Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 13 sur 16)

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 601 à 650 sur 755 ]

Re : Quelques mots d'humour...

Je suis contre les idées reçues, je préfère les idées émises.
J'ai bien une thèse sur la supériorité du thé sur le café mais je n'ai rien pour les théiers.
On ne compte plus les tours de passe-passe qui mènent à la désillusion.
Les pamphlets sont souvent rédigés à la machine à aigrir.

Feu sur l’artifice !

L’heure est à l’intelligence artificielle. Et ce n’est pas la bêtise naturelle qui stoppera cette évolution inéluctable. En quelques années l’époque sera passée du robot à mixer les légumes au robot capable de mixer un film, que celui-ci soit ou non un navet. On a beau se dire que l’homme n’est pas une machine, la machine est bien en train de devenir un homme ou une femme quand on ne sait pas qu’elle s’appelle Micheline.
L’artificiel avait déjà pris le pouvoir depuis longtemps avec la place de plus en plus grande donnée par notre société à l’image, à l’apparence, au superficiel, parfois pour ne pas dire souvent au détriment du naturel et des compétences. Il est de bon ton de ne pas être naturel. On peut aujourd’hui rapidement devenir une icône grâce à son image et être une icône n’ouvre pas que des fenêtres, ça permet aussi d’ouvrir des portes. Ainsi est apparue la star artificielle et ses fans, bien loin d’évoquer les prémices de l’intelligence du même nom, ou alors au stade du bêta-test. Là où l’artificier mettait le feu aux poudres, l’artificiel jette de la poudre aux yeux. L’homme est-il dans le vrai en privilégiant le faux ? Nous ne sommes plus loin du moment où des machines à café se réuniront autour d’un homme inactif pour leur pause du matin, discutant des programmes de la veille.
Même sous l’emprise de produits illicites, je ne suis pas sûr que l’artificiel se confonde à l’avenir avec le paradis.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Tromper l'ennui d'accord, l'ennui c'est de se tromper.
De nos jours, travailler dans la géolocalisation est un excellent moyen d'obtenir une bonne situation.
Si un jour un ange passe vraiment, ça risque de faire du bruit.
La multiplication des faux-semblants est invraisemblable.

Beurre sur la ville

En quelques années, la grande bouffe est passée du grand au petit écran, passant d’un Marlon Brando faisant recette à la recette de la brandade de merlan. Depuis que l’écran est devenu plat, on n’a jamais vu autant de plats à l’écran. Les responsables de la programmation n’hésitent plus à mettre les petits plats dans l’écran au point que certains jours on ne parle plus de programme mais de menu TV. Il est loin le temps où on se contentait de nous raconter des salades.
Paradoxe de notre époque, les gens passent des heures à regarder les autres manier la louche et la cuillère alors qu’ils n’ont jamais été aussi nombreux à fréquenter les fast-foods.
Car non contents de se faire cuisiner par des chefs à longueur de journée, on ne compte plus ceux qui les regardent faire la cuisine en soirée.
Ce culte de l’élitisme culinairo-télévisuel peut générer parmi ses adeptes un complexe d’infériorité les conduisant à refuser de cuisiner une omelette à des invités de peur de faire un four. Ou au contraire, amener certains illuminés à se prendre pour des chefs étoilés au risque de passer pour des toqués.
Passer et repasser les plats conduira inéluctablement à l’indigestion et à la crise de foie et quand la foi est en crise, c’est cuit. Je vous laisse, j’ai des œufs brouillés avec le caviar sur le feu, c’est comme des œufs brouillés au caviar mais quand on n’a pas les moyens.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Quand personne n'adhère, il y a forcément quelque chose qui ne colle pas.
Paradoxalement les ouï-dire se développent sur des non-dits.
Il y a ceux qui respirent la santé et ceux qui aspirent à la retrouver.
Quand on n'a pas la clé d'une énigme, on ferait mieux de la boucler.

Un monde fou

Ce monde est fou. Un grain de folie n’a jamais fait de mal à personne mais à constater l’accumulation des grains, le risque qu’il pleuve plus que de raison ne fait aucun doute.
Il suffit d’arpenter les rues et les transports, d’écouter et de regarder autour de soi, pour constater une évidence : Disney n’a plus l’exclusivité des Dingos. Le monde a perdu la boule et ses occupants ne tournent plus rond.
On s’arrache, c’est le cas de le dire, des guenilles à prix d’or, fiers de porter des loques dégueues que même les gueux de la cour des miracles auraient dédaignées.
Des types passent la nuit dehors pour être les premiers à acheter le nouveau modèle de smartphone qui fait tout l’inutile mieux que le précédent mais en beaucoup plus cher, et réitèrent l’exploit tous les 6 mois avec l’euphorie béate du pigeon heureux de se faire plumer.
Quelques nantis se partagent le gâteau de la planète en demandant aux plus pauvres de ne pas abuser des miettes et de ne pas en faire tout un plat.
Des catastrophes naturelles de plus en plus violentes nous rappellent chaque jour que l’homme est une catastrophe pour la nature et que la culture du profit ne profitera pas à la Terre.
Et le pire de tout, des inconscients élevant l’irrespect au rang d’un art majeur continuent de couper des grands crus classés avec de l’eau.
Je vous le dis, ce monde est fou. Et rien de tout ce que je viens de citer ne le dément. Souhaitons qu’il finisse par entendre raison.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

C'est toujours à bout de nerfs qu'on en arrive à des extrémités.
Question vitesse, le cheval de trait est à labour sur toute la ligne.
Lassé et sans inspiration, l'écrivain se mit à la pêche à la ligne.
Quand on ne sait plus où donner de la tête, on finit par la perdre.

