Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

(Page 3 sur 22)

ABC de la langue française : forums » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 51 à 75 sur 527 ]

51

Re : Quelques mots d'humour...

Et le mot d'une môman très fâchée que je trouve irrésistible :

"Faudrait que vous Faudraisde prendre Kevin pour un bouquét mystère ou vous aurais a fer a moi"

Poétique, bouquetit?

52

Re : Quelques mots d'humour...

Kris a écrit:

Faudraisde […] un bouquét […] vous aurais a fer a moi

Je n’aurai qu’un mot* : « Houlà ! »…

* que les dictionnaires ne reconnaissent d’ailleurs pas — en tout cas pas les miens —, mais bast ! pour une fois, je m’en accommode…

Re : Quelques mots d'humour...

Il faut bien se remonter le moral quand la température baisse...

Les seuls mauvais traitements toujours prescrits sont ceux des médecins
Je connais une ascète anglaise qui refuse obstinément toute forme de charcuterie:une vraie tête de cochon
Au Moyen-Age, il suffisait de passer par un mauvais cardeur pour éviter de se retrouver dans de beaux draps
Le tire-au-flanc en quête éperdue de nouveaux stratagèmes pour échapper au travail est en quelque sorte atteint de folie des glandeurs
Touriste grec cherche anti-mites décisif
Collectionneur vend toiles de Courbet pour faire face à un redressement
Faits divers : Drame hier à Biarritz : le PDG des papiers toilettes Essuifond Fonfon a été emporté par un rouleau ; le corps a été facilement identifié, le défunt ne se séparant jamais de ses papiers

Re : Quelques mots d'humour...

A la veille de l'arrivée à Paris, voici un texte adapté aux circonstances...aggravantes.

