Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 21 sur 22)

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 1 001 à 1 050 sur 1 080 ]

1 001

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Pierre de Jade a écrit:

Mieux vaut attraper une tumeur bénigne au Mali qu'une tumeur maligne au Bénin.

Alors, « Honni soit qui Bénin pense » s'impose dorénavant !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Il y a un paradoxe dans le fait que pour gagner sa vie, il faille parfois se tuer au boulot.
Mieux vaut passer sa vie au Tréport que passer de vie à trépas.
On a beau faire, les questions de fond refont toujours surface.
Si les antihistaminiques peuvent être efficaces contre le coryza, aucune étude n'a démontré que les anti-hispaniques soient d'une quelconque utilité contre la corrida.
Une amie dessinatrice a renoncé à acheter une jupe-crayon, elle taillait trop juste.
Certains sont très à cheval sur les principes, d'autres s'assoient dessus, il y a moyen de s’entendre.

De bonne guerre

Pour faire la guerre, le belligérant doit commencer par se trouver un ennemi suffisamment intime pour qu’il accepte sans rechigner de lui expédier des missiles dernier cri (aaah…) qui coûtent la peau des fesses. Car comme s’accordent à le préciser tous les bons manuels militaires, un combattant sans adversaire, comme un far breton sans pruneaux, c’est du flan. L’étape préliminaire et essentielle pour lui est donc d’en dénicher un qui vaille le déplacement, quand il n’a pas commencé à nous envahir. S’il n’en trouve pas, foutez-lui la paix, il n’y a pas plus irascible qu’un belligérant sans ennemis, craignant par-dessus tout de passer pour un va-t-en-paix. Écartons cette hypothèse improbable tellement il est simple d’en trouver au moins un, ne serait-ce que le maniaque de la perceuse du 5ème étage ou la sans-gêne au téléphone dans le bus. Pour un conflit digne de ce nom, il est préférable d’élargir le panel, on ne mobilise pas une armée pour combattre un forcené du perforateur ou une névrosée du smartphone, même bien équipés, sans susciter des railleries légitimes. Une fois l’ennemi identifié, tout bon guerrier digne de ce nom depuis l’invention du gourdin et de la fléchette au curare entreprend de lui tailler des croupières avant que celui-ci ne le réduise en bouillie. Après avoir laissé passer un temps suffisant pour que le nombre de victimes collatérales s’affiche à un niveau raisonnable, le chef des plus décimés siffle la fin de la récré et se résout, la mort dans l’âme et sur les champs de bataille, à ranger l’artillerie jusqu’à la prochaine bataille rangée. C’est inéluctable, il y aura toujours une paix pour venir contrarier les guerres. Mais c’est de bonne guerre.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

On ne vit qu'une fois mais ça n'a jamais empêché personne d'avoir une double-vie.
On s'est laissés envahir par le numérique. L'arrivée du téléphone portable aurait dû nous mettre la puce à l'oreille.
Il n'est jamais trop tard pour bien faire mais quand ça commence à bien faire, il est déjà trop tard.
Je crois aux fantômes depuis que j'ai vu de mauvais esprits se mettre dans de beaux draps.
Il n'y a pas plus singuliers que des mots qui n'ont pas de pluriel.
Les polyglottes ne sont pas des humains. Non contents d'être dotés de plusieurs glottes, ils sont pourvus de plusieurs langues.

Voyages dans le temps

L’Histoire des modes de transport ne date pas d’hier. Considérant à juste titre que marcher commençait sérieusement à lui casser les pieds, non protégés à l’époque par des crocs mignons, l’Homme des cavernes se mit à la recherche de nouveaux moyens de locomotion utilisant la force motrice des animaux environnants. En excluant la libellule, il était préhistorique mais pas complètement con. Après quelques tentatives de dressage d’espèces peu coopératives telles que les tigres à dents de sabre et les mammouths, tentatives aussi courageuses qu’hasardeuses qui ne sont pas sans rappeler celles de l’usager du RER parisien à l’assaut d’un wagon à 18h à La Défense, il finit par se rabattre au fil du temps sur le cheval, le chameau et le bœuf. Plus tard, l’un des représentants de l’espèce humaine plus malin que les autres et fier comme un paon, inventa la roue alors qu’il revenait de faire un tour. C’est à partir de ce moment-là que le mouvement s’accéléra. Les chevaux demeurant le principal moteur de traction d’engins roulants jusqu’au jour où la vapeur mis les gaz, donnant au cheval-vapeur une notoriété que le bœuf mironton et le chameau à l’étouffée n’ont jamais pu égaler. Trouvant la vie duraille et lassés de parcourir les chemins de traverse, d’autres esprits malins décidèrent par la suite de placer des traverses sur le chemin et d’y poser des rails avec entrain. La mobilité progressa alors à fond de train jusqu’à l’explosion du moteur à explosion, le bien-nommé. Le succès donnant des ailes, l’avion décolla dans la foulée et l’Homme moderne put enfin se rendre en vacances à Ibiza pendant ses congés payés.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 004

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

1 005

Re : Quelques mots d'humour...

Comme chacun pourra le constater sur place, à Liverpool, il fait un froid de canard.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Quelques mots d'humour...

Bientôt arrive parfois bien tard.
Mieux vaut mettre les bouts avant d'en arriver à des extrémités en étant poussé à bout.
Passer son temps à attendre son heure, c'est courir le risque de voir sa dernière heure arriver sans avoir vu le temps passer.
Cole Porter faisait beaucoup mieux courir les notes que les bruits.
Si vous avez tendance à souvent jouer petit bras, portez des chemises à manches courtes.
Les années se suivent mais on est toujours dans l'attente de celle qui sera sans précédent.

God save le roi

Les temps changent. Louis XVI aujourd’hui aurait écopé dans le pire des cas de cinq ans de prison dont trois avec sursis, peine à exécuter à domicile sous bracelet électronique au Pavillon de la lanterne de Versailles. Les Français aussi ont changé. Pris par les remords ou la nostalgie, ils ne portent plus le même regard sur la royauté. Loin d’eux l’idée du régicide. Et même lorsque chaque début d’année ils tirent les rois, il est exceptionnel que des victimes soient à déplorer. A l’exception de rares cas d’allergies à la frangipane non diagnostiquées ou de fèves mal digérées, comme l’an dernier à Choisy-le-Roi. Les monarques ont largement alimenté l’Histoire du pays et les traces de leur passage sont partout. Le Louvre, Versailles, Fontainebleau, la rue François Ier, les statues de Louis XIV, d’Henri IV, le square Louis XIII, les magasins Leroy-Merlin, la chanteuse Nolwenn Leroy, pour ne citer que quelques exemples marquants. Sans oublier Gérard Larcher qui réitère souvent cette affirmation au Sénat « j’ai plus d’une corde à monarque ! ». De là à imaginer l’engouement d’une bonne partie de la population pour le couronnement d’un roi, anglais qui plus est, c’est une révolution ! Quand on pense que Charles III a réussi l’exploit de provoquer l’extase chez des octogénaires au minimum vieillesse en exhibant sa quincaillerie rutilante dont une simple pièce suffirait à leur financer une place à l’Ehpad pendant un siècle, on croit rêver Tout conte fée, on ne mesure jamais assez l’impact à long terme de l’effet Prince charmant sur l’inconscient collectif.
Mais après tout, faire tourner la tête d’un peuple qui a coupé la tête d’un roi, ce n’est qu’une juste revanche.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 007

Re : Quelques mots d'humour...

