¶ tutu

tutu & coup de tutu n.m.

Définition de tutu

Vin, vin rouge ; verre de vin

fréquence : 007 registre ancien : 7 registre moderne : 7

synonyme de tutu : vin rouge
en usage dans : Argot de l'alcool et de l'ivresse

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1907.

1933 1950 1960 1975 1981 1984 1989

Citations (aide)

  • 1960 N'en franchissaient le seuil désormais qu'une phalange réduite d'amateurs de quiétude, de pichets authentiques aussi, Bouboule se montrant sur le chapitre de la qualité des tutus, d'une intransigeance féroce source : 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
  • 1933 –Qu'est-ce que j'ai à faire ? –L'auxiliaire te mettra au courant du boulot. –L'auxiliaire ? –C'est un client qu'a de la conduite. Alors, on lui fout un peu la paix. On lui passe des choses. On le laisse fumer en douce et boire un coup ou deux quand il a trouvé le moyen de se procurer du « tutu ». –Du « tutu » ? –Oui, du pinard ! source : 1933. Confession d'un geôlier
  • 1950 Mais ça, il faut le reconnaître, on vous chicane pas sur le tutu source : 1950. Ainsi soit-il
  • 1950 A peine avait-il fini d'écluser son tutu qu'il saute d'un bond sur le lit, s'étend en travers, couché sur le ventre et se met à dégueuler sur la descente de lit, au milieu des petits crachats d'Elisabeth source : 1950. Ainsi soit-il

<4 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

TUTU, subst. masc. Arg., pop. Vin, le plus souvent de qualité très moyenne. Un coup de tutu. Ils ont inspecté les placards... si ils voyaient pas du fricot... Ils cherchaient aussi à se rincer... Mais y avait plus rien comme tutu (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 648). Prononc. et Orth.: [tyty]. Homon. et homogr. tutu1. Étymol. et Hist. 1907 (d'apr. Esn.). Altér. de tortue subst. masc. « vin » (1836, Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 173 - 1867, Delvau), lui-même tiré de jus de bois tordu « vin » (1714 d'apr. Esn.), bois tordu nom pop. de la vigne (1640, Oudin Curiositez), cette déformation est peut-être due au fait qu'on siffle le vin et que le turlututu* est une flûte (Cellard-Rey). Cf. les désignations burl. du vin en a. fr.: saint Tortu, xiiies. Chansons et Dits artésiens, éd. A. Jeanroy et H. Guy, V, 6 ; saint Tortuel de la montaigne, ibid., V, 2 ; le fiuz la torte ou le fil de la torte, ca 1223, Gautier de Coinci, Miracles de la Vierge, II Mir 21, 242, éd. V. F. Koenig, t. 4, p. 185; 1266, Vers de la mort, éd. C. A. Windahl, 211, 4, tortu et tort étant les part. passés de tortre, forme anc. de tordre*. (tlfi:tutu)

  • Dérive probablement de tuter. (MCC)
  • Altér. de tortue subst. masc. « vin » (1836, Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 173 - 1867, Delvau), lui-même tiré de jus de bois tordu « vin » (1714 d'apr. Esn.), bois tordu nom pop. de la vigne (1640, Oudin Curiositez), cette déformation est peut-être due au fait qu'on siffle le vin et que le turlututu* est une flûte (Cellard-Rey). (TLFi)
  • 1907, Esnault (TLFi) / Début XXe (MCC) / Pas cité dans (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.