L’étape du Tour

Bonjour à tous. Nous sommes aujourd’hui en direct de la route du Tour de France pour cette 3ème étape entre Moux dans la Nièvre et Mouthe dans le Doubs.
Moux-Mouthe, une étape très attendue, au cours de laquelle les coureurs auront des cheveux à se faire.
D’ordinaire à cette heure matinale, il n’y a pas un chat à Moux. Mais aujourd’hui, la place de la mairie est noire de monde depuis l’aube.
Les chiens ont aboyé et la caravane est passée avec son cortège de casquettes, de porte-clés, et d’objets publicitaires en tous genres.
Au départ ce matin, le peloton est au complet, aucun abandon n’est à déplorer. De bon matin, il y avait Fernand, il y avait Firmin, Francis et Sébastien. Il ne manquait que Paulette, la fiancée de Fernand, qui n’avait pas digéré les paupiettes de la veille à l’hôtel, mais ça ne nous regarde pas et elle n’avait qu’à prendre de la blanquette comme tout le monde.
Tout juste avons-nous pu noter quelques concurrents victimes d’un léger coup de mou après l’étape de la veille qui a marqué les organismes.
Le maillot jaune est toujours sur les épaules du 1er au classement général par respect de la tradition.
J’en profite pour rappeler à cette occasion que le maillot vert n’est pas le maillot récompensant le meilleur cultivateur du peloton comme certaines rumeurs le laisseraient entendre.
Ce matin, c’est donc Marcel Pignon qui prend le départ revêtu de la tunique jaune, qu’il devrait selon toute vraisemblance conserver jusqu’à l’arrivée de cette étape.
Le départ est donné par Monsieur le Conseiller Régional, qui ne manque jamais une occasion de tirer un coup, mais ça ne nous regarde pas non plus.
C’est reparti pour un Tour, comme aimait à le dire le regretté Jacques Goddet, en s’en resservant un.
Dès le coup de pistolet, la course part sur les chapeaux de roues, les casquettes restant quant à elles vissées sur la tête des coureurs.
A peine sorti de Moux, le peloton est déjà dans le dur.
Les équipiers de Marcel Pignon, dont François son frère qui déteste être pris pour un con, sont sur les dents. Il faut bien souligner que l’équipe du leader du Tour, La Française des gueux, bien que manquant singulièrement de moyens, ne s’en laisse pas compter.
Déjà 50 Km de parcourus sur les routes vallonnées de Bourgogne et aucun fait marquant à signaler, si ce n’est une crise de colique du Directeur sportif de l’équipe Fuca Sport qui avait un peu forcé sur la prune la veille au soir, même si je suis un peu hors sujet.
Comme on le dit dans le jargon cycliste, quand on le boyau trop gonflé, ça pète.
Enfin, voici la première échappée du jour. Il a fallu attendre le Km 100 pour voir sortir du peloton Roberto Granbi, de l’équipe Pastaga Rosse, accompagné d’André Railleur, dit Dédé Railleur, de l’équipe Crédit à Nicole.
Ils creusent rapidement un écart de 30 secondes sur le peloton.
Seul un gendarme mal renseigné se lance à la poursuite des échappés, en se rendant vite compte de son erreur : ce n’est pas un imbécile puisque c’est un gendarme. Les échappés ne sont pas repris et ce n’est que justice.
Ce n’est pourtant que partie remise car, en dépit de leurs efforts conjugués, ils sont vite rattrapés sous l’impulsion de l’équipe Le Scalpel à Jacky du grimpeur hollandais Jos Sandal. Celui-ci ne tient apparemment pas à se laisser décramponner avant le Col de la Faux, un vrai casse-pattes, placé au Km 200, à moins de 60 Km de l’arrivée à Mouthe.
Marcel Pignon est nerveux, ça se lit sur son visage. Comme sa femme nous l’a confirmé avant le départ, il n’a jamais été un bon grimpeur et serait plutôt à ranger dans la catégorie des sprinteurs.
Attention ! Dès les contreforts du Jura, attaque surprise d’Hector Boyau, surnommé le gibier de potence par ses coéquipiers, de part sa pratique assidue de la chasse en saison. Mais cette fois, c’est lui qui est pris en chasse par la meute.
Malgré tous ses efforts, et tout le monde connaît les aptitudes d’Hector Boyau à se sortir les tripes, il ne parvient pas à creuser l’écart et le peloton fond sur lui. Ce qui confirme une nouvelle fois le dicton « qui va à la chasse, perd sa place ».
Nous arrivons maintenant au pied du col de la Faux, et comme nous le fait remarquer notre consultant avec son humour coutumier, si le col est ouvert, nous ne devrions pas tarder d’accoucher d’un beau vainqueur ; ça fait du bien de rire un peu.
Les coureurs, eux, n’ont pas envie de rire.
Dès les premiers lacets, Sandal appuie sur les pédales et oblige Pignon à se mettre en danseuse. Et comme nous le disait encore sa femme ce matin, il a horreur de se déguiser. Vous vous doutez bien qu’il n’est pas à son affaire et ça se voit à l’écran.
Coup de théâtre ! Pignon décroche. Il a un problème avec son dérailleur.
Est-il en train d’offrir sur un plateau l’étape à Sandal ? C’est la question que tous les observateurs se posent.
Au sommet du col, Jos Sandal passe en tête, suivi par André Railleur qui s’est refait une santé après le ravitaillement, où il en avait plein sa musette.
Le maillot jaune pointe à 2 minutes mais pas encore au chômage.
Comme sa femme nous l’a confirmé juste après le départ, il a plutôt une bonne descente. Il peut donc espérer combler son retard dans le long final sinueux qui nous conduit à l’arrivée.
Le duo de tête se relaie parfaitement à moins de 20 Km de la banderole.
Jos Sandal, qui est un chasseur de primes notoire, discute avec Railleur. Pour on ne sait quel marché inavouable.
Mais Pignon revient : ce n’est pas terminé !
L’écart se réduit comme le salaire moyen de son équipe qui mène la chasse.
Nous sommes à la flamme rouge du dernier kilomètre. Ça sent le roussi pour les deux fuyards et pour la prime de Sandal. Pignon les aperçoit et emmène un braquet énorme.
Les coureurs sont maintenant portés par plusieurs rangées de spectateurs venus de toute la région, voire même des régions environnantes, sait-on jamais.
Cette chaîne ininterrompue de supporters ne peut qu’entraîner Pignon qui vient dans un ultime effort coiffer tout le monde sur la ligne !
Sa femme avait raison, il est bien meilleur au sprint.
Au terme de cette étape mouvementée, Pignon conforte un peu plus sa position au classement.
Il reçoit son nouveau maillot jaune des mains de Monsieur le Conseiller Général, qui ne manque jamais une occasion d’offrir un bouquet à un homme, ce qui n’intéresse en aucune façon nos téléspectateurs.
C’est sur ces images que nous rendons l’antenne dans l’état où nous l’avons empruntée. A demain pour l’étape suivante qui devrait être la 4ème.