"on ne mesure jamais assez l’impact à long terme de l’effet Prince charmant sur l’inconscient collectif."

non, même pas avec un pied-de-roi.

Re : Quelques mots d'humour...

Plutôt que de chercher à devenir quelqu'un, on ferait mieux de rester soi-même.
Paradoxalement, les individus qui ont réponse à tout ne se posent jamais de questions.
La folie des régimes à l’approche de la saison estivale tourne invariablement au delirium très mince.
Je me suis toujours demandé s'il était bien raisonnable de commander une Côte de Nuits avec un plat du jour.
Le séquoia est un arbre qui peut vivre jusqu'à 3000 ans. Autant dire que des conneries, il en a vues. Sans parler du chêne qui, du haut de ses 1000 ans, en a vu passer des glands.
Il faut battre le fier quand il est sot.

Des hauts et des bas

-    J’ai un ami palois qui rêvait de devenir pilote de ligne. Manque de pot, il a dû tirer brutalement un trait sur cette perspective
-    Il n’avait pas le bagage nécessaire ou ses notes ne décollaient pas ?
-    Il a attrapé le palud après avoir joué au polo à Kampala. Et à cause de ce palud, il a été contraint de tourner la page
-    Il est tombé de haut. Et depuis, il a rebondi ?
-    Il s’est lié d’amitié avec son voisin de pallier à Montpellier. Il vend des palans et il lui a proposé une association
-    Il avait des connaissances en palans ?
-    Au début il progressait à pas lents à cause du palud puis il a vite acquis les ficelles du métier
-    Et maintenant ça marche bien ?
-    On peut dire que ça tourne plutôt bien. Son boulot agit comme un remontant et lui a permis de remonter la pente. Il a même participé à un télécrochet
-    Il ne rechute pas par intermittence ?
-    Il a des hauts et des bas. Ça lui arrive quand il est en surcharge, mais c’est de plus en plus rare et il met vite les freins
-    En fin de compte, il a adopté une vie de monte-en-l’air sans voler, c’est une semi-consolation pour lui
-    Tu ne manques pas d’air pour un type terre-à-terre !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

A force de tuer le temps, les délais finissent par expirer.
Parler à voix basse en haute-montagne a souvent plus d'écho que parler à voix haute en rase-campagne.
C'est toujours quand un sujet devient vraiment chaud que des infos finissent par transpirer.
Ma femme a demandé un balayage à son coiffeur japonais, elle s'est retrouvée ippon en moins de dix secondes.
Il est tout de même paradoxal qu'il faille porter un uniforme pour lever des couleurs.
Pensée du jour : penser à se dépenser vaut mieux que dépenser sans réfléchir.

Bien partis pour revenir

Partir, revenir, c’est le lot de tout être sur cette Terre non irrémédiablement scotché devant des séries Netflix. Même les oignons partent, la preuve étant que beaucoup cherchent à les faire revenir.
On entend souvent dire que partir c’est mourir un peu, mais mourir un peu plus c’est être mal parti pour revenir, même si beaucoup seraient partants pour jouer les revenants. Mais revenons à nos moutons.
Historiquement et bien avant l’émergence des séries Netflix, il semblerait que la mise en place d’un impôt sur le revenu ait été le point de départ de la tendance de l’homo fiscus à freiner son inclination naturelle à partir, à l’exception de quelques représentants de l’espèce qui n’ont pas hésité à partir en Suisse. On ne sait pas d’où est partie cette hypothèse mais on y revient fréquemment, surtout du côté de Genève. Malgré ce frein malvenu, l’Homme rechigne à rester planté là, pas plus qu’ailleurs. Et ce ne sont pas Henri IV et Marat qui diront le contraire, un parce qu’ils sont morts et deux parce qu’ils avaient une tête qui a priori ne revenait pas à leurs assassins. Bien entendu, ces départs et retours successifs, en plus des bouchons sur l’A6 à hauteur du péage de Fleury-en Bière, occasionnent des frais de déplacement que l’on peut heureusement déclarer en frais kilométriques, et donc faire baisser l’impôt sur le revenu, on y revient.
Il est même possible, quoique assez rare, de partir de rien pour arriver à tout, mais face à cette trajectoire beaucoup d’observateurs n’en reviennent pas. Sans oublier celles et ceux qui pensent avoir trouvé la solution en choisissant un bon parti qui a de bons revenus, pour voir venir sans jamais être pris à partie.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 010 Dernière modification par vh (23-05-2023 08:31:15)

Re : Quelques mots d'humour...

Le bouche-à-bouche ne s'apprend pas de bouche à oreille.

Les urinoirs sont situés derrière la salle des commisions.

Re : Quelques mots d'humour...

C'est toujours pareil, dès que des différences existent, des différends surgissent.
Ce n'est jamais sans arrière-pensée que l'on pense à se mettre en avant.
Il faut parfois plusieurs lignes pour un trait d'esprit.
Le plus court chemin entre deux points est la ligne droite car il n'y a jamais personne pour vous attendre au tournant.
Il n'existe pas de recette de l'amour, ce qui n'a jamais empêché d'en faire tout un plat.
Les mots d'esprit devraient s'écrire sur du papier à lettre à en-tête.

Marée inhumaine

La surpopulation est en marche. Elle a même de plus en plus tendance à débouler en masse vers les sites touristiques. Et quand une marée humaine envahit le flanc du Mont Saint-Michel à la vitesse d’un cheval de trait au pas, flotte comme un air de déjà vécu en affrontant les vagues successives de franciliens tentant de monter dans une rame de métro un jour de grève à 18h30 à la station Saint-Michel. L’ascension de l’une des sept merveilles du monde vire à la réplique du chemin de croix vers le sommet du Golgotha, les omelettes de la mère Poulard en plus et les coups de fouet en moins. Un calvaire à faire regretter la quiétude d’une promiscuité mâtinée de crème solaire et d’huile de friture des plages de Fréjus et de Saint-Raphaël au mois d’août. A ce rythme de saturation des sites dits remarquables, la Creuse va finir par déborder, Morlaix est aux abois, le département de la Haute-Savoie se fait un sang d’encre pour le Mont-Blanc et les candidats à la visite du musée du mouchoir de Cholet risquent d’essuyer des refus, n’ayant plus que leurs yeux pour pleurer.
On aurait dû se douter qu’un jour viendrait où le tourisme de masse finirait par devenir pesant.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Lorsque ça devient fort de café, mieux vaut attendre que ça se tasse.
Il paraît que les anniversaires sont bons pour la santé. Des études prouvent que les gens qui comptent le plus d'anniversaires vivent plus longtemps.
Tenter de remettre un présent à un absent relève d'une absence évidente de présence d'esprit.
Paradoxalement, on a tendance à s'en vouloir quand on manque de volonté.
Les gens qui tournent en rond finissent par devenir fous. Ceux qui ne tournent pas rond le sont déjà.
Il est important de réfléchir à deux fois avant de ne rien faire, c'est toujours du temps de repos de gagné.

