persilleuse

persilleuse Femme qui fait son persil, prostituée ; pédéraste, homosexuel, type d'homosexuel de la classe ouvrière (pour gagner argent)
fréquence 11
synonyme prostituée, prostitué, homosexuel, sodomite, pédéraste

persilleuse

n.f.

Femme qui fait son persil, prostituée ; pédéraste, homosexuel, type d'homosexuel de la classe ouvrière (pour gagner argent)

Usage : prostitution

1862 Désignés sous le nom de persilleuses, par analogie avec les filles qui, sur la voie publique, excitent les passants au libertinage, ces jeunes gens diffèrent entièrement des autres hommes par la figure, le langage, l'habillement et la tournure source : 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865
1862 La persilleuse est toujours cravatée […] à la colin ; sa coiffure est une casquette, dont la visière de cuir verni tombe sur les yeux et sert en quelque sorte de voile, elle porte une redingote courte ou une veste boutonnée source : 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865
1862 les persilleuses se reconnaissent encore à la manière dont elles ou ils cherchent par leur maintien à imiter autant que possible la démarche de la femme, dont ces individus affectent en outre tous les goûts et tous les caprices source : 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865
1979 lors, sa peine achevée, la persilleuse signa sa levée d'écrou au greffe de la Petite-Roquette, soeur Marie-des-Anges, sur l'heure, la suivit source : 1979. Les mauvais lieux de Paris
1886 Quinze jours plus tard, elle était une habituée de Mabille, et faisait rager d'envie les persilleuses célèbres qu'elle éblouissait par un luxe princier source : 1886. Paris oublié
1891 Pour le Persilleuse, l'homme est une proie comme le poisson pour le pêcheur, tout comme ce dernier, elle l'amorce, du regard, du geste, en se retroussant de façon à laisser voir la jarretière […] afin de le pêcher ensuite source : 1891?. Paris-Impur

<6 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

D'après une tradition populaire, la venue du persil est capricieuse et le semeur ne doit pas avoir d'argent sur soi. 'Faire son persil', 'aller au persil', c'était racoler, dans le voc. des filles, dans les années 1840. Les persilleuses mâles étaient des garçons qui faisaient le trottoir en imitant les allures des filles, bien qu'ils ne fussent généralement pas des tantes (Brenner, note CAN) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).