Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 23 ]

1 Dernière modification par Colline d'or (09-02-2010 13:50:02)

Sujet : social et sociétal

Il semble que dans les expressions "développement social " et "reponsabilité sociale des entreprises", l'adjectif sociétal devienne interchangeable avec social.

On trouve/devine des définitions à ce sociétal ici et là :

1) combinaison de "social" et "environnemental"
2) propre à la "société" entendue comme "entreprise"
3) lié à la société (au sens groupe humain), donc à ce que recouvre généralement l'adjectif social :

Responsabilité "Sociétale" - " Societal Responsability"
Les deux items fortement corrélés à cette dimension traduisent la responsabilité sociale des individus face à la société : "les citoyens devraient se sentir responsables pour la construction de leur société" et "les gens d'origine ethnique différentes devraient pouvoir collaborer pour le bien être de leur société". On doit aussi noter que qu'aucune  tendance forte  ne s'est dégagée pour cette dimension.
Extrait d'un document francophone africain (université de Yaoundé)

Dans une société pour laquelle je travaille, le développement sociétal est lié :

1) à l' intégration à la vie économique et sociale du pays,
2) au partenariat dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'économie locale

Pas de notion environnementale donc.

Côté anglais, ce n'est guère plus clair : difficile de savoir qui est venu mettre la panique dans la terminologie. Est-on en train de fabriquer un doublon de social ?

Pour l'instant je crois que je vais me contenter de dire que l'un s'utilise tranquillement pour l'autre. Je vois ici ou là sur la Toile des gens qui se posent la même question que moi, mais de réponse convaincante, foin. Ca part dans tous les sens.

Re : social et sociétal

Il y a aussi un néologisme allemand, sous la forme sozietal.

Et sous cette même forme sozietal (Google) c'est même un mot basque !

C'est décidément un mot à la mode. La sociétalisation (ou le sociétalisationnement) est en marche.

3

Re : social et sociétal

« Social » peut être parfois ambigu ; s'il était bien spécialisé, un mot supplémentaire pourrait être utile, hors effet de mode. Ce qui est sûr, c'est que le « social », lui, n'est pas à la mode : on se demande seulement s'il est dans un charter ou en garde à vue.

Est-on d'accord : société>social ; sociétalité>sociétal ?

4

Re : social et sociétal

Colline d'or a écrit:

On trouve/devine des définitions à ce sociétal ici et là :

1) combinaison de "social" et "environnemental"

On trouve ça en cliquant sur le lien :

« La RSE
[ responsabilité sociale des entreprises ] est parfois liée au concept d’investissement socialement responsable (ISR).
Pour certains, l'ISR est même la déclinaison financière et spéculative du développement durable.
Les investisseurs qui proclament cette démarche - banques, établissements financiers et autres fonds financiers (retraite, épargne salariale, etc.) - définissent généralement leurs propres engagements en matière de RSE avec une communication RSE dédiée (cf. Rapport RARE 2006 sur le secteur bancaire).
L'interaction entre les concepts de RSE et de l'ISR, tant du côté de l'entreprise qui fait appel à l'épargne que du côté de celui qui apporte cette épargne publique réside essentiellement dans leur convergence conceptuelle qui reste à démontrer au cas par cas. »

Sans parler du fond — qui prête à sourire —, le truc en rouge (syntagme prépositionnel) fait vraiment phraséologie soviétique mutante, surtout le petit <dédiée> qui va tellement bien avec...



Sinon, pour ce qui concerne les entreprises, la dénomination des sociétés d'affaires est la raison sociale et non [s]la raison sociétale[/s]. De même les apports à la société d'affaires constituent le capital social et non [s]le capital sociétal[/s]. Quand on élargit, quand on passe des sociétés d'affaires à leurs représentants légaux en pourparlers avec les représentants institutionnels du salariat, on parle de partenaires sociaux, pas de [s]partenaires sociétaux[/s]. Il semble que dans ces exemples l'adjectif <social> se rapporte à des associés, de droit ou de fait, dont la réunion n'est pas la société des hommes, mais une simple communauté, restreinte tant par le nombre de ses membres que par les obligations réciproques qui les lient. L'adjectif <sociétal> fait immanquablement penser à la société. Sans doute dans ce qu'elle a de plus large : la société des hommes ou la société des citoyens d'un pays.

Dans cette optique, la fameuse "responsabilité" sociétale des entreprises paraît être une expression commode pour faire avaler le démantèlement de leurs obligations fiscales et réglementaires, imposées, en principe, par la société des citoyens.

