Sujet : "par contre" ou "en revanche"

Avant d'endoctriner mes enfants, j'aurais souhaité une position claire et défendable sur ce sujet.

Merci

smile

Re : "par contre" ou "en revanche"

En 1860, Voltaire a déclaré que cette expression était incorrecte et qu'il fallait lui préférer "en revanche".

Je n'ai toujours pas compris pourquoi.

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

3

Re : "par contre" ou "en revanche"

Perkele a écrit:

En 1860, Voltaire a déclaré que cette expression était incorrecte et qu'il fallait lui préférer "en revanche".

Je n'ai toujours pas compris pourquoi.

On dit que les Français sont divisés en deux camps : celui des par contre, et celui des en revanche.
L'expression "par contre " a longtemps été mise à l'index et vilipendée. Aujourd'hui la position des grammairiens et lexicologues est généralement celle-ci :
– On peut dire par contre quand il y a opposition entre deux idées, l'une étant le contraire de l'autre :  Pierre est coléreux et agressif dans ses rapports avec les autres. Par contre il est doux comme un agneau lorsqu'il parle à son chat.
– On emploie en revanche quand il n'y a pas opposition entre deux idées : Pierre est très susceptible et n'admet pas la contradiction. En revanche, c'est un garçon très serviable qui se met en quatre pour vous être agréable.
Il reste cependant des irréductibles qui condamnent par contre. Un peu de souplesse, SVP !

Re : "par contre" ou "en revanche"

Merci beaucoup pour vos réponses.

5

Re : "par contre" ou "en revanche"

J'avoue que j'ai eu un peu de mal au début à cerner la question: je sentais peu de différence entre ces expressions qui me semblent toutes les deux correctes.

  Une simple lecture de Robert (je n'ai pas poussé très loin) m'a conforté en ce sens, puisqu'il n'aborde pas la controverse sur la correction de par contre. Il insiste seulement sur le sens de en contrepartie plus que au contraire, et renvoie à en revanche.
  Il m'a semblé, contrairement à ce que vous indiquez, qu'il attribue un sens d'opposition plus fort à  en revanche qu'à par contre.
  Je ne sais pas s'il y a là  de quoi fouetter un chat.  smile

elle est pas belle, la vie ?

6

Re : "par contre" ou "en revanche"

Nicholls a posé la question, je pense, parce que «par contre» a été critiqué par des auteurs de qualité il y a fort longtemps et que depuis ce temps c'est un sujet de réflexion obligatoire chez les chroniqueurs du langage, les puristes, les amateurs de bon langage, etc. (C'est aussi à ça qu'on les reconnaît).
Dans les livres de la forme «dites ceci, mais ne dites pas cela», et chez des gens comme Abel Hermant, un auteur assez désagréable à mon goût, on trouve toujours des remarques sur «par contre», c'est un classique (il y a en a un paquet d'autres : «dans le but» par exemple, a fait couler de l'encre) depuis que Voltaire (et peut-être quelqu'un d'autre avant lui?) l'a mis sur la sellette.
Ce doute a survécu jusqu'ici wink

Littré a écrit:

Par contre est une locution dont plusieurs se servent, pour dire en compensation, en revanche : Si les artisans sont ordinairement pauvres, par contre ils se portent bien ; Si le vin est cher cette année, par contre il est bon. Cette locution, qui a été tout particulièrement critiquée par Voltaire et qui paraît provenir du langage commercial, peut se justifier grammaticalement, puisque la langue française admet, en certains cas, de doubles prépositions, de contre, d'après, etc. mais elle ne se justifie guère logiquement, par contre signifiant bien plutôt contrairement que en compensation, et devant provenir de quelque ellipse commerciale (par contre ayant été dit pour par contre-envoi) ; en tout cas, il convient de suivre l'avis de Voltaire et de ne transporter cette locution hors du langage commercial dans aucun style.

source. http://francois.gannaz.free.fr/Littre/x … Rechercher

7

Re : "par contre" ou "en revanche"

piotr a écrit:

J'avoue que j'ai eu un peu de mal au début à cerner la question: je sentais peu de différence entre ces expressions qui me semblent toutes les deux correctes.

