Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 3 sur 15)

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 101 à 150 sur 743 ]

Re : Quelques mots d'humour...

Si vous en avez assez des voeux hypocrites...

Mes meilleurs aveux

On y est. Comme chaque année à la même époque, vous devez vous acquitter sans jugement des vœux de nouvel an. Le plus difficile, pour ne pas dire insoutenable, étant de devoir souhaiter une bonne et heureuse année à des personnes que vous ne portez pas dans votre cœur, voire même que vous exécrez. C’est le moment de vous laisser aller et d’exprimer le fond de votre pensée, en raclant bien.
Dans un élan de grande bonté sylvestre (les rennes sont déjà passés), je vous livre aimablement, si j’ose dire, quelques formulations de vœux en forme d’aveux, avec le risque potentiel de prendre un pain (sylvestre lui aussi), mais je vous aurai prévenus.
A votre collègue de bureau bien aimée : « Tu as bien bavé sur mon compte en 2011, vieille limace, je te souhaite de dégorger en 2012 ! »
A votre autre collègue de bureau tout aussi bien aimé : « J’ai été heureux que tu te sortes indemne de la grippe H1N1 en 2011. Mais ce n’est rien à côté de la joie immense que tu me ferais de crever de la maladie de ton choix en 2012 ! ». Si vous êtes assez intimes, vous pouvez même ajouter « vieille charogne ! ».
A votre patron, chef, directeur, grand-yaka, etc… : « Je vous souhaite une excellente année 2012, à vous et à votre famille, surtout à votre famille d’ailleurs, à qui le mérite revient de devoir vous supporter plus longtemps que moi. J’en profite pour vous faire remarquer que contrairement à moi, le calendrier avance ».
A votre voisin du dessus, celui qui a l’exquise attention de débuter ses répétitions de violon à l’heure des informations de 20h : « Je souhaite que vos dons multiples vous éloignent à tout jamais en 2012 de cet instrument satanique qui ne peut, je le sens, vous conduire qu’à des sanglots longs et pas seulement en automne. Je vous rappelle à toutes fins utiles que je suis personnellement un adepte des percussions ».
A votre voisin de palier, un tel fouille-merde que l’on pourrait aisément classer dans la famille des scatologiques pratiquants, de ceux qui répandent le fumier à tous bouts de champs, même le dimanche : « Cher voisin, je souhaite vivement que 2012 soit l’année où je n’aurais plus à apercevoir la face hideuse de rat des villes ou de fouine des couloirs (c’est selon) qui me donne l’impression diffuse d’atteindre le nirvana du faux-jeton et l’envie irrépressible de vous offrir un voyage aller sur la voie lactée ».
A votre beau-frère, celui qui vous assomme de blagues vaseuses lors des repas de famille : « Je te souhaite sincèrement que 2012 soit l’année d’une avancée médicale majeure dans le domaine de la transplantation du cerveau, seule issue possible pour te sortir enfin du marasme intellectuel qui mieux que le microscope électronique à balayage permet d’appréhender le monde de l’infiniment petit ».
A votre belle-mère, c’est classique mais toujours d’actualité : « Heureuse année 2012, avec beaucoup de voyages enrichissants de part le monde. Il y a tant de belles choses à découvrir, ailleurs, loin, très loin. C’est beaucoup plus profitable que de passer ton temps à nous demander pourquoi on a choisi du papier saumon dans le salon plutôt que du blanc cassé. Surtout que je ne sais toujours pas pourquoi nous avons préféré le saumon au beige clair et j’ai horreur des questions existentielles ».
Je laisse libre cours à votre imagination pour adapter ces formules en fonction d’autres personnes qui le méritent certainement tout autant dans votre entourage.
Et que ça ne vous empêche pas de souhaiter sincèrement une bonne année à ceux que vous aimez, trop de diatribe tue la diatribe.

Re : Quelques mots d'humour...

Puisque vous en redemandez...

La condescendance chez les parvenus relève d'une certaine forme d'atavisme
Pour s'éclater, le missile de croisière est certainement plus efficace que la croisière en Sicile. Sans compter que vous n'êtes pas obligés de réserver.
L'Islamisme modéré n'interdit pas d'être un adule Coran
Un homme censé être sain ne peut pas encenser un assassin
Vous avez certainement remarqué comme moi que le rire est beaucoup moins spontané quand on n'a rien à pouffer
Espion en sommeil au Maroc recherche couverture à Rabat
Navigateur en solitaire vend transat en double
Fait divers : drame à la Tranche sur mer. Un avaleur de sabres a été emporté par une lame de fond

Meilleurs voeux à toutes et à tous !

Re : Quelques mots d'humour...

Le propriétaire est un prolétaire qui y a mis le prix
Les tiers ont beau être provisionnels, ma laitière est imprévisible
La présence d'esprit est souvent fantomatique
La lyophilisation des cons conduirait à une relance immédiate de la production de laids en poudre
Militaire échangerait ver solitaire contre monocle du colon
Religieuse inspirée recherche cornette à pistons
Déprimé échangerait rafale d'emmerdements contre bordées en mer d'Oman

A bientôt

Re : Quelques mots d'humour...

Une lettre à conserver...