Re : social et sociétal

greg a écrit:

Les investisseurs qui proclament cette démarche - banques, établissements financiers et autres fonds financiers (retraite, épargne salariale, etc.) - définissent généralement leurs propres engagements en matière de RSE avec une communication RSE dédiée
[...]
Sans parler du fond — qui prête à sourire —, le truc en rouge (syntagme prépositionnel) fait vraiment phraséologie soviétique mutante, surtout le petit <dédiée> qui va tellement bien avec...

"Le truc en rouge" fait peut-être soviétique parce qu'il est en rouge, mais autrement ? Je ne vois pas de rapport entre ce jargon mal maîtrisé (comme plus haut : "proclament cette démarche") par un rédacteur de Wikipédia et la langue de bois de l'URSS. Pourriez-vous préciser svp ?

6 Dernière modification par Colline d'or (10-02-2010 19:01:46)

Re : social et sociétal

greg a écrit:

avec une communication RSE dédiée [ ... ]
Sans parler du fond — qui prête à sourire —, le truc en rouge (syntagme prépositionnel) fait vraiment phraséologie soviétique mutante, surtout le petit <dédiée> qui va tellement bien avec...

Phraséologie tout droit issue d'entreprises capitalistes bien occidentales et anglicisantes : ce dédié, apparu il me semble dans un contexte informatique, se retrouve maintenant à toutes les sauces.

greg a écrit:

Sinon, pour ce qui concerne les entreprises, la dénomination des sociétés d'affaires est la raison sociale et non [s]la raison sociétale[/s]. De même les apports à la société d'affaires constituent le capital social et non [s]le capital sociétal[/s]. Quand on élargit, quand on passe des sociétés d'affaires à leurs représentants légaux en pourparlers avec les représentants institutionnels du salariat, on parle de partenaires sociaux, pas de [s]partenaires sociétaux[/s]. Il semble que dans ces exemples l'adjectif <social> se rapporte à des associés, de droit ou de fait, dont la réunion n'est pas la société des hommes, mais une simple communauté, restreinte tant par le nombre de ses membres que par les obligations réciproques qui les lient. L'adjectif <sociétal> fait immanquablement penser à la société. Sans doute dans ce qu'elle a de plus large : la société des hommes ou la société des citoyens d'un pays.

Il va donc falloir parler d'échelle sociétale, de classes sociétales, de sécurité sociétale. Excellente démonstration.

La fameuse "responsabilité" sociétale des entreprises paraît être une expression commode pour distribuer des pots de vins sociaux (ou sociétaux, je ne sais plus smile ). Les pots de vin non qualifiés ne suffisant plus. Et ceci que la RSE soit sociale ou sociétale. Finalement le terme importe peu. Ce qui compte c'est les retombées sont bien plus souvent positives.

Je me demande si les érudits arriveront un jour à imposer une répartition rigoureuse entre les deux (comme ce fut le cas par exemple pour différend et différent) ou si cette époque est dépassée pour cause d'un trop-plein d'intervenants, nous condamnant ainsi au flou terminologique permanent.

7

Re : social et sociétal

Pierre Enckell a écrit:

[...] définissent généralement leurs propres engagements en matière de RSE avec une communication RSE dédiée

"Le truc en rouge" fait peut-être soviétique parce qu'il est en rouge, mais autrement ? Je ne vois pas de rapport entre ce jargon mal maîtrisé (comme plus haut : "proclament cette démarche") par un rédacteur de Wikipédia et la langue de bois de l'URSS. Pourriez-vous préciser svp ?

http://www.tolkuchka.dsip.net/uploads/post-25480-1158181594.jpg
Le premier truc qui m'est venu à l'esprit en lisant l'expression en rouge c'est ????? ????????????????? ????? ou héros du travail socialiste. Dans les deux cas, il s'agit d'un slogan technique et clinquant : concision verbeuse, vacuité enflée et bien sûr travestissement de la réalité crasse. On peut y voir un jargon mal maîtrisé. On peut y voir aussi le style propre d'une novlangue sabirisante. Question de point de vue sans doute.


Colline d'or a écrit:

Phraséologie tout droit issue d'entreprises capitalistes bien occidentales et anglicisantes : ce dédié, apparu il me semble dans un contexte informatique, se retrouve maintenant à toutes les sauces.

Un adjectif fétiche qui fait florès dans tous les secteurs liés à la "communication" : médias-robinets, info-intox en continu, littérature mercaticomanadjériale — et qui apparemment nous vient de l'informatique anglophone, laquelle n'en demandait sans doute pas tant... Faudra voir dans quelques années si le dédié de notre temps aura connu la même fortune que le drink des années 70.

8 Dernière modification par Naïf (15-02-2010 00:08:05)

Re : social et sociétal

greg a écrit:

bien sûr travestissement de la réalité crasse.

Au risque de paraître taquin (en fait, c'est important):
voilà un jugement qui donne un bien beau rôle à celui qui l'émet! On dit cela, et hop! voici tout ce petit monde - le locuteur et tous ceux qui prennent son parti - en prise directe sur la réalité.