55

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Mouthe dans le Doubs

Pour une éventuelle future mouture wink, la Transjurassienne, épreuve de ski de fond de 76 km, relie les deux communes doubiennes de Lamoura et Mouthe. Cela autorise les courageux qui ont bouclé le parcours d’affirmer : « J’ai fait Lamoura-Mouthe. »
Pour infos supplémentaires : fr.wikipedia.org/wiki/Transjurassienne

56 Dernière modification par coco47 (24-07-2011 05:24:43)

Re : Quelques mots d'humour...

Sylvain, vous autorisez-vous de alors que d'autres s'autorisent à ?

57 Dernière modification par Alco (24-07-2011 10:13:15)

Re : Quelques mots d'humour...

Oui, c'est vrai, de qui ou de quoi vous autorisez-vous pour autoriser de ?

Quoi qu'il en soit, je me permets de, ou je m'autorise à féliciter Pierre de Jade pour son long texte d'actualité qui m'a beaucoup amusé.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

58

Re : Quelques mots d'humour...

coco47 a écrit:

Sylvain, vous autorisez-vous de alors que d'autres s'autorisent à ?

Bien vu. J’avais d’abord écrit : « Cela permet aux courageux… », et je n’ai simplement pas pensé à changer la préposition en conséquence.

Re : Quelques mots d'humour...

Quelques nouvelles aneries juste après la sainte Anne...

Les gros bonnets ne sont pas des petits saints
Il est très difficile de rester en bons termes avec un prématuré
D'après des psychologues de la marine, le risque majeur encouru par un navigateur en solitaire pris dans une tempête serait de sombrer dans une profonde dépression
Le père, avec son style ampoulé, avait déjà un certain culot ; ce n'était rien à côté de l'aplomb du fils
Femme austère recherche concerto pour hautbois de Gabriel Fauré
Victoire, née en juin 1945, échangerait mine défaite contre air de fête
Peintre avant-gardiste recherche peinture d'apprêt pour moulin à vent
Faits divers : un peintre à la taloche a été inculpé pour mauvais traitements sur sa femme, ayant conduit à une fausse couche

Re : Quelques mots d'humour...

Un petit texte pour m'essayer à un style assez proche de celui du regretté Raymond Devos...

Mine de rien

Un fils de mineur, peu avant sa majorité, a voulu lui-aussi devenir mineur. Mais lors de l’entretien d’embauche…
« Bonjour Monsieur. Je viens vous voir pour devenir mineur, comme mon père »
« Votre père est mineur ? Il ne fait pas son âge »
« Hélas pour lui, ça fait longtemps qu’il est majeur et vacciné »
« Il est majeur ? Je croyais qu’il était mineur ? »
« Il était mineur jusqu’à ce qu’il rencontre un problème majeur »
« Et vous même, vous souhaitez devenir mineur ? Vous êtes majeur ? »
« Je ne savais pas qu’il fallait être majeur pour devenir mineur »
« ça me semblait clair ! »
« Soyez indulgent, ce n’est pas un handicap majeur d’être mineur »
« La loi m’interdit d’embaucher un mineur mineur »
« Les lois, vous savez, elles sont faites par une minorité qui détient la majorité »
« Si elles ne vous plaisent pas, vous n’avez qu’à voter pour une autre majorité »
« Je ne peux pas, je dois attendre ma majorité »
« Vous faites partie de la majorité silencieuse ? »
« Non, d’une minorité qui ne peut apporter sa voix à une majorité »
« Vous ne l’emmenez pas avec vous ? »
« Si, mais quand je chante, il m’arrive de la perdre »
« Vous chantez en si bémol majeur ? »
« Pas encore. Je me contente du la mineur »
« La mineur ? J’avais compris que vous vous vouliez devenir mineur de fond ? »
« Oui, mais mon professeur de chant est un ancien lamineur qui demeure tout près du lac Majeur »
« Il habite une grande maison ? »
« Elle ne paie pas de mine »
« La mine ne paie plus, mon bon monsieur, je vous conseille de trouver une autre voie »

A bientôt

Re : Quelques mots d'humour...

