Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 19 sur 19)

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 901 à 923 sur 923 ]

Re : Quelques mots d'humour...

Etre en cheville avec un casse-pied est une entorse à la logique.
Etre en bons termes est un bon début pour arriver à ses fins.
Les chauds lapins ont toujours tendance à courir plusieurs lèvres à la fois.
La fuite des cerveaux je veux bien mais dans quel hémisphère ?
Quand on aime, on ne compte pas. Le problème se complique quand on aime compter.
Quand j'entends parler d'art de la guerre, je ne peux m'empêcher de penser que ses chefs-d'œuvre sont des natures mortes.

Le poids des mots

Il fut un temps où un magasine célèbre avait pour slogan « le poids des mots, le choc des photos ». Aujourd’hui, qui ne pèse pas ses mots provoque le choc, il n’y a pas photo. S’affranchir de peser ses mots revient à ne pas affranchir ses lettres quand elles ont été pesées, c’est voué à l’échec. Des mots lourds de sens ne sont jamais à prendre à la légère, sauf à passer pour un timbré, voire pour un taré. Notons au passage que le délateur fait exception à la règle, passant dans tous les cas pour une balance qu’il pèse ou non ses mots.
Le livre n’étant pas une unité de mesure du poids, ou plutôt de la masse diront les puristes avec gravité, il est inutile d’en faire des tonnes en accumulant les tomes, de Savoie diraient les puristes alpestres à l’humour bien senti. Même un bouquin de régime ne doit pas être écrit dans un style en pesée pour ne pas semer un doute légitime chez le lecteur en surpoids.
De manière générale, une tournure de phrase un peu lourde peut facilement passer pour un signe de légèreté chez un écrivain ayant un certain poids dans la profession, d’autant plus s’il s’agit d’un poids lourd de l’édition. La légèreté de la plume sera toujours un atout, que l’ouvrage soit édité chez Plon ou chez Tartempion ne change rien à l’affaire.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

902 Dernière modification par Chover (06-06-2022 08:05:21)

Re : Quelques mots d'humour...

Vous êtes fidèle à vous-même !
Je retiens plus particulièrement Les chauds lapins ont toujours tendance à courir plusieurs lèvres à la fois !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Le futur est à l'avenir ce que le participe est au passé.
La présence de cervelets n'a jamais garanti l'absence d'écervelés.
On dira ce qu'on veut mais mieux vaut des doléances à la con que des condoléances.
Les jugements à l'emporte-pièce finissent toujours par coûter cher..
Tirer les ficelles n'est pas dans les cordes de celui qui peine à tisser des liens.
Les individus qui vous tiennent tête finissent toujours par vous la prendre.

France à la découpe

Les circonscriptions électorales relevant d’un découpage très souvent politico-saugrenu, il me paraît opportun d’évoquer brièvement les départements issus d’un découpage remontant à la Révolution, période où l’on savait s’y prendre pour découper proprement. Voici donc quelques conseils que le guide Michelin et Micheline Leguide, gérante d’une agence de voyages renommée de Morteau-la-Saucisse, n’auraient pas dédaignés.
Si vous êtes un globe-trotter doté d’un sens de l’orientation limité et un peu hésitant dans le Doubs, il faut savoir que chercher Savoie peut rapidement vous conduire à vous retrouver dans l’Ardèche, contraint de faire la Manche. Faites attention, vous n’êtes pas sur la bonne voie !
Si vous ne tenez pas à perdre le Nord, il ne s’agit Pas-de-Calais en découvrant la Somme.
Si le côté Gironde ou l’aspect bien en Cher de la France n’a pas l’Eure de vous plaire, rien ne vous empêche d’opter pour la Creuse.
Sauf à être doté d’un caractère de chameau, il est à noter que le voyageur qui parcourt la Drôme adhère, idem pour la Côte d’Or qui d’ordinaire reste sur vos tablettes.
Si vous trouvez la Nièvre mièvre et l’Orne morne, il est probable que vous soyez à l’Aube de juger les Côtes d’Armor indignes d’une cote d’amour. Continuez de parcourir le pays, vous finirez par trouver le gros Lot, mieux vaut Tarn que jamais.
Et pour conclure j’ajouterais que si nul n’est au-dessus des lois, Tulle reste fidèlement en-dessous de la Loire.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Les individus qui passent leur temps à faire des réflexions feraient mieux de se regarder dans une glace.
Entre un interne et un interné dans un hôpital psychiatrique il n'y a qu'un accent. C'est fou l'importance des accents dans la langue française.
Mieux vaut être bien entouré que mal barré.
Paradoxalement les contrevenants ne sont pas toujours contre venir et il leur arrive même d'être partants pour tout..
Les jeux d'écriture sont rarement sources de jeux de mots.
On met plus facilement les pieds dans le plat quand on n'est pas dans son assiette. .