Le bord est sournois

Le bord est une limite dont il faut se méfier. Quand on dit d’un individu qu’il est un peu con sur les bords, rien ne prouve qu’il soit plus malin dans le Centre, du côté de Châteauroux. On ne compte plus les navigateurs qui, à trop tirer des bords, ont fini par passer par-dessus le bord, à bâbord ou à tribord, le doute reste entier, pour s’échouer sur une plage du bord de mer. Sans compter ceux, n’ayant pas forcément le pied marin, qui à force de se faire mener en bateau ont fini par virer de bord. Il arrive parfois que le problème se complique lorsqu’on nous invite à monter à bord d’un hors-bord. On a alors la désagréable impression que l’on cherche à nous pousser à bout. Le bord n’a pas de limites dans la fourberie. Pour ne rien arranger, le bord est partout, il n’a pas de frontières. On le rencontre aussi bien à Bordeaux qu’à Bora-Bora en passant par la Lorraine avec mes gros sabots.
Malheureusement, il est difficile de se passer du bord. Notamment lorsque nos ressources sont limitées, on se retrouve dans l’obligation de faire avec les moyens du bord. Encore faut-il avoir mis un peu d’argent de côté pour ne pas se laisser déborder.
Je n’irai pas plus loin avec ces histoires de bord pour ne pas vous conduire au bord de la crise de nerf.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 013

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Pierre de Jade a écrit:

Il paraît que les anniversaires sont bons pour la santé. Des études prouvent que les gens qui comptent le plus d'anniversaires vivent plus longtemps.

En effet, vieillir est bien la meilleure façon de ne pas mourir jeune…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

1 014 Dernière modification par glop (11-06-2023 23:10:37)

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Les gens qui tournent en rond finissent par devenir fous. Ceux qui ne tournent pas rond le sont déjà.

Il leur faudrait purger avec quatre grains d'ellébore.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

Re : Quelques mots d'humour...

C'est paradoxalement lorsque la bêtise atteint des sommets que l'on touche le fond.
Certains chinent à Paris pendant que d'autres parient en Chine, c'est fou ce que le monde est petit.
Le e dans l'o, cas particulier de la langue française, fut préféré à l'époque au q en l'r, l'aéronautique n'étant pas encore dans l'air du temps.
Même si vous en avez gros sur la patate, essayez de garder la frite !
Une personne qui ne mâche pas ses mots peut facilement rendre son discours indigeste.
On ne transforme peut-être pas le plomb en or mais on peut très bien transformer l'argent en or, la preuve en est que certains se font des couilles en or en plaçant de l'argent en Bourse.

En quête non criminelle

L’Homme cherche depuis qu’il se trouve sur Terre. Une quête permanente à faire saliver les prêtres tendant leur sébile aux ouailles de la messe dominicale. Il cherche indifféremment ses clés de voiture, des noises, midi à quatorze heures, à toucher le Quinté+ dans l’ordre ou à unifier les quatre forces fondamentales de la nature en espérant trouver la clé de l’Univers à défaut de ses clés de voiture. Il arrive même que certains trouvent cette activité passionnante et en fassent leur métier en devenant chercheurs professionnels. Je trouve que c’est chercher la difficulté tout en risquant de ne pas y trouver son compte. D’autant qu’il se trouve que, professionnels ou pas, les chercheurs ne savent pas toujours où trouver ce qu’ils cherchent.
Dans tous les cas, il faut savoir rester mesuré face à la recherche. A trop chercher, il arrive qu’on se trouve mal. Certains diront qu’on l’a bien cherché. C’est idiot car si on l’avait bien cherché, on l’aurait trouvé avant de se trouver mal.
J’ajouterai que ma voisine est tombée amoureuse d’un chercheur et franchement, je ne vois pas ce qu’elle lui trouve.
Je vous laisse - j’ai du pain à aller chercher - avec cette célèbre sortie de Charles De Gaulle sur le sujet : « des chercheurs qui cherchent, on en trouve, des chercheurs qui trouvent, on en cherche ».

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Il est loin ce temps où l'on pouvait acheter une baguette pour une bouchée de pain.
Quand les temps sont durs, les fins de mois sont raides.
Certains manquent tellement de pot qu'ils ne parviennent même plus à faire bonne contenance.
C'est curieux cette manie d'entamer sa sortie au resto par une entrée.
C'est bien beau de dire à quelqu'un ses quatre vérités, il faudrait peut-être lui préciser laquelle est la vraie.
Mentir avec assurance conduit inéluctablement à perdre sa franchise.

Pas d’alternative à l’alternance

La vie est faite d’une succession de hauts et de bas, que l’on vive dans les montagnes russes de l’Oural, dans le bas des Hauts-de-France ou dans le haut des Pays-Bas. Partout on y rencontre des auteurs qui font débat, des bassistes qui atteignent des sommets, des sommités qui s’élèvent contre la bassesse. On y trouve même des petits hauts à bas prix en période de soldes chez Ginette, sur la Place du marché de Château-Thierry dans le bas de l’Aisne. Si vous tendez l’oreille dans un appartement mal insonorisé, la vie est aussi une suite d’ébats d’en-haut et de oh d’en bas, mais je n’en dirai pas plus de peur de me faire remonter les bretelles.
Ce phénomène alternatif n’est pas sans risques. Si vous avez une bonne descente, méfiez-vous des remontants. On ne compte plus les types qui après en avoir abusés ont provoqué une descente de police. Et d’évidence il est difficile de passer du trente-sixième dessous au septième ciel quand les ascenseurs sont en-dessous de tout. Se faire descendre par des gens remontés pour avoir dit tout haut ce que d’autres pensent tout bas est une autre démonstration du caractère périlleux de ce mouvement perpétuel.
L’essentiel étant de trouver un équilibre entre ces hauts et ces bas, ce que tente de réaliser le Français moyen depuis bien avant le Moyen Age, malgré ses hausses de tension et ses baisses de forme.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

A toujours chercher à avoir le dernier mot, on finit rarement en bons termes.
Quand on est dans l'attente, on a tendance à rester planté là.
Victor Hugo était sans aucun doute un immense écrivain mais il fit preuve d'une absence frappante d'inventivité le jour où il choisit comme pseudonyme le nom d'une station de métro.
Passé un certain âge, il est aussi compliqué de descendre en rappel que de remonter dans ses souvenirs.
Nous vivons dans un monde où il est plus courant d'étaler sa richesse que de la répartir.
On finit tous par prendre un coup de vieux et rien n'est fait pour enrayer la délinquance des personnes âgées.

J’ai des visions

-    Bonjour Docteur. Je viens vous voir car j’ai des problème de visions
-    De vision de près ou de vision de loin ?
-    De visions tout court, j’ai des visions
-    Ah je vois, vous êtes un visionnaire !
-    Ça, ça reste à voir. Je vois surtout des choses que les autres ne voient pas
-    Quoi par exemple ?
-    Je vois le mal partout
-    Et alors, vous n’êtes pas le seul, où est le mal ?
-    C’est plutôt mal vu
-    Vos proches ne voient pas ça d’un bon œil ?
-    Exactement. Ils pensent que j’ai le mauvais œil
-    Vous avez vu un spécialiste ?
-    Oui, à Bonneuil, mais suite à une forte divergence de vues sur l’origine des visions, il a fini par me dire d’aller me faire voir
-    Il n’est pas très regardant sur la déontologie votre spécialiste. Et vous avez fait quoi ?
-    Je suis venu vous voir
-    A première vue, il vous faudrait un deuxième regard
-    Ces problèmes de visions vont finir par me coûter les yeux de la tête !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 018

Re : Quelques mots d'humour...

À ceux dont la vision de loin laisse à désirer reste la télévision…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Il faut toujours être prudent avant de prendre l’autre pour un con, ça pourrait être vrai.
Bêtise rime avec sottise mais les deux ne riment à rien.
C'est bien gentil de débiner les autres mais le jour où ils l'apprennent, mieux vaut se débiner.
Paradoxalement, celui qui ne donne jamais aux autres perd beaucoup de son crédit.
Les individus qui changent d’avis comme de chemise devraient savoir qu’ils pourront repasser pour conserver leur crédibilité.
Quand on a la vue qui baisse, se contenter de lever les yeux au ciel n’est jamais la solution.