Mots de sport

A l’heure où le sport s’apprête à submerger nos écrans, souvenons-nous qu’il a depuis longtemps envahi le vocabulaire courant de nos vies sédentaires de champions du canapé et de héros de la sieste. En voici quelques exemples.
On ne compte plus les conjoints plaqués après avoir été renvoyés dans leurs 22 mètres pour des débordements répétés. Ou des libéraux taclés pour avoir exprimé des idées de gauche, amenés à recentrer le débat.
Que celui qui n’a jamais eu la rame au saut du lit aux avirons de 7 heures du matin me jette la première bière !
Refusant de se croiser les bras, combien croisent les gants en croisant les doigts dans l’espoir que ne pas finir au tapis soit dans leurs cordes ?
Une fois le pied mis à l’étrier, beaucoup mettent tout en œuvre pour ne pas se laisser désarçonner par le premier obstacle venu car se remettre en selle quand on a misé sur le mauvais cheval n’est jamais simple. C’est ce que se disent tous les parieurs le dimanche à Vincennes.
Dans la vie les discussions ne se déroulent pas toujours à fleurets mouchetés et quand deux fiers se croisent, immanquablement ils croisent le fer. Il y en a bien d’autres mais ça serait trop sportif de tous les énumérer, et je ne voudrais pas me claquer avant le début du prochain match.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Il est plus facile de vivre avec son temps que de prendre le temps de vivre.
Il est assez logique qu'on s'y prenne comme un manche quand on a une tête de pioche.
C'est fou tous ces gens qui laissent tomber avant de trouver un point de chute.
Les gens qui ne manquent pas d'air me gonflent très rapidement.

Réceptionniste à Lens au chômage depuis peu cherche emploi pour le relancer.
Recherche interprète ayant de l'esprit pour traduire les pensées.
Faits d'hiver : le Printemps a été tué d’un coup d’été. La préméditation et la récidive ont été retenues contre le meurtrier.
Cinéaste Uruguayen recherche assistant pour Montevideo

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Je ne m'entends qu'avec les gens à l'écoute.
J'ai appris par la bande qu'il était au bout du rouleau.
Il n'y a pas plus désarmant que celui qui passe son temps à changer son fusil d'épaule.
Prendre de la bouteille est une expression qui ne vieillit pas.

Horticulteur dans la fleur de l’âge recherche appartement aux Herbiers.
Marabout recherche vases dans le quartier du Marais.
Maxime, écrivain spécialisé dans les dictons et proverbes, échangerait bon cœur contre fortune même mauvaise.
Boucher de campagne recherche auteurs pour se reconvertir dans le vaudeville.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Si souffler n'est pas jouer, il faudra m'expliquer à quoi servent les instruments à vent.
Les gens qui n'ont jamais de bol boivent la tasse en permanence.
Un cracheur de feu qui ne fait pas d'étincelles est vite grillé dans la profession.
Il est difficile de tirer la couverture à soi quand on est dans de sales draps.

Alpiniste vend jeu de tournevis pour être sûr de ne pas dévisser.
Bibliothécaire normand vend livres de beurre pour faire le sien.
Dentiste philosophe échangerait maux de dents infernaux contre l’Enfer de Dante.
Faits divers : lassé qu’elle l’envoie sur les roses après chaque repas arrosé, un jardinier plante sa femme. Des voisins ont confirmé qu’elle poussait un peu.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

608

Re : Quelques mots d'humour...

Merci Pierre de Jade!

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

609

Re : Quelques mots d'humour...

Oui, excellent !

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Quelques mots d'humour...

L'argent n'a pas d'odeur, seule son absence se fait sentir.
Passer de A à B restera toujours une avant C.
Au bord de la mer l'addition est parfois si salée qu'on a la vague impression d'être mené en bateau.
On peut très bien paraître vieux jeu avec une carte jeune.

Un monde foot

De tous les sports le football est celui qui suscite le plus d’engouement au niveau mondial, loin devant le hockey subaquatique et le lancer de noyau d’abricot. La Coupe du Monde est là tous les quatre ans pour nous le rappeler avec son lot de visages peints aux couleurs nationales, à l’exception toutefois des supporters japonais qui perpétuent la sagesse asiatique en refusant de se grimer en clowns avec un nez rouge sur un visage blanc.
Un sport qui mêle les coups tordus aux coups francs, où les débordements soulèvent l’enthousiasme, où des magiciens jonglent avec un ballon et jouent avec nos nerfs dans des scénarios à donner des sueurs froides à Alfred Hitchcock, les filets en tremblent encore.
Un sport où quelques centimètres et un soupçon de chance peuvent faire passer un joueur de héros national à pestiféré patenté et un peuple de l’euphorie absolue au deuil national. Un sport qui en fin de compte est le reflet de la vie, où la roche tarpéienne n’est jamais loin du Capitole (je rentre d’Italie), où les artistes côtoient les travailleurs, où le génie et les millions ne suffisent pas toujours, rappelant aux individualistes forcenés qu’un succès collectif n’arrive jamais sans esprit d’équipe.
Et surtout un sport qui aura réussi l’exploit auprès des Français de rendre le ballon des Bleus plus célèbre que le ballon de rouge.
Décrocher la Lune pour gagner une étoile et ne plus toucher terre, c’est un but à valider sans l’assistance vidéo !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

611

Re : Quelques mots d'humour...

Bonjour tout le monde,

Cela ne sert à rien de crier comme un sourd à un mal-entend, il restera muet
Il vaut mieux, lui parler en langue des signes.

Ma balance est déréglée car elle m'affiche pas la bonne mesure tout le temps.
Bref, elle Tarée.

Re : Quelques mots d'humour...

On se demande parfois si la nature humaine n’est pas inhumaine par nature.
Si l'échec est mat, le succès n'est pas toujours brillant.
Les jeunes envieux vieillissent mal.
On peut très bien être dans le cirage en étant à côté de ses pompes.