  Une simple lecture de Robert (je n'ai pas poussé très loin) m'a conforté en ce sens, puisqu'il n'aborde pas la controverse sur la correction de par contre. Il insiste seulement sur le sens de en contrepartie plus que au contraire, et renvoie à en revanche.
  Il m'a semblé, contrairement à ce que vous indiquez, qu'il attribue un sens d'opposition plus fort à  en revanche qu'à par contre.
  Je ne sais pas s'il y a là  de quoi fouetter un chat.  smile

Pour ma part je suis d'accord avec ce raisonnement. J'ai donné la réponse en me fondant sur mes lectures, je crois que j'avais vu cela dans Grevisse ou Hanse, ou autre part, parce que quelqu'un voulait un renseignement, mais personnellement je considère que le jeu n'en vaut pas la chandelle, et qu'on devrait faire table rase de ces petites chicanes. Par contre, en revanche, qui peut établir une différence réelle et valable entre les deux ?

8

Re : "par contre" ou "en revanche"

nicholls a écrit:

Avant d'endoctriner mes enfants, j'aurais souhaité une position claire et défendable sur ce sujet.

Voici une petite synthèse de la position de quelques autorités en la matière, telle que présentée

  Par contre: l'expression est reçue chez Grevisse, qui cite A. France, G. Duhamel, P. Morand, H. Troyat. Et il ajoute " rejeté par les puristes, ignoré par l'Académie ".

Cette dernière remarque n'est plus vraie puisque l'Académie écrit:
  Par contre: en revanche, d'un autre côté, en contrepartie, en compensation, à l'inverse. 
  " Condamnée par Littré d'après une remarque de Voltaire, la locution adverbiale par contre a été utilisée par d'excellents auteurs français, de Stendhal à Montherlant, en passant par Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Marcel Proust, Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Georges Bernanos, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, etc. Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l'usage s'est établi de la déconseiller, chaque fois que l'emploi d'un autre adverbe est possible. "
Cité par Littré: par contre, en compensation, comme terme du langage commercial.

L'expression est présente chez Littré: par contre, en compensation, comme terme du langage commercial,
et chez  Robert: au contraire, en revanche, en compensation.

  Il reste enfin pour moi un point obscur: pourquoi, nicholls, écris-tu " avant d'endoctriner mes enfants " ?

En effet Georg a écrit:

Par contre, en revanche, qui peut établir une différence réelle et valable entre les deux ?

elle est pas belle, la vie ?

9

Re : "par contre" ou "en revanche"

Perkele a écrit:

En 1860, Voltaire a déclaré que cette expression était incorrecte et qu'il fallait lui préférer "en revanche".

Je n'ai toujours pas compris pourquoi.

Vous vous posez beaucoup de questions intéressantes sur l'usage de la langue française. En revanche, vous semblez n'accorder que peu d'égard à l'un de ses plus éminents usagers. Voltaire en 1860 devait certainement faire une brillante carrière de ministre sous Napoléon III...

10

Re : "par contre" ou "en revanche"

Si vous pensez que relever les fautes de frappe répond à la question posée... roll

1760, bien sûr.

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

11

Re : "par contre" ou "en revanche"

Bonjour à tous,

une fois, mon professeur de latin m'a réprimandé pour avoir employé cette locution, à savoir "par contre". Il argüait en effet que par doit être suivi d'un nom.

12

Re : "par contre" ou "en revanche"

L'argument est imparable, par conséquent je te suggère de mettre par côté l'expression par contre avant d'aller par là-bas voir s'il y est encore, et par là-même de corriger tes erreurs.

Dernière modification par piotr (22-08-2006 22:59:44)

elle est pas belle, la vie ?

13

Re : "par contre" ou "en revanche"

Tom a écrit:

Bonjour à tous,

une fois, mon professeur de latin m'a réprimandé pour avoir employé cette locution, à savoir "par contre". Il argüait en effet que par doit être suivi d'un nom.

Pas toujours ! je dirais qu'il existe encore pas mal de cas où "par" est suivi d'autre chose que le nom, à savoir "par trop", "par-dehors", "par ce que", "par après" ou l'archaïsme "par ainsi".

Cela dit, je ne voulais jamais dire que votre professeur avait déraisonné, bien au contraire wink

papy.

14

Re : "par contre" ou "en revanche"

Au lycee j' ai appris qu' on utilise par contre lorsque on compare deux choses entre elles, par exemple: "Marie n' aime pas son cousin, par contre elle adore sa cousine" et qu' on utilise en revanche toujours au debut d' une phrase.

15

Re : "par contre" ou "en revanche"

En revanche de quoi ? me disait un prof...
"La France a perdu trois millions de soldats de 1914 à 1918. En revanche elle a gagné la guerre."