Un certain âge

Depuis que l’Homme est capable de compter les années qui passent, approximativement depuis l’invention de la bougie qui soit dit en passant n’a pas été du gâteau, l’âge est un sujet qui ne vieillit pas. On le retrouve cuisiné à toutes les sauces. Age de pierre, de bronze, de fer, âge d’or, rien de très léger dans tout ça, il ne faut pas s’étonner qu’à la longue l’âge finisse inéluctablement par nous peser.
On nous parle d’individus qui ne font pas leur âge et d'autres qui affichent un air défait au même âge. C'est d’autant plus compliqué à suivre que certains ne font pas leur âge alors qu’ils ont fait leur temps.
Je précise en passant par la Lorraine avec mes gros sabots que le féminin d’un homme de mon âge n’est pas une femme de ménage, même si elle est âgée de cinquante ans et des poussières.
On palabre sur l’âge des trois capitaines et on arrive comme une fleur dans la fleur de l’âge. Manque de pot, c’est l’âge où l’on commence à se faner et à se faire du souci. Et forcer un peu sur les arrosages ne change rien à l’affaire.
Depuis les temps les plus reculés, être d’un âge avancé permet de prendre du recul sur le temps qui passe. Passé un certain âge, on n’est peut-être plus certain de son âge mais on est sûr d’être âgé. Et que mon dentier devient plus important que le monde entier.
Quant à tous ceux qui prétendent que les vieux sont imbuvables, voire soulants, je répondrais qu’ils n’ont jamais dû goûter un rhum hors d’âge.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Mieux vaut des pensées qui vagabondent que des idées fixes.
Tenter de mener les gens en bateau est une tendance de plus en plus en vogue.
Quand le doute plane, les certitudes s'envolent.
On entend de plus en plus souvent parler de l'intestin comme d'un deuxième cerveau. Ce qui pourrait expliquer la prolifération des idées de merde.
Le R est la lettre la plus crédule de l'alphabet, on peut facilement le rouler. C’est triste car le pauvre hère n'a pas l'air bien riche.
Méfiez-vous d'un air décrépit, ce n'est parfois qu'une façade.

Ne m’en parlez pas !

-    Je viens vous dire que je n’ai rien à dire
-    Vous en êtes sûr ?
-    Si je vous le dis
-    Parler ne vous dit plus rien ?
-    Je ne vous le fais pas dire mais ça va mieux en le disant
-    Vous ne craignez pas que votre démarche fasse jaser ?
-    C’est difficile à dire
-    Les on-dit n’ont pas l’air de vous effrayer
-    Les non-dits sont plus dangereux par leurs sous-entendus
-    Que sous-entendez-vous par là ?
-    Je ne vous le dirai pas
-    Vous n’êtes pas très loquace
-    Je vous ai dit que je ne dirai rien, je tiens ma parole
-    Je comprends que rien ne pourra vous faire changer d’avis
-    Ce qui est dit est dit, tenez-vous le pour dit !
-    Quand vous aurez envie de vous exprimer, contactez-moi.
-    Vous avez ma parole

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 021

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent !
J'aurais préféré « Mieux valent des pensées… ».

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Mieux vaut rire de tout que ne pas rire du tout.
Entre les bruits sourds, les lettres muettes et les silences parlants, il devient difficile de se faire entendre.
Les individus qui mentent comme ils respirent ne manquent pas d'air, c'est une question de survie.
Etre plié de rire n'a jamais empêché de rire à gorge déployée.
Rien n'est fait contre la fuite des cerveaux et on s'étonne d'avoir des trous de mémoire.
C'est souvent lorsque le temps se gâte qu'il se trouve toujours quelqu'un pour déclarer "on n'est pas gâtés par le temps !".

On est peu de choses

Quand on y pense, le monde sous sa forme actuelle tient à peu de choses. Plus exactement à un objet céleste de plus de 10 km de diamètre venu faire le chamboule-tout dans l’actuel golfe du Mexique il y a environ 66 millions d’années. Sur une zone située à proximité de la ville de Chicxulub, baptisée ainsi après d’âpres discussions largement arrosées à la tequila, au détriment de Santa Maria del Sombrero envisagé avant les palabres et l’ouverture de la première bouteille. Suite à ce carambolage sans constat, les dinosaures qui régnaient en maîtres à cette époque n’ont pas fait de vieux os, tout en laissant de très vieux ossements sans lesquels Jurassic Park n’aurait pas eu plus de succès qu’un péplum sans Romains. Sans cette météorite dotée d’un sens de la trajectoire beaucoup moins développée que celle d’un politicien carriériste, tout serait différent aujourd’hui. Le grand Rex aurait continué à se donner en spectacle sans que personne ne trouve à redire au cinéma de ce tyran du Crétacé. Les assemblées de dinosaures n'auraient jamais été remplacées par des éléphants de la politique. Dino et Shirley ne serait que Dino sans Shirley, les brontosaures auraient éclipsé les sœurs Brontë. Les courses cyclistes n’existeraient pas, remplacées par des cavalcades de vélociraptors sans les casquettes Cochonou. Et aucun de ces animaux préhistoriques, pas même le diplodocus au cerveau si petit qu’il ne devait pas être plus malin qu’un complotiste partisan de Donald Trump, n’aurait passé la nuit devant un magasin pour se ruer dès l’ouverture sur le dernier smartphone sorti.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 023 Dernière modification par Chover (17-07-2023 09:05:45)

Re : Quelques mots d'humour...

Vous avez une imagination qui me laisse sur le cul et dont je me délecte !
Plutôt « un sens de la trajectoire beaucoup moins développé que celui d’un politicien carriériste », non ?

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Chover a écrit:

Vous avez une imagination qui me laisse sur le cul et dont je me délecte !
Plutôt « un sens de la trajectoire beaucoup moins développé que celui d’un politicien carriériste », non ?

Oui, c'est mieux... de mieux se relire ! Et merci, au passage. smile

1 025

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:
Chover a écrit:

Vous avez une imagination qui me laisse sur le cul et dont je me délecte !
Plutôt « un sens de la trajectoire beaucoup moins développé que celui d’un politicien carriériste », non ?

Oui, c'est mieux... de mieux se relire ! Et merci, au passage. smile

Oui, l'orthographe du reste de votre message et celle de vos textes en général montrent que vous vous relisez !
Vos remerciements me réjouissent, car on n'est jamais certain en pareil cas de ne pas voir mal prise sa remarque.
Je suis bien incapable de produire des mots d'humour de la qualité des vôtres.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Pour se sortir d'un mauvais pas, mieux vaut partir du bon pied.
L'oignon n'est pas le seul légume à faire pleurer. On oublie trop souvent que certains navets sont également à pleurer.
Se rendre à Andorre pour une anesthésie locale et ne pas réussir à trouver le sommeil.
Œil pour œil, dent pour dent, expression vengeresse trouvant sa source dans l'agressivité d'un homme qui avait une dent contre les ophtalmos et ne pouvait pas voir les dentistes.
L'étoffe des héros est moins résistante qu'un tissu de mensonges.
Un suppositoire en transit aura toujours plus d'effet qu'une supposition transitoire.

