Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Répondre

Répondre

Rédigez et envoyez votre nouvelle réponse

Vous pouvez utiliser : BBCode Images Binettes

Tous le champs doivent être remplis avant d’envoyer ce formulaire, ou alors vous avez utilisé la fonction copier/coller qui n'est pas supportée par l'éditer de texte.

Information obligatoire pour les invités


Information obligatoire

Revue du sujet (plus récents en tête)

776

La raréfaction des neiges éternelles a fait fondre ma foi en l'éternité.
Mieux vaut avoir une voix éraillée que dérailler sur une voie.
Ceux qui n'ont pas le sens du partage ont tendance à diviser.
Je suis toujours rasé de près, je n'ai pas le bras assez long pour me raser de loin.

Mesures et démesure

L’Homme n’est pas toujours d’une nature très mesurée mais taraudé par un besoin illimité de références, il mesure à tours de bras. Il est si à cheval sur le sujet qu’il lui faut des étalons partout, et s’il vient à en manquer un c’est au triple galop qu’il prend des mesures pour que la situation ne traine pas en longueur. Il mesure tout, le temps, la masse, la longueur, la distance, les angles, la vitesse, l’âge du capitaine et la taille du képi du général. Victor Hugo était même à deux doigts d’écrire un roman sur le sujet qu’il aurait intitulé Les Mesurables. La mesure n’est pas toujours aisée, l’Homme pèsera plus facilement un poulet de Bresse ou une truffe noire du Périgord que ses mots ou le pour et le contre. Et cela malgré une sensible évolution de la balance au fil des années qui ne dénonce plus son voisin aux Allemands depuis 1945. Les instruments de mesure se perfectionnent sans cesse. On mesure aujourd’hui en années-lumière les distances entre les astres alors qu’il n’y a pas si longtemps le Roi Soleil mesurait à quel point il n’était pas entouré que par des lumières.
Le progrès technologique ne permet toutefois pas de mesurer jusqu’où il est possible de se faire avoir dans les grandes largeurs et s’avère parfois être un instrument de démesure. Il arrive même que l’élève dépasse le mètre en respectant les règles, c’est dire …

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

775

Pierre de Jade a écrit:

Il faut se rendre à l'évidence, il est beaucoup plus facile d'être atteint par la graisse que touché par la grâce.
Il est toujours plus facile de se mouiller quand on a déjà un caractère bien trempé.
Etre de l'étoffe des héros augmente sensiblement la probabilité de se retrouver un jour dans de beaux draps.
Pour percer dans un domaine il ne suffit pas d'être de mèche avec un type qui a déjà fait son trou.

Bravo ! J'aime bien la deuxième et la quatrième.

774

Il faut se rendre à l'évidence, il est beaucoup plus facile d'être atteint par la graisse que touché par la grâce.
Il est toujours plus facile de se mouiller quand on a déjà un caractère bien trempé.
Etre de l'étoffe des héros augmente sensiblement la probabilité de se retrouver un jour dans de beaux draps.
Pour percer dans un domaine il ne suffit pas d'être de mèche avec un type qui a déjà fait son trou.

Le sportif malgré lui

A y regarder de près, bon nombre de disciplines sportives trouvent leur pendant dans la vie de tous les jours, et je ne parle pas de la marche, du vélo ou du cracher de noyau de cerise. En voici des exemples.
La pétanque : quand la scoumoune se pointe, il n’est pas toujours facile de s’en tirer et on a rapidement les boules en pensant finir sur le carreau.
L’aviron : nombreux sont les Parisiens qui ont déjà attendu une rame à Avron.
Le lancer de disque : il arrive fréquemment que des mélomanes jettent le disque de reprise des succès de Barbara par Patrick Bruel.
Le papillon dauphin : on peut apercevoir des papillons-dauphins dans la vie quotidienne, mais paradoxalement il ne faut pas boire que de l’eau tout en fréquentant les bars.
Le water-polo : certainement l’une des activités les plus pratiquées, qui n’a jamais été aux waters en polo ?
Le hockey sur gazon : très en vogue en été après les barbecues auprès des adeptes sujets à des problèmes digestifs. On dit alors qu’il ne vaut mieux pas leur chercher des crosses sous peine de se faire renvoyer dans nos buts.
Le basket-ball : activité réservée aux personnes composant le haut du panier, n’hésitant pas à se renvoyer la balle et à prendre parfois le risque de rester trop longtemps dans le racket.
Il serait facile d’en trouver d’autres mais il faudra attendre la réouverture des salles de sport. Sportez-vous bien !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

773

Plus le temps passe et plus je me demande si le citoyen bêta n'a pas remplacé le citoyen lambda.
Avoir la mémoire courte c'est à la longue ne plus se souvenir de rien.
Il ne faut surtout pas croire qu'un langage cru accroît la crédibilité.
La vie est une équation à plusieurs inconnues qu'il vaut mieux se résoudre à prendre au second degré.