C'est bien connu: les autres parlent comme des sagouins. D'abord, c'est normal, puisque ce sont des autres. Ajoutons une dose de politique et ils deviennent même des ennemis (la politique, c'est l'art de bien circonscrire ses ennemis); or le pire, avec les ennemis, c'est qu'ils sont bêtes. Ne serait-ce parce qu'ils croient que c'est nous, les ennemis, alors qu'en réalité, c'est eux (Sylvain B. aura reconnu la source).

Pardon [s]de[/s] pour* mon ironie un peu sotte, elle remplace une philippique qui serait inutile ici. Cela me permet juste de revenir au sujet initial:

Le néologisme "sociétal" est un adjectif relationnel dérivé de "société", comme "national" ou "estival" sont formés - directement ou via alternance savante de la base - de "nation" et "été". "Sociétalité" mentionné dans ce fil est second ("sociétal" n'est pas un cas de dérivation régressive jusqu'à preuve du contraire).

Ce n'est pas le cas de "social", dont le rapport au vocable "société" n'a aucune évidence. Quant à "socium", il est ignoré de la plupart des locuteurs.
Et "sociétal" ne remplace pas "social" dans une foule d'emplois. Une "politique sociale" se frotte à la ventilation de la population en classes, catégories, couches et secteurs d'activité. Une "politique sociétale" n'a cure de cela, il s'agit de "gérer une société" (entreprise ou Etat). Globalement.

Ce fond technocratique (cf. le verbe "gérer") du mot "sociétal" peut paraître désagréable. Et l'on est en droit de craindre que le sociétal ne finisse un jour par se substituer entièrement au social. Les enjeux sont tout sauf creux et vains: il s'agit de la vie des gens! On voit que les mots, ici, sont d'une féroce et menaçante précision.

Autrement dit encore: ce n'est pas parce qu'un mot échappe aux tentatives de glose des locuteurs qu'il n'a pas son fonctionnement propre. Si l'on veut appeler cette difficulté à gloser du "flou", alors force est d'admettre que le flou règne en maître dans le lexique des langues. Parce qu'elles ne sont pas des nomenclatures.

Seules les terminologies ont vocation à échapper à ce flou; elles n'y arrivent qu'avec peine, et de manière temporaire, toujours (que je sache).

---
*lapsus aperçu après coup.

9 Dernière modification par Colline d'or (14-02-2010 20:59:28)

Re : social et sociétal

Naïf a écrit:

Et "sociétal" ne remplace pas "social" dans une foule d'emplois. Une "politique sociale" se frotte à la ventilation de la population en classes, catégories, couches et secteurs d'activité. Une "politique sociétale" n'a cure de cela, il s'agit de "gérer une société" (entreprise ou Etat). Globalement.

C'est très bien et très clair. Seulement cela ne semble pas aussi clair pour bien des gens (d'où ce fil d'ailleurs) qui, si j'ai bien compris, font un usage abusif d'un mot qui n'a pas été fait ni par eux ni pour eux. Qu'ils l'utilisent donc à leurs risques et périls. Il va falloir qu'on le leur dise smile.

J'aurais aimé lire la philippique, j'aurais probablement mieux compris la première partie de votre message. Mais ainsi je n'ai pas saisi la sottise dans votre ironie.

En tout cas j'ai compris que "flou" et "terminologie" ne vont pas ensemble. Que la "terminologie", c'est bon pour ceux qui veulent mettre la langue en boite, que le "flou" c'est ce à quoi on doit se résigner quand on veut laisser la langue vivre sa vie.

Donc je ne devais pas chercher à comprendre le pourquoi de "développement social ", "responsabilité sociale des entreprises", "développement sociétal ", "responsabilité sociétale des entreprises" ? Ni, j'oubliais le principal, chercher à savoir ce que ceux qui utilisent "sociétal" pour "social" ont en tête ?

10 Dernière modification par Naïf (15-02-2010 07:03:37)

Re : social et sociétal

Colline d'or a écrit:

Seulement cela ne semble pas aussi clair pour bien des gens (d'où ce fil d'ailleurs) qui, si j'ai bien compris, font un usage abusif d'un mot qui n'a pas été fait ni par eux ni pour eux. Qu'ils l'utilisent donc à leurs risques et périls. Il va falloir qu'on le leur dise
(...) Ni, j'oubliais le principal, chercher à savoir ce que ceux qui utilisent "sociétal" pour "social" ont en tête ?