Et pour poursuivre ma pêche à la ligne, une suite de mots :

Ma femme est toujours bien apprêtée mais je ne suis pas partageur
Allez savoir pourquoi, les bonnes pâtes se font toujours rouler
Il faut une bonne dose de confiance ou de pierres précieuses pour vivre avec un orfèvre émailleur
Si on est sur la mauvaise pente, la patine du temps peut vite conduire au dérapage
Grond ponte vend collection uniques d'oeuvres de Nicolas Poussin
Humoriste repenti échangerait costume fantaisie contre trois pièces dramatiques
Faits divers : la bagagerie a été mise à sac la nuit dernière ; la police soupçonne une paire de marocains qui avaient déjà été pris la main dans le sac lors d'un récent vol de portefeuilles. Il semblerait qu'il s'agisse de durs à cuire

et une petite définition du mot coloquinte : toux contractée lors d'une colonie de vacances

Re : Quelques mots d'humour...

Une recette que vous pourrez expérimenter en 2012...

Chef d’état à l’entourloupe

• Pour cette recette, il vous faut trouver un politicien pas trop vert, de préférence plutôt mûr, voire même pourri, ce dernier cas ne présentant pas de contre-indication pour sa réussite
• Prenez votre temps pour le choisir, c’est essentiel pour une bonne recette
• Quelques indications pour vous aider dans votre choix : si vous examinez attentivement votre politicien, il doit présenter des dents longues et effilées, une tête dure, une langue de bois, et si vous le retournez, quelques idées derrière la tête et un arrière train factice, un « faux-cul » en langage populaire
• Si vous en dénichez un qui a échangé sa grand-mère contre un sac de billes quand il était écolier, ça n’en sera que meilleur
• Une fois votre choix effectué, sortez les casseroles : on ne peut pas réussir un bon chef d’état sans casserole
• Faites chauffer à feu assez soutenu ; soyez sans crainte, un politicien ne se démonte pas quand on le cuisine ou quand on le met sur le gril, à condition bien sûr de l’arroser copieusement. Le liquide est une des clés de la réussite.
• Pour l’arrosage, vous pouvez utiliser du vin en pot. Le pot de vin donne un certain cachet à votre plat.
• Un conseil de chef pour vous aider : n’ajoutez surtout pas de sucre pendant la cuisson, le politicien ayant déjà une tendance naturelle à se sucrer tout seul, le résultat serait trop mielleux
• Attention, quand la préparation vous semble à point, n’éteignez pas le feu pour autant ; l’erreur courante est de croire que lorsqu’un politicien semble cuit, c’est fini, et bien non ! Un politicien revient toujours, vous devez donc le faire revenir
• Pendant qu’il revient aux petits oignons, ne vous occupez pas des oignons et laissez mijoter quelques beaux morceaux de moutons, de veaux et quelques fayots qui accompagneront avantageusement votre plat
• Prenez maintenant une bonne entourloupe, pas une entourloupe réchauffée, mais une belle entourloupe cultivée de longue date et cueillie à terme ; l’entourloupe de dernière minute est de loin la plus goûteuse
• Mélangez le tout dans un faitout
• Servez un soir d’élections peu après 20 heures
• Accompagnez de quelques salades et de deux ou trois beaux bars pour noyer le poisson

63 Dernière modification par Pierre de Jade (10-08-2011 22:34:54)

Re : Quelques mots d'humour...

La suite... royale ou pas

Pour faire germer une idée, point besoin d'être cultivé si vous avez une imagination fertile
J'ai rencontré un borgne superstitieux qui croit avoir le mauvais oeil : c'est vraiment pas de chance
Un coutelier sans fusil errait l'âme en peine près de la futaie
Le défaut du boxeur novice est qu'il veut toujours épater l'aîné
Poète attachant échangerait sanglots longs contre lot de sangles
Culturiste prétentieux recherche alter ego
Faits divers : incendie hier soir à la CRAM de Flamanville ; les pompiers étaient débordés

smile

Re : Quelques mots d'humour...

