languefrancaise.net

définition : coup de casque (depuis 1887)

coup de casque
Moment où le camelot (ou le chanteur public), après son boniment, invite les badauds à payer, à acheter

coup de casque & coup du casque (1887)

Moment où le camelot (ou le chanteur public), après son boniment, invite les badauds à payer, à acheter

↓ fréquence : 003 | registre ancien : 8

Citations
  • 1935 Ma meilleure place a été celle de baron. Ne crois pas qu'il faille avoir des parchemins pour devenir baron. J'étais au service d'un camelot, marchand de bijoux à la poignée. Quand il commençait le boniment, je me mettais devant lui afin d'agglomérer les badauds enhardis par mon exemple. Puis je me retirais en douce, pour réapparaître, brandissant un billet de cent sous, au moment délicat qu'on appelle le coup de casque. Je gagnais seize francs à baronner, et j'aimais cette profession libérale, à laquelle il m'a fallu renoncer quand mon patron est parti ébaubir la province. source : 1935. Viande à brûler
  • 1935 Hélas quand arrivait le coup du casque, quand le chef de groupe tendait au public la chanson : « Deux francs, messieurs, dames ! », peu de mains se levaient… « Il y a quelques années, me confia un chanteur, dans les trois grandes foires agricoles du Centre, à Nevers, à Montluçon et a Moulins, nous vendions plus de trois mille chansons. Aujourd'hui, à Nevers, nous avons vendu cent quatre-vingts papiers seulement. Et puis, la belle chanson, on n'en veut plus. » source : 1935. Maquignons, chanteurs, camelots et… naïfs

<2 citation(s)>

Chronologie et sources

La plus ancienne attestation connue est : 1887 C'est la date à battre.
pour rappel : ◊ camelots, 1887 (DHAF)
Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes chaleureusement invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Elle sera vérifiée et intégrée à la notice sous votre signature. Merci.

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

1887 1925 1935 1935

Compléments