1976. Dire nos sexualités

J'aimais aller dans les tasses, mais il n'y en a plus. Ce qui est agréable, c'est peut-être la puanteur et le fait de se trouver avec un type qu'on ne connaît pas, qu'on tripote deux secondes et puis qu'on ne voit plus après. C'est un peu pareil dans les saunas.

bob: 19152 source: 3984