Ce n'est pas parce que les JMJ ont commencé que l'on ne va pas continuer à rigoler...

Le bavardage ne serait-il que palabres qui masquent l'aphorisme ?
A Orange, un chef de secteur un peu trop sectaire a dû changer de quartier
Face à la crise, l'ésotérisme gagne du terrain : mais peut-on vraiment guérir d'une imposition demain ?
Etre un bon vendeur de photocopieurs ne veut pas forcément dire que vous êtes un reproducteur du toner
Ecrivain africain échangerait crise de palud contre roman à succès
Imprimeur écologiste d'ouvrages ornithologiques recherche biographie d'Edith Piaf
Dimanche à 11h, un prêtre béninois donnera sa bénédiction à St Jacques
Faits divers : Encore un drame lié aux chiens d'attaque. Un enfant de 2 ans a sauvagement mordu un pitbull qui tentait de lui dérober lâchement sa tétine. L'enfant est en garde à vue. Les parents du pitbull ne comprennent pas.

Bonnes vacances si vous êtes absents.

Re : Quelques mots d'humour...

Pour vous aider à digérer la cure d'austérité, quelques pilules...

L'égarement est-il un phénomène géostationnaire ?
Il est généralement admis qu'il n'est pas indispensable d'enfiler une pélerine lorsque l'on porte la calotte
Ce n'est pas parce qu'il est criblé de dettes qu'il faut tout lui passer
Pour un musicien, la Gironde est un lieu unique où vous pouvez profiter d'une note élevée en restant dans les Graves
Chasseur très en cour échange insert contre hautbois
Peintre présentant une bonne humeur de façade cherche appartement dans le bas Dijon
Faits divers : Un maître hongrois de la peinture à l'eau s'est étouffé hier en avalant une goulach. Les médecins ont tenté un tubage d'un ton magenta du plus bel effet, sans succès

... et quelques nouvelles définitions pour compléter mon Dico du gros Robert :

Alienor (d'Aquitaine) : producteur de pruneaux du Moyen-Age qui sombra dans la démence à la mort de sa femme, à laquelle il tenait comme la prunelle de ses yeux, décédée tragiquement en avalant de travers un noyau de prune

Arborigène : indigène pure souche

Despote : personnage qui, paradoxalement, n'a pas beaucoup d'amis

Mandarin : médecin chinois de l'époque Ming, qui s'est rendu célèbre à la Cour de l'Empereur en soignant les maladies de peau avec des remèdes à base d'oranges, d'où son nom

Pygmalion : célèbre pygmée qui a longtemps prétendu avoir vaincu un lion de ses propres mains, avant de passer pour un mentor

Re : Quelques mots d'humour...

Je vous préviens, il y aura des suites à cette affaire...

La molette est à la jumelle ce que le jumeau est au mollet
Un monteur sans cavalier est comme un opticien sans monture, désarçonné
Certaines additions manquent singulièrement de retenue
Petit guide de formation à l'usage des kamikazes :
article premier : rester concentré sur son travail et ne pas s'éparpiller
article deux : si une envie d'éclater de rire survient, retenez vous, il n'y a vraiment pas de quoi
article trois : refuser toutes les sauteries anticipées
article quatre : ne mangez jamais de fèves, ça fait péter
article cinq : n'attendez pas que l'on vous pousse à bout pour exploser
article six : si vous êtes consciencieux, il n'y a pas d'article six
Voyeur très myope recherche lunettes de WC
Médecin accoucheur vend costume dernier cri
Faits divers : dans un accès de folie, un cavalier s'est rué sur son cheval pour l'attaquer au burin. Par bonheur, la bête ne l'étant pas et n'ayant pas les quatre pattes dans les deux mêmes sabots, a réussi à prendre la fuite. Moralité : le bourrin peut échapper au marteau

67 Dernière modification par Pierre de Jade (04-09-2011 20:04:54)

Re : Quelques mots d'humour...

La politique étant une source éternelle de discorde, un petit texte de vulgarisation sur le sujet...

