patouiller

date : 1175 fréquence : 5

patouiller

Patauger ; marcher (dans des conditions difficiles)

38852_ici_tout_le_monde_patouille.jpg: 1020x662, 91k (21 août 2017 à 11h12)

1915 À quoi qu'ça r'ssemble de patouiller comme ça ? Quand j'veux poisser un bonhomme, j'l'attends au coin d'une rue ; j'tricote pas des pieds toute la nuit ! 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard 2007 L'ennui, c'est que ses patoches étant trop menues pour enserrer les trois bouteilles, elle a, en fille débrouillarde, introduit ses doigts potelés dans les goulots et que ses ongles noirs patouillent dans la mousse. 2007. La gigue des cailleras 2007 un constat éclairant de l'enquête m'ayant amené à patouiller dans l'intimité de Dosbarrios. 2007. La gigue des cailleras 1953 Sur le pont je ferai comme tout le monde, je patouillerai hardiment dans la morue fraîche à tribord, et à babord je poserai avec précaution mes bottes sur les pourritures en dérive. Je tâcherai de ne pas m'aplatir dans les tripes 1953. Racleurs d'océans 1953 On vide l'animal comme un magasin, les paquets d'entrailles s'écrasent sur les morues, on patouille dans la bave jusqu'aux cuisses 1953. Racleurs d'océans <5 citation(s)>

PATOUILLER, verbe A. − Empl. intrans., fam. Patauger (dans la boue), barbotter. Une nuit ruisselante d'eaux secrètes, des siècles de vie et de mort qui continuaient de fermenter, de tendre au jour pour reverdir. Il nous fallait patouiller sans répit (Genevoix, Laframboise, Lac fou, 1942, p.107).Mais, en route, il crut entendre −il entendit −les sabots de plusieurs chevaux patouiller dans un gué qui n'était pas loin de sa demeure (La Varende, Homme aux gants, 1943, p.130). − Région. (Centre). Déja les travaux exécutés par M. Cardonnet portaient un grave préjudice aux meuniers d'alentour. L'eau, arrêtée pour son usage, faisait, suivant l'expression du pays, patouiller leurs moulins, en produisant contre leurs roues un mouvement contraire, qui en paralysait la rotation à certaines heures (Sand, Péché de M. Antoine, 1845, p.32). − P. métaph. Mais vous, vous êtes un homme supérieur, on peut tout vous dire, vous savez tout comprendre. Vous ne patouillerez pas longtemps dans les marécages où vivent les crapoussins qui nous entourent ici (Balzac, Goriot, 1835, p.181). Ca 1175 patoiller intrans. «barboter, patauger» (Chronique Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 27747 et note, t.4, p.116 [l'autre ms., de la 1remoitié du xiiies., présente la var. pantoiller, répertoriée par Gdf. Compl., s.v. panteler, FEW t.8, p.362a et T.-L., avec la déf. «haleter, suffoquer»]); ca 1213 patoiller (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p.412, 8); 1572 patouiller trans. «agiter, troubler (l'eau)» (Amyot, Propos de table, VI, 4 ds Hug.) (tlfi:patouiller) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 621