Lettre au conservateur du musée

Monsieur le conservateur,

Tout d’abord permettez moi de vous féliciter pour avoir conservé un teint de jeune fille aux fleurs que Renoir vous aurait envié. C’est bien la preuve que le musée conserve, à Thouars bien sûr, mais pas uniquement.
Vous faites un beau métier qui permet de perpétuer la mémoire et le savoir-faire de l’humanité. Moi qui ne sait pas faire grand-chose de mes neufs doigts, j’en ai perdu un par inadvertance, et qui oublie régulièrement mes rendez-vous, je vous admire. Grâce à vous, le beau comme le laid font l’objet d’une longue conservation.
Je dois avouer que nous avons un point commun, je suis par essence très conservateur. Je garde tout, sauf peut-être la monnaie que je laisse souvent à ma boulangère. J’ai horreur de jeter. La seule idée de devoir jeter me donne des renvois, c’est dire. Je refuse même de jeter les dés.
Mon instinct de conservation me pousserait jusqu’à conserver les étiquettes des boîtes de conserves d’aliments contenant des conservateurs.
Et ce n’est pas tout. Je suis tellement conservateur que je n’ai jamais pu m’empêcher de voter pour Charles de Gaulle depuis 1965.
Je collectionne tellement que certains vont jusqu’à prétendre que je suis un peu timbré ou tout au moins que ma santé mentale serait oblitérée. Quand j’entends ça, j’ai envie de montrer les dents !
Malheureusement ma femme, contrairement à moi, n’est pas très conservatrice. Elle a d’ailleurs déjà divorcé trois fois. Elle a un tel désir permanent de faire le vide qu’elle peut aller jusqu’à régulièrement défaire le ménage. A contre cœur et pour conserver le sien, je me garde bien de tout conserver de peur de la perdre.
Elle clame haut et fort que la maison ressemble de plus de plus à la caverne d’Ali Baba et qu’elle attend avec impatience une descente prochaine des 40 voleurs.
Elle a un mal fou à conserver. Elle a d’ailleurs beaucoup de mal à garder la ligne. Par contre, elle converse très bien tout en éprouvant de grandes difficultés à garder un secret. Elle a bien essayé un temps de garder des enfants mais elle a vite arrêté après en avoir perdu trois en deux jours.
Comme vous l’avez compris, je n’ai pas la possibilité d’exprimer pleinement mes tendances conservatoires. Je vous serais donc très reconnaissant si vous pouviez me proposer un emploi même temporaire dans votre musée. Je n’hésiterai pas une seule Joconde, pardon, une seule seconde, pour me rendre sur place avec le sourire.
D’évidence, je n’ai pas l’expérience d’œuvres prestigieuses telles que la Vénus de Milo, même si, faute de bras, j’ai longtemps conservé le vélux du minot dans ma cave avant de l’installer.
J’ai conservé beaucoup plus de mètres de toiles que de toiles de maîtres mais comme vous, je dois dire que la restauration m’attire, expliquant ainsi ma fréquentation assidue des restaurants.
Passer du hors d’œuvre du chef un peu âgé au chef d’œuvre hors d’âge ne me pose aucun problème, hormis le fait qu’un repas sans hors d’œuvre est comme une œuvre inachevée, on reste un peu sur sa faim, mais là n’est pas la question.
Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, monsieur le conservateur, toute une collection de mes meilleur sentiments.

Re : Quelques mots d'humour...

Tant que ma note n'est pas dégradée de Ah Ah Ah à Ah Ah, je continue...

L'ivresse décime, et pas seulement à la Chartreuse
Son refus d'écouter les conseils dépasse l'entendement
Il est toujours dérisoire de joindre le futile à l'agrégeable
L'homme de main ment comme il reste sbire
Charcutier n'arrivant plus à joindre les deux bouts échangerait extrémité de l'autre contre le boudin
Ecrivain avant-gardiste vend autobiographie posthume. L'auteur dédicacera son oeuvre samedi devant le marché Saint-Pierre
Homme de main recherche "Femmes d'aujourd'hui" pour passer le temps

Re : Quelques mots d'humour...

Dragon, dragon, tant que l'on a la flamme...

Le traitement d'une langue morte peut aisément conduire à l'aversion
Un amour éperdu, dix de retrouvés
Certains éprouvent de grandes difficultés à se prononcer devant l'addiction
Un débiteur accrédité n'est pas à l'abri d'un règlement de comptes
Fugitif recherche emploi temporaire à la Permanence
Béarnaise complexée échangerait gros popotin contre petits potins à Pau
Suite à un contretemps du virtuose, l'Impromptu n°3 a été reprogrammé le 4

Re : Quelques mots d'humour...

Un joyeux enterrement

Si nous sommes tous réunis aujourd’hui, Robert, ce n’est pas pour te rendre un dernier hommage comme il est de coutume en ces circonstances. Loin de nous cette idée. Le plus petit hommage aurait été grand dommage.
Non, dans ton cas il s’agirait plutôt de nous assurer que tu nous aies bien quitté. Et franchement, on n’y croyait plus.
Au terme d’une longue autant qu’infructueuse recherche, je peux affirmer sans regrets éternels qu’il est plus facile de déceler des traces d’eau sur la planète Mars qu’une once d’humanité ou les prémices d’une action dans ton parcours qui auraient mérité d’alimenter un semblant d’éloge funèbre.
Bien au contraire, tu as fait preuve tout au long de ton existence de facultés de nuisance que l’on pourrait qualifier de don du fiel tant elles paraissaient surnaturelles, relevées d’une persévérance hors normes dans la volonté de t’opposer au bien-être de l’humanité qui aurait mérité sans aucun doute un prix Nobel de la plaie.
La perte d’un proche suscite de façon générale de la peine, des regrets, une certaine nostalgie, plus rarement une hilarité générale. Avec toi, rien de tout cela. Une douce euphorie mêlée de soulagement nous envahit en nous rappelant qu’il ne faut jamais désespérer, et que le temps finit toujours par avoir raison des mauvaises herbes les plus tenaces.
Nous ne te regretterons pas mais il nous sera difficile de t’oublier de sitôt.
Tu avais toujours un petit mot déplacé quand tu croisais quelqu’un, n’oubliant personne, je devrais même dire n’épargnant personne. De ces petits mots qui ne coûtent rien mais qui te ruinent le moral pour le restant de la journée.
Tout jeune déjà ton aptitude à pourrir la vie de tes congénères n’avait échappé à personne. Ta précocité dans la malfaisance avait été détectée dès l’âge de 3 ans lorsque tu avais manqué d’étouffer ta sœur en tentant de lui faire avaler ta girafe en caoutchouc. Mais elle a vraiment été mise en pleine lumière le jour de tes 8 ans, jour mémorable où à l’aide de tes bougies d’anniversaire tu as réussi à mettre le feu à l’église pendant la cérémonie des Cendres.
Pour faire bonne mesure, tu avais même entrepris quelques temps plus tard de nettoyer le chat de ta voisine en ayant recours à l’efficacité de la machine à laver de tes parents, et tu t’en étais tiré en invoquant l’excuse d’avoir lu « Le chat machine » sur le paquet de lessive. Mettons cet écart sur le compte d’un déficit d’information ou d’une publicité mensongère.
Par la suite, tes études ont été couronnées de trois suicides, deux dépressions et un délirium tremens de professeurs. Tu aurais pu faire mieux mais elles furent brutalement interrompues au début de ton année de seconde, peu après une tentative de strangulation sur la personne de la conseillère pédagogique d’éducation qui t’avait il est vrai, reproché un retard. Il est à signaler que beaucoup te soupçonnent de ne pas être totalement étranger aux décès accidentels de deux de tes camarades de classe, le premier d’une perforation de l’estomac due à la présence inopinée et inexpliquée d’acide sulfurique dans son chocolat, le second après une chute malheureuse dans l’escalier après avoir bêtement trébuché sur ton pied.
Rappelons que pour ton vingtième anniversaire, tu avais élaboré et mis en pratique le plan machiavélique consistant à tester les freins de la chaise roulante de ta grand-mère handicapée en la lâchant du haut de la rue conduisant à l’église. Par miracle le portail était resté ouvert, les voies du Seigneur étant pour une fois pénétrables, et elle avait pu s’arrêter devant l’autel sans faire les frais du stationnement, contrairement au curé terrassé par l’émotion.
Une telle créativité mise au service du mal ne pouvait que ravaler le diable en personne au rang de bienfaiteur. Tu as poussé le vice jusqu’à ne jamais payer un seul café à tes collègues de bureau, montrant ainsi à quel point ton abjection ne pouvait souffrir la moindre contradiction.
La délation, la fausse rumeur, la calomnie, le vol formaient ton lot quotidien. Avec ce petit grain de méchanceté supplémentaire qui faisait ton charme. Le vol du portefeuille du Directeur en accusant ton propre frère d’avoir commis ce larcin avec la complicité de la DRH restera un grand moment de ta carrière. Soit dit en passant, tu ne m’as jamais rendu le stylo à quatre couleurs que je t’avais prêté dans un moment d’égarement.
J’épargnerai à l’assistance la litanie de tes méfaits qui nous conduirait au bout de la nuit et aux confins des ténèbres.
Toi qui pensais nous enterrer tous, tu es parti le premier, contredisant ainsi le dicton affirmant que les meilleurs partent toujours les premiers.
Je ne crois pas aux revenants mais surtout ne reviens jamais ! Avec un fantôme de ton espèce, l’humanité serait dans de beaux draps …