Jésus revient encore

-    Bonjour monsieur. C’es drôle mais j’ai l’impression de vous avoir déjà vu
-    Vous n’allez pas me croire mais je suis Jésus, Jésus de Nazareth. A ne pas confondre avec Jésus de Nazaré, un célèbre surfeur portugais qui ne manque jamais une messe le dimanche
-    C’est pas Dieu possible !
-    Messie c’est possible ! J’ai décidé de revenir et je vous prie de croire que je ne me suis pas fait prier
-    Je n’en reviens pas
-    Face à la situation sur Terre et considérant que je suis toujours sain d’esprit, je ne pouvais pas rester planté là
-    Une foi, ça passe, mais deux fois, n’est-ce pas une foi de trop ?
-    Ce n’est peut-être pas la dernière, ne dit-on pas jamais Dieu sans croix ici-bas ?
-    Mais vous n’avez pas l’impression d’entrer en cène alors que le repas est déjà terminé ?
-    Les nourritures spirituelles se mangent sans fin, mon fils !
-    Dans tous les cas vous faites encore jeune à l’âge que vous avez
-    C’est normal, c’est vendredi saint aujourd’hui
-    Je vous souhaite bon courage, vos brebis sont de plus en plus galeuses
-    De toute façon il fallait que je redescende, une veille histoire de litige d’héritage à régler entre ancien et nouveau testament
-    Vous croyez encore en l’humanité ou la messe est déjà dite ?
-    Bien sûr que je crois en elle ! Avec toutes cette foule qui croit en moi, ce serait faire preuve d’une profonde ingratitude !

(Saint) Pierre de Jade

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

On ne peut pas rire de tout avec tout le monde mais on peut rire d'un rien avec pas mal de monde.
C'est bien beau de s'installer dans un appartement flambant neuf mais on n'a jamais le temps d'en profiter.
Lorsque tous les voyants sont au vert, les prédictions sont à l'arrêt.
On a souvent tendance à en faire trop quand on commence à en avoir assez.
Nous vivons une époque où les génies se font aussi rares que les lampes à huile.
Mieux vaut être pieux et aller à Foix qu'avoir les foies d'aller au pieu.

Face aux travers

Aussi droit puisse-t-il paraître, tout homme a ses travers. Le porc aussi mais je n’en ferai pas tout un plat. Aucun biais ne lui permet d’y échapper dans la durée. Avouez quand même que rechercher des biais pour éviter des travers est une attitude susceptible de vous faire passer pour un désaxé. Tout individu incapable de regarder ses travers en face finit toujours par paraître un peu louche. Si par-dessus le marché il est plutôt soupe au lait, il mettra sans vergogne les pieds dans le plat à la moindre remarque sur le sujet. D’un autre côté, croire qu’il existe des travers sains conduit souvent à se mettre dans de beaux draps en faisant le lit de débordements. Et dans ce cas le risque est grand que l’on vous regarde de travers. C’est clairement improductif. Et c’est difficile à digérer, comme lorsqu’on avale de travers. J’en profite pour ouvrir une parenthèse, les bons restaurants ne font pas défaut lorsqu’on traverse Avallon. Et la digestion est plus facile lorsqu’on n’y abuse pas du travers de porc. Je referme la parenthèse pour ne pas sombrer dans le travers de la digression. Conclusion de cette histoire, il est très difficile de faire face à ses travers, sauf à faire profil bas. D’autant que tout un chacun s’accorde à reconnaître que lorsqu’on perd des droits, on l’a toujours un peu en travers.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 028

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

L'Homme n'est pas une réussite. – Descartes.
Le croyant ne se fait pas prier pour prier. L'athée vous prie de croire qu'il ne croit pas.
Mieux vaut manger des moules à Quimper que porter un imper à Moulins.
On commence par être souvent dans la Lune et on finit par ne plus avoir les pieds sur Terre.
Les envolées lyriques conduisent souvent à prononcer des paroles en l'air.
Ce n'est pas parce que les murs ont des oreilles qu'il faut écouter aux portes.

Clim et châtiment

Pendant qu’au Nord, il fait un temps à commencer à accrocher les décorations de Noël, au Sud le soleil grille à un point tel que les Méridionaux sont à deux doigts de pastis d’éprouver le ressenti de la chipolata oubliée sur le barbecue. Le climat n’en fait qu’à sa tête et échauffe les esprits d’une population qui avait déjà bien du mal à garder la tête froide face à ses turpitudes répétées alimentées par une tendance peu emballante à emballer le thermomètre. A l’exception de quelques contrées septentrionales dont les défilés estivaux de manchots à moufles ne surprend plus aucun des pingouins locaux depuis des lustres, les autres vivent un enfer sans passer par le jugement dernier.
Clairement, vous n’êtes pas très chauds pour avoir froid au mois d’août et en même temps l’excès de chaleur vous refroidit. Un coup à attraper un chaud et froid. Certains esprits dégradés par une surchauffe au-delà de la température de liquéfaction peuvent bien affirmer avec aplomb et sous un soleil de plomb que tout ça c’est du vent et qu’il ne fait pas plus chaud que s’il faisait moins froid, le climat continuera son show en soufflant l’effroi.
Souhaitons qu’à ce rythme de réchauffement, on n’en soit pas réduits à l’avenir à contempler des œuvres d'art en terre cuite et à lire des brulots.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 030

Re : Quelques mots d'humour...

lol
Indéniablement, « Mieux vaut manger des moules à Quimper que porter un imper à Moulins » ! Mais je crains, cette année en particulier, que certains doivent portent un imper lorsqu'ils mangent des moules à Quimper…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Paradoxalement, on observe une tendance à voir tout en noir lorsque la vie nous en fait voir de toutes les couleurs.
Le meilleur moyen de se mettre quelqu'un à dos, c'est de lui faire perdre la face.
Approuver ce que la morale réprouve peut finir par vous éprouver, c'est prouvé.
Quand on part faire un tour, arrive toujours le moment où l'on fait demi-tour, certainement par manque d'ambition.
Le plus grand risque du narcissisme c'est de se prendre au je.
La poésie c'est le pouvoir de boire ses rêves dans des vers à douze pieds.

Le plat du jour

- Donc, c’est bien vrai, vous persistez, pour vous la Terre n’est pas ronde ?
- C’est une certitude, et ça me fout en boule que certains adeptes de la secte des scientifiques réfutent cette évidence : la Terre est plate !
- Je vais mettre les pieds dans le plat mais une forte majorité de la population considère que c’est vous qui ne tournez pas rond
- Ah, ah, des types aussi fiables que des boulistes ronds comme des queues de pelles après l’apéro, qui feraient mieux de se tenir à carreau !
- Comment expliquez-vous alors que de grands voyageurs aient fait plusieurs fois le tour du monde ?
- Non, non, écoutez-les bien, ils vous diront avoir voyagé aux quatre coins du monde et certains d’entre eux ajoutent même qu’ils se sont rendus au bout du monde !
- Mais, c’est une image !
- Une image, c’est plat, c’est une confirmation !
- Ça ne va pas être facile… Et ces prises de vues de notre planète sous tous les angles transmises par les satellites, les stations spatiales, les télescopes embarqués ?
- Encore une preuve qu’elle n’est pas ronde, puisqu’elle a des angles, vous me prenez vraiment pour un imbécile ? Et tous les jours, on croise des types qui habitent dans le coin ! J’en connais même plusieurs qui sont partis en vacances aux Angles !
- Bon, je vois que l’on tourne en rond et que vous n’êtes pas près d’arrondir les angles. Je vous abandonne, j’ai un plat du jour qui m’attend à « La Coupole ».

