Définition de : mon cochon

  • mon cochon
    • Appellation familière, parfois péj. ; formule d'intensité
    • fréquence : 009
    • id : 32973

mon cochon & mon cochon ! ; mon vieux cochon ; eh ben, mon cochon ; eh bien, mon cochon interj./juron

Définition

Appellation familière, parfois péj. ; formule d'intensité

fréquence : 009
registre ancien : 7 registre moderne : 6

Chronologie

1882 1911 1915 1917 1918 1927 1935 1958 1973

Citations

  • 1927 Tu t'en fiches plein la lampe, mon cochon source : 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
  • 1918 Ah ! mon cochon, qu'est-ce qu'ils nous ont sonné – les vaches source : 1918. Journal de guerre 14-18
  • 1917 Il se trotte !… Il en joue ! Ah ! mon cochon… qu'est-ce que je vais te mettre… source : 1917. Chignole (la guerre aérienne)
  • 1915 Je lève le bras : –Eh ! Monlignon !… / Le « terri » se retourne surpris. –Tiens, Parizot !… Eh ben, mon cochon, en v'la une rencontre ! T'es donc pas mort ! source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1915 –Eh ben, mon cochon, cette fois tu t'plaindras pas ! T'en as des lettres... Y en a qu'pour toi... Sûrement que toutes tes poules se sont donné le mot pour t'écrire. source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1915 T'es pas malade, feignant, pour aller bidonner chez Poitrault… C'est toujours la même chose. Pendant qu'les autres s'font casser la gueule, toi tu t'fais porter pâle… Aie pas peur, mon cochon, ça aura une fin… c't'histoire-là… source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1911 Elle te les avait frusquées ses murailles, mon cochon !… Avec un tas de petites images dorées, autant dire une ratiche ou le musée du Louvre. source : 1911. Le journal à Nénesse

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.