Re : Quelques mots d'humour...

La suite avec des mouffles et sans prendre de gants :

Seul un virtuose peut se mettre à la portée d'un musicien polygame
C'est certainement par mimétisme que l'on tend à rendre la pareille à ses semblables
Il est invraisemblable de s'embarrasser autant de faux-semblants
Je connais un commissaire à Sion qui fait vraiment pitié
Chiropracteur italien vend tourne-disque lombard
Bailleur de fonds recherche surfaces en sommeil
Aspirant recherche aspirateur répondant à ses aspirations, pour souffler un peu

smile

Re : Quelques mots d'humour...

La messe est folle ! Je continue...

Administrer un traitement de fond à un technicien de surface relève pour le moins d'un défaut de mise au point
Comme on le disait en 14, quand une tête de pioche manque à l'appel, il n'y a guère de tranchée
Le badinage est un excellent moyen de rompre la glace sans déraper
Se faire des cheveux est la manifestation capilliforme d'un système bileux développé
Un bel aura n'empêchera jamais un sale été
Chausseur alpin vend semelles de crête
Musicien très réservé recherche contrat pour jouer du trombone en coulisses
Chasseur de têtes recherche fusil à pontes

110

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Un bel aura n'empêchera jamais un sale été

J'aime beaucoup, et c'est facile à retenir, mais n'y aura-t-il pas moyen d'éviter le genre de l'aura, qui est féminin ?  L'aura de qui que ce soit ne peut rien au sale été ?

Fille légère ne peut bêcher.

111

Re : Quelques mots d'humour...

Je ne sais pas quel temps on aura en été, mais je conseille aux trombonistes timides de se faire pistonner.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

Re : Quelques mots d'humour...

Je propose tout simplement "une belle aura n'empêchera jamais un sale été"
Franchement cette faute fait mauvais genre et risque de me faire perdre mon aura. On ne peut pas être et avoir été, surtout en hiver...
Merci pour la remarque.
wink

Re : Quelques mots d'humour...

C'est décidé, je me présente aussi, il n'y a pas de raison. Je m'appelle Pierre.

Il ne faut jamais prendre les normes à la légère
Toute ressemblance avec un faussaire ne pourrait être que fortuite
Pour avoir un coup d'avance, utilisez des verres opaques à la mi-carême
Un marginal excentrique a souvent du mal à rester concentré
Cabotin recherche vanity pour ses effets personnels
Psychologue vend boîtes de Lego
Météorologue échange coupe-vent contre couteau à couper le brouillard

wink

Re : Quelques mots d'humour...

La suite est avancée :

L'à-valoir n'attend pas le nombre des années
Mieux vaut flatter son chien que louer un cabot
Les aspirations des uns ne sont pas très éloignées de l'exaspération des autres
Une taille de guêpe n'interdit pas l'essaim de taille
Commerçant recherche fonds pour refaire surface
Angélique échangerait marquise légère contre hauvent frippon
Aguiché fermé recherche femme joueuse
Héliport de Paris : le pilote de l'hélicoptère s'étant fait porté pâle à la suite d'un virus retors, il ne pourra assurer son tour ce matin

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Souvent, ceux qui ont le savoir-faire ne le font pas savoir, mais ceux qui le font savoir ne savent rien faire, la plupart du temps.

Re : Quelques mots d'humour...

La suite avant la bière de mars...

Si les sinus sont bouchés, un conseil, prenez la tangente
Quand le décousu le dispute à l'embrouillé, le fil est vite perdu
L'inclination à s'épancher peut très rapidement conduire au blocage
La douleur après coup s'est mise à hanter ses dents
Anorexique recherche pantalon bouffant pour aller au restaurant
Prête-nom recherche anonyme prête à tout
Nostalgique de Vichy échangerait mémoires de Pétain contre pétoire à sa main

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Lettre de motivation pour un poste d’agent secret