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le silence est fragile, certes, mais il finit toujours par avoir le dernier mot.
L’écriture est un art difficile. On ne passe pas d’un claquement de doigts d’un brin de causette à l’œuvre de Victor Hugo. Le penser serait misérable.
Si les hommes se serraient autant les coudes que les mains, ils auraient moins de problèmes sur les bras.
Si vous en avez assez d'avoir les chevilles qui enflent, faites la chandelle pour avoir la grosse tête.
Alors que certains partent sans même demander leur reste, d'autres, plus nombreux, restent en en prenant leur parti.
Inutile d'être un expert pour constater que l'industrie de l'armement est en plein boom, ça saute aux yeux.

Campagnes de villes

- Venez, vous serez touchés par la Grasse !
- Ni une, ni deux, venez à Troyes !
- Pour vos vacances, ciblez La Flèche !
- Venez à Morlaix, on ne mord pas !
- Dites oui à Dinan !
- Vous avez du goût ? Berck est faite pour vous !
- A Saintes, on ne se fait pas prier pour revenir !
- Ne pas passer à Cambrai est une bêtise !
- A Quarré-les-Tombes, la vie est belle !
- T’as voulu voir Paris ? Viens voir Vesoul !
- Marre de passer vos vacances dans des trous perdus, venez à Trouville !
- Vous avez aimé Vannes ? Vous adorerez Riom !
- Osez, ne manquez pas Culoz !
- Vous avez vu Lisieux ? Venez voir Meyzieu !
- Aubagne, un vent de liberté y souffle !
- Hyères, vous y venez aujourd’hui, vous y retournerez demain !
- Marans, la ville qui vous donne le sourire !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 033

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

- Vous avez aimé Vannes ? Vous adorerez Riom !
- Marans, la ville qui vous donne le sourire !

Trois villes à ne rater sous aucun prétexte !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

La différence entre un pilier de rugby et un pilier de bar, c'est la forme du ballon.
Paradoxalement, pour rester à la page il faut parfois savoir la tourner.
Lorsque le tour de taille devient un problème pesant, le poids devient un problème de taille.
Chez certains le passé est beaucoup trop présent pour envisager l'avenir.
Je connais un type remonté comme une pendule qui n'est jamais à l'heure, même pour passer faire un petit coucou.
Face à un individu qui n'a pas les pieds sur terre, on a tendance à lever les yeux au ciel, c'est dans la logique des choses.

A deux doigts du bestseller

A quoi tient un succès littéraire ? Il n’a pas manqué grand-chose pour que ces ouvrages et leurs auteurs passent à la postérité.

« A la recherche du pain perdu », de Marcel Croute, racontant par le menu ses amours de jeunesse avec Madeleine, une boulangère briochine.
« Le vieil homme est amer » d’Ernest-Emile Houet, roman sur le naufrage de la vieillesse en mer de Chine.
« La miss érable », de Victor Rugueux, relatant le parcours semé d’embuches d’un bûcheron québécois transgenre des forêts de sapins au concours de Miss Canada.
« Les essais transformés », de Michel Montagne, ancien demi de mêlée du Biarritz Olympique, roman philosophique regroupant pêle-mêle les démêlées d’un trois-quarts centre avec l’aile gauche de la droite extrême et le pilier droit de la gauche modérée.
« L’éducation sans Emmental », de Gustave Flo-Berne, narrant les aventures mouvementées d’un jeune Suisse natif de Gruyère dans un trou perdu des environs de Saint-Nectaire.
« La gare de Nantua », de François Rabais, biographie de la vie de Patou Gruel, chef de la gare aujourd’hui disparue et figure locale du train à vapeur et du café des amis situé Place de la Gare.
« L'Insoutenable légèreté des lettres », d’Emilien Pondéra, facteur à la Poste de Pézenas, recueil de nouvelles autour du poids des mots et de l’affranchissement des courriers.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 035

Re : Quelques mots d'humour...

Vive la miss érable québécoise !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

On n'en sort pas, chaque année on a droit à la rentrée.
Quand on n'est pas faits pour s'entendre, on peut toujours aller se faire voir.
Paradoxalement on ne peut pas affirmer avoir peur de rien quand on a peur du vide.
Avoir le verbe haut ne suffit pas pour élever le sujet.
Le doute peut légitimement nous étreindre et quand le doute étreint, la confiance déraille sans crier gare.
Un dermatologue qui manque de peau peut rapidement rejoindre dans la désillusion le proctologue qui manque de fonds.

Tête de lard

Tout comme la tête à claques avec laquelle il cultive la ressemblance, le têtu est une espèce vivante persistant obstinément à rester sur ses positions, rejoignant en cela la moule ou le Prince s’accrochant à son rocher ou le député à son siège.
Le têtu moyen (medius tetus en Latin moyennement maîtrisé) est en général une véritable tête de lard premier choix avec lequel discuter le bout de gras peut rapidement sentir le pâté. Il n’est pas rare de voir certains individus parmi les plus bornés de l’espèce vous pousser à bout au risque d’en arriver à des extrémités. Les faits divers regorgent de drames où des butés se sont fait descendre.
Autant dire qu’il est préférable de ne pas persévérer dans l’entêtement. Au-delà d’un certain seuil d’inflexibilité, le risque est grand pour un têtu de passer pour un tordu des plus retors.
L’Histoire elle-même ne manque pas d’exemples d’entêtés partis bille en tête et qui ont fini la tête sur le billot. Ne pas reconnaître ses torts peut prendre la tête, c’est une certitude.
Faire entendre raison à un têtu relève de l’exploit, sauf à user d’arguments-massues ou à s’avérer plus têtu que lui. Le tête-à-tête entre deux têtes dures risquant fort de durer et de conduire le plus intraitable des deux à se faire traiter de tous les noms.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 037

Re : Quelques mots d'humour...

Un dermatologue qui manque de peau peut rapidement rejoindre dans la désillusion le proctologue qui manque de fonds. lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

La soif de pouvoir ne s'étanche pas en prenant de la bouteille.
Les individus les plus ouverts ont souvent du mal à la fermer.
Sur le point de noyer son chagrin, il se sauva en donnant la larme.
La connerie réussit l'exploit d'être très souvent congénitale alors que le con est sans gêne.
Il faut lutter contre la violence gratuite, coûte que coûte.
Contre les problèmes courants, il y a des solutions qui marchent. On n'est pas près d'y arriver ...

Water closed

L’eau c’est la vie, ça coule de source. Je n’en dirais pas autant de l’eau de vie, bien que certaines réveilleraient un mort. Sans eau, le monde boirait la tasse. La mer, si souvent démontée, aurait les pires difficultés à se remonter, comme un vieux meuble Ikea. Même se noyer dans un verre d’eau ne serait plus possible. Et ne parlons pas de jeter le bébé sans l’eau du bain qui serait mal perçu. Les flottes ne pourraient plus mouiller l’ancre tout en restant en cale sèche. Sans eau, Cologne n’aurait plus le même parfum et Vichy serait dans le Pétain, pardon, dans le pétrin. Les téméraires sombreraient, dans l’impossibilité de se jeter à l’eau.
On ne compterait plus les ponts obligés de rendre leur tablier et de prendre congé pour ne pas perdre la face en conservant leurs piles.
Les plongeurs plongeraient dans la dépression. Les cruches sans eau passeraient pour des gourdes et la carrière des plombiers serait plombée.
Et surtout l’usage de la chasse d’eau deviendrait aussi rare que la chasse au gibier d’eau dans le désert de Gobi. Alors avant que les réserves ne s’épuisent, n’oubliez pas de vous hydrater pendant la canicule.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 039

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Le sourd dîne en silence.
Dans le cas du Mouton Rothschild, on ne parle plus de foire aux vins mais de foire ovine.
On trouve toujours à redire sur les individus qui se répètent à longueur de temps, on n'en sort pas.
Se laisser griser c'est prendre le risque de voir son horizon s'assombrir.
S'encroûter dans un gagne-pain qui ne rapporte que des miettes et dans lequel on est mené à la baguette, c'est plutôt les boules.
Un travail en souffrance n'est pas toujours soigné une fois traité .