16

Re : "par contre" ou "en revanche"

Par contre, on peut prendre sa revanche sur les puristes en utilisant le neutre, indémodable, léger, polyvalent et bon vieux "mais"!
La France a perdu ses forces vives, mais elle a gagné la guerre.
Marie n'aime pas son cousin mais elle aime sa cousine.

17

Re : "par contre" ou "en revanche"

Georg a écrit:

On dit que les Français sont divisés en deux camps : celui des par contre, et celui des en revanche.
L'expression "par contre " a longtemps été mise à l'index et vilipendée. Aujourd'hui la position des grammairiens et lexicologues est généralement celle-ci :
– On peut dire par contre quand il y a opposition entre deux idées, l'une étant le contraire de l'autre :  Pierre est coléreux et agressif dans ses rapports avec les autres. Par contre il est doux comme un agneau lorsqu'il parle à son chat.
– On emploie en revanche quand il n'y a pas opposition entre deux idées : Pierre est très susceptible et n'admet pas la contradiction. En revanche, c'est un garçon très serviable qui se met en quatre pour vous être agréable.
Il reste cependant des irréductibles qui condamnent par contre. Un peu de souplesse, SVP !

piotr a écrit:

Une simple lecture de Robert (je n'ai pas poussé très loin) m'a conforté en ce sens, puisqu'il n'aborde pas la controverse sur la correction de par contre. Il insiste seulement sur le sens de en contrepartie plus que au contraire, et renvoie à en revanche.
  Il m'a semblé, contrairement à ce que vous indiquez, qu'il attribue un sens d'opposition plus fort à  en revanche qu'à par contre.
  Je ne sais pas s'il y a là  de quoi fouetter un chat.  smile

Georg a écrit:

Pour ma part je suis d'accord avec ce raisonnement. J'ai donné la réponse en me fondant sur mes lectures, je crois que j'avais vu cela dans Grevisse ou Hanse, ou autre part, parce que quelqu'un voulait un renseignement, mais personnellement je considère que le jeu n'en vaut pas la chandelle, et qu'on devrait faire table rase de ces petites chicanes. Par contre, en revanche, qui peut établir une différence réelle et valable entre les deux ?

Merci pour ces éclaircissements. Ça me rapelle les modes cycliques pseudonormatives à la téloche. Il y a quelques années, on sentait la montée des en revanche et quiconque osait un par contre sur un plateau était foudroyé du regard par les télochards de service. Pareil avec commencer de vs commencer à. Heureusement ces querelles picrocholines durent moins longtemps dans le PAF que dans le PLiF.

Re : "par contre" ou "en revanche"

Pedro41 a écrit:

En revanche de quoi ? me disait un prof...
"La France a perdu trois millions de soldats de 1914 à 1918. En revanche elle a gagné la guerre."

Il avait bien raison, votre prof, cher Pedro41. C'est exactement là où le bât blesse : en revanche de quoi ? Votre exemple montre à l'envi que la question par contre versus en revanche n'est pas réglée. «En revanche» a longtemps servi de marqueur social tongue. On pourrait d'ailleurs, au vu de ce qui suit, assimiler cette manie à de l'hypercorrection puisque en revanche amène une pointe d'agressivité, comme si la proposition qui précède avait une teneur polémique, ce qui est rarement le cas. Qui ne s'est trouvé gêné par le suremploi de cette locution vindicative ?
Greg remarque, malicieusement, que «Il y a quelques années, on sentait la montée des en revanche et quiconque osait un par contre sur un plateau était foudroyé du regard par les télochards de service».

http://piltonsucks.com/wp-content/uploads/2006/02/bully.thumbnail.jpg

C'est qui qui cause meilleur ?

Dans son Nouveau dictionnaire des difficultés du français, Tchou 1970, Jean-Paul Colin écrit: par contre. Emploi. Il est aujourd'hui impossible de refuser cette locution adverbiale, que l'on trouve chez tous les bons écrivains. Nombreux exemples chez Apollinaire, Gide, Estaunié, Saint-Exupéry, etc. L'Académie, en 1835, caractérisait par contre comme une locution du «style commercial»; toute mention de par contre a disparu dans la 8e édition , en 1932. Littré écrit de son côté : « Il convient de suivre l'avis de Voltaire et de ne transporter cette locution hors du langage commercial dans aucun style.» Mais, remarque Gide, « en revanche et en compensation, formules de remplacement que Littré propose ne me paraissent pas toujours convenables. Trouveriez-vous décent  qu'une femme vous dise : " Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre; en revanche, j'y ai perdu mes deux fils", ou "La moisson n'a pas été mauvaise, mais en compensation toutes les pommes de terre ont pourri. " ? ... Par contre m'est nécessaire et, me pardonne Littré, je m'y tiens. »

Dernière modification par Bookish Prat (17-10-2007 12:09:25)

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

19

Re : "par contre" ou "en revanche"

exemple : je suis riche, par contre toi tu es pauvre.
                   je suis riche, en revanche toi tu es heureux.

voila tout est résumé à travers cet exemple...