Monsieur le Directeur Général de la Sécurité Extérieure,

C’est avec la plus grande discrétion et dans l’anonymat le plus complet, j’ai pris un pseudonyme pour l’occasion, que je vous fais part de ma candidature pour accéder à un poste aussi prestigieux que celui d’agent secret.
Pour plus de sécurité, j’avais envisagé d’écrire cette lettre à l’encre sympathique mais je n’ai pas pu m’en procurer auprès de mon libraire-papetier notoirement antipathique.
J’aurais pu également vous faire parvenir ma candidature sous la forme d’un message crypté, mais un message de ce type transmis par un anonyme, je me suis dit qu’il ne fallait quand même pas décoder.
Depuis toujours, je suis attiré par l’espionnage et le renseignement, attirance très certainement héritée de ma mère qui a longtemps été concierge dans un immeuble parisien après avoir débuté sa carrière dans une filature.
Dès l’école, j’ai démontré de hautes aptitudes au déchiffrage des écritures de mes camarades de classe lors des contrôles de connaissances, sans jamais être découvert par la puissance ennemie. Et je peux vous affirmer que comparé aux difficultés que j’ai rencontrées pour parvenir à mes fins, le décryptage des hiéroglyphes par Champollion ne s’apparente qu’à une aimable lecture de bandes dessinées.
Le renseignement était ma seconde nature. Dès qu’une vieille dame me demandait son chemin, je lui indiquais. Toujours disposé à prêter l’oreille et prêt à donner l’heure. Mes grandes oreilles sont sans aucun doute un atout pour l’écoute qui dépasse l’entendement.
En outre, comme votre collègue James Bond, je n’ai jamais pu me passer d’armes secrètes, que certains appellent vulgairement des gadgets. Mon abonnement dès mon plus jeune âge à Pif-gadget n’y est pas étranger. Comme lui, je me déplaçait en Aston Martin améliorée, en réalité, dans l’Austin de Martine, ma mère, que j’avais largement trafiquée. L’Austin, pas ma mère bien sûr qui n’avait pas besoin de moi pour trafiquer.
Je l’avais équipée d’un système de siège éjectable dont je n’ai jamais pu m’assurer de l’efficacité, ma femme ne passant pas par le toit ouvrant par la faute d’un gabarit des plus respectable. Il est certain que si vous êtes à la recherche d’un agent double, elle fera très bien l’affaire, même à mi-temps.
Par contre, le système de défense basé sur deux fusils de chasse montés sous la voiture et activés par un dispositif de déclenchement branché sur le klaxon, fonctionnait très bien. Le gendarme motorisé dont j’ai crevé les pneus de la moto à l’instant où je saluais une connaissance d’un coup de klaxon pourra en témoigner.
Je suis également passé maître dans l’horlogerie de précision. J’ai notamment réussi à équiper une simple montre en un système multi-fonctions alliant boussole, altimètre, caméra infra-rouge et lecteur MP4. Son seul petit défaut est qu’elle ne donnait plus l’heure. Heureusement, j’avais également adapté une boussole en montre à gousset, au cas où.
Vous allez me dire qu’au-delà de ces compétences technologiques, un bon agent secret doit avoir des capacités mentales et psychologiques, une endurance au-dessus de la moyenne. J’allais y venir.
Quand on a résisté sans broncher aux repas de famille chez sa belle-mère pendant plusieurs années, sur un terrain des plus hostiles et dans l’appréhension d’attaques aussi violentes que sournoises, une mission d’infiltration des talibans en Afghanistan relève de la villégiature. J’ai résisté sans dire un mot et sur la durée à la torture psychologique d’une puissance étrangère, vous pouvez être assuré que je resterai muet comme une taupe si je devais être soumis à un interrogatoire musclé dans le cadre d’une mission secrète.
J’espère que les qualités et la motivation que j’ai développées dans cette lettre vous auront convaincu de donner suite à ma demande et de me convoquer pour un interrogatoire, pardon un entretien, toujours bien sûr dans le plus grand secret.
Dans l’attente, veuillez agréer Monsieur le Directeur Général de la Sécurité Extérieure, Grand Chef des barbouzes, l’assurance de la plus haute considération de Marcel Lebarbu (c’est mon pseudonyme).

118

Re : Quelques mots d'humour...

je trouve déplorable ce débat autour du rituel religieux de l'abbatage des bovins. En république, ce qui est important c'est l'hallalicité.

Re : Quelques mots d'humour...

NIKONIK10 a écrit:

je trouve déplorable ce débat autour du rituel religieux de l'abbatage des bovins. En république, ce qui est important c'est l'hallalicité.

C'est le moment d'abattre les barrières culturelles et prendre de l'hallaltitude.

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

Re : Quelques mots d'humour...

Pour les femmes du monde...

L'excès de dissimulation expose au camouflet
Si le tronc commun est semé d'embûches, un conseil, changez de branche
Face au nauséabond, la nausée a du bon
Le meilleur moyen de faire la cour à une femme de ménage du 9ème arrondissement est de l'emmener voir un balai à l'Opéra
Césarine recherche porte de sortie
Grande vente de bassets à Cuba
Informations générales : Vladimir Petrovalev Vardanilenko a appelé son chien Bob. L'inverse aurait été surprenant

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Quitte à ne pas être élu, autant être lu...

Ne cherchez pas, même dans les bonnes librairies vous ne trouverez pas d'annales pour les matières fécales
A l'examen de certains prêts, on se dit que le mont-de-piété est assez proche du Golgotha
Il est notoirement plus fréquent de constater un écart chez un guérisseur que d'être guéri par un équarisseur
Pour publier les bans, mieux vaut se rendre au siège de l'éditeur
Grande vente de pardessus sous le manteau
Particulier échangerait reproduction de la sortie de bain de Degas contre sortie originale d'un dégât des eaux
Faits divers : hier à Caen, un fripier surpris en plein ébat a été éventré par un mari jaloux

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Faits divers : hier à Caen, un fripier surpris en plein ébat a été éventré par un mari jaloux

Un Fripier, vraiment ? Ce serait plus drôle avec un Tripier.

...comment voulez-vous que je vous dise Caen, si vous ne me dites pas où...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : Quelques mots d'humour...

P'tit prof a écrit:

Faits divers : hier à Caen, un fripier surpris en plein ébat a été éventré par un mari jaloux

Un Fripier, vraiment ? Ce serait plus drôle avec un Tripier.

...comment voulez-vous que je vous dise Caen, si vous ne me dites pas où...

... et si ce tripier avait été surpris en plein milieu d' abats, c'était à mourir de rire. sad

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

124 Dernière modification par Gemme des marais (17-03-2012 20:15:46)

Re : Quelques mots d'humour...

Les tripes, à Caen, ne sont plus trop à la mode.

125 Dernière modification par Gemme des marais (17-03-2012 20:35:23)

Re : Quelques mots d'humour...

Les bistrots sont pleins de mélomanes dyslexiques qui ont confondu opéra et apéro.
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se noie.

Re : Quelques mots d'humour...

Primesauseteries de Printemps...

Un combat sans merci n'est bien souvent qu'une lutte grossière
L'autocritique conduit souvent aux concessions, sauf dimanche et jours fériés
Pour ne pas plomber l'ambiance, le mieux est de ne pas céder à l'amalgame
Etre atteint à la fois de danse de Saint Guy et de crises d'arythmie ne prédispose pas particulièrement à briller dans les chorégraphies
Psychiâtre naviguant recherche barge folle pour l'arraisonner
Ecrivain vantard cherche écriteau pour gagner du temps
Officiel peu crédible échangerait tête de clown contre air auguste

wink

Re : Quelques mots d'humour...