Histoire de dire

Il n’y a pas d’Histoire sans l’Homme mais il n’y a pas d’homme sans histoires. Depuis qu’il est capable d’en raconter avec les mains, avec la langue ou avec les deux s’il est Italien, il ne s’en prive pas. Et il ne faut pas se la raconter, il les cherche toujours un peu aussi par respect d’une tradition ancestrale bien ancrée. Il lui arrive même de raconter des histoires à dormir debout à ses enfants ou à ses électeurs pour les aider à s’endormir, quitte à en dresser certains contre lui. Le mythe a fait son trou depuis bien longtemps déjà et ce n’est pas une légende. Pour ne pas en faire des tomes (ou des livres), je vous passe en passant tous les mythomanes qui ont fini au trou. D’une anecdote, d’un ragot, on en fait tout un roman, voire une comédie ou un drame en plusieurs actes dont les seconds rôles peuvent tenir la vedette. Peu importe que l’histoire soit vraie ou fausse, l’affabulateur n’étant qu’un romancier qui s’ignore, ce qui ne coule pas de source pour le quidam n’allant jamais à La Fontaine. D’où la méfiance régnant depuis toujours envers les hommes à fables, tout comme celle prévalant envers les hommes à femmes qui n’en sont pas moins affables mais je m’arrête là pour ne pas avoir d’histoires.
Car comme chacun sait, les bons contes ne font pas toujours les bons amis.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Les jeunes envieux vieillissent mal.
Quand on a fait le tour de la question on peut répondre sans détour.
Toutes les histoires de religion débutent par il était une foi.
Celui qui fonce en permanence n'a plus les idées claires et il est alors clair qu'il doit s'arrêter pour ne pas sombrer.

La canicule fait son show

Le soleil a remis son bleu de chauffe et ça cogne dur sur la cafetière dans ces temps où le café frappé refait surface. Qu’il fasse chaud en été n’a pourtant rien d’inouï quand on n’est pas Inuit, le climat n’ayant pas attendu l’arrivée de Mercure chez les Romains ni tenu compte de son interdiction dans les thermomètres pour le faire monter. On a beau être échaudés et en connaître un rayon sur le sujet, on sait que ça va darder et on ne peut que se préparer à assister à la rediffusion estivale du grand show de la canicule.
Le chaud effraie de plus en plus car de plus en plus en font les frais. Même en Laponie où les chauds Lapons se font rares, les degrés s’envolent plus vite que les perdrix blanches. Bientôt on nous annoncera que les Esquimaux se mettent à fondre. Il y a bien malgré ça quelques personnes n’ayant pas appliqué les principes les plus élémentaires de précaution en s’exposant sans casquette au plus fort du cagnard ou le Président des USA qui travaille du chapeau même en hiver pour nier l’hypothèse du réchauffement climatique. Des gens qui refusent de banquer pour l’avenir de la banquise et qui n’auront même plus la possibilité de briser la glace en cas d’urgence.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

614 Dernière modification par yannel777 (31-07-2018 20:10:36)

Re : Quelques mots d'humour...

Fait divers: Une fillette s'étouffe avec sa toupie "Hands Spinner", on peut dire que cela à mal tourné.

Hands Spinner

615

Re : Quelques mots d'humour...

Je connais un cordonnier qui semelle de tout, en cassant les pieds à tout va.

Re : Quelques mots d'humour...

Les gens qui se mettent constamment en avant, ça me dépasse.
L'avantage de perdre la tête est de ne plus avoir à se la prendre.
Personne n'achète de pèse-tout-le-monde mais tout le monde achète un pèse-personne.
Le bronzage en vacances n'est que la marque d'un laisser hâler.

Pousser le bouchon

Si Basile Bouchon a inventé le métier à tisser semi-automatique au 18ème siècle, il faut bien admettre que la fréquentation des bouchons de nos jours donne plutôt envie d’en découdre. On a beau prendre de la bouteille, on ne se fait jamais vraiment aux bouchons. Quand il entre dans un bouchon prisonnier de sa tôle et sans échappatoire à l’échappement, le conducteur sait qu’il va déguster et n’en fait pas tout un plat, par lassitude ou éloignement de la ville de Lyon. Je vous conseille au passage La mère Jean, un excellent bouchon de Lyon mais il faut réserver car ça bouchonne à l’entrée. Du côté de Cannes la pêche au bouchon estivale est même devenu un sport national au grand dam des autochtones qui n’en finissent pas d’avoir les boules. Un coup à finir sur le carreau quand ils se pointent. Pour lutter contre ce fléau on a bien essayé à partir de 1975 de faire appel aux services d’un indien qui à l’époque est rapidement passé pour une flèche au vu des résultats obtenus. 40 ans plus tard, on n’a toujours pas tourné l’apache mais le bison semble de moins en moins futé. Et désengorger les routes est devenu une autre paire de comanches.
Après l’inventeur du tire-bouchon on attend toujours l’inventeur de l’ôte-bouchon de tires.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

617

Re : Quelques mots d'humour...

Il est vrai, qu'il est difficile de ne pas faire attraction quand on dépend de choses qui nous attirent.

618 Dernière modification par yannel777 (09-08-2018 02:04:40)

Re : Quelques mots d'humour...

Dans la vie, il y a ceux qui brassent de l'air d'un coté et ceux qui te le pompent de l'autre, dans les deux cas, ils parlent dans le vent.

619

Re : Quelques mots d'humour...

Quand on veut se cacher dans la mer, où se planque t-on ?

Re : Quelques mots d'humour...

Il est très dangereux de vivre aux crochets d'un boucher.
La meilleure des religions c'est de croire en soi.
Malgré ses cinq sens l'Homme trouve parfois que sa vie n'a aucun sens, c'est insensé.
Quand on ne fait pas son âge on fait autre chose, pour passer le temps.

Acteurs studieux

Le cinéma, le théâtre sont vieux comme le monde. L’Homme se donne en spectacle depuis toujours et ce n’est pas Jésus qui me contredira, lui qui s’essaya dans la mise en cène avant de mal tourner. Le vulgum pecus, ou vulgaire péquin pour le commun des mortels, est capable de se faire un film à partir d’un banal bruit de couloir et je ne parle pas de Jeanne d’Arc qui a brûlé les planches pour moins que ça. Si tout un chacun n’a pas pour objectif de montrer sa bobine à tout bout de champ de caméra, il est acteur, selon les moyens du bord, d’un court ou d’un long métrage dont le scénariste laisse beaucoup au hasard. Il arrive que des individus dotés de dons de comédiens au-dessus de la moyenne se retrouvent malgré eux sur le devant de la scène quand le rideau se lève sur des scénarios relevant de la science-fiction. C’est d’ailleurs en leur reprochant d’être comédiens que paradoxalement on n’hésite pas à leur faire une scène. Evidemment il est plus facile d’offrir une box au fils que d’essayer de passer pour une vedette du 7ème art en faisant du lard dans le 7ème mais l’important sera toujours de se maintenir en haleine jusqu’au clap de fin sans passer pour un figurant.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

621

Re : Quelques mots d'humour...