Alors je redis en d'autres mots ce que je disais :

Prenez le problème dans l'autre sens, et imaginez que les locuteurs ne se "trompent" pas dans leur façon de causer. D'ailleurs, qu'est-ce que cela pourrait bien signifier? Ils causent, les gens, parce que les gens,  c'est comme ça: ça cause. Quant aux façons de causer autorisées et légitimes, à savoir: la fameuse question de savoir "Qui cause mieux que les autres", en l'occurrence, c'est un motif bien futile en regard de ce que nous faisons de notre société.

S'il ne s'agit pas de mots, c'est que ce sont les notions que les mots signifient qui importent. Bref: nul ne confond les mots "social" et "sociétal"; en revanche, certains remplacent le social par le sociétal. 

Les mots, dans un cas comme celui-là,  sont des symptômes.

Re : social et sociétal

Naïf a écrit:

Prenez le problème dans l'autre sens, et imaginez que les locuteurs ne se "trompent" pas dans leur façon de causer.

Ai-je jamais dit qu'ils se trompent ? Vous me faites un procès d'intention.

Naïf a écrit:

nul ne confond les mots "social" et "sociétal"; en revanche, certains remplacent le social par le sociétal

C'est ce que vous avez décidé de conclure : il est évident en se promenant un peu sur le Web - et en parlant avec les gens dans les sociétés - que l'on emploie souvent l'un pour l'autre pour décrire exactement la même réalité.

Et si nul ne confond les mots "social" et "sociétal", je suppose que je suis le crétin qui ne sait pas faire la différence. Continuez donc à "fabriquer" des imbéciles, vous n'en brillerez que mieux.

12 Dernière modification par Naïf (15-02-2010 09:43:40)

Re : social et sociétal

Votre message est inutilement agressif.

Lisez posément ce qu'on vous dit.  Qui sait, peut-être tout n'est-il pas à jeter aux orties? Peut-être même a-t-on essayé de répondre à vos questions? Tenez, et si votre interlocuteur avait fait profession de ce genre de problèmes, et pensait détenir quelques bribes de réponses? Il pourrait se tromper lui aussi, s'en accroire. Le risque n'est pas bien grand: mieux vaut s'enfoncer dans l'obscurité qu'une aiguille dans la fesse.

Un forum d'anonymes n'est certainement pas un lieu pour briller. En revanche, on peut parfois y tenter des idées. Voire - ô folie! - des idées contradictoires.

Re : social et sociétal

Naïf a écrit:

Lisez posément ce qu'on vous dit.  Qui sait, peut-être tout n'est-il pas à jeter aux orties? Peut-être même a-t-on essayé de répondre à vos questions?

Je suis très loin de jeter aux orties tout ce que l'on me dit, comme à votre habitude vous préjugez. Et vous préjugez tellement que cela en devient déplaisant à la longue. Quant à votre réponse concrète, j'ai dit ce que j'en pensais. Je précise : "sociétal" au sens d'agir globalement au niveau de la société me parait loin d'être la préoccupation des entreprises, pas plus que ce n'est l'image qu'elles veulent donner d'elles-mêmes. L'assurance que vous y mettez ne change rien à l'affaire : c'est une explication facile.

Naïf a écrit:

Tenez, et si votre interlocuteur avait fait profession de ce genre de problèmes, et pensait détenir quelques bribes de réponses? Il pourrait se tromper lui aussi, s'en accroire.

Vous continuez à préjuger : mes interlocuteurs ne font profession de rien les pauvres, je travaille sur des documents authentiques produits par leur société qui justement emploient "social" et "sociétal". Dont l'emploi n'est pas plus clair pour eux que pour moi.

En soulevant le sujet, je suis parti avec une idée préconçue c'est vrai mais pour l'instant rien ne m'a démontré qu'elle est fausse. Et je n'ai pas vraiment d'éléments en plus sur ce "sociétal" (d'où il vient, dans quel contexte a-t-il été d'abord utilisé).

14

Re : social et sociétal

Jeune homme, notez que "société" peut également signifier "entreprise".

Re : social et sociétal

Naîf a écrit:

Jeune homme, ….

Et les préjugés continuent. Je ne développe pas. J'espère seulement qu'il ne s'agit que d'une manière obtuse de juger les autres.

Naîf a écrit:

notez que "société" peut également signifier "entreprise".

Informez-vous donc sérieusement, vénérable ancêtre, sur ce que les sociétés/entreprises entendent par “développement social/sociétal” des entreprises. Là aussi je ne développe pas.

J'en ai terminé définitivement avec vous. Je ne crois pas que nous puissions échanger quoi que ce soit.

16

Re : social et sociétal

Naïf a écrit:
greg a écrit:

bien sûr travestissement de la réalité crasse.

Au risque de paraître taquin (en fait, c'est important):
voilà un jugement qui donne un bien beau rôle à celui qui l'émet! On dit cela, et hop! voici tout ce petit monde - le locuteur et tous ceux qui prennent son parti - en prise directe sur la réalité.