Un univers impitoyable

L’ambiance dans le monde du travail d’aujourd’hui étant souvent rapportée comme plus proche de celle d’une chambre funéraire que de celle d’un café-théâtre, un état des lieux établi sur la base d’un échantillon de professions absolument pas représentatif me paraît le bienvenu.
Les poissonniers ont le coup de bar et les traiteurs sont mal traités.
Les plongeurs cherchent un remontant pour ne pas toucher le fond.
Les monteurs sont au plus bas, prêts à péter un câble.
Les mercières ont des boutons et les dermatos sont à côté de la plaque.
Les prestidigitateurs ne se font plus d’illusions et les ventriloques ont peur du bide.
Les carreleurs restent sur le carreau et les couvreurs enchainent les tuiles.
Les chefs de rayon prennent la tangente et les tourneurs ne tournent plus rond.
Les météorologues sentent le vent de la dépression et les gérants de pressings sont lessivés.
Les cordonniers sont à côté de leurs pompes et les pompiers sont éteints.
Les ambulanciers ruent dans les brancards et les brancardiers tirent sur l’ambulance.
Tout ne va donc pas si mal. D’autant que les humoristes ne perdent pas le sens du non-sens et que l’humour garde tous ses droits pour contourner les travers de cet univers impitoyable.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 041 Dernière modification par Pierre de Jade (24-09-2023 23:24:33)

Re : Quelques mots d'humour...

L'ascension des condescendants n'est jamais décente.
Une navigatrice qui n'aborde que des sujets-bateaux, il est difficile de l'arraisonner.
N'être au courant de rien est la preuve d'un lâcher-prise avec la réalité.
L'intelligence est louable, à condition qu’il s’agisse d’un bail reconductible.
Si vous ne pouvez pas vous débarrasser de vos vieux métaux ici, il faut le ferrailleur.
Dans un champ de vision, on ne cultive que des iris, et encore ça reste à voir.

Quand le bas blesse

- Vous avez mauvaise mine, vous avez des soucis ?
- A qui le dites-vous, mon travail me mine
- Des problèmes de fonds ?
- Jusqu’à récemment non. Je vends des bas sur le net, avec une clientèle ciblée sur l’Aisne et le Bas-Rhin
- Aujourd’hui, ça ne se vend plus ?
- Il y a des hauts et des bas. Et ces temps-ci ce seraient plutôt des bas, la cote du bas n’est pas à la hausse, même dans le bas de l’Aisne
- Vos bas filent trop vite ?
- Non mais beaucoup de mes clientes ont filé
- Elles n’adhèrent plus au collant non plus ?
- Il faudrait que les températures chutent pour que les collants décollent et le réchauffement climatique n’arrange rien
- Les mi-bas ne marchent pas mieux ?
- La tendance n’est pas à la hausse
- Et tout ça forcément vous affecte
- Je dois reconnaître que j’ai le moral dans les chaussettes
- Vous filez un mauvais coton, je vous souhaite de repartir du bon pied. je vous offre un remontant ?
- Je ne sais pas, je suis au trente-sixième dessous. Je me demande si je ne vais pas me reconvertir dans la lingerie.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

L'abus de café fait du tort aux facteurs.
On commence par broder des histoires et on finit avec un tissu de mensonges.
Mieux vaut crever l'abcès et se faire remonter les bretelles que crever dans une bretelle d'accès.
La peur nous tenaille, le froid nous pince, la colère nous rend marteau, la médisance tourne au vice. Ou comment joindre l'outil au désagréable.
Il est très rare qu'un vendu cherche à se racheter.
Tout individu a besoin de reconnaissance dans son travail, ce qui pose un sérieux problème chez les agents secrets.

Le plat du chef

La cuisine fait de plus en plus recette. Jadis, rares étaient les téméraires n’appartenant pas à la caste des cordons bleus qui osaient s’aventurer hors des crèmes battues et des steaks purée. Aujourd’hui, l’explosion du nombre de sites, tutos, vidéos et émissions TV de recettes en tout genre a fait émerger une nouvelle génération d’explorateurs en terrines inconnues. Vous souhaitez cuisiner un sauté de kangourou au pain d’épices ? Un tour sur le net et c’est dans la poche. Un engouement sur le point de faire passer une Lorraine pour une quiche si elle s’avère incapable d’en cuisiner une aux champignons de Paris.
Un bémol tout de même à ce concerto en sole meunière. Regarder des vidéos de Paul Bocuse ne feront pas de vous le nouveau Robuchon, tout comme se repasser inlassablement les exploits de Lionel Messi ne feront pas de Kevin Coulant, numéro 10 au FC Camembert, le nouveau Dieu du football. Mais là n’est pas l’essentiel. Comme le disait Coubertin qui ne loupait jamais un banquet, l’essentiel est de participer. Et de ne pas en faire un plat si votre préparation fait un four.
Car il faut bien se rendre à l’évidence, réussir une tarte est parfois loin d’être du gâteau.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Il est plus facile d'avoir réponse à tout quand on ne se pose jamais de questions.
Quand on a maille à partir avec quelqu'un, on finit toujours par en découdre.
On peut tromper l'ennui mais il est ennuyeux de se tromper.
Il n'est pas facile de la boucler quand on doit faire ceinture tous les jours.
J'ai appris par la bande qu'il était au bout du rouleau.
La droiture reste la meilleure voie à emprunter pour ne pas être attendu au tournant.

Politicus

Politique vient du grec polis, cité. L’Homme politique, appelons-le le politique pour faire plus simple même s’il fait rarement dans la simplicité, le politique n’est pas pour autant toujours très poli. Surtout lorsqu’il perd son siège alors qu’il pensait l’emporter dans un fauteuil. Sans oublier que les politiques mises en œuvre s’apparentent parfois à des injures faites à la cité.
Depuis Aristote on parle souvent d’animal politique pour le représenter. Reste à savoir lequel. Alors que le politique cherche à se donner l’image d’un lion, la perception du peuple peut s’avérer plus proche de la chèvre ou de la buse, voire du blaireau.
Le politique doit impérativement avoir fait langue de bois première langue pour avoir les capacités de composer des formules de derrière les fagots, des formules du chef généralement difficiles à digérer par les clients. Il se doit de parler avec assurance, la franchise étant rarement incluse dans le contrat, ou alors par accident.
Pour garder la main, le politique se doit d’en serrer beaucoup mais le moment venu il rechigne souvent à la passer.
Il est souvent contraint de retourner sa veste pour ne pas s’en prendre une à l’élection suivante. Il peut même y laisser sa chemise en cas de dépassement des frais de campagne, et sans chemise lorsqu’il fait frais à la campagne, c’est chaud !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 044

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent !
J'aime bien « Il n'est pas facile de la boucler quand on doit faire ceinture tous les jours » !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Si le mois de Mais existait, ce serait le mois doute.
Il ne faut jamais donner raison à quelqu'un qui a tort, il finirait par croire à tort qu'il a raison.
Plus on compte d'opticiens dans le pays, plus on observe de divergences de vues. Un paradoxe de plus.
Plus on vieillit et plus on préfère les grandes tisanes aux courtisanes.
Si le nombre  de professeurs était aussi élevé que le nombre de donneurs de leçons, le sous-effectif de l'Education nationale ne serait plus qu'un lointain souvenir.
Il ne faut jamais désespérer, combien de tennismen ont fait fortune grâce à leurs revers ? Les fameux revers de fortune.