Du neuf avec des vœux

Après une année dont les vœux d’inauguration ont tourné au fiasco complet, et pas seulement pour Pierre Cardin et Diego Maradona, une année qu’il aurait été souhaitable de ne pas souhaiter voire de zapper pour passer directement à la suivante, je prends le risque inconsidéré de vous en injecter une nouvelle dose bien conscient toutefois que plus de la moitié d’entre vous est réfractaire à la vaccination, d’après un sondage récent de BFM-TV pas piqué des hannetons. Pour 2021, je souhaite donc :

•    Que l’on restaure aux restaurateurs le droit de restaurer,
•    Que cette histoire de bars fermés ne se termine pas en queue de poisson,
•    Que les stations de ski remontent la pente,
•    Que les comédiens brûlent à nouveau les planches et enflamment le public,
•    Que la dernière séance ne soit pas qu’un lointain souvenir,
•    Aux tourneurs et aux acteurs, même laids, de tourner,
•    A Donald Trump de trouver un bon psychiatre, un bon coiffeur et un bon déménageur pour le 20 janvier,
•    A Joe Biden de ne pas faire un bide et de casser la baraque à défaut de surclasser Barack,
•    Au climat de ne pas faire des siennes et à Sienne de conserver son climat,
•    Qu’une chauve-souris ne morde pas un canard du côté de Zhengzhou pour nous offrir un canardovirus, merci on a déjà donné.

Et surtout à toutes et à tous que l’amour et l’humour soient plus forts que la haine et la bêtise, et que les complotistes et les platistes arrêtent de perdre la boule ! ça sent encore le fiasco …

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

ET BONNE ANNEE A TOUTES ET A TOUS ! smile

772

Les salades il vaut mieux les égoutter que les écouter.
Je ne peux pas laisser dire que je ne laisse pas parler les autres.
Il faut de tout pour faire un monde mais on n'est pas obligé de se faire un monde de tout.
Le respect de l'autre se perd de jours en jours. Cette nuit, à minuit, les gens hurlaient et tapaient sur les murs comme un soir de Saint-Sylvestre. Je ne m'entendais même plus jouer du saxo.

Des lendemains qui déchantent

Il est un fait certain que la tradition des lendemains de fêtes de fin d’année ne faiblit pas et que le nombre de ses victimes recensées reste proche de celui des perdants au Loto.
Année après année, dinde aux marrons après dinde aux marrons, bûche à la crème pâtissière après bûche à la crème… j’arrête là ça remonte déjà, elle ne se dément pas. Les membres les plus dévots du club des festoyeurs associés passent par l’opération conjointe du Saint-Esprit et du Champagne Saint-Sauveur de la foi fervente au foie cyanosé, la digestion du Châteauneuf-du-Pape et de ses disciples n’étant pas sans rappeler l’ascension du Golgotha par la face Nord et sans télé-saint-siège.
Après avoir mis ses chaussures sous le sapin, il est logique d’être à côté de ses pompes me direz-vous, mais de là à ne plus savoir où l’on crèche, c’est un coup à passer pour des illuminés auprès de la Congrégation des sœurs de Saint-Joseph, le Saint pas le pinard. Les échanges verbaux de la veille, déjà empreints d’une incohérence éthylique indéniable dans le feu de l’action, se perdent dans les méandres d’une mémoire anesthésiée. On ne sait plus vraiment si le coronavirus a été importé de Chine par les gilets jaunes pour éliminer les vieux qui votent Macron, à moins que ce ne soit l’inverse, ou si Donald Trump est le meilleur Président des USA ou le meilleur comique américain depuis Buster Keaton.
La leçon à retenir de cette tradition ancestrale ? Il faut toujours se méfier des bûches, elles donnent la gueule de bois.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

771

Difficile de respirer l'intelligence quand on a l'air con.
Se battre pour la paix est toujours de bonne guerre.
En l'absence d'avis éclairé, je vous conseille de la mettre en veilleuse.
Ne jamais réussir à démêler le vrai du faux est un vrai défaut.

Mots de tête

Quand il ne fait pas le cochon pendu, la tête forme la partie supérieure de l’être humain bien que n’atteignant pas des sommets chez bon nombre des représentants de l’espèce. Elle forme aussi la partie supérieure du kakapo de Nouvelle-Zélande ou du lémurien de Madagascar mais là n’est pas la question, quoique le lémurien excelle dans la position du cochon pendu. Ce positionnement supérieur fait qu’on l’appelle aussi le chef, malgré le fait maintes fois avéré que certains chefs refusent de porter le chapeau sauf s’il s’agit d’un couvre-chef. On appelle grosses têtes ceux qui n’associent pas systématiquement Maxwell à une marque de café et Descartes à la belote, ce qui ne leur confère pas pour autant le droit d’attraper la grosse tête. On les trouve en général dans les Grandes Ecoles ou à la Radio, même si dans ce dernier cas il s’agit souvent de grandes gueules. On peut aussi se faire faire une grosse tête par d’autres voies, en raillant par exemple la coiffure de la femme d’un spécialiste de Boxe Thaï, mais le côté éphémère de la chose ne vaut vraiment pas le coup. Les fortes têtes, à ne pas confondre avec les grosses, sont beaucoup plus portées à n’en faire qu’à la leur et à devenir les têtes de Turcs de chefs qui en ont par-dessus la tête. Les têtes en l’air pourraient s’avérer des concurrents sérieux pour l’obtention de ce statut de tête de Turc mais s’en sortent bien en la perdant souvent. Une chose est sure, quand on ne sait plus où donner de la tête mieux vaut l’avoir sur les épaules pour ne pas risquer de la perdre.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

770

Plusieurs pays d'Europe ont connu des diètes sous l'Ancien Régime.