Je te laisse le rôle mais j'assume le jugement car c'en était un.   


Naïf a écrit:

C'est bien connu: les autres parlent comme des sagouins. D'abord, c'est normal, puisque ce sont des autres.

Au cas où cette remarque me serait destinée, sache que je ne visais pas tant le locuteur (ni son « jargon mal maîtrisé ») que le discours (et la « novlangue sabirisante » qui le permet ) — d'où la question de Pierre Enckell qui s'étonnait du parallélisme entre une phraséologie manadjériale et la lingua sovietica.


Naïf a écrit:

Le néologisme "sociétal" est un adjectif relationnel dérivé de "société", comme "national" ou "estival" sont formés - directement ou via alternance savante de la base - de "nation" et "été".
[...]
Ce n'est pas le cas de "social", dont le rapport au vocable "société" n'a aucune évidence. Quant à "socium", il est ignoré de la plupart des locuteurs.
Et "sociétal" ne remplace pas "social" dans une foule d'emplois. Une "politique sociale" se frotte à la ventilation de la population en classes, catégories, couches et secteurs d'activité. Une "politique sociétale" n'a cure de cela, il s'agit de "gérer une société" (entreprise ou Etat). Globalement.

C'est vrai, à quelques nuances près :
capital d'une société ? capital social
dénomination d'une société ? raison sociale
.
L'association légale de personnes physiques conditionne l'existence de la société, personne morale, dont le capital et la raison demeurent pourtant sociaux et non pas [s]sociétaux[/s].




Dès qu'on quitte le droit des affaires, ça paraît plus clair :

mouvement social ? conflit salariat / patronat
mouvement sociétal ? évolution de l'institution du mariage

cotisation sociale ? prélèvement sur salaire / revenu
[s]cotisation sociétale[/s]

responsabilité sociale des entreprises ? obligations légales
responsabilité sociétale des entreprises ? axe de communication, initiative "citoyenne"

fait social ? sociologie
fait de société ?=? fait sociétal

17 Dernière modification par Colline d'or (16-02-2010 21:24:43)

Re : social et sociétal

greg a écrit:

responsabilité sociale des entreprises ? obligations légales

Extrait du site France.Diplomatie du gouvernement
La responsabilité sociale des entreprises proprement dite

La Commission européenne a adopté une définition de la RSE qui fait référence à « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes » (Communication de la Commission du 22 mars 2006).

De l’avis de l’OCDE, la responsabilité des entreprises va au-delà de leur fonction de base, c’est-à-dire mettre à profit les investissements dans l’intérêt des apporteurs de capitaux. « On attend des entreprises qu’elles respectent les différentes lois qui leur sont applicables et, dans la pratique, elles doivent souvent répondre à des attentes sociétales qui ne sont pas consignées dans les textes de loi. » Il s’agit d’une contribution positive que les entreprises multinationales peuvent apporter au progrès économique et environnemental et social, et de réduire au minimum les difficultés que leurs diverses opérations peuvent engendrer, en particulier dans des domaines tels que les droits de l’homme, les relations du travail, l’environnement, la lutte contre la corruption et la protection des consommateurs.

S’inscrivant dans la suite de la déclaration de Bamako du 3 novembre 2000 qui marquait « l’engagement des Etats et gouvernements francophones en faveur de la promotion d’une culture démocratique intériorisée et du plein respect des Droits de l’Homme », la Déclaration de Québec, adoptée par les Etats membres de la Francophonie en octobre 2008, présente la RSE comme apportant une « valeur ajoutée en faveur de la paix, de l’Etat de droit, de la coopération et du développement durable » afin de faire face aux défis économiques auxquels sont confrontés les membres les plus vulnérables dans leur recherche d’un développement durable et harmonieux. « Promouvoir la responsabilité sociale/sociétale et environnementale de l’entreprise, c’est encourager les entreprises des pays membres à adhérer aux instruments, normes et principes internationaux pertinents ainsi que favoriser leur harmonisation ».

A noter que "sociétal" apparait deux fois : pour parler des attentes de la société, comme adjectif interchangeable avec "social"