Chaud effroi

Une canicule qui revient et c’est le chauffe-qui-peut général. Il faut dire que depuis 2003 la population est un peu échaudée par les emballements thermiques. Les irruptions de pics de chaleur dans l’hexagone font plus souvent parler d’eux que les éruptions du piton de la Fournaise à la Réunion. Car paradoxalement le réchauffement de l’atmosphère a tendance à en refroidir plus d’un, au sens propre comme au sens figuré. La différence entre la canicule et le crématorium n’étant en fin de compte qu’une question de réglage de thermostat. Une surveillance de tous les instants est indispensable si l’on veut éviter que la viande cuite à l’étouffée et les viandes froides soient au menu de l’été dans les Ehpad.
Plus le thermomètre s’envole plus les esprits s’échauffent et plus les individus à sang chaud ont du mal à garder la tête froide. Même les experts en climatologie, pourtant diplômés après de longues étuves supérieures et un passage par Moite Sup, sont en surchauffe permanente à force de répéter que le problème devient de plus en plus brûlant. La fonte des glaces devient dramatique, on ne peut plus faire cent mètres sans que les boules vanille – chocolat ne vous coulent sur les doigts. Et le pire est qu’il se passe la même chose avec fraise -citron, c’est vous dire la gravité de la situation. Mais après tout, la sécheresse n’a pas que des inconvénients, on n’a beaucoup moins de chances de se retrouver traîné dans la boue par des négationnistes du réchauffement climatique.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

905

Re : Quelques mots d'humour...

« Une surveillance de tous les instants est indispensable si l’on veut éviter que la viande cuite à l’étouffée et les viandes froides soient au menu de l’été dans les Ehpad » !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

906 Dernière modification par Pierre de Jade (26-06-2022 22:53:00)

Re : Quelques mots d'humour...

En moins de deux on peut se retrouver seul, c'est mathématique.
Rien ne vaut un remède de cheval pour se remettre en selle.
Vivre en bonne intelligence avec des cons n'est pas forcément très malin.
Mieux vaut faire partie du haut du panier pour vivre dans l'aisance..
Paradoxalement, il est difficile de rester dans les clous quand on est complètement marteau.
On vit dans une société où il y a de plus en plus d'écouteurs et de moins en moins d'entendement. .

Musique de Chambre

Pour la première fois au 21ème siècle, l’orchestre du Palais-Bourbon s’expose à ne pas jouer de concert faute d’un accord qui s’avérerait hors de portée de la majorité. Il va se trouver contraint de composer pour éviter les fausses notes. Les trombones s’activent déjà en coulisses mais les violons sont loin d’être accordés. Ce n’est pas Gérard Larcher qui nous dira le contraire. Les ténors de l’opposition sont partis pour interpréter leur propre partition pour un résultat final plus proche de la petite musique qui nuit que de la lettre à Elisabeth. Eviter la cacophonie ne sera pas une entreprise facile avec assurément quelques bémols à la clé. Et si l’orchestre s’en sort, le tempo de l’œuvre devrait tendre vers le lento plutôt que vers l’allegretto. Dans ces conditions il est probable qu’il ne jouera qu’avec parcimonie la Symphonie n° 49.3, évitant ainsi que son air de Valls fasse tourner en bourrique l’hémicycle. En tout état de cause, son objectif que l’on peut qualifier d’ambitieux sera de jouer plus fréquemment l’hymne à la joie que le requiem pour un con. Et d’éviter que la musique de chambre ne se transforme en concerts de rues. Ce n’est pas joué d’avance.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

907

Re : Quelques mots d'humour...

Difficile, en effet, de trouver l'aisance ailleurs qu'en haut du panier !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Le Monde progressera lorsque des arriérés arrêteront de se mettre en avant.
Il fût un temps où face aux moines copistes, les abbés cédèrent.
Mieux vaut ne pas manquer une occasion de se taire quand on n'a rien de neuf à dire.
La différence fondamentale entre l'œuf et le bœuf c'est que l'œuf n'est pas encorné.
Quand on doit de l'argent on a toujours la dette des mauvais jours.
Les belles-mères imbuvables sont vraiment l’amer à boire.

Jeanne, reviens !