A bientôt Pierre de Jade...

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

622

Re : Quelques mots d'humour...

Rassemblement Néo-nazi à Washington: Une poignée de militants seulement.
Du coup, ils ont fait choux "Blanc" en broyant du noir.

623

Re : Quelques mots d'humour...

Bientôt les vendanges : nous recrutons des chauffards sachant faire des tonneaux!

624

Re : Quelques mots d'humour...

J'ai une amie qui boit que de l'eau.
Non mais franchement, dans quel monde "Vittel"?
Elle est toujours entrain de se ressourcer....c'est clair comme de l'eau de roche !

625

Re : Quelques mots d'humour...

Concernant la peine de mort, on peut au moins dire que la pendaison,
c'était, histoire de marquer le cou...

626

Re : Quelques mots d'humour...

D'un artiste on dira que chez lui le talent est latent, d'un autre on dira que le talent, lui, il l'attend.

627

Re : Quelques mots d'humour...

Dans la vie, quand on est au bord du précipice, il faut savoir faire un grand pas en avant pour ne pas tomber.

628

Re : Quelques mots d'humour...

Si, par erreur, le sexe de l'homme flotte dans l'eau, c'est parce que le méat coule pas.

Re : Quelques mots d'humour...

Que la Terre soit ronde n'a jamais empêché personne d'habiter dans le coin.
La mort ne prévient jamais de son heure d'arrivée, confirmant ainsi son manque évident de savoir-vivre.
La prison ferme, d'accord, mais que fait-on des prisonniers ?
Il y a un temps pour tout mais on ne fait pas tout pour autant.

Médecin malgré moi

Alors que la médecine traditionnelle a de plus en plus de mal à fidéliser sa clientèle de moins en moins patiente, les médecines alternatives ou médecines douces se développent à la vitesse de la syphilis dans le bas-clergé pennsylvanien. Intéressons-nous à certaines d’entre elles qui valent leur pesant de granules.

L’iridologie, technique de diagnostic et de prévention basée sur l’examen minutieux de l’iris, qui vous donne l’impression d’être soigné à l’œil tout en vous coûtant les yeux de la tête.
L’hippothérapie, basée sur des activités qui utilisent les chevaux comme partenaires thérapeutiques, très courue à Vincennes et à Deauville mais déconseillée si vous avez du mal à aller à la selle.
L’apithérapie, qui utilise les produits des abeilles en vue d'améliorer la santé, en d’autres termes qui vous propose du miel quand vous avez les abeilles après vous être fait péter la ruche.
La luminothérapie, consistant à exposer un sujet à une lumière afin de lutter contre les troubles du sommeil et la dépression saisonnière, très utile si vous allez l’air constamment éteint à condition bien sûr que l’on vous ait mis au courant.
La magnétothérapie, qui vise à soigner les maladies en utilisant des aimants, attirant essentiellement les patients sujets à des problèmes d’épaules.
Et enfin ma préférée, la gélothérapie, thérapie basée sur le rire, qui permet à la différence notoire de la médecine classique d’espérer être soigné lorsque le médecin passe pour un rigolo.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

630

Re : Quelques mots d'humour...

Le gouvernement veut fermer les magasins qui sont ouvert le dimanche mais alors à quand il ré-ouvre les maisons close?

Re : Quelques mots d'humour...

Nous sommes de plus en plus fichés mais la seule chose que l'on n'est pas près de nous ficher c'est la paix.
L'ordre des mots est essentiel dans la langue française. Aller à Belle-Ile en Mer est correct alors qu'aller sur une île avec sa belle-mère n'a aucun sens.
A force d'être sur tous les fronts on ne sait plus où donner de la tête.
Les médecines parallèles ne vous remettent pas toujours d'équerre.

Petites annonces

Femme du monde recherche homme du coin pour limiter les frais de déplacements.
Monteur de sommiers vend descentes de lit.
Repasseuse lassée de repasser cherche emploi avec un meilleur revenu.
Myope lassé de mener une double vie vend paires de lunettes à double-foyer.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Je préfère être un original qu'être exemplaire.
Il faut de tout pour faire un monde mais on se fait un monde d'un rien.
Le passe-droit passe mal, c’est la raison pour laquelle on l’a un toujours un peu en travers.
Les gens qui ne doutent de rien ne sont pas du tout sûrs.

Joyeuse rentrée !

Depuis l’instauration des congés payés, chaque année c’est la même chose, la rentrée sonne le glas des heures passées à faire du gras. On a beau revenir de Méribel c’est le retour de manivelle assuré. Déprime de rentrée avant les primes de fin d’année. Passer des ballades au soleil aux déambulations dans les rayons à chercher des improbables feuilles doubles format A4 à petits carreaux avec une marge, les feuilles pas les carreaux, gomme rapidement les effets salvateurs du statut d’intermittent de la torpeur estivale.
Le retour au boulot vous expose à affronter brutalement les banalités d’usage du type on n’a jamais été aussi près de Noël, alors que tout le monde sait que depuis l’Ascension le dénommé Noël est monté s’installer dans son nouveau bureau trois étages plus haut.
On vous répète à l’envi, ne t’inquiète pas ça va hâler, vous avez plutôt envie de vous faire porter pâle à l’idée de passer vos journées à l’ombre, le regard sombre et le bronzage en décoloration accélérée.
Si les vacances vous ont rempli la panse et allégé les poches, comptez sur les sorties de fonds de la rentrée pour vous faire passer de la vraie chaleur aux faux-frais et refroidir les relations avec votre banquier.
Heureusement il vous reste la machine à café pour conter d’un air amer vos souvenirs du bord de la mer sans votre belle-mère.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Un trait d'humour s'efface moins vite quand il est fin.
Si vous voulez rester dans leurs petits papiers, ne froissez jamais des gens qu'un rien chiffonne.
Passé un certain âge, on a beau se surpasser on est dépassé.
Le français est une langue sournoise, vous croyez faire la révolution et en réalité vous ne faites que tourner en rond.

Le livre toujours à la page

Certains se contentent de lire dans le regard des autres, ça les regarde, mais on ne peut pas nier que la lecture ouvre les yeux. Sans la lecture, l’écrit n’aurait pas son mot à dire et les mots sans leurs lignes s’envoleraient telles des paroles en l’air ou des oiseaux sans perchoir. Le livre c’est de la réflexion, du rêve, de la joie, de la tristesse, du rire, du drame et tout simplement de la vie couchés sur du papier, ancrés pour toujours dans la mémoire même après avoir tourné la page.
On donne un prix au livre mais sa valeur est inestimable, n’en déplaise aux adeptes du Prix littéraire qui voient des Goncourt partout. Se plonger dans un livre c’est plonger dans un autre monde, nager dans un inconnu où l’on a papier, noyer l’ennui tout en alimentant l’esprit. Il peut arriver dans certains cas extrêmes que des lecteurs compulsifs sombrent dans la boulimie en dévorant des pavés. Un lecteur à l’âme écolo ajouterait que lire c’est écouter les arbres s’exprimer en déchiffrant des feuilles, remarque qui se tient quand on sait qu’écrire c’est du bouleau.
Malgré l’avènement des textes en ligne, il y a fort à parier que le livre n’a pas dit son dernier mot et que dans quelques années il aura toujours voix au chapitre.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Pour se rendre à l'évidence, il faut prendre la direction du bon sens.
Un témoin clé peut très rapidement vous conduire sous les verrous.
On a atteint l'âge de raison quand on s'en est faite une.
Il paraît que c'est chouette de faire la tournée des grands ducs quand on est un oiseau de nuit.

Des vins qui foirent

En cette période de foires aux vins où les grandes surfaces ont donné le feu vert pour passer au rouge, il serait temps de redonner des couleurs à des grands crus dans lesquels plus grand monde ne croit.
Le Nuits Sans-Georges, vin créé par la Veuve Clicquot après avoir perdu son mari Georges
Le Mouton Junior, un Mouton Cadet surclassé qui a très vite été déclassé
Le Château Mulet Gris, du même cépage que le Château Cheval Blanc mais d’un viticulteur qui avait confondu barrique et bourrique
Le Châteauneuf du Prêtre, vin de messe qui n’a rien à envier au Châteauneuf du Pape selon les fidèles des Côtes du Rhône
Le Côte-Grillée, issu d’un vignoble proche de celui du Côte-Rôtie partiellement dévasté par un incendie il y a quelques années et pour lequel les vendanges s’étaient avérées cuites
Le Château Laferme, un Château Lagrange qui rapporte beaucoup moins de blé à ses producteurs
Le Corton Bleu, beaucoup moins connu que le Corton Rouge mais accompagnant beaucoup mieux les plats
Le Rouge de Vogeout, grand cru proche du Clos de Vougeot qui donne les joues rouges avant d’atteindre la cuite
Et n’oubliez pas, c’est le Mouton Rothschild qui permet de clairement différencier la foire au vin de la foire ovine.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! Wink

Re : Quelques mots d'humour...

Passer des nuits blanches à broyer du noir n'a jamais été très grisant.
On peut très bien vivre avec son temps sans porter de montre.
Un mauvais épilogue est un terme minable.
Il suffit de dévier d'un pouce pour être mis à l'index.

Laissez tomber !

Au seuil d’une saison où jaunies par le temps comme d’autres sont noircies par l’écrivain, les feuilles fatiguées d’une histoire aussi agitée qu’éphémère choisissent de décrocher sans manquer à la pelle, penchons-nous un instant sur tout ce qui tombe, ça tombe bien c’est l’automne.
La nuit qui tombe inlassablement sans un seul jour de repos entraînant derrière elle des paupières qui n’avaient rien demandé, accélérant sa chute en hiver, saison des sols glissants dont on ne méfie jamais assez.
La pluie qui tombe depuis que le soleil brille pour nourrir les vendeurs de parapluies en n’ayant rien à cirer de la mauvaise réputation faite à la Bretagne et à la Normandie.
Les paroles qui tombent comme un cheveu sur la soupe et qu’il est préférable de ne pas relever pour éviter la soupe à la grimace.
Les seins qui comme les gros bonnets finissent toujours par tomber un jour.
Les impôts qui tombent mal et nous font céder à l’abattement même quand on est pré-levé.
Les nouvelles qui tombent et les vieilles qui chutent, dans les deux cas on s’attend au pire.
S’il fallait trouver une chute à ce billet je dirais que vous pouvez laisser tomber sans crainte, la relève sera toujours assurée.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Rien de plus efficace que de jouer avec les mots pour déjouer les maux.
Si vous ne faites pas preuve d'empathie envers l'autre, c'est l'autre qui en pâtit.
L'engrenage de la malchance finit toujours par nous mettre à cran.
Depuis le temps que je dresse la table, non seulement elle n'est toujours pas capable de mettre le couvert mais en plus elle demande une rallonge.

Ça commence à chauffer !

Il n’est pas loin le temps où les lanceurs d’alerte sur le réchauffement climatique échauffaient les oreilles de ceux, nombreux, qui les faisaient passer pour des illuminés empêcheurs de polluer en rond.
Depuis les certitudes de leurs opposants qui pourtant ne manquaient pas d’air ont vacillé sous la force des ouragans, tornades et autres typhons au point de les conduire à une prise de conscience qui s’est traduite dans un premier temps par une limitation drastique à deux barbecues par semaine, ou trois si le voisin apporte le pastis.
Car outre ces emballements éoliens et la baisse sensible en Normandie de la fréquence des averses estivales entre les périodes de pluie, d’autres phénomènes climatiques ont marqué les esprits ces dernières années.
La banquise fond à la vitesse du pouvoir d’achat des retraités et on trouvera bientôt plus de glace dans un congélateur équatorien qu’au Pôle Nord.
Les fleuves et les rivières sortent de leur lit plus rapidement qu’un troufion retardataire sous les hurlements d’un sergent-chef. Le niveau des mers s’élève inéluctablement alors que le niveau des belles-mères reste très terre-à-terre malgré quelques débordements.
Les forêts s’enflamment plus vite qu’un électeur crédule face aux promesses de son candidat, les forêts comme la cote du candidat et les espoirs de l’électeur finissant dans tous les cas par des cendres.
Bref ça devient chaud et j’ai bien peur que deux barbecues par semaine, ça ne suffise pas.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Avoir l'air continuellement emprunté finit par vous rendre impayable.
La société du mérite n'est pas forcément celle qu'on mérite mais est celle dont on hérite.
C'est fou ces musiciens d'orchestres de chambre qui tirent la couverture à eux quand ils se mettent au Liszt.
Le jusqu'au-boutiste a paradoxalement tendance à dépasser les bornes.

Peau de bête

Bien avant de descendre les poubelles et les pintes de bière, l’homme descendait du singe quoiqu’on ne sache pas vraiment duquel. Certains gorilles de chefs d’états n’ont d’ailleurs pas hésité à passer pour de sacrés ouistitis pour rappeler cette filiation.
Il faudrait être myope comme une taupe pour ne pas observer que ce lien ancestral avec le monde animal ne s’est jamais démenti, tout en se permettant quelques écarts avec une théorie de l’évolution un tant soit peu sensée.
Constater par exemple qu’un individu têtu comme une mule vous fait tourner en bourrique au point de lui voler dans les plumes peut finir par faire tourner chèvre un darwinien convaincu. Et ne parlons pas de l’ours mal léché, feignant comme une couleuvre, qui se permet avec sa langue de vipère de déclencher des larmes de crocodiles.
Ou de ces vautours et requins de tout poil prêts à fondre sur le premier pigeon venu, ce dernier n’hésitant pas à se plaindre auprès des poulets d’avoir été pris pour une buse par des rats.
Sans vouloir jouer l’oiseau de mauvais augure ou jouer au chat et à la souris avec vous, je peux affirmer que les chances pour l’homme de passer pour moins bête qu’il n’est sont à peu près les mêmes que celles des poules de passer l’hiver au milieu des renards.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Quand on a des idées noires, il est assez clair que foncer n'est pas toujours grisant.
A Grenoble on dit qu’avoir l'âme Isère est une richesse.
Quand on touche le fond toucher des fonds aide à refaire surface.
On commence par des tête-à-tête, on passe aux corps-à-corps puis aux face-à-face qui se terminent souvent dos-à-dos.

Auto persuasion

L’automobile n’a pas beaucoup plus d’un siècle d’existence mais elle a déjà fortement marqué l’histoire et le langage de l’Homme. Je ne parle pas du « Y va avancer c’connard ! » éructé sur les chapeaux de roues par l’hotomobilus sapiens à l’encontre de l’un de ses congénères qui, ce con, l’empêchait d’arriver à l’heure pour le café. Non, je parle de son impact sur le langage courant, roulant devrais-je dire.
Que l’Homme n’ait pas attendu d’avoir des problèmes d’échappement pour manquer de pot n’a échappé à personne. Mais appuyer sur le champignon avant l’arrivée de la première voiture capable d’atteindre les 60 Km/h conçue par Amédée Bollée en 1881 n’avait aucun sens et signifiait au mieux marcher sur un bolet voire un cèpe si on marchait aussi sur des œufs. Le moteur à explosion a favorisé l’émergence de nouvelles familles d’individus, les adeptes du retard à l’allumage et ceux qui démarrent au quart de tour, ceux qui carburent et ceux qui mettent les freins. Sans parler des pressés qui voulant mettre les gaz en permanence finissent avec les batteries à plat et font de l’huile à l’idée de lâcher de nouveau les chevaux.
Et c’est ainsi que de nos jours, une limousine faisant un break n’est pas forcément une limougeaude fatiguée souhaitant se ranger temporairement des voitures.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Les heures défilent comme si elles n'avaient pas une minute à perdre.
Quand le bouleau n'a aucun charme, mieux vaut changer de branche.
Qu'un blanc puisse rire jaune à de l'humour noir prouve bien que l'humour est universel.
On a toujours un peu de mal à admettre que le caractère sans-gêne soit héréditaire.

Petites annonces

Bellâtre lassé des allumeuses cherche étincelle pour s’enflammer à nouveau.
Boxeur hors du coup recherche boulot plus dans ses cordes dans les environs de Gand.
Faits divers : une dentiste victime d’un vol à l’arraché. La police est sur les dents.
Navigateur pessimiste donne leçons de maîtrise de la dérive des Optimists.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Ceux qui tirent les ficelles ont tendance à trop tirer sur la corde.
Ne laissez rien au hasard sous prétexte qu'il fait bien les choses.
On peut très bien avoir un langage cru dans lequel personne ne croit.
L'Homme est un reproducteur dont les copies ne sont pas toujours exemplaires.

Les temps changent

C’est un fait acquis, le changement d’heure vit ses dernières heures et la nouvelle aura tout l’heur de plaire à ses détracteurs remontés comme des pendules deux fois par an.
Depuis 1976 l’Homme se mue en maître des horloges en manipulant les aiguilles à détricoter le temps sans se soucier de perturber les nuits des insomniaques et de faire tourner les coucous en bourriques. Chaque fin octobre alors que la plupart des feuilles sont tombées, cette course contre le soleil tourne brutalement l’apache de l’été, pardon, la page de l’été indien, pour nous plonger du côté obscur des saisons. Avouons toutefois pour tenter de trouver un avantage à cette jonglerie pendulaire qu’il est clair que pour fêter les morts quelques jours plus tard, arborer un air sombre tombe plutôt bien.
Les inconditionnels de la secte des remonteurs de temps argueront que ce changement d’heure permet des économies d’énergie en n’allumant pas le soir la lampe que l’on allume le matin. Ce raisonnement aussi simpliste que peu lumineux ne tient pas pour les lève-tard couche-tôt qui depuis la découverte du feu ont bien compris quelle était la meilleure manière d’économiser l’énergie.
Une seule certitude, l’abandon de cette tradition permettra d’économiser l’énergie mobilisée pour en parler.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le pêcheur ne doit son chalut qu'à lui-même.
C'est en nageant dans le bonheur que l'on noie son chagrin.
Peut-on vraiment avoir l’étoffe d’un héros en portant des vêtements lâches ?
Il est plus facile d'essuyer une tempête que d'éponger un déficit.

A mourir de rire

On fait beaucoup trop de publicité à la mort. Prenez les célébrités par exemple, leur mort fait beaucoup plus couler d’encre que leur naissance, alors que la naissance est en général plus joyeuse même en cas de césarienne. Franchement elle ne mérite pas toutes ces attentions. Elle n’a jamais fait preuve du moindre savoir-vivre, convoquant ses clients à l’improviste sans se soucier qu’à la même heure certains avaient déjà un rendez-vous médical important. Il faut être clair, la mort se fout totalement de ses clients et de leur santé. Mais c’est souvent le cas quand on a le monopole dans un secteur d’activité.
Reconnaissons-lui au moins une qualité, son indéniable côté égalitaire. Il n’y a pas plus communiste que la mort comme aurait dit Staline qui s’y connaissait en morts. Avec elle, même les riches sont fauchés. Elle ne laisse jamais personne sur le bord du chemin, et c’est heureux quand on voit les déchets qui jonchent déjà les abords des routes.
Autre avantage non négligeable à mettre à son crédit, c’est sa capacité à nous débarrasser des cons et des tortionnaires. S’ils étaient éternels, ce ne serait plus une vie ou alors une vie qui deviendrait vite mortelle. Hormis ces aspects positifs, elle ne peut s’empêcher de nous gâcher un peu l’existence bien avant son terme au point de mettre sur notre route quelques individus tristes à mourir, comme une sorte d’humour noir pour nous inciter sournoisement à mourir de rire.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

La guerre est une peine de mort prononcée par des assassins à l’encontre d’innocents.
Quand on commence à peine on n'est pas au bout de ses peines.
Quand on parle de tempête sans précédent on oublie que le calme précède la tempête.
L'avantage de posséder un humour décapant est que lorsque vous faites un four, au moins il est propre.

Que la guerre nous foute la paix !

La guerre est ce paroxysme de la bêtise humaine qui ne génère que des jours fériés quand on la gagne et des jours d’enfer dans tous les cas. Cette perversion mortelle qui d’une balle perdue vous fait passer du héros médaillé au martyr gravé dans la pierre d’un monument, où des types à noms d’avenues vous envoient au casse-pipe sur des Chemins des Dames qui virent aux impasses pour damnés.
Qu’il s’agisse d’une guerre tribale ou d’une guerre à deux balles avec le voisin du dessus, on ne sait jamais trop pourquoi on la fait mais on n’est sûr qu’elle finira mal. On n’y peut rien, tout comme la tomate est farcie et le train-train est quotidien, l’Homme est belliqueux. S’il n’a pas d’ennemis, il s’en crée sur des motifs dont la source n’est pas près de se tarir. Des lopins de terre, un mot de travers, l’Alsace-Lorraine, des problèmes de foi, des querelles intestines, le hurlement d’une perceuse un dimanche à 8h du matin, tout est bon pour se faire mal même une lutte pour des biens. Il trouvera toujours un prétexte en jugeant que c’est de bonne guerre.
On peut épiloguer encore longtemps sur le sujet, tant que la guerre sera dans nos gènes, elle ne se gênera pas pour qu’il n’y ait guère de paix.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Trop aller au charbon finit par nous donner mauvaise mine.
En France il y a plus de petits revenus que de grands Partis.
Le temps ne s'écoule jamais sans heurts.
Chercher un bon acupuncteur c'est comme chercher une aiguille dans une botte de soins.

Tintin pour l’or noir

L’or noir a toujours fait couler beaucoup d’encre et beaucoup moins de pétroliers qui, à de rares exceptions près dont nos côtes se souviennent, ont plutôt fait couler l’argent à flots.
Depuis qu’au 19ème siècle aux Etats-Unis les derricks ont percé bien avant que Derrick ne devienne une vedette en Europe, il aurait fallu être sot pour ne rien tirer des puits qui ont poussé comme des champignons. La compétition a été rude et l’est toujours, les méthodes utilisées pas toujours raffinées et on est très loin du fuel sentimental dans ce secteur.
Si ce liquide précieux a fait la fortune de quelques-uns, il n’en a pas été de même pour l’automobiliste moyen qui a multiplié les coups de pompe en se rendant dans les stations-services. Faire le plein semble parfois vide de sens quand on a l’impression d’un coup de fusil en décrochant le pistolet. Mais on n’arrête pas le cours de l’Histoire, le cours du baril et les taxes en cours continueront de s’envoler en même temps que les réserves d’hydrocarbures et la patience des conducteurs s’épuiseront. Et bientôt même les pétroliers feront Tintin pour l’or noir.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le mariage est cette chose extraordinaire qui de deux personnes intelligentes réussit à faire deux conjoints.
Mieux vaut se faire la belle en pleine mer que rencontrer sa belle-mère en plaine.
C'est l'ascension des cons qui génère des condescendants.
J'ai acheté une causeuse pour meubler le silence.