Extrait du site de l'ORSE


DÉFINITION DE LA RSE

La façon dont la responsabilité de l’entreprise est perçue a bien naturellement une influence déterminante sur l’analyse de l’entreprise. Schématiquement on peut identifier 7 approches qui correspondent à différentes tendances et à différentes nuances culturelles dans l’ISR. L’approche peut être préconisée soit par l’organisme soit par le client selon les services proposés (recherche d’information ad hoc ou notation par exemple. Bien souvent, un organisme adopte une approche s’inspirant de plusieurs des tendances décrites ci-dessous.
Éthique : Cette approche consiste à appliquer ses convictions éthiques à son investissement, c’est historiquement le premier type d’ISR. Dans la plupart des cas, elle va de pair avec l’utilisation de filtres d’exclusion des entreprises ayant des activités dans des secteurs considérés comme condamnables, tels l’alcool ou la pornographie.
Environnementale : Cette approche sélectionne les entreprises exclusivement sur la base de leur performance environnementale.
Exemple : Eco-rating
Sociale : Cette approche sélectionne les entreprises exclusivement sur la base de la qualité de leur politique sociale et du respect des droits de l’Homme.
Citoyenne : Cette approche est centrée autour de la notion de communauté (communauté locale mais aussi minorités) et est particulièrement développée aux Etats-Unis. Elle accor-de par exemple une grande importance à la non-discrimination (sexuelle, raciale…) ou à la politique de mécénat.
Développement durable : Cette approche repose sur la notion de développement durable et privilégie donc les entreprises ayant de bonnes performances dans leurs trois secteurs de responsabilité : les domaines sociaux, environnementaux et économiques. Elle accorde de plus une grande importance aux conséquences à long terme des activités des entreprises et au système de management mis en place pour garantir le progrès continu et la durabilité de la stratégie.
Stakeholder : Cette approche se concentre sur le dialogue de l’entreprise avec l’ensemble de ses "parties prenantes", et sur la manière dont celles-ci prennent en compte leurs attentes. Cette approche est souvent croisée avec l’approche développement durable.
Financière : Cette optique considère que la prise en compte de facteurs sociétaux dans l’évaluation de l’entreprise permet de mieux cerner la valeur réelle de l’entreprise que les analyses seulement financières, et donc de constituer des portefeuilles plus rentables que les portefeuilles classiques. La notion de conviction et d’intérêt général n’est ainsi pas mise en avant.

Ici les deux notions sont bien distinctes.

Dans Alternatives Economiques, on parle de "responsabilité sociale" pour ce qui appelé "responsabilité sociétale" pour l'ORSE.

Ce rapport que j'ai sauvegardé explique comment depuis une dizaine d'années l'éthique des entreprises est devenu inséparable de la notion de développement durable : apparition de l'expression "responsabilité sociale des entreprises". Ce qui est amusant dans ce document, que je n'ai pas le temps de lire tranquillement, c'est que l'adjectif "sociétal" apparait au détour d'une page (la 15) et ce n'est que à la page 19 que l'on trouve ceci :

L'adjectif "social" demeure polysémique et doit être compris dans son acception britannique c'est-à-dire sociétal. la notion de responsabilité sociale recouvre en réalité une responsabilité globale de l'entreprise.

Le rapport revient toutefois bien sagement à la "responsabilité sociale", ce n'est qu'à partir de la moitié du rapport que la "responsabilité sociétale" arrive sans que la première ne disparaisse. J'en suis là pour l'instant.

Donc si les anglais se sont mis eux aussi au "societal", ils auraient tort parce que leur "social" serait amplement suffisant pour exprimer ce qu'en français on essaye de préciser avec "sociétal".

Re : social et sociétal

Colline d'or a écrit:

Donc si les anglais se sont mis eux aussi au "societal", ils auraient tort parce que leur "social" serait amplement suffisant pour exprimer ce qu'en français on essaye de préciser avec "sociétal".

Pourtant, alors que sociétal est récent en français, l'anglais societal date de 1898 selon le dict. Merriam-Webster. Google Books mélange allègrement ce mot avec le latin societas, etc., mais on y déniche cependant deux emplois antérieurs, tous deux américains : Sage, The Republic of  Republics, 1881, et American Association for the Advancement of Science, 1883. Je parle du mot, de l'adjectif ; il reste à déterminer les différents sens qu'on a pu lui donner.

19 Dernière modification par greg (17-02-2010 12:15:35)

Re : social et sociétal

Colline d'or a écrit:

La Commission européenne a adopté une définition de la RSE qui fait référence à « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes » (Communication de la Commission du 22 mars 2006).

Corporate Social Responsibility (CSR)
A concept whereby companies integrate social and environmental concerns in their business operations and in their interaction with their stakeholders on a voluntary basis.

Soziale Verantwortung der Unternehmen (CSR)
Soziale Verantwortung der Unternehmen (Corporate Social Responsibility - CSR) ist ein Konzept, das den Unternehmen als Grundlage dient, um auf freiwilliger Basis soziale und ökologische Belange in ihre Unternehmenstätigkeit und in die Beziehungen zu den Stakeholdern zu integrieren.

Responsabilité sociale des entreprises (RSE)
Un concept qui désigne l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes.