Politiquement incorrect

Depuis des siècles, l’homme disserte et philosophe sur la signification profonde du mot politique. Mais en réalité, qu’est-ce que la politique ?
L’art de la politique consiste essentiellement à promettre l’impossible et à expliquer plus tard qu’à l’impossible nul n’est tenu.
Il est généralement admis que la politique est un instrument à discorde qui fonctionne toujours dans le sens du vent, et conduit souvent, en dépit de la qualité des artistes, à une cacophonie assez éloignée de l’idée que l’on se fait de l’harmonie quand on se situe dans la population des fervents admirateurs de Wolfgang Amadeus Mozart.
Il n’y a pas de politique sans homme politique. L’homme politique a toujours fait couler beaucoup d’encre, mais en réalité, qu’est-ce qu’un homme politique ?
L’homme politique ou politicus omnibus, étymologiquement « l’homme qui s’arrête à tous les marchés », a toujours fait preuve d’une certaine logique.
Il est tout à sa quête inlassable de voix alors qu’il n’a pas de parole, ceci pour lui permettre de continuer à tenir un double langage.
L’homme politique, appelons le Robert pour simplifier et pour ceux qui ne connaissent pas un traître mot de latin, est animé par une soif inextinguible de pouvoir, d’où son penchant incontrôlable pour le liquide.
Il cherche en permanence à rassembler pour devenir un chef des tas.
Malin comme un singe, ce qui expliquerait par ailleurs son attirance pour les bananes et les peaux qui vont avec, il sait bien qu’il ne pourra pas tirer de dividendes de la division.
Il est beaucoup plus enclin à multiplier les adhérents, très utiles pour coller les affiches à sa gloire.
L’homme politique, pardon, Robert, est particulièrement attiré par la maroquinerie. La plus petite valise, le portefeuille le moins imposant, le moindre fauteuil, déclenchent chez lui une effervescence dévote.
Est-ce dû aux incessantes guerres intestines ? Il est souvent fourré au cabinet et passe un temps fou au siège. Quand il ne se montre pas à la Foire du Trône.
Pour parvenir à ses fins, Robert n’hésite pas à battre la campagne. Certains n’hésitent pas à battre leur compagne mais il faut bien reconnaître que le pain de compagne n’ a jamais eu le succès escompté.
Contrairement au fruit, l’homme politique peut être pourri alors même que sa maturation n’est pas terminée. Dans ce cas, on dit qu’il est véreux. De façon plus générale, il se doit d’être toujours tourné vers les autres.
Une de ses caractéristiques les plus marquantes est sa relation ambiguë avec les tables.
Il est toujours prêt à s’asseoir autour d’une table mais refuse souvent de tout mettre sur ladite table. Et si la discussion s’oriente vers le dessous de la table, il se braque et refuse obstinément de s’y mettre, à table.
Robert sait qu’il doit être convaincant s’il ne veut pas passer pour un convaincu : il doit sans relâche donner du rêve, de l’illusion.
Finalement, l’homme politique ne serait-il pas qu’un illusionniste qui a plus d’un tour de vice dans son sac ?
La question que tout le monde se pose, sauf peut-être les hommes politiques, est-il foncièrement malhonnête ? Tout juste, pouvons-nous affirmer qu’il est souvent confronté à quelques soucis dans le domaine immobilier.
En fin de compte, pourrait on vivre sans politique ? La réponse est évidemment non. Pour qui voterions-nous aux élections ?

Re : Quelques mots d'humour...

Quelques nouvelles sorties pour la rentrée...

Le népotisme en politique est une bonne source d'allocutions familiales
Vous êtes pressé ? Utilisez un enfant précoce pour éplucher vos petits pois
Il trouve toujours un prétexte pour ne pas écrire d'avant-propos
Il faut être aveugle pour dépasser les borgnes
Homme affable ne cherche pas d'histoires pour sans sortir à bon compte
Tueur à gages jamais inquiété vend magnifique abattant vernis
Faits divers : un agent chargé du regroupement familial est soupçonné d'avoir tronçonné sa femme. Interrogé par la police, il ne s'est pas démonté et a refusé de lâcher le morceau. Il semblerait que la reconstitution ne soit pas pour demain.

