér. de estomac*; dés. -er; cf. lat. class. stomachari « s'irriter, se formaliser de quelque chose ». Fréq. abs. littér. : 25. Bbg. DARM. 1877, p. 21. (TLFi) /

  • Cité dans (GR), non daté /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).