Apparemment ces trois langues sont les seules dans lesquelles cette logorrhée libérale (version "social"-libérale) nous est servie sur le site de la Commission "européenne". Le plus surprenant, c'est que la version allemande nécessite la juxtaposition de vocables anglais pour éclaircir la dénomination allemande dudit "concept". Comme si nos voisins outrerhinois — la première puissance économique européenne — avaient besoin des lumières anglosaxonnes pour penser les relations qu'entretiennent les entreprises avec leur environnement économique et, plus généralement, avec la société... La version française est pas mal non plus : business operations et Unternehmenstätigkeit sont réduits aux activités commerciales. La palme revient à stakeholder qui n'est pas traduit en allemand (intraduisible ?) et décalqué en français (même si le syntagme existait avant sa récup manadjériale). Voir à ce sujet la définition de l'Observatoire de la RSE que citait Colline et le point de vue de Wiktionary.

Colline d'or a écrit:

Extrait du site de l'ORSE

DÉFINITION DE LA RSE

Stakeholder : Cette approche se concentre sur le dialogue [ ! ] de l’entreprise avec l’ensemble de ses "parties prenantes"  [ l'ORSE reprend le calque à contrecœur ], et sur la manière dont celles-ci prennent en compte leurs attentes. Cette approche est souvent croisée avec l’approche développement durable.

Wiktionary a écrit:

Etymology
From stake + holder.

Noun
stakeholder (plural stakeholders)
   1. A person holding the stakes of bettors, with the responsibility of delivering the pot to the winner of the bet.
   2. An escrow agent [ dépositaire légal ] or custodian.
   3. (law) A person filing an interpleader action, such as a garnishee or trustee, who acknowledges possession of property that is owed to one or more of several other claimants.
   4. A person or organisation with a legitimate interest in a given situation, action or enterprise.

Usage notes
The last definition essentially contradicts the historic definitions and hence the word has become a contronym. The last definition refers to one who has an interest in an issue, whereas the initial definitions refer to one who does not have an interest in the property held. The last definition has gained significant use since the 1990s, especially when discussing corporate governance.

Commission de l'UE
social and environmental concerns
soziale und ökologische Belange
préoccupations
[ et non obligations ] sociales et environnementales

OCDE
On attend [ on exige pas ] des entreprises qu’elles respectent les différentes lois qui leur sont applicables et, dans la pratique, elles doivent souvent répondre à des attentes sociétales [ besoins de la société ? ] qui ne sont pas consignées dans les textes de loi [ ben voyons ! à force de détricoter et d'aligner sur le "moins mieux disant"... ] .

Re : social et sociétal

greg a écrit:

Le plus étonnant, c'est que la version allemande nécessite la juxtaposition de la version anglaise pour éclaircir la dénomination allemande dudit "concept". Comme si nos voisins outrerhinois — la première puissance économique européenne — avaient besoin des lumières anglosaxonnes pour penser les relations qu'entretiennent les entreprises avec leur environnement économique et, plus généralement, avec la société...

Sur ce seul point : la version allemande intègre les termes anglais pour expliquer l'acronyme CSR qu'ils ont conservé (on suppose sans trop risquer de se tromper que le texte original est en anglais). Dans la version française, on a voulu créer un nouvel acronyme, RSE, lequel ne francise rien du tout. A mon avis, ni l'un, ni l'autre n'appartiennent à aucune langue. Pourquoi vouloir se compliquer la vie en "traduisant" une série d'initiales qui ne seront jamais très répandues dans la langue ? On ne traduit pas les logos des entreprises, par exemple, même lorsqu'ils sont des acronymes.

Quant à votre extrapolation socio-économique : vous avez l'air de croire que la pensée est une affaire nationale. Mais plus il y a de lumières, qu'elles soient "anglosaxonnes", biélorusses ou papoues, plus elles sont utiles, il me semble. Et un concept n'existe en principe que s'il est conceptualisé par quelqu'un quelque part : celui-ci l'a peut-être été en anglais, et alors ?

21

Re : social et sociétal

Il faut quand même reconnaître que RSE est bel et bien une francisation de CSR — en surface tout au moins.

On trouve d'autres exemples similaires — à l'étoffement ou troncation près pour certains :
AIDS — SIDA / sida
CRM — GRC
CVA — AVC
EEC — CEE
EU — UE
GDP — PIB
ICAO — OACI
ILO — OIT
IMF — FMI
NAFTA — ALENA
NGO — ONG
OPEC — OPEP
PLO — OLP
UN — ONU
HIV — VIH
VAT — TVA
WHO — OMS
WTO — OMC
etc.

