¶ michetonnage

  • michetonnage
    • Action de michetonner (prostitution occasionnelle) ; fait pour un(e) prostitué(e) de vivre chez le client, de se faire entretenir (nourriture, toit)
    • fréquence : 004
    • id : 16421

michetonnage & michetonage n.m.

Définition

Action de michetonner (prostitution occasionnelle) ; fait pour un(e) prostitué(e) de vivre chez le client, de se faire entretenir (nourriture, toit)

fréquence : 004
registre moderne : 6

synonyme : prostitution famille : michet (client) usage : Argot de la prostitution

Chronologie (aide)

1966 1971 1978 1993

Citations (aide)

  • 1966 la « dureté » faisant le lien entre garçons et filles qui pratiquent, chacun de leur côté, le michetonage homo et hétérosexuel source : 1968. Les barjots
  • 1993 des jeunes chez qui la prostitution est quasiment un moyen de survie, le seul qu'ils aient, en situation de fugue ou de rupture avec le monde social, pour dormir sous un toit et se nourrir. C'est ce que l'on appelle couramment le «michetonnage». source : 1993. Prostitution : les uns, les unes et les autres
  • 1971 La progression du «michetonnage» chez les mineures est, éventuellement, liée à des affaires de drogue, surtout depuis deux ans source : 1971. Les « michetonneuses »
  • 1978 Il a rencontré un gars qui lui a dit : « Viens chez moi ». Il a peut-être passé une nuit ou deux avec lui. C'est le michetonnage. source : 1978. Les garçons de passe - Enquête sur la prostitution masculine

<4 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • De michetonner. (GR)
  • « En témoigne cette autre évolution : le mot « michetonnage » n’a presque plus cours. Unecollègue m’a affirmé que la dernière fois qu’elle a entendu ce mot, c’était dans la phrase « j’ai michetonné ma mère », dans le sens de soutirer de l’argent de poche. Aujourd’hui, si l’on « googlise » ce mot, on tombe sur des articles qui expliquent en quoi cette conduite est sinon prostitutionnelle, au moins pré-prostitutionnelle. Une jeune fille ne ferait plus illusion si elle prétendait qu’elle michetonne mais ne se prostitue pas. Du coup, comme les jeunes n’utilisent plus ce mot, nous ne l’utilisons plus non plus. Aujourd’hui, les jeunes filles se disent plus volontiers « escort ». D’autres se déclarent « travailleuses du sexe ». L’abandon du mot « michetonnage » au profit d’« escort » et de « travailleuse du sexe » est un indicateur d’une tendance à la « professionnalisation » et, donc, à la structuration des pratiques. » (Cole, Fougère-Ricaud (dir.) : Protéger les enfants et les adolescents de la prostitution, 2021)
  • XXe (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.