Définition de : valdinguer

valdinguer & envoyer valdinguer ; faire valdinguer

Définition

Être jeté, tomber ; projeter à terre, faire tomber

fréquence : 011
registre moderne : 6

synonyme : chute, chuter, tomber, tombé, faire tomber

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1894.

1954 1955 1956 1957 1957 1965 1976 1980 1982 1984 2007

Citations

  • 1956 Il y avait eu courte bagarre. Au cours de celle-ci, le téléphone avait valdingué, et voilà pourquoi il sonnait « pas libre » source : 1956. M'as-tu vu en cadavre ?
  • 1957 D'un coup de pied, j'expédie une pierre valdinguer source : 1957. Carnaval à cinq
  • 1980 une longue giclée qui fit valdinguer, de l'autre côté du boulevard, les vitres d'une agence immobilière source : 1980. Pour venger Pépère
  • 1984 Si Katz ne l'avait pas envoyé valdinguer par terre, il aurait effacé les deux projectiles de plein fouet. source : 1984. Boulevard des allongés
  • 2007 Lorsque sa victime est au sol, d'un geste méritant un carton rouge, Marcel lui fait valdinguer les chicots d'une reprise de volée digne d'une « papinade ». source : 2007. La gigue des cailleras

<5 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

VALDINGUER, verbe intrans. Pop. Tomber, dégringoler. Synon. dinguer. Henri, blessé, s'écroula. Son flingue valdingua sur le parquet (LE BRETON, Razzia, 1954, p. 204). [Dans une tournure factitive] Envoyer valdinguer qqn, qqc. Faire tomber quelqu'un, quelque chose. Au fig. Envoyer valdinguer qqn. Chasser, renvoyer quelqu'un (d'apr. CELLARD-REY 1980). REM. Valdingue, subst. a) Subst. masc. ou fém., pop. Chute. Faire un valdingue. La suite m'a échappé. Le casqué à la mitraillette m'empoigna, je me suis débattu... Une pêche derrière le crâne. Deux musclés lui donnèrent la main, coups de pied, escalier en valdingue, porte, trottoir (M. EMBARECK, 2 - 1 = 0, Paris, Lieu Commun, 1989, p. 47). Vieilli. Aller à valdingue. Faire une chute. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Subst. fém., arg. Valise. Philippe se souvint du coup de la double valdingue, celui qui faisait hurler de rire les dealers colombiens (M. EMBARECK, Sur la ligne blanche, Paris, Autrement, 1984, p. 181). Prononc.: [], (il) valdingue [-]. Étymol. et Hist. 1894 (d'apr. ESN.). Comp. de val[ser]* et de dinguer*. (tlfi:valdinguer) /

De valser, et dinguer (GR) / Comp. de val[ser] et de dinguer (TLFi) /

  • 1894 (GR) / 1894 (d'apr. ESN) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.