On ne se complique pas forcément la vie en traduisant des syntagmes dénominatifs, surtout quand ceux-ci sont censés référer à un concept. C'est pas dramatique si les gens disent èfbihaille et kagébé, écrivent FBI et KGB, plutôt que èssèfeu / SFE pour Service fédéral d'enquête ou céhèsseu / CSE pour Comité pour la sûreté de l'État. Au passage on peut remercier le destin de nous avoir gratifié de hugnon-européhène et épargné youropignounone voire iyou tout court, mais il s'en est sans doute fallu de peu... Sérieusement, c'est pas plus simple de traduire, particulièrement sur un site qui propose un portail trilingue ? Sinon autant dupliquer la version anglaise du site de la Commission et la rebaptiser Deutsch, ça ira encore plus vite et ça coûtera moins cher...


Pierre Enckell a écrit:

Quant à votre extrapolation socio-économique : vous avez l'air de croire que la pensée est une affaire nationale. Mais plus il y a de lumières, qu'elles soient "anglosaxonnes", biélorusses ou papoues, plus elles sont utiles, il me semble. Et un concept n'existe en principe que s'il est conceptualisé par quelqu'un quelque part : celui-ci l'a peut-être été en anglais, et alors ?

J'aurais dû mettre lumières en italique ou entre guillemets car la signification réelle de la RSE / CSR et ses implications concrètes demandent à être élucidées. Surtout dans le cadre de constructions politiques officiellement assises sur des territoires reconnus et habités par des Peuples réputés souverains, dont la majorité des membres sera concernée par cette RSE / CSR sans pouvoir décider ni même donner son avis. On a vu ce que ça donnait avec des trucs sensiblement plus importants — genre le PTCE rejeté et aussitôt changé en Traité de Lisbonne ou "minitraité".

Alors évidemment la pensée ne se réduit pas au cadre national, ni même linguistique, mais la propagande érigée en pensée unique se combat avec les armes de la diversité : les Nations, les langues et les opinions en font partie. La souveraineté ne peut être sous-traitée au marché ni délocalisée à Bruxelles où siègent des institutions antidémocratiques. Ce n'est bien sûr pas un hasard si la langue porteuse des "lumières" mercatolibérales est l'anglais, même si cette langue n'y est pour rien. En matière de vulgate néolibérale, il n'y a strictement aucune chance qu'un jour le biélorusse ou le papou exportent tels quels leurs acronymes conceptuels en allemand.

Re : social et sociétal

greg a écrit:

J'aurais dû mettre lumières en italique ou entre guillemets car la signification réelle de la RSE / CSR et ses implications concrètes demandent à être élucidées. Surtout dans le cadre de constructions politiques officiellement assises sur des territoires reconnus et habités par des Peuples réputés souverains, dont la majorité des membres sera concernée par cette RSE / CSR sans pouvoir décider ni même donner son avis. On a vu ce que ça donnait avec des trucs sensiblement plus importants — genre le PTCE rejeté et aussitôt changé en Traité de Lisbonne ou "minitraité".

Alors évidemment la pensée ne se réduit pas au cadre national, ni même linguistique, mais la propagande érigée en pensée unique se combat avec les armes de la diversité : les Nations, les langues et les opinions en font partie. La souveraineté ne peut être sous-traitée au marché ni délocalisée à Bruxelles où siègent des institutions antidémocratiques. Ce n'est bien sûr pas un hasard si la langue porteuse des "lumières" mercatolibérales est l'anglais, même si cette langue n'y est pour rien. En matière de vulgate néolibérale, il n'y a strictement aucune chance qu'un jour le biélorusse ou le papou exportent tels quels leurs acronymes conceptuels en allemand.

Vous tenez là un discours qui relève bien plus de la politique que de la linguistique. Si j'ai des opinions sur la sous-traitance ou non de la souveraineté ou sur la qualité démocratique ou non des institutions bruxelloises, ce n'est sûrement pas ici que je les évoquerai. Restons-en à la langue, je vous en supplie, elle nous donne déjà assez de motifs pour militer.

Re : social et sociétal

Je rouvre ce vieux fil qui date d'une époque où on s'écharpait tout en se disant des trucs intéressants. Il semble que Rama Yade voie les choses comme Naïf à l'époque :

Selon l'ancienne secrétaire d'État aux Droits de l'homme, "la gauche porte un regard différentialiste sur ces populations, ce n'est pas sain". "Quand on ne réussit pas sur le social, on s'attaque au sociétal, avec toujours le même résultat : la division de la société française", poursuit-elle.
Le Point, 16/02/2014

Naïf a écrit:

Et "sociétal" ne remplace pas "social" dans une foule d'emplois. Une "politique sociale" se frotte à la ventilation de la population en classes, catégories, couches et secteurs d'activité. Une "politique sociétale" n'a cure de cela, il s'agit de "gérer une société" (entreprise ou Etat). Globalement.

La différence entre les deux termes est-elle devenue plus claire ? Et l'est-elle pour tous ?

Messages [ 23 ]

Pages 1

Répondre



Généré en 0,053 secondes, 88 requêtes exécutées