20

Re : "par contre" ou "en revanche"

Bonjour à tous. Plus d'un an après les derniers commentaires dans ce forum, je mesure avec effroi le terrain gagné par les "en revanche".  "Il fera beau et chaud sur presque toute la France, en revanche il pleuvra sur [une région au choix]". Quelle revanche... mais peut-être le monsieur météo de France Inter reçoit-il N lettres revanchardes au moindre par contre?
Les en-revanchards se délectent, cela s'entend, se pourlèchent les babines : mais se délectent de quoi ? D'un brevet de parler-bien-correct auto attribué ? De parler (à la radio, à leur voisin) comme de grands bourgeois littérateurs ?

Ça fait mal aux oreilles. J'aurai sans doute tout entendu contre "par contre" ; par exemple, que c'est tolérable en cours de phrase et pas au début (mais bien sûr, on peut en-revancher à toutes les sauces!!!)

Hubert
(en invité, à défaut de pouvoir m'inscrire)

21

Re : "par contre" ou "en revanche"

Faute du temps nécessaire pour répondre à une vieille question posée ici et qui me turlupine, je profite de ce fil pour sortir vite fait ma sempiternelle rengaine.

Voyez comme c'est amusant: on flétrissait par contre, maintenant c'est au tour de  en revanche (j'attends le "come back" - Entschuldigung! - de a contrario, par contraire etc.). Mais rien de pareil pour non, pauvre en équivalents (a priori, je n'en vois guère à part zut, niet, m**** qui ne sont pas voués aux gémonies [s]des [/s] par les locuteurs). Malgré l'affinité qu'on sent entre l'idée d'opposition et la négation.

Inversement, que de discours sur les synonymes contemporains ("commerciaux"?) de oui: tout à fait, absolument etc. Ou sur ceux de très, dont le très attendu et compréhensible trop (trop top/cool, ce site).

On attend toujours le linguiste qui prendra un manuel du genre "Ne dites pas" et essaiera de décrire  - ce qui est déjà un pas vers la compréhension, le pourquoi... - et en linguiste  quels vocables donnent lieu à cette pléthore de synonymes et, surtout, de commentaires des locuteurs. M'est avis qu'ils sont en nombre réduit, et qu'ils ressortissent à des principes.

Beau sujet de thèse pour un francisant.

Dernière modification par Naïf (31-08-2009 23:52:55)

22

Re : "par contre" ou "en revanche"

Hubert a écrit:

en invité, à défaut de pouvoir m'inscrire

Tiens donc, vous n'avez pas su répondre à la question 1+1= ? wink

23

Re : "par contre" ou "en revanche"

Hubert a écrit:

[…] en revanche il pleuvra sur [une région au choix]". Quelle revanche...

Eh oui, quelle revanche pour l’agriculteur qui voyait ses plantations dépérir ou pour le jardinier amateur à qui l’on avait interdit d'arroser pour économiser l’eau en période de sécheresse – de « beau » temps, diriez-vous.
Chacun juge sur ses propres critères, mais, comme le disait un mien cousin, paysan de son état : « Tout temps qui dure trop longtemps est un mauvais temps… »
Cordialement
S

Re : "par contre" ou "en revanche"

Bien sûr, Sylvain B, c'est la première remarque qui vient à l'esprit, mais ce n'est pas l'idée dans laquelle cette phrase est dite et ceux à qui elle s'adresse sont surtout des vacanciers anxieux de savoir s'ils vont pouvoir se promener que des agriculteurs qui de toutes façons consultent les bulletins sur le répondeur de Météo-France dans lesquels il n'est jamais fait mention de revanche.

25

Re : "par contre" ou "en revanche"

Mais pourquoi diantre veut-on entendre de la revanche dans en revanche? Entendez-vous le glouglou d'une outre dans en outre? Voyez vous le mignon souris d'une face dans en face de etc.
Enfin, je ne vais pas vous faire l'article...
Mais quand même.