Les Anglais ont beau avoir quitté l’Union européenne, l’anglais n’est pas près de quitter le langage courant. Loin de là, même. Si l’on se fie aux discours des aficionados (tiens, un mot espagnol pour les emmerder) du marketing, du consulting et du pudding, on n’est pas sorti de l’auberge (espagnole, pour en remettre une couche). Et comme le pudding, un peu ça va, mais beaucoup ça devient rapidement indigeste.
Les gourous de l’église angliciste n’hésitent pas à appliquer leur langage sacré au-delà de leur chapelle, pour convertir toujours plus d’adeptes. Il n’y a pas si longtemps, seuls quelques termes importés faisaient saigner nos oreilles élevées à la langue de Molière, benchmarking, engineering, brainstorming, slide, process, j’en passe et des pires. Mais voilà t’y pas qu’aujourd’hui on nous transforme les appels téléphoniques en call, les listes de tâches en to-do-list, la stratégie gagnant-gagnant en win-win (l’ourson ?), l’atelier en workshop, allant même jusqu’à remplacer le sacro-saint apéro du soir par de l’afterwork, qui plus est avec des collègues parfois imbuvables. Yes Sir ! Les limites du sacrilège sont atteintes. Au secours Jeanne, reviens ! Avant que le nervous breakdown ne nous terrasse et que le français ne file définitivement à l’anglaise.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

909

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent !
L'anglomanie m'inquiète aussi. On est indéniablement au-delà de l'épiphénomène. Mais votre dénonciation, paradoxe ! comporte des anglicismes que je ne connaissais pas !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Je me moque régulièrement des zélateurs de l'anglicisme. wink

Chover a écrit:

Excellent !
L'anglomanie m'inquiète aussi. On est indéniablement au-delà de l'épiphénomène. Mais votre dénonciation, paradoxe ! comporte des anglicismes que je ne connaissais pas !

911 Dernière modification par agathe (05-07-2022 13:11:37)

Re : Quelques mots d'humour...

le pire, je crois, on le trouve dans le lexique du maquillage.
Rien que pour le visage, en voici quelques-uns :

https://i93.servimg.com/u/f93/15/05/78/15/visage10.png

Re : Quelques mots d'humour...

Pour éviter de friser le ridicule, le mieux est souvent de la boucler.
Lorsqu'on ne mâche pas ses mots, ils sont parfois durs à avaler.
On dira ce qu'on veut mais la cuite reste l'une des meilleures sources de mots crus.
Quelques scientifiques en connaissent un rayon sur le soleil. ça fait peu.
Ceux qui répondent inlassablement "Dieu vous le rendra !" doivent confondre le Golgotha avec le Mont-de-Piété.
On peut manquer de rien sans avoir tout.

On ne va pas se mentir

Il est légitime de se demander si le mensonge n’est pas une religion tellement ses fidèles le pratiquent avec une assiduité que les bigotes de Saint-Nicolas du Chardonnet leur envieraient. Par sa volonté sans faille de nous faire croire tout et n’importe quoi, on est tenté d’élever le menteur patenté au rang de messie de la négation du réel, de grand gourou de la roublardise, au point de faire prendre des lanternes pour des messies à des individus éclairés. Le bon menteur est un artiste, une sorte de peintre en boniment qui vous prend dans sa toile sans s’emmêler les pinceaux.
Il développe des dons d’acteur, une capacité de persuasion, une imagination hors du commun pour réussir à nous faire perdre le fil avec aplomb sans plomber son avenir. Si le bon mensonge est un art, c’est aussi et surtout un art de destruction massive. La plus scientifiquement prouvée des vérités se dilue aisément dans le bobard soigneusement distillé.
Vous me rétorquerez que rester franc vingt ans après l’arrivée de l’euro est ringard et que le mensonge peut être salvateur. Peut-être, mais il ne sauve que les apparences et se termine souvent en sauve-qui-peut. On peut mentir par omission mais mieux vaut ne pas se louper car en cas d’accident, on paie toujours plus que la franchise.
Mais ne nous mentons pas, le succès du mensonge n’est pas près de se démentir. Un anti-mythes efficace risque de se faire attendre plus longtemps que le prochain roman de Marc Lévy.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Jésus fut le premier à travailler dans l'événement ciel.
Le jour où l'on découvrira un fongicide contre les champignons atomiques, ça fera l'effet d'une bombe.
Pour briller en société, il faut s'y lustrer.
Ne vous faites jamais l'avocat du diable, c'est l'enfer pour se faire payer les honoraires..
Ne jamais se remettre en question devrait conduire à s'interroger.
Il n'est jamais facile de garder la tête haute en faisant profil bas. .

Une marche à ne pas rater

L’Homme marche depuis la plus haute Antiquité, comme aimait à le souligner Alexandre Vialatte qui a plutôt bien marché comme écrivain. Il lui arrive bien parfois de courir pour attraper le dernier train mais ça ne marche pas à tous les coups. C’est même un coup à rater une marche. Depuis son plus jeune âge, il marche. Certains, plus malins que les autres, sentant bien précocement qu’on essayait de les faire marcher, retardent le moment où il leur faudrait inéluctablement mettre un pied devant l’autre, mais c’est reculer pour mieux franchir le pas. Quand il n’est pas handicapé, malade, mourant, feignant comme une couleuvre ou beurré comme un p’tit lu, il marche. Il lui arrive même de marcher au pas sans avoir l’excuse d’être beurré comme un p’tit lu. La vie n’est qu’une longue marche troublée par bon nombre de casse-pieds qui n’ont pas vraiment vocation à nous servir de marchepied. Quand on trouve chaussure à son pied une marche nuptiale peut bien furtivement se faire entendre, elle n’empêche pas la randonnée de se terminer en deux temps et troisième mouvement par une marche funèbre, annonçant le grand bond avec des chaussures noires. Et ceux qui prétendent que dans la vie le plus difficile est de faire le premier pas n’ont jamais dû marcher 25 km avec un sac à dos de 20 kg, à moins qu’ils ne soient à côté de leurs pompes.
Reconnaissons néanmoins que marcher est indiscutablement une bonne chose. Quand plus rien ne marche, on est bien avancé, non ?

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

914

Re : Quelques mots d'humour...

Très bon.
Petite remarque : VIALATTE considère-t-il vraiment que l'Homme ne marche que depuis la plus haute Antiquité ? Autant que je sache, cette aptitude est nettement plus ancienne.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

915

Re : Quelques mots d'humour...

Chover a écrit:

Très bon.
Petite remarque : VIALATTE considère-t-il vraiment que l'Homme ne marche que depuis la plus haute Antiquité ? Autant que je sache, cette aptitude est nettement plus ancienne.

Qu'y avait-il avant "la plus haute antiquité" ?

916 Dernière modification par Chover (18-07-2022 13:26:37)

Re : Quelques mots d'humour...

Bonjour, Adrilou.
On lit sous ce lien :

L'Antiquité* commence avec la naissance de l'écriture vers 3500 av. J.-C. et se termine en 476 avec la chute de l'Empire romain.

On voit sous celui-ci que la bipédie et la marche de nos ancêtres, et même sans aller chercher plus loin qu'homo sapiens, sont beaucoup plus anciennes.
C'est la préhistoire qui précède l'Antiquité.

* A majuscule, conformément à ce qu'a écrit Pierre de Jade, à juste titre, me semble-t-il.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Mieux vaut être à moitié contraint qu'incarcéré.
Les individus trop carrés passent souvent pour des empêcheurs de tourner en rond.
S'il est toujours agréable de trouver chaussure à son pied, de manière générale trouver les deux reste préférable.
Il est compliqué d'amuser la galerie lorsque personne ne peut vous encadrer.
L'Univers va de l'infiniment petit à l'infiniment grand et au milieu il y a l'Homme, infiniment moyen.
Si vous avez la main verte et le pied marin, cultivez des algues.

Le fond et la forme

Au fond ça ne change pas, c’est toujours le même problème, lorsqu’on s’attache trop à la forme, on néglige le fond, et quand on s’attache trop au fond, on ne remonte pas à la surface. D’autant que le superficiel peut se situer assez loin du fond, notamment dans les piscines équipées d’une fosse de plongeon.
Les problèmes de fond sont comme les chaussures, mieux vaut y mettre les formes pour les aborder si l’on veut éviter qu’ils nous cassent trop les pieds. J’aurais pu ajouter que pour se lancer dans la course de fond, il est préférable d’avoir la forme, mais c’est hors sujet et je ne vais pas vous casser les pieds avec ce genre de digression. L’enseigne Décathlon n’a pas hésité à semer le doute sur le sujet avec son slogan « A fond la forme ! », laissant sous-entendre que la forme primait sur le fond, attitude au fond très compréhensible quand on sait que la forme est son fond de commerce. Dans ce cas il est clair que la forme des uns fait les fonds des autres. Un exemple en bonne et due forme ne faisant que conforter une tendance plus large de notre société de l’image et de l’instantané privilégiant la forme aux dépens du fond. Mais attention, tendance ou pas, les problèmes de fond refont paradoxalement toujours surface.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

918

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent. Merci, Pierre de Jade.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Quand on n'est pas brillant, mieux vaut être verni.
Mieux vaut être sur la corde raide que raide au bout de la corde, je vous l'accorde.
Quand on est mal barré, les individus ne manquent pas pour le souligner.
Les conversations qui n'en viennent jamais au faîte n'atteignent pas des sommets..
Avoir le sens de la mesure c'est peser ses mots sans en faire des tonnes.
On ferait mieux de se taire plutôt que d'entamer des pourparlers pour ne rien dire.