769

A trop faire lanterner on finit toujours par se faire allumer.
Mieux vaut faire face à une mer démontée qu'à une belle-mère remontée, ça dure moins longtemps.
Dans une discussion sans intérêt, mieux vaut ne pas en placer une.
J'ai dit à ma pendule qu'elle avait fait son temps et depuis elle est remontée contre moi.

Esprit de Noël

Ah le fameux esprit de Noël, on le vante chaque année pendant cette période sacrée où le bœuf prend place dans la crèche et la dinde dans le four, et non l’inverse sauf si vous avez un grand four. Mais en y réfléchissant un peu, devrait-on vraiment se vanter de le vanter ? Commençons par la crèche. Est-ce vraiment raisonnable d’y laisser un nouveau-né nu sur la paille, en plein courant d’air, sans respecter les règles les plus élémentaires d’hygiène (on y trouve même des moutons c’est vous dire que le ménage n’a pas été fait depuis des lustres) au risque de lui faire attraper au mieux une bronchite et au pire une maladie nosocomiale ? Un coup à rendre la religion contagieuse. Passons au Père-Noël. On fait trimer de nuit en période de grand froid une personne âgée sans aucun respect des conventions collectives dans le seul but de faire des cadeaux à des jeunes qui pour la grande majorité n’ont même pas commencé à bosser, où est la morale dans cette histoire ? Ne parlons pas de la concurrence déloyale envers Amazon avec des frais de transports non facturés. Ni de la maltraitance animale, lorsque des rennes sont contraints de se coltiner des milliers de kilomètres dans des conditions inhumaines (c’est normal ce sont des bêtes) conduits par un vieillard sénile qui une fois sur deux se goure en lisant son GPS. Et je ne parlerai pas de « mon beau sapin roi des forêts » dont la destinée s’apparente à celle de Louis XVI pour ne pas faire preuve d’un mauvais esprit excessif. Joyeux Noël quand même !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

768

L'abandon des transports publics ne mène pas qu'au vide dans le métro.
https://img.20mn.fr/fNkH1LdhQX-v_qfO2ysiFA/120x78_des-passagers-masques-dans-le-metro-a-paris-illustration.jpg

767

On a tout à gagner à croire que rien n'est perdu.
On hésite à faire confiance à l'avenir quand on sait que par le passé il n'a pas toujours répondu présent.
Il est difficile de s'entendre avec des gens qui n'ont aucune parole.
Les effusions n'ont jamais été ma tasse de thé.

Pas du gâteau

Aujourd’hui je vais vous parler de deux sœurs, Charlotte et Madeleine. Deux sœurs très différentes l’une de l’autre, permettant d’affirmer sans risquer de se tromper qu’elles ne sortaient pas du même moule. Alors que Charlotte est souvent aux fraises, pour ne pas dire dans les choux, Madeleine est vive comme l’éclair à en laisser baba plus d’un. Charlotte est mariée à un Bavarois à brioche, comme tout bon Munichois levé à la bière, financier de son état et donc très loin d’être un mendiant. Madeleine installée en Bretagne vit avec un diplomate congolais, un homme merveilleux qui ne cale pas devant quatre Paris-Brest par semaine pour venir la voir. Un homme simple qui malgré sa situation ne fait pas de chichis, allant jusqu’à recevoir ses invités en chaussons dans son appartement de la rue Saint-Honoré. Madeleine est journaliste au Télégramme de Brest. Elle écrit ses papiers sans fard et n’hésite pas à y aller au flan pour obtenir un scoop. Son enthousiasme débordant la conduisant parfois à de tels excès de prolixité que ses collègues du journal la surnomment Madame mille-feuilles. De son côté sa sœur Charlotte, beaucoup plus discrète, ne faisait pas mystère qu’elle serait certainement entrée dans les ordres pour devenir religieuse si elle n’avait pas rencontré son Bavarois dans une pâtisserie près de l’Opéra. Son destin aurait sans doute pris une autre voie si un sacristain s’était trouvé sur place ce jour-là. Celui de sa sœur également si elle n’avait pas croisé la route d’un beurré nantais au volant d’un semi-remorque de transport de galettes St Michel, qui la laissa aplatie comme une crêpe. La morale de cette histoire ? La vie n’est pas toujours du gâteau…

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink