Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 17 ]

1 Dernière modification par vh (28-06-2019 20:52:13)

Sujet : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Limitons-nous aux mots courants.


anglais shallow : peu/pas profond (par ex. piscine)

On ne peut traduire ce mot que par une négation (pas) ou une restriction (peu).
Toutefois, quand il qualifie une personne, on peut le traduire par superficiel(le).

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Certes, mais "peu" forme avec "profond" un groupe équivalent à un mot unique. D'ailleurs en russe, shallow (dans son sens premier) se traduirait par неглубокий, formé de l'adverbe négatif не-, jouant le rôle de préfixe, et de l'adjectif глубокий, "profond". On aurait donc là un mot unique équivalant à deux mots français.
La notion de "mot" n'est pas toujours aussi pertinente que l'écrit le laisserait supposer.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

3

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Je ne suis pas, sur ce point, d'accord avec vous Lévine.
Peu profond : seul profond porte le sens lié à la profondeur et qu'il est combinable avec d'autres adverbes : très profond, assez profond, extraordinairement profond, particulièrement profond, dangereusement profond... Nous ne nous aventurerions pas à dire que le couple adverbe+adjectif soit un mot.

Étroit existe en face de large (c'est une paire possible). On n'a pas besoin de dire peu large et si on le dit, on ne fait que nuancer son propos. Petit/grand - léger/lourd - etc.
Profond et son absence d'opposé font exception. Je suppose qu'il doit y avoir d'autres cas et il serait intéressant de les recenser. Ou au moins d'en trouver d'autres.

Si on prend un adjectif composé comme incroyable, on est dans un cas différent.
L'adjectif croyable est lui même formé sur le verbe croire avec un suffixe -able dont le sens est "qu'on peut"> qu'on peut croire. Le préfixe in- ne vient qu'ajouter de la négation.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

4 Dernière modification par Lévine (29-06-2019 19:57:09)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Bien sûr, il y a deux mots, mais le français "comble" son éventuelle lacune (je dis éventuelle, parce que si l'on avait eu besoin du mot, il eût été créé !) en faisant jouer le rôle de "mot" à "peu" et à "profond" afin de rendre le mot unique que possèdent l'anglais ou le russe.
Il s'agit de comparer ici les possibilités qu'ont des langues différentes d'exprimer la même idée.
"peu profond" n'est évidemment pas à considérer comme un mot composé, sans quoi la permutation ne serait pas possible, comme vous le montrez. "pas" au lieu de peu pourrait en théorie convenir, mais serait inélégant.
Ex : ce poisson affectionne les eaux peu profondes / ce poisson affectionne les eaux *pas profondes.
Ergo shallow n'est pas intraduisible en français.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

5

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

La notion de "mot" n'est pas toujours aussi pertinente que l'écrit le laisserait supposer.

Alors je vous aurai mal compris.
Du coup, on est bien d'accord.

si l'on avait eu besoin du mot, il eût été créé

Là, je ne sais pas...
Si ce mot avait été créé, nul doute qu'on l'utiliserait. Si "étroit" n'existait pas, certes, nous aurions "peu large" ou "non large" et pourrions dire que si on avait eu besoin du mot, il eût été créé.
Reste que le mot n'existe pas.
D'ailleurs, il y a bien d'autres lacunes en français, comme dans les autres langues. Je dirais que c'est heureux. Pour le lexique,parfois,on ne crée, parfois un emprunt à une autre langue règle la question, parfois, on s'arrange avec les mots à notre disposition, parfois, la notion nous échappe.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

6 Dernière modification par chrisor (08-07-2019 08:38:46)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Comme l'écrit Lévine,  au contraire de Saussure ou de Chomsky, la notion de mot ne va pas de soi  et " n'est pas toujours aussi pertinente que l'écrit le laisserait supposer".

Dans shallow il est question de faible (low), de volume  (all)  et de surface (s).   Superficiel traduit bien ce mot au sens figuré de "sans profondeur".

Le mot ne fait que désigner le référent par une ou deux de ses caractéristiques saillantes et lorsque vous traduisez un mot français par un mot anglais vous désignez le référent par des caractéristiques  différentes. Les mots tree, Baum et arbre désignent des traits différents du référent arbre et ne sont aucunement arbitraires.

Le mot profond français ''part'' du fond alors que superficiel est au dessus de la surface.
Le mot small anglais qui évoque la notion de volume ''all''  resserré (sm)  est traduit par ''petit'' qui  fixe (it) un niveau (et) de petitesse (p). Chaque langue vit dans son propre univers  et la traduction est toujours une trahison.

7 Dernière modification par Ylou (08-07-2019 09:19:58)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

"Traduttore traditore", disent les Italiens.
Lévine a écrit :

shallow n'est pas intraduisible en français


Certes. Mais la version étant le résultat d'une recherche d'équivalence, cela ne prouve rien .
Pour préciser ma pensée :  cela n'empêche pas qu'il existe là une lacune du lexique français. Et je le répète : je crois bien que les lacunes sont, inévitables et finalement nombreuses dans les langues. Bien souvent, on ne s'en rend pas compte parce qu'on est soi-même pétris de langue maternelle.
Le traducteur en est plus conscient, mais de façon limitée puisque en général et au mieux, il ne connaît que quelques langues.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

8

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

La difficulté de traduire peut venir aussi de polysémie des mots dont la répartition est bien différente d’une langue à l’autre.
Je pense, par exemple à "surrender".

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Toute traduction ne peut s'effectuer qu'en contexte. Par contre, la traduction littéraire va au-delà du calque, même quand celui-ci est possible. Le traducteur l'évite parfois par souci d'éviter la lourdeur ou la maladresse, mais aussi pour restituer, au-delà même de la précision théorique, le style de l'écrivain ou l'atmosphère particulière qu'il a créée avec ses mots. C'est pourquoi le travail du traducteur est extrêmement complexe. Il faut bien sûr - condition sine qua non - qu'il maîtrise parfaitement la langue source, mais il faut aussi qu'il ait des talents d'écrivain, parfois de poète, pour restituer la plénitude du texte, dans son sens et ses effets, avec les moyens dont dispose la langue cible. Et s'il s'écarte parfois du sens littéral, c'est par fidélité suprême à l'œuvre qu'il traduit.
Toute bonne traduction est une réécriture.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

10 Dernière modification par chrisor (08-07-2019 12:06:13)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Lévine a écrit:

Toute traduction ne peut s'effectuer qu'en contexte...
Toute bonne traduction est une réécriture.


Tout à fait. Mais malgré cet effort la traduction trahit toujours le texte original qui appartient à un autre monde.

Si vous traduisez simplement le mot ''tree'' par ''arbre'' alors que dans l'inconscient collectif langagier anglais le signifié d'un arbre en général se rapproche de celui représenté par le mot ''tremble'' français, vous n'entrez pas dans l'univers linguistique anglais pour qui le schème général d'arbre renvoie à ''un écoulement d'air (ee) qui fait trembler les feuilles. La traduction est bien impossible et il ne s'agit que d'une correspondance dans deux univers parallèles !

Quant au Baum allemand ou au boom néerlandais qui est un signifiant relié à l'onomatopée du bruit de l'arbre qui chute, aucun mot français ne saurait lui correspondre.

Si chaque langue possède un très grand nombre d'adjectifs qualificatifs c'est pour apporter d'autres caractéristiques du référent  pour mieux le désigner sans jamais le définir complètement.  Le mot pour traduire ne manque pas sa cible mais évoque d'elle des caractéristiques différentes.

11 Dernière modification par Ylou (08-07-2019 12:28:14)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Une bonne traduction ne trahit pas le texte original, elle propose un équivalent et pour cela utilise toutes les ressources de la langue, hormis les ressources lexicale : la syntaxe, les sonorités, les rythmes...
C'est en effet une réécriture. On peut dire même qu'une pensée passe par trois subjectivités, celle de l'auteur, puis celle du traducteur et enfin, celle du lecteur.
C'est quelque chose de merveilleux  que "cela" puisse passer. Car souvent beaucoup (l'essentiel?) est transmis.
Pour la poésie, toute traduction me paraît trompeuse. On a alors plutôt une "variation" sur un texte.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

12

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Lévine a écrit:

C'est pourquoi le travail du traducteur est extrêmement complexe. Il faut bien sûr - condition sine qua non - qu'il maîtrise parfaitement la langue source, mais il faut aussi qu'il ait des talents d'écrivain, parfois de poète, pour restituer la plénitude du texte, dans son sens et ses effets, avec les moyens dont dispose la langue cible.

    Je rejoins cette problématique exposée par Lévine ; je pense qu'une des solutions est le binôme traducteur / relecteur : le premier étant locuteur natif de la langue-source et le second, de la langue-cible.
    Le traducteur restitue le mot-à-mot et les idiotismes de la langue-source, et le relecteur cherche les équivalents dans la langue-cible : leur collaboration permet de compenser les lacunes de chacun des deux,  respectivement dans sa langue apprise.

elle est pas belle, la vie ?

13

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Mais cette variation n'est-elle pas aussi a nôtre quand nous lisons un poème écrit dans notre langue ?
Par contre, oui, notre liberté sera moins authentique si un tiers s'interpose...

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

14

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Les équivalents ne seront jamais que des équivalents désignatifs  mais non représentatifs. Contrairement à l'illusion saussurienne, le sens est caché derrière le son en raison de refoulements successifs lors de l'acquisition de chaque langue.
Le Traum allemand ne désigne pas le rêve français ou le dream anglais par les mêmes critères. Les mots ne sont pas arbitraires mais sont des caricatures des choses propres à chaque peuple.  Der Blitzkrieg est traduit par guerre éclair mais il n'y a pas d'équivalence représentative Blitz/éclair et Krieg/guerre, juste une équivalence désignative. La mort (Kr) fait partie du signifié inconscient de la Krieg allemande alors que la guerre française n'évoque que la violence et le danger. Il est presque impossible la plupart du temps de faire coïncider les mêmes caractéristiques du référent d'une langue à l'autre.
Si l'on considère la traduction de ''The crest of the rooster'' qui est la crête du coq, crête et crest évoquent exactement les mêmes schèmes mais le coq désigné par rooster n'est pas défini par ce signifiant et ne le sera jamais !

15 Dernière modification par Ylou (09-07-2019 07:28:56)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

De façon plus générale chaque langue a ses connotations; les mots (notamment) se font écho les uns les autres de façon évidemment différente d'une langue à l'autre.
La culture qui les contient, leurs sonorités, les réseaux enfin qui existent entre eux, font un tissu de sens qui ne peut pas être calqué par une traduction.
Et la lecture engageant tout notre être, cette expérience qu'est le fait de lire est quelque chose d'intime et d'unique; d'où l'intérêt de" l'explication de texte" où le lecteur avisé communique cette expérience à d'autres.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

16

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

Intéressant, ce que vous dites, Piotr. La traduction : œuvre collective ? Pourquoi pas ?

Pour avoir l'expérience d'une langue seconde, je dois dire que si je lis les prosateurs bien connus du XIXème siècle en russe, j'ai à peu près les mêmes représentations mentales et je perçois globalement les mêmes effets que si je les lis en français. Il n'en va pas de même avec la poésie, surtout moderne (Akhmatova, Essénine...) ; tout dépend du genre, par conséquent. J'ai pu lire aussi Verlaine, Rimbaud, Aragon en russe, c'est autre chose...
En revanche, je trouve une différence considérable entre une œuvre lue en ancien français et en français moderne : l'ancien français, avec ses colorations dialectales, a une saveur qu'il est impossible de rendre en français moderne ; il faut dire aussi que les œuvres littéraires, quelles qu'elles soient, sont versifiées jusqu'au XIIIème siècle, et qu'elles utilisent des mètres assez courts. Il est donc très difficile de rendre la concision qui en résulte dans la langue moderne.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

17 Dernière modification par Piotr (11-07-2019 01:35:05)

Re : Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?

On ne va pas recommencer ici le vieux débat surabondamment développé sur un autre fil : tous les messages qui reprendront ici ce sujet seront supprimés.

Piotr

Messages [ 17 ]

Pages 1

Répondre

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Mots courants étrangers intraduisibles. Le mot manque-t-il ?



Généré en 0,043 secondes, 86 requêtes exécutées