Re : Quelques mots d'humour...

Un petit billet pendant qu'il en reste...

De manière générale, être peu amène ne rapporte rien
Composer sa cave, c'est toujours un peu la bouteille à l'antre
Réflexion laissant les chasseurs faussement sceptiques : comment faire face à la stagnation du nombre de gibiers d'eau alors que la quantité de chasses d'eau augmente sans cesse ?
Question d'histoire : Pépin le bref était-il un Sire concis ?
Chienne d'arpenteur recherche son maître
Lucie échange halogène contre hallucinogènes
Matelot échangerait volontiers pneumonie contre matelas pneumatique

Re : Quelques mots d'humour...

Une recette pour des lecteurs assidus...

Feuilleté de bouquetin

• Si vous voulez faire de cette recette une réussite, il vous faut trouver un beau bouquetin pour avoir toutes les cartes en main
• Vous serez nettement avantagé dans votre recherche si votre logis se situe proche des sommets, c'est-à-dire au-delà du 10ème étage avec ascenseur ; quelques espoirs sont toutefois permis aux habitants du haut de Port de Bouc
• Choisissez-en un ni trop jeune, ni trop vieux. Les vieux bouc à peine cuit dégage un fumet beaucoup plus apprécié par les chèvres du Larzac que par ses congénères de Neuilly sur Seine. Le trop jeune bouquetin, appelé cabri en raison de ses bonds répétés, est plus généralement cuisiné sous forme de sauté, alternative très raisonnable au sauté de mouton qui finit par nous courir sur le haricot
• Une fois le bouquetin choisi, mettez vous à l’ouvrage
• Otez les cornes de la bête, susceptibles de ralentir notoirement la digestion de vos convives ; pour vous en convaincre, demandez à la voisine du 3ème si elle a digéré les cornes dont l’a affublée son mari avec la voisine du 6ème . Et pourtant, ça ne date pas d’hier
• Retirez également ses sabots, il n’est jamais très bon de mettre les pieds dans le plat et de tout façon, on se déchausse toujours avant l’entrée quand on est poli
• A ce stade, vous pouvez entreprendre de feuilleter le bouquetin, en commençant par les pattes ; les pattes sont faciles à feuilleter. Si votre choix a été judicieux, le délai nécessaire sera réduit : un bon bouquetin se feuillette très vite
• Si votre premier essai est un échec, n’en faites pas un drame. Comme on le dit souvent, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. Néanmoins, si votre dix-neuvième essai n’est toujours pas un succès, je vous conseille de laisser tomber les bouquetins de cuisine
• Laissez dorer pour le croustillant et accompagnez avantageusement votre bouquetin de pommes de terre nouvelles et de quelques feuilles de salade
• C’est terminé, votre bouquetin est prêt à se laisser dévorer
• Il est à noter que ce plat est très souvent servi à l’occasion du chapitre des vendanges pour profiter de la présence de la presse

Re : Quelques mots d'humour...

La suite pour oublier l'actualité...

Si vous prêtez l'oreille à un muet, ça ne lui rendra pas la vue
On ne fait pas d'homélie sans caser des voeux
Quand un incompris enseigne à un malappris, la vulgarisation devient grossière
La nuit détend, depuis toujours
Amoureux transi recherche sa petite caille
Homme timide qui se soigne échangerait amour platonique contre femme aux gros seins assez toniques
Reine d'Angleterre recherche aéropage pour servir dans l'avion

72

Re : Quelques mots d'humour...

La nuit détend, depuis toujours

C'est l'an pèbre, c'est poivre et sel, en clair-obscur big_smile   

Merci big_smile  Petit cadeau marseillais!

http://storage.canalblog.com/23/72/119589/28391625_p.jpg

" Wer fremde Sprachen nicht kennt, weiß auch nichts von seiner eigenen."   J.W.v.Goethe

Re : Quelques mots d'humour...

Merci bien pour ce morceau de Provence !
Un petit texte que j'avais écrit l'année dernière sur cette belle région :

Provence

Une terre de lumière où le soleil a élu domicile.
Un lieu où le temps ralentit son rythme à l’heure où l’astre tutoie son zénith.
Thym, romarin, ciboulette, coriandre, chantent à nos oreilles et embaument nos errances.
Les oliviers centenaires, comme immortels pour conter la jeunesse des vieilles pierres, refusant d’abdiquer dans leur champ de lavande.
Les moulins qui tournent encore au détour d’une page de Daudet.
Les chemins rocailleux où le craquement sec des pommes de pin peine à couvrir la mélodie sans fin des cigales.
Le tourbillon des robes chamarrées sous les platanes imposants de la place du village sans âge.
Le bruit sec de l’acier entrechoqué éveillant des appels à Fanny sous des accents chantants comme le vent dans les collines chères à Giono.
On y rencontre Pagnol à la terrasse d’un bistrot où les éclats de voix et le claquement du carton semblent ressusciter des personnages d’antan, dans un parfum d’anis.
La montagne et la mer ont scellé leur alliance à Sainte-Victoire en prenant Cézanne à témoin.
Le pays où la mer et le ciel se sont donnés rendez-vous dans un horizon d’azur.
Les sons, les odeurs, les couleurs, les émotions, en un mot, la vie.
C’est la Provence.

Re : Quelques mots d'humour...

De manière générale, une lutte de malpolis est sans merci
Le sévice contrit ne dispense absolument pas de payer l'addition
Le son de la batterie m'horripile ; par contre, le son de la pile n'a aucun effet sur ma tension
Je trouve quand même un peu raide d'être obligé de vendre une toile de Courbet pour faire face à un redressement fiscal
Avocat à la cour recherche studio avec fenêtre sur rue
Ancien récidiviste à l'explosif revend barils de poudre récurrent
Ecrivain pointilleux vend précis d'orthographe écrit en morse

A suivre...

Re : Quelques mots d'humour...

Le temps de le dire

Le temps est d’une ponctualité exemplaire. Là où l’homme peut être en retard sur son temps, le temps, lui, n’a jamais une seconde à perdre.
Rien ne l’arrête, pas même un contretemps. Il s’écoule inéluctablement.
Les secondes s’égrènent comme dans un couscous suisse.
Je vous le dis, rien ne sert d’essayer de l’arrêter, vous perdrez votre temps.
D’une façon générale, il est d’ailleurs très facile de perdre son temps.
Dernièrement, j’ai perdu mon temps à chercher ma montre et j’ai fini par trouver le temps d’en acheter une autre.
Une autre fois où j’avais encore bêtement perdu mon temps, je ne suis pas très soigneux, je me suis présenté au bureau des objets trouvés.
« Bonjour Madame, j’ai perdu mon temps, quelqu’un ne vous l’aurait pas ramené par hasard ? »
« Montand ? Le chanteur ? Vous avez perdu un disque de Montand ? Allez au service médias, c’est la deuxième porte à droite en montant »
« Non, non, pas le chanteur. Je suis à la recherche du temps perdu »
« A la recherche du temps perdu ? C’est de Proust ça. Vous l’avez perdu quand ? »
« C’est mon temps que j’ai perdu, pas le temps de Proust ou de Voltaire ; eux, ils ont fait leur temps depuis longtemps »
« Vous me faites perdre mon temps à rechercher le votre. Vous devez avoir du temps à perdre si vous avez trouvé le temps de venir le chercher ici »
J’ai fini par trouver le temps long et je suis parti, sans perdre une minute.
J’ai beau être remonté comme une pendule, rien y fait, je n’arrive pas à remonter le temps. J’aurais même une tendance naturelle à me laisser déborder par lui. Je ne m’en fais pas pour ça, mieux vaut un retardataire qu’une avance en l’air.
La notion du temps est très difficile à acquérir. Par lassitude, certains sont conduits à laisser couler. Ma femme, par exemple (bien qu’elle ne soit pas toujours un exemple à suivre), à force de trop laisser cuire les œufs à la coque, a fini par rendre son sablier.
Ce n’est pas le tout mais pendant que je disserte sur le temps, il passe.
Une interrogation pour finir : faut-il prendre son temps au risque d’être pris par le temps ?

Messages [ 51 à 75 sur 527 ]

ABC de la langue française : forums » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...



Généré en 0,091 secondes, 92 requêtes exécutées