Complainte en dos majeur

Si l’on regarde les choses en face, on ne peut que constater une augmentation constante du nombre d’individus souffrant du dos. Une majorité d’entre eux en ont même régulièrement plein le dos, témoignant d’une généralisation insidieuse du fléau qui ne se contente plus de martyriser quelques vertèbres. L’accroissement des charges faiblement compensé par l’allègement des portefeuilles n’étant manifestement pas étranger au phénomène.
Ces naufragés du dos tournent fréquemment en boucle sur leurs douleurs, répétant à qui veut l’entendre « j’ai mal au dos ! », au point que l’envie ne manque pas de leur répondre qu’ils devraient changer de disque, envie généralement contenue de peur de se les mettre à dos.
Faire face à des problèmes de dos n’est jamais évident et peut même conduire au lumbago si l’on s’y prend de travers. Mais si consommer un tournedos à la brasserie d’en face est possible, ce n’est pas en tournant le dos à ses problèmes dorsaux qu’on les regarde en face. Le dos est sournois et personne n’est à l’abri d’un cou tordu. En passant récemment par Pise, j’ai appris qu’un Lombard s’était bloqué les lombaires en voulant décrocher un store vénitien. Même en Lombardie le dos fait des siennes.
Cette évolution du mal fait froid dans le dos. Heureusement que les praticiens du dos sont là pour nous sauver. On se demande toutefois si certains d’entre eux ne s’enrichiraient pas un peu sur le dos des malades …

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

920

Re : Quelques mots d'humour...

Merci, Pierre de Jade. J'ai pu oublier quelques instants mon mal de dents !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Si ça peut permettre de mettre quelques maux dehors ... smile

Chover a écrit:

Merci, Pierre de Jade. J'ai pu oublier quelques instants mon mal de dents !

Re : Quelques mots d'humour...

A trop accorder de passe-droits, on finit par mal tourner.
Ce n'est pas parce que nos yeux sont sur orbite que l'on doit se féliciter de tourner de l'œil.
Un pilote de ligne aura toujours du mal à tirer un trait sur sa carrière.
Toute personne rattrapée par son passé malgré sa fuite en avant a son avenir derrière elle..
Il est plus courant d'apercevoir une fenêtre en espagnolette en Bretagne qu'un Breton à la fenêtre d’une Espagnole.
La pénurie de médecins touche tous les secteurs. Quand on sera obligé de faire la queue pour passer sur le billard, on aura vraiment les boules. .

Congés impayables

Nous y sommes, en plein dans cette période de congés estivaux qui, depuis 1936, accordent à nos concitoyens le droit d’être payés à ne rien faire sans être obligé de devenir rentier ou député. Reconnaissons que se faire dorer la pilule et dépenser son argent pour finir bronzé n’est pas une réussite économiquement parlant mais permet, à défaut de jouer de la batterie, de recharger les accus.
Ces congés amplement mérités sont aussi l’occasion d’arrondir les angles lorsque des difficultés relationnelles atteignent un stade aigu sur le lieu de travail, et ceci quel que soit le coin où l’on se rend. C’est la période tant attendue où les électriciens et les alpinistes lâchent prise, les infirmières décompressent, les aspirants soufflent, les coiffeurs et les charcutiers coupent court et les boulangers se font rôtir les miches. Celle où les militaires peuvent tirer au flanc sans dommage corporel, les matons s’évader et prendre des photos, les banquiers et les pilotes de lignes arrêter de voler, les cuisiniers et les aigris ne plus en faire tout un plat. Et surtout ces quelques jours de farniente constituent les rares occasions où l’on peut se permettre d’avoir des absences sans risquer de perdre sa place pour abandon de poste.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

923

Re : Quelques mots d'humour...

Je dirais plutôt « fenêtre à espagnolette ».
J'ai beaucoup aimé lire, entre autres, que « les infirmières décompressent, les aspirants soufflent, les coiffeurs et les charcutiers coupent court et les boulangers se font rôtir les miches » !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Messages [ 901 à 923 sur 923 ]

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...