Une simplification complexe

Dans la vie, rien n’est simple. Même les personnes les plus simples peuvent se compliquer les choses, c’est dire si le problème est complexe. Et si la personne simple fait des complexes, c’est encore plus compliqué.
Pourquoi beaucoup de nos congénères qui ne sont pourtant pas des simplets appliquent avec persévérance la maxime : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? c’est bien simple, on n’en sait strictement rien, ce serait trop facile. Dès leur plus jeune âge, certains font les difficiles devant une purée premier âge jambon-courgettes, commençant déjà à compliquer la vie de leurs parents. Ceux-là sont en général bien partis pour intégrer plus tard le clan des faiseurs de nœuds au cerveau, fréquemment qualifiés du vocable de fous à lier, la crème de la complexification, j’ai nommé les experts ès règlements administratifs et autres lois et procédures en tous genres que le monde entier ne nous envie pas. A rajouter des couches de textes aux couches de textes, un observateur avisé pourrait légitimement juger que leurs auteurs en tiennent une couche et qu’ils finiront bien par accoucher un jour prochain d’une simplification. Grave erreur ! Un tel raisonnement ne pouvant être que le fruit d’un esprit trop simpliste.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Il faut reconnaître qu'être diplomate en toute circonstance est loin d'être du gâteau.
Le temps de se dire qu'il est trop tôt pour arriver en retard, il est déjà trop tard pour arriver tôt.
Marcher d'un bon pas n'est pas toujours suffisant pour se sortir d'un mauvais.
Même en se situant à l'avant-garde de la profession, un plombier n'a jamais rien pu faire pour stopper une fuite en avant.
Ce n'est pas parce que les absents ont toujours tort que les présents ont toujours raison.
Chiner est à la portée du premier pékin venu.

Lève-toi et marche !

Tous les médecins vous le diront, la sédentarité est après la connerie et le kebab frites le pire ennemi de l’Homme du monde dit développé. Rester assis pendant des heures est le chemin le plus court vers le Père-Lachaise sans passer par La Chaise-Dieu. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, rester allongé raccourcit l’existence. Car si l’Homme peut parfois s’émouvoir, il est surtout conçu pour se mouvoir. Malheureusement, autant de manière générale il se sent fort avec les faibles, autant il est de plus en plus souvent faible face à l’effort. On peut se demander si le recours à des coursiers pour se faire livrer ses courses ne fut pas le premier pas de la marche en avant vers un recul de la mobilité. Le fait est que plus le Monde s’emballe, moins l’Homme développé est emballé à l’idée de mettre le paquet pour se bouger. Certains objecteront la nette baisse du nombre de personnalités susceptibles de faire se lever les foules, ces dernières visant surtout à asseoir leur notoriété. Sans parler du très mauvais exemple pour la jeunesse de ces représentants de la nation élus et réélus dans un fauteuil. Mais aussi valables que soient les prétextes invoqués, la fonction créant l’organe, si l’Homme persiste à ne pas bouger, il finira par perdre pied.
Ne cherchez plus le mobile du crime, c’est l’immobilisme assassin !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 047

Re : Quelques mots d'humour...

J'ai beaucoup aimé ce texte.
Je retiens entre autres : « Ce n'est pas parce que les absents ont toujours tort que les présents ont toujours raison » et « plus le Monde s’emballe, moins l’Homme développé est emballé à l’idée de mettre le paquet pour se bouger ».

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Si le vin est le sang du Christ, il ne faut pas s’étonner que la religion puisse tourner au vinaigre.
Être incapable de faire la différence entre le vert d'eau et le vert bouteille est un signe soit de daltonisme, soit d’un engagement résolu sur le chemin de l'alcoolisme.
Un bon mot mal interprété peut conduire à une séparation en mauvais termes.
Il est plus facile de jouer du hautbois en contrebas que de la contrebasse en haut du bois.
Le bruit court que des moines de l'abbaye de Cîteaux jouent de la cithare en milieu de journée.
Le fêtard se dit très rarement qu'il se fait tard, c'est un fait.

Droits de hauteur

Face aux événements de la vie, il faut savoir prendre de la hauteur. Tout en ne prenant pas les autres de haut, ce qui complique les choses en y regardant de près. S’efforcer de jouer la carte cimes pour rester connecté à la raison et garder les cieux ouverts pour ne pas sombrer dans la bassesse des bas de plafond.
Malheureusement, cette démarche ascensionnelle ne mène pas toujours au Graal. Un chanteur d’opéra avec une voix haut perchée risque fort de tomber de haut s’il espère atteindre des sommets avec une voix de basse. Car une voix haut perchée pour une basse, c’est grave. Chanter à voix basse ne lui serait pas d’une plus grande utilité pour se faire entendre au balcon.
Monter dans les tours au cours d’une discussion au risque de passer pour un mal élevé n’est pas non plus la solution. Sans parler des retombées de la hausse des décibels.
On ne peut pas considérer non plus que ceux ou celles cherchant à s’élever en rabaissant les autres fassent preuve d’une grande hauteur de vue. C’est petit, c’est certain. C’est même contreproductif. Les personnes les plus remontées sont souvent celles que l’on a cherché à rabaisser.
Les hauts peuvent assurément faire débat, mais une chose est sure, prendre suffisamment de hauteur permet de ne plus être emmerdé par le voisin du dessus.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

S'il existe un jour où il y a de la vie dans les cimetières, c'est bien le 1er novembre.
Combien de femmes se sont gratté la tête avant de trouver l'époux ?
Quand on est à deux doigts de perdre la main, on est à deux pas de perdre pied.
Ce n'est pas parce qu'une œuvre est incomparable qu'elle ne ressemble à rien.
Pour éviter d'être accusés d'intelligence avec l'ennemi, faites la guerre à des cons.
Contrairement à l'homme, l'angle continue d'être dangereux quand il est mort.

Vent de panique

Le temps ne manque pas d’air, c’est dans l’air du temps. Un air peu débonnaire et pas très emballant qui s’emballe au point de tout emporter. Pas vraiment ce qu’on appelle un mistral gagnant. Autant en emporte le vent pourrait-on se dire mais à une cadence telle que les preneurs de vues de ce film d’actions se retrouveraient rapidement à bout de souffle. Que ce vent soit d’autan ou d’ailleurs ne change rien à l’affaire. Les dépressions s’enchaînent et éloignent le moral de la population du beau fixe. Mais au moins, le nom des coupables est connu. Baptême de l’air oblige, les tempêtes sont baptisées et portent un prénom. Céline, Daniel, Domingos, plus rarement Bébert ou Johnny qui ne manquait pourtant pas de souffle. Elles en deviendraient presque familières. Tiens c’est Daniel qui passe en coup de vent, Josiane, fais réchauffer le soufflé au fromage ! En réalité, elles passent pour une bande d’écoliers turbulents prêts à se prendre une soufflante par le maître d’Eole. Des mal élevées sans toit ni loi qui n’hésitent pas à laisser des ardoises après avoir ôté des tuiles.
Pas grand-chose à faire face à ces phénomènes, on ne peut qu’attendre que le souffle s’essouffle. On ne lutte pas contre des moulins à vent. Certains ont essayé, ils ont eu des problèmes.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 050

Re : Quelques mots d'humour...

lol lol lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Messages [ 1 001 à 1 050 sur 1 080 ]

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...