L’art de vivre sans art ?

L’homme peut-il vivre sans art ? Ma femme peut-elle vivre sans moi ?
Ces questions existentielles hantent l’esprit du commun des mortels depuis la nuit des temps, il est vrai de façon plus ou moins marquée selon les individus, notamment les célibataires.
Il est généralement admis que la béatitude adulatoire éthylico-houblonnée d’un supporter d’artistes du ballon rond n’est que très discrètement troublée par la présence du Jugement dernier de Michel-Ange sur l’un des murs de la Chapelle Sixtine. Ce dernier n’évoquant en son for intérieur que les stations de métro situées à proximité du Parc des Princes.
Pour autant, une vie sans art serait difficile à vivre, même avec un ballon.
Réfléchissez un peu. Que ferions-nous des cadres s’il n’y avait rien à encadrer ? Ils perdraient à l’évidence l’essentiel de leur raison d’être si celle-ci se limitait à l’encadrement de photos de famille dont vous avez personnellement du mal à voir en peinture certains de ses membres.
Et je vous le demande, sans la musique quel usage ferions-nous du trombone à coulisse et du cornet à piston ? Impossible de les utiliser comme réceptacles ou comme vases à fleurs sans risquer de passer pour l’instigateur d’une nouvelle forme d’art moderne. Autant souffler dans un violon.
Sans parler ou plutôt si, j’en parle, de la baisse prévisible de fréquentation des musées et des salles de spectacle : c’est fou comme les gens se lassent vite quand il n’y a rien à voir.
A l’évidence donc, l’homme éprouve de grandes difficultés à vivre sans art.
Le Petit Larousse, qui contrairement au petit de la rousse d’à côté sait de quoi il parle, propose cette définition de l’art : « création d’objets ou de mises en scènes spécifiques destinées à produire chez l’homme un état particulier de sensibilité plus ou moins lié au plaisir esthétique ».
Une absence d’art influe donc directement sur la sensibilité d’un individu, comme l’a démontré Adolf Hitler qui en abandonnant très tôt sa carrière d’artiste peintre a assez rapidement perdu une grande part de la sienne.
Ceci démontrant soit dit en passant qu’il est tout à fait possible d’être un mauvais peintre et de faire un excellent dictateur, laissant ainsi une lueur d’espoir à bon nombre de naufragés du pinceau.
Mais revenons un peu à la fin de la définition proposée « … plus ou moins lié au plaisir esthétique ». Là se situe le fond du problème. La notion d’art s’avère très relative de part la subjectivité de chacun vis-à-vis de l’esthétisme et de la beauté.
Là où certains crieront au génie face à un point noir au milieu d’une toile, d’autres, majoritaires et totalement incultes, n’y verront, les pauvres, qu’un point noir. Alors qu’en y regardant de plus près, il est incontestable que le point est plus gros.
Cet aspect nous ramène au lien évoqué plus haut, entre l’art et la dictature.
Qui n’a pas été le témoin de péroraisons affligeantes d’un pseudo artiste médiatico-mondain bouffi d’arrogance et dont la fatuité n’a d’égale que l’ineptie, expliquant en quoi sa compression réalisée à partir de boîtes de cassoulet toulousain et de sardines à l’huile bretonnes ravalerait le Penseur de Rodin au stade de la ringardise absolue. Ce type d’artiste me laisse pour le moins songeur et dans un état de flatulence avancé, les compressions ayant tendance à m’oppresser.
Un autre vous présentera comme un chef d’œuvre l’amas de tâches difformes composé en laissant courir sur la toile la queue d’une vache trempée dans la gouache, la queue pas la vache, laissant ainsi penser qu’il y a plus d’art dans la queue d’un bovidé que dans la main de mon beauf. Alors qu’il faut bien se rendre à l’évidence que ce chef d’œuvre inoubliable n’aurait que très peu de chance de franchir la présélection des dessins de l’école maternelle en vue d’être exposés le jour de la fête de fin d’année.
Ou encore cet autre qui vous expliquera doctement que sa suspension réalisée à partir d’un ressort à boudin et de quelques boulons et écrous rouillés lui a été inspirée par le ciel. Si c’est le cas, le ciel devait être ailleurs, parce que franchement, faire de l’art à partir de boudin, c’est du travail de cochon.
Mais malgré tout, avouons-le, écouter du Mozart tout en dévorant des yeux un tableau de Monet reste un plaisir inégalable, que seul un bon match au Parc des Princes pourrait approcher…

Re : Quelques mots d'humour...

Quelques lignes avant le poisson...

Si le futile est accessoire, pour autant l'accessoire n'est pas toujours utile
Vous êtes allergique à la corrida ? Essayez les anti-hispaniques
Selon certains égyptologues d'un élitisme proche de l'éthylisme, Aménophis aurait eu un père peu amène
Contrairement aux croyances, l'étang de Brière ne se situe pas à proximité de Foix
Urgent : Homme prévenant recherche femme alerte
Fromager irascible échangerait brie de Meaux contre mots cassants
Jeune effrontée recherche jeune homme hardi pour commettre des impudences

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Avril, ne découvrez pas le fil...

Au royaume des poncifs, les pontifes sont rois et les souverains pontifes
Avec un père missionnaire, nous étions souvent en vacances ...
C'est un mime très discret, jamais un geste plus haut que l'autre
Mobilisation générale : un terrassier s'est enfoui pour échapper à l'appel
Pilote de Canadair écoule recueils de Lancelot du lac
Particulier ne manquant pas d'air échangerait Solex contre Rolex
Acupuncteur retraité et désoeuvré recherche aiguilles à tripoter

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Il restait une cloche ...

Son style est si hermétique qu'il a des difficultés à ouvrir les guillemets
L'aversion latine était très répandue chez le Grec ancien
Un style pompeux couvre souvent un manque d'inspiration
L'idiome du village est bien souvent incompris
Electeur abstentionniste recherche carte muette pour rester sans voix
Homme avisé recherche femme sagace non pourvue d'un permis de chasse
Paul, égocentrique un brin mégalo, cherche monopole dans une mégalopole
Fait divers, lu sur une coupure de journal : un homme scie sa femme en deux après qu'elle lui ait proposé de se séparer ; il a avoué avoir agi sciemment, de peur d'avoir du mal à joindre les deux bouts

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Un petit tour avant le premier tour...