Manifestement révoltés

- Pourquoi battez-vous le pavé ?
- Pour protester contre ceux qui en tiennent le haut sans regarder en bas
- Je ne peux pas vous jeter la pierre
- Inutile, c’est déjà la fronde
- La fronde d’accord, mais vous n’avez pas l’impression de tourner en rond ?
- C’est le principe de la révolution, et on est loin d’en avoir fait le tour
- Manifestement vous vous révoltez
- La situation est tellement révoltante qu’il faut bien se manifester
- En fait l’Etat fait face à un soulèvement ?
- Quand on vous tire vers le bas, c’est légitime non ?
- Vous n’avez pas peur des retombées ?
- Pas du tout, nous sommes très remontés !
- Et donc vous descendez dans la rue
- ça fait trop longtemps qu’on nous fait marcher !
- Je vous souhaite de ne pas louper la marche (c’est une bonne chute, non ?)

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

645

Re : Quelques mots d'humour...

Il est rare qu'un débat houleux ne fasse pas de vagues.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

646

Re : Quelques mots d'humour...

J'aime beaucoup cette interview, Pierre de Jade.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

Re : Quelques mots d'humour...

On sort toujours grandi d'un dépassement de soi.
L’infinitif est un temps qui ne s'accorde avec personne et c'est définitif.
La solution à beaucoup de problèmes c'est l'exercice.
Quand on a du retard à l'allumage il est difficile de brûler d'impatience.

Transports pas communs

- Vous prenez les transports en commun ?
- Tous les jours, oui, mais c’est un lieu commun de dire que ça ne me transporte pas de joie
- Vous ne craignez pas d’être emporté par une marée humaine ?
- Il m’arrive de rester à quai quand le flot est trop fort
- C’est un peu la galère ces flux quotidiens, non ?
- Avec les rames on finit toujours par avancer
- Pourquoi ne pas utiliser votre voiture ?
- Pour faire de l’exercice. ça me permet de garder la ligne
- Visiblement vous êtes sur la bonne voie
- Et pourtant je suis souvent à l’arrêt
- ça ne vous donne pas envie de changer ?
- Si, à République pour descendre à Bonne-Nouvelle
- Vous travaillez près de la station ?
- Pas du tout mais il y en a trop de mauvaises, c’est pour changer un peu
- Vous n’aimez pas le train-train ?
- Je l’ai en horreur mais je n’y peux rien, c’est mon quotidien comme dirait un copain journaliste

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Une colère sourde finit toujours par se faire entendre.
Quand on n'a pas le bras long et que l'on prend les choses par-dessus la jambe, on commence par perdre la main et on finit par perdre pied.
Un non-lieu a toujours tendance à désorienter.
Si vous froissez les gens ne vous étonnez pas que ça les chiffonne.

A vos rixes et périls

-    Est-on toujours obligé de cogner pour se faire entendre ?
-    Quand la porte est fermée, c’est inévitable
-    Mais la violence gratuite n’est jamais payante ?
-    Comme on dit à New Delhi, pas de roupie sans sonner !
-    Vous tendez un peu la baston pour vous faire battre, non ?
-    On ne gagne pas à tous les coups
-    Il faut avoir la foi pour prendre des calottes
-    Quand on a l’habitude de multiplier les pains, c’est plus facile
-    Et du coup vous êtes en jaune et vous ne craignez pas de finir avec des bleus ?
-    Quand on voit rouge on n’a pas peur d’en voir de toutes les couleurs
-    Vous prenez des rixes, les éclats de voix en public mènent aux éclats sur la voie publique
-    L’essentiel est que ça ne se termine pas dans la contusion
-    Et si vous n’obtenez rien de marquant ?
-    On prendra tous un coup sur la tête
-    Vous reconnaissez que les adeptes du Grand Horion ne sont pas tous des bâtisseurs ?
-    Peut-être, mais au pied du mur ils sont toujours remontés

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

On n'a rien à gagner à croire que tout est perdu.
On arrache une larme alors qu'on décroche un sourire, c'est là toute la différence.
Quand on appelle au désordre, on finit toujours par être rappelé à l'ordre.
Inutile de se faire l'avocat du diable si l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Une fracture et des factures

De nombreux observateurs n’ont pas manqué d’observer, ce qui est bien le moins pour un observateur, que la fracture se creuse entre ceux qui ont tout mais ne lâchent rien et ceux qui n’ont rien et font tout pour ne pas lâcher. Entre le monde des nantis du profit et les anti-monde capitaliste, ceux qui campent sur les ronds-points et ceux qui ont une tante au Rond-Point des Champs-Elysées. L’incompréhension est de mise entre la classe du dessus et la population qui n’a pas de sous. Comment voulez-vous que des gens qui portent des pulls beiges en cachemire comprennent des types qui se complaisent en gilets jaunes en toile. Le jaune canari, vous vous rendez compte Marie-Madeleine, c’est d’un goût, et horriblement difficile à marier avec un tailleur Dior !
D’un autre côté, un laisser pour compte de la société rechignera d’apprécier à sa juste valeur un caviar Beluga à la louche et lui préférera toujours un plat de lentilles du Puy à la cuillère sous prétexte qu’il n’a pas les moyens de se payer une louche. C’est dire si on part de loin pour rapprocher les deux bords.
Ne nous étonnons pas après ça que Prosper et Fortuné soient des prénoms qui n’aient plus du tout la cote chez les smicards.
Et en attendant je ne vois pas comment cette fracture pourrait se réduire sans augmenter la facture.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le riche a l’embarras du choix, le pauvre n’a que le choix de l’embarras.
Contrairement aux humains il est déconseillé aux poissons de garder la ligne.
Si vous faites fausse route arrêtez-vous sur le champ.
Mieux vaut piquer un fard à la suite de compliments que de prêter le flanc à la critique. - un pâtissier.

Sachons passer avec succès le repas de Noël

Chaque année le repas de Noël est un évènement à haut risque où les familles se retrouvent autour d’une table avec autant de sujets de désaccord potentiel que de boules sur le sapin et de verres dans le nez. Voici quelques recettes pour vous éviter d’énucléer votre beauf avec le couteau à huîtres ou de coller un marron à cette dinde de belle-mère.
Premier sujet : la politique. Si l’un des convives aborde ce sujet explosif en évoