Définition de : allumer le miston

allumer le miston & allumer le mistron ; allumez le miston ! composition

Définition

Regarder l'individu, dévisager, dévisager qqun, regarder sous le nez, observer qqun ; □ ordre de regarder (d'étudier le visage, la physionomie) de qqun (arrivant en prison)

fréquence : 008
registre ancien : 10

synonyme : regarder, observer, voir, dévisager famille : allumer (regarder, voir) usage : Argot de la prison, argot carcéral

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1790.

1790 1794 1815 1877 1885 1896 1901

Citations

  • 1794 Quand il [l'inspecteur des personnes qui entrent ou qui sortent] a des distractions, on entend sortir du fauteuil ces vigilantes paroles : Allumez le Miston. (Allume, mot d'argot, qui veut dire, regarde sous le nez, Miston, de l'individu). Le guichetier les répète à ses camarades qui sont de service aux portes. Lorsqu'il entre un nouveau prisonnier, on recommande aux guichetiers d'allumer le Miston, afin qu'il soit généralement connu et ne puisse se donner pour étranger. source : 1795 (an III). Almanach des prisons
  • 1790 Neficot, dit-il, allume le miston. Ce particulier fût tout-à-fait reconnu de tous ses confrères source : 1790. Le Rat du Châtelet
  • 1815 Lorsque vous avez subi cette pénible humiliation qui dégrade l'homme [le rapiotage], une porte s'ouvre ; c'est la véritable entrée en prison. Celui qui a ouvert cette porte, crie d'une voix de tonnerre : Allumez le miston ! Vous entendez répéter ces mots de distance en distance ; vous ignorez, infortuné prisonnier, ce que signifie cet argot ; le voici : regarder sous le nez le nouveau venu. À peine a-t-on prononcé ce baragouin, que vous voyez arriver de tous les coins de ce repaire, des valets, des porte-clefs, qui vous examinent attentivement source : 1815. Histoire secrète du tribunal révolutionnaire (tome 1)

<3 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • 1795. Mémoires d'un détenu, p. 43 écrit : « Pour moi couché sur mon fumier, je gardais le silence. Un guichetier secoua ma jambe d'une main et la laisse retomber, tandis que de l'autre il me promenait la chandelle devant la figure. J'ai sçu depuis que c'était la manière dont ils signalaient les nouveaux venus. »
  • 1790 (DHAF) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.