Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 11 ]

1

Sujet : Au kravail !

Bonjour,
J'ai trouvé au moins deux occurrences du passage du t au k dans la langue parlée, parfois écrite aussi: le kravail (mériterait-il de figurer dans Bob ?), un nommé Thiervaud devenu Kervaud. Les deux exemples viennent du nord parisien au début du XXe siècle. Connaissez-vous d'autres occurrences ? Est-ce que ce genre de permutation a un nom ?
Merci pour vos lumières.

Re : Au kravail !

Bonjour,
Vous portez un nom très respecté et bien regretté sur ce forum.
Vous posez une question intéressante dont je n'ai malheureusement pas la réponse. Je ne sais d'ailleurs pas non plus si cette "mutation" du "t" au "k" est connue dans les mutations consonantiques des langues indo-européennes. J'espère que d'autres membres auront plus de lumières sur cette question.

3

Re : Au kravail !

Merci pour vos mots ; je suis la soeur de Pierre.

4

Re : Au kravail !

Une de mes ancêtres porte le patronyme Queroy, que j'ai vu transcrit Thierois sur un document, mais sans réussir jusqu'à présent à le retrouver. Le cadre : Paris et nord de Paris, début du XIXè siècle. Il me semble que c'est une faute qui n'est pas rare dans les parlers populaires.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Au kravail !

Le passage du groupe initial tr- à cr- s'observe dans tremere > craindre, changement opéré dans le Nord de la Gaule et étendu aux autres aires d'oïl. Mais pour ce mot, on allègue une influence celtique, et non une évolution phonétique spontanée, ce qui fait que je la vois difficilement concerner d'autres mots.
Devant un yod, le t- peut subit un phénomène local de palatalisation avec recul du point d'articulation : ty > tchy > ky, (cf. "moitié" prononcé "motchié" et pourquoi pas "moχié", puis "mokié"), mais pas devant r. (cf l'exemple cité par Alco).
Je chercherai dans Fouché ce soir.

Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

6 Dernière modification par vh (13-01-2021 17:41:04)

Re : Au kravail !

Les enfants font cette substitution (/tr/ > /kr/).
Elle semble facilitée par le /r/

7

Re : Au kravail !

vh a écrit:

Les enfants font cette substitution (/tr/ > /kr/).

J'allais le dire : c'est le bien connu - et souvent ouï - « maîkresse ! » Mais cela n'explique pas le phénomène.

elle est pas belle, la vie ?

8

Re : Au kravail !

Je signale les tréner, traner des domaines picard et wallon, pour trembler, à mettre en parallèle avec le breton krena, de même sens.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Au kravail !

Piotr a écrit:
vh a écrit:

Les enfants font cette substitution (/tr/ > /kr/).

J'allais le dire : c'est le bien connu - et souvent ouï - « maîkresse ! » Mais cela n'explique pas le phénomène.

Si, Piokr : entre les points d'articulation de [t] et de [r], il y a plus de distance qu'entre [k] et [r]. En phonétique, c'est la loi du moindre effort qui prévaut. Mais est-ce bien un [k] qu'il faut entendre, c'est aussi la question.

Fouché est muet là-dessus, ce qui signifie qu'on ne peut en faire un phénomène phonétique "organique".

Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

10 Dernière modification par Alco (13-01-2021 19:21:56)

Re : Au kravail !

Il semble que le k mouillé passe facilement au t mouillé, comme le montre la page chier de l'ALF où, toujours dans les aires picardes et wallonnes, alternent les formes kier et tier. Idem pour le mot chien, avec kien et tien.
Pour chèvre, quelques points de Normandie et du sud de la Picardie (le nord ne connaît que maguette) montrent une alternance kièvre / tièvre.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

11

Re : Au kravail !

Merci pour toutes ces pistes. Il semble donc que ce soient les tr- qui deviennent kr- et les ti- qui deviennent ki- ou k-. (Les logopédistes font en effet répéter aux enfants des phrases du genre "le train traîne la cravate du croquemort", ou des versions plus gaies). Dans le texte sur le "kravail", je trouve d'ailleurs aussi un "crékien". Le voici :

LE TRAVAIL...

Y avait des mecs en conférence Qui jaspinai'nt la bouche en cœur.
« Le Kravail erlèv'ra la France En une vague de bonheur,
Le Kravail fait l'homm' sain, robuste, Le Kravail rend les gens heureux,
Le Kravail, c'est le gesse augusse Et la sauv'gard' des malheureux...
Le Kravail donne l'idé' libre, Les mœurs pures et l'honnêt'té.
Le Kravail... par son nom seuls vibrent La sagesse et la société... »
Et pis comm' ça tout' la séance Y z'ont bavé à qui mieux mieux,
Du rit' nouveau en abondance, Pour asseoir leur nouveau bon gnieu.
Alors, j'ai d'mandé la parole. Y f'sai'nt des yeux de merlans frits,
Rapport à c'que j'ai un' sal' gueule, Mes fringu's sont tart's, les grols compris..
J'leur z'ai dit: «Les Poth's, tu vas fort... C'est vous qui parlez d'travailler,
Pacque l'Bon Guieu crékien est mort, Vous allez r'fair' un' déité,
N'importe où pourvu qu'ça rapporte.. Le Kravail c'est cor' c'qu'y a d'mieux,
Quand on veut que la fortun' sorte De la mistouff' des jeun's, des vieux...
Le Kravail?... vous en savez qu'dale. Le Kravail, pour nous, c'est l'boulot
Qui nous esquint' pour peau d'balle Du plus maouss fait un pâlot.
Pour vous, c'est bath comme une rose, Quand vous l'arniffez dans un pot.
Pour nous c'est la tuberculose, Souvent la cloche et pis l'tombeau.
Pour vous, c'est la gloir', la fortune, Les honneurs les décorations..
Pour nous c'est c'te pouilleuse d'thune Qu'empêche d'claquer nos rej'tons...
Croyez qu'c'est l'as l'chant des machines, Quand schlingu' les huiles et la sueur..
L'acid', le feu, l'acier, la mine, Le travail pour nous, c'est le tueur...
Mais pisque vous l'trouvez palace, Pisque c'est nous les profiteurs,
Ben, les poth's. on vous cèd' la place. On n's'ra p'us des accapareurs,
Comm' ça en vrai démocratie, Eun' fois qu'on s'ra dépossédés,
On f'ra dans l'aristocratie, Afin d'un peu nous amender.

(Henri Chassin, Machin de Belleville, Paris, Radot 1927)

Et tant pis si cette mutation ou permutation n'a pas de nom.

Messages [ 11 ]

Pages 1

Répondre