La folie des grandeurs est un instrument de démesure
A Tours ou Oraison, c'est décidé, je prends des vacances !
Allez savoir pourquoi, le profane est très souvent botté par les carottes
Portez secours à un grand maigre, vous n'aurez pas affaire à un ingrat
Souffleur de verre cherche poète en mal d'inspiration
Homme politique verreux recherche vol en classe affaires pour la Terre Adélie
Sage-femme dubitative recherche homme indiscipliné pour dissiper ses doutes

Prochain tour avant le deuxième tour...

wink

132

Re : Quelques mots d'humour...

J'aime bien ce fil smile

Malgranda pezo, sed granda prezo ;-)

Re : Quelques mots d'humour...

Merci, alors continuons. Un détour avant le 2ème tour...

Le félon a toujours fait preuve d'un manque flagrant d'esprit de synthèse
J'en ai assez des suffisants qui demandent toujours plus
Pour certains, s'abaisser à la fessée reviendrait à toucher le fond
Faire preuve de morgue dans un hôpital est la marque d'un déficit de confiance évident envers le corps médical
Champion d'ascétisme recherche lanceuse de poids
Particulier corse, en retraite réussie, échangerait villa sur la route Napoléon contre bon appart à Ajaccio
Taureau ascendant Bélier cherche éleveur

Et trois définitions :

Karité : la prise de karité permet généralement à son auteur de faire son beurre. Il est toutefois à signaler qu'une prise mal assurée peut conduire à un beurre noir de mauvaise qualité.

Urbain : se dit d'un homme courtois même quand il habite à la campagne.

Urbi (et Orbi) : célèbre duo de comiques romains se produisant régulièrement sur la place St Pierre de Rome pour y faire les mitres au risque de passer pour des tiarés.

wink

134 Dernière modification par Pierre de Jade (01-05-2012 20:26:54)

Re : Quelques mots d'humour...

La météo loufoque de Pierre de Jade

Bonjour à toutes et à tous. Enfin bonjour, c’est une façon de parler…
En effet, demain lundi, une perturbation océanique venue des îles britanniques va traverser le Nord de la France d’Ouest en Est, sinon elle n’aurait rien d’océanique, ne soyons pas ridicule. Vous noterez au passage qu’il s’agit d’un cas de récidive notoire, les anglais nous ayant déjà fait le coup en d’autres temps en étant notamment à l’origine de la grande dépression de Waterloo.
Voyant cela l’anticyclone des Açores qui a horreur de se mouiller est rentré chez lui avant que ça ne commence à chauffer.
En conséquence, les gens du Nord qui fort heureusement ont le soleil dans leur cœur pour éviter de se geler les ch’ti miches, pourront sans aucun problème différer la sortie de leurs tenues d’été.
Dès le début de la matinée, il va en effet pleuvoir des cordes à Noeux, tomber des hallebardes à Lens et il fera à nouveau mauvais à Berck. Le ciel et les habitants de Laon resteront couverts toute la journée, les précipitations attendues leur laissant tout le temps nécessaire pour s’adonner à la chasse aux escargots. Que le meilleur gagne !
Plus au Sud, entre la côte Atlantique et la région Rhône-Alpes, on attend un vent violent à décorner les cocus. Deux précautions valant mieux qu’une, restez chez vous demain.
Je conseille en particulier aux marins pêcheurs et aux plaisanciers de ne pas prendre la mer et de se contenter de la fille. C’est déjà pas simple…
En revanche, s’il pleuvra à Sceaux lundi, aucun débordement n’est attendu au Puy et un calme plat devrait régner sur la Creuse.
Dans le Sud-Ouest, si le climat est au beau fixe entre Gisèle et Paul Feuolac d’Estaing, il se dégradera fortement pour devenir orageux entre Germaine et Roger Lacourante de Pau. Il faut dire que Germaine le gave depuis un certain temps…
On attend également quelques gouttes sur la côte méditerranéenne qui devraient tout juste suffire pour préparer le pastis, peuchère ! Inutile donc d’alimenter les poêles du côté de Menton.
Les températures du jour : basses pour la saison, surtout à l’extérieur, 20°C chez Angèle Leboeuf à Froidevaux qui, dans le Doubs ne s’est pas abstenue de mettre sa chaudière en route, 15°C chez Gérard Manchaud à Chauffailles (Centre), qui avait bêtement oublié de fermer sa fenêtre, et 39°C chez le fils de ma concierge qui a attrapé la crève après avoir suivi mes prévisions de la semaine dernière. J’avais pourtant annoncé que leur fiabilité était proche de celle des promesses électorales.
Ces températures étant données sous abri, les sans-abris auront donc la présence d’esprit d’ôter quelques degrés aux valeurs indiquées.
Mardi, le temps se stabilisera tout en devenant variable.
Ceux qui aiment la pluie seront comblés, ceux qui ne l’aiment pas aussi.
Les risques de coups de soleil resteront limités aux péninsules ibériques et italiennes, mais on s’en fout puisque je suis payé pour présenter la météo française.
Pour les jours suivants, d’après les indications que j’ai pu lire dans la mare de café répandue en voulant attraper cette foutue grenouille qui refusait obstinément de monter sur son échelle, il semblerait que quelques grains soient à redouter.
Un temps ensoleillé devrait succéder au temps pluvieux et ainsi de suite, car comme on le dit souvent à la Poste, après la pluie vient le botin.
Ma voyante extralucide, Madame Bonneuil, sortant demain de l’hôpital après avoir été renversée par un chauffard qu’elle n’avait pas vu venir, je devrais être en mesure de vous fournir des informations plus sérieuses à partir de Mercredi, notamment sur le temps de la veille.
Bonne soirée et à demain à celles et ceux qui n’auront pas sombré dans la dépression.

Re : Quelques mots d'humour...

Pour relever le débat...

L'exécution du sommaire n'est jamais l'oeuvre d'un bourreau de travail
Lorsque les tilleuls mentent, le jojo bat
Le protocole n'a jamais convaincu l'adhérent de longue date
L'expérience prouve que l'épeautre est singulièrement plus efficace que l'apôtre pour multiplier les pains
Monte-en-l'air recherche pied-à-terre pour suspendre son vol
Fakir adepte de la petite reine vend vieux clous et casques à pointes
Faits divers paru dans les "Nouvelles du passé" : drame au parc zoologique hier matin. En s'approchant de sa cage, une enfant de 3 ans a sauvagement mordu un tigre du Bengale. Le journaliste en cause est en cure de désintoxication

wink

Re : Quelques mots d'humour...

On a changé de président mais je continue...

Un alpiniste qui gravit la face Nord par son versant Sud atteint des sommets dans la distraction
Dicton du jour : neige au Brésil, météorologue à l'asile
Il faut être à contre-courant pour jouer de la batterie au pas de charge
Il y a une certaine forme de politesse à rendre l'âme quand on vous a prêté vie
Chasseur au gibier d'eau insomniaque échangerait duvet en plumes de canard contre sommeil de plomb
Croyant converti au Liban recherche banquette-lit convertible
Faits divers : un professeur a été retrouvé ce matin dans son véhicule broyé suite à un choc effroyable. Mince consolation tout de même puisqu'il aura enfin réussi son agrégation.

Etalon: quadrupède doté, outre d'une crinière à faire pâlir d'envie les fans de Bob Marley et d'une paire de sabots du meilleur effet, d'un sens de la mesure exemplaire et d'une fidélité à toute épreuve envers son mètre

Girouette : personne instable et vite désorientée par le premier venu ne manquant pas d'air. L'absence totale du moindre souffle la laisse pétrifiée, ne sachant plus vers qui se tourner pour trouver sa voie. Lorsque son dernier souffle approche et qu'elle se retourne sur sa vie, la girouette a tendance à penser que celle-ci n'avait aucun sens mais que, finalement, elle aurait pu plus mal tourner

Malotru : personne sujette à des duleurs dans les voies natourelles inférieures

wink

137

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Etalon: quadrupède doté, outre d'une crinière à faire pâlir d'envie les fans de Bob Marley et d'une paire de sabots du meilleur effet, d'un sens de la mesure exemplaire et d'une fidélité à toute épreuve envers son mètre

Quadrupède doté d'une paire de sabots ? Le compte n'y est pas !

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Quelques mots d'humour...

Alco a écrit:
Pierre de Jade a écrit:

Etalon: quadrupède doté, outre d'une crinière à faire pâlir d'envie les fans de Bob Marley et d'une paire de sabots du meilleur effet, d'un sens de la mesure exemplaire et d'une fidélité à toute épreuve envers son mètre

Quadrupède doté d'une paire de sabots ? Le compte n'y est pas !

C'était juste pour faire preuve de démesure, sans esprit de sabotage... smile

139

Re : Quelques mots d'humour...

Autre hypothèse : il a les deux pieds dans le même sabot, et là, ça tombe juste.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Quelques mots d'humour...

Ce n'est pas maintenant que je vais m'arrêter de jouer les hérauts...

La mort n'est finalement qu'un moyen efficace de rester sur sa fin
L'Ancien régime a toujours su conserver des partisans de poids
La banalité des clichés ne peut que laisser certains poncifs
Comme aiment à le rappeler certains humoristes de la charia, mieux vaut lapider dix infortunées que dilapider une fortune
Chausseur désirant en finir recherche fusil à pompes
Syndic de faillite vend ouvre-boîtes
Locataire breton, mélomane sans excès et voisin d'un professionnel de la bombarde, échangerait "manuel de savoir-vivre" contre "manuel de pyrotechnie et d'explosifs"

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Gardons le sens de l'arrêt parti...

Etre livré à soi-même présente l'avantage appréciable d'économiser les frais de port
Je suis contre le jeunisme, surtout à l'heure des repas
Il est inconstestable que sans vent la girouette perd tout son sens
C'est dans l'effusion que la femme fond
Carillonneur un peu sonné échangerait espèce de petit gong contre grosse cloche
Cardiologue ferait contre mauvais coeur bonne fortune
Faits divers : cas de harcèlement sexuel chez les égouttiers de Paris qui ont de nouveau fait valoir leur droit de cuissardes. C'est dégoûtant.

smile

Re : Quelques mots d'humour...

La valse continue avec ou sans castagnettes...

Il est incontestable que l'horodateur possède un sens de la mesure beaucoup plus développé que le dictateur
Par souci d'équité, je n'ai rien contre les poissons des criées
Mieux vaut mettre la misogynie à l'index si l'on veut caresser l'espoir de mettre la bague au doigt
Je ne digère pas le gardon. La dernière fois, j'en ai rendu un.
Sage-femme échangerait "cinq semaines en ballon" contre vieux vinyle de Led Zeppelin
Célibataire rural désirant se ranger échangerait commode à tiroirs contre femme du terroir, même pas commode
Lanceur de couteaux hésitant recherche numéro de lanceur de cuillères pour ne pas se planter

Et une petite définition :

Surdité : perte partielle ou totale de perception. On dit alors que le malade est sourd comme l'impôt, lui-même très mal perçu

smile

Re : Quelques mots d'humour...

Vous n'avez pas peur de regarder la vérité en face ? Changez de trottoir
Le tirant d'eau est beaucoup plus mesuré qu'un dictateur marin
Je ne supporte pas de voir abattre des arbres pour en faire des carnets à souches
Je ne peux me résoudre à enterrer un problème sans absolution
Banquier dynamique, dégagé de ses obligations, recherche femme d’actions
Kayakiste neurasthénique échangerait "la vie est un long fleuve tranquille" contre "rivière sans retour"
Faits divers : un savant né à Noeux s'est pendu lundi à Cordes.
Au regard de la foule de grosses têtes de Noeux présentes à son enterrement, il est évident qu'il était resté très lié aux chercheurs de sa ville natale.

smile

Re : Quelques mots d'humour...

Je ne juge jamais une greffe par peur d'être rejeté...

Pour garder un sourire de façade, il faut savoir ravaler sa rancoeur
Quand arrive l'heure de la mariée, on aimerait tant que la mère se retire
Imaginez un peu la note d'électricité d'un joueur de batterie avec cinq enfants à charge ...
J'ai acheté un instrument à percussion à Cordes. Ce n'est pas le premier, j'en avais déjà acheté un autre avant.
Métis blasé vend blazer croisé
Bûcheron déraciné ayant perdu ses racines recherche arbre généalogique pour se rattraper aux branches 
Faits divers : un jardinier avec une mine de déterré a perdu pieds

Et une petite définition :
Pope : attache on ne peut plus orthodoxe.

wink

Re : Quelques mots d'humour...

L’un et l’autre

Nous allons abordé aujourd’hui un thème qui consomme beaucoup de salive, fait couler beaucoup d’encre et réciproquement, je veux parler de l’autre. Des esprits chagrins diront que lorsque ce n’est pas l’un, c’est l’autre, mais comme dirait l’autre, l’un ne va pas sans l’autre.
D’autant que l’un est toujours l’autre d’un autre, mais ne compliquons pas.
La plus grande difficulté pour tout être vivant et notamment son représentant le mieux vêtu jusqu’à l’avènement du baggy, l’homme ou homo sapiens, cette dernière appellation désignant à la fois l’ancêtre de l’homme moderne et le porteur de baggy, est sans aucun doute sa grande solitude au milieu d’un monde peuplé d’une multitude d’autres.
Et comme le répète souvent ma voisine du 6ème que Jean-Paul Sartre a bien connue, « L’enfer, c’est les autres, surtout quand ils passent l’aspirateur à 23h ».
Non contents d’être plus nombreux que vous, les autres ont pris la fâcheuse habitude d’être différents et, c’est là qu’ils dépassent les frontières de la bienséance, de ne pas toujours penser comme vous.
Ces ignares ne sont très souvent même pas informés des réalités et continuent à penser qu’ils ont raison, n’hésitant pas en cela à nier outrageusement l’évidence.
Car il faut bien le reconnaître, il est tout simplement insupportable pour ne pas dire insoutenable (si, je l’ai dit) de constater que l’autre peut préférer les sardines à l’huile à l’omelette aux cèpes. Et s’il n’y avait que ça. Un autre peut même aller jusqu’à préférer les filets de maquereaux, c’est dire à quel point il est bizarre et qu’il faut s’en méfier comme de la peste.
L’autre ne fait rien que vous embêter. Lorsque l’autre gagne au Loto dès sa première tentative, au mépris des 30 années que vous avez passées sans succès à jouer la date de votre mariage et la taille du pantalon de votre femme à cette même date, il est clair qu’il vous nargue sans vergogne.
Si l’un est indivisible à de très rares exceptions près comme par exemple la proximité d’un kamikaze animé de mauvaises intensions et animant un explosif, les autres sont très souvent divisés. Beaucoup n’étant pas faits l’un pour l’autre, ils nous évitent ainsi de faire face à une coalition aussi hétéroclite qu’hétérosexuelle contre laquelle le combat s’avèrerait vite inégal.
Dès son plus jeune âge l’homme se méfie de l’autre. Il a bien raison de se méfier, l’autre poussant le vice jusqu’à s’introduire traitreusement dans sa propre famille. On ne peut vraiment plus faire confiance à personne.
Que vous soyez quatre, ou cinq ça marche aussi, et que votre femme ne se prénomme pas Hélène, vous êtes en quelque sorte toujours victime du cheval de Troie.
Cette relation difficile entre les uns et les autres ne date pas d’hier. Les Huns, déjà, n’avaient pas que des relations courtoises avec les autres. Et en remontant plus loin encore, ce qui je vous l’accorde est moins pratique pour aller chercher son pain que de redescendre plus près, l’homme préhistorique vivait dans la crainte permanente qu’un autre aussi sournois que malintentionné, tapi dans une ombre très répandue dans les grottes très mal éclairées de l’âge de pierre, vienne lui piquer son morceau de viande et je ne parle pas de sa femme.
Heureusement l’autre n’est pas toujours la brute assoiffée de sang ne cherchant qu’à vous égorger pendant votre sommeil. Non, l’autre peut aussi apprécier l’omelette aux cèpes. Il est donc tout à fait possible de vivre en parfaite communion avec l’autre, tout au moins jusqu’au dessert.
En fin de compte si l’homme de tous temps a toujours eu quelques problèmes relationnels avec l’autre, la question fondamentale qui se pose reste celle-ci : aimez vous les uns, les autres ?

Re : Quelques mots d'humour...

Je couche quelques lignes pour saluer la nouvelle chambre ...

On ne peut pas conjuguer le verbe héler au passé antérieur sans faire appel à sa mémoire
Jadis on montait à l'échafaud. Aujourd'hui, on monte les chauffe-eau. La note à payer reste élevée.
Au fond de lui, le vague à l'âme était comme une lame de fond.
Allez savoir pourquoi, lorsqu'un barbu rejoint le camp des glabres, il passe pour un illuminé.
Australopithèque vend paire de patins à glace état neuf
Chiropracteur distrait vend collection d'osselets
Homme appréhendant fortement l'avenir recherche femme forte pour amour sans lendemain

smile

Re : Quelques mots d'humour...

Quelques mots d'humour en solde pour que les braderies ...


Si vous êtes à l'envers et contre tout, vous n'y êtes pour rien quel que soit l'endroit.
Homme à tout faire recherche grand faitout pour ne rien faire.
Particulier vend prochainement exemplaire original d"à la recherche du temps perdu". Vous ne paierez rien pour attendre.
Riche héritière en transit recherche abri de fortune.
L'inconnu est un anonyme qui ne dit pas son nom.
Depuis le scandale de l'alezan contaminé, je me méfie des pur-sang.
Pour s'éclater, la force de dissuasion de l'atone a depuis longtemps fait ses preuves.

wink

Re : Quelques mots d'humour...

Oui ! Fi!

Archéologue branché partage sa connection sans fil avec demoiselle sans histoires, Ariane s'abstenir.
Le sans fil, le verre à soi et l'éthylotest sont-ils compatibles ?
Le vair à soies ne sied pas à Cendrillon, histoire sans fil par ailleurs.
L'épée à l'age du sans fil est condamnée à devenir un sabre-laser.
Tisserand errant cherche araignée directeur pour discussion sans bâtons rompus...
...j'arrête, je crains d'avoir perdu le fil.

Re : Quelques mots d'humour...

Cette histoire de fil n'est pas du tout rasoir même si Ariane est space ...

Re : Quelques mots d'humour...

L'aphorisme est au discours ce que le concentré est à la tomate.
Le temps est une horloge hors d'âge qui ne se remonte jamais.
L'appellation avis de décès est ridicule. Personne ne répondra jamais qu'il est pour.
La grandeur d'âme prime sur la beauté physique, mais en maillot de bain, ça ne saute pas aux yeux.
Il y a longtemps que ma guitare a un boson et je n'en fais pas toute une théorie des cordes.

Acupuncteur bucolique échangerait aiguilles contre botte de foin
Résident de Greenwich vend méridienne, une référence dans le domaine,avec toute latitude sur le prix
Aigle-au-regard-perçant-qui-survole-les-montagnes-en-bravant-le-feu-et-le-déluge-du-ciel, américain d'origine cheyenne, recherche toile de tente étanche, il ne faut quand même pas déconner.

wink

Messages [ 101 à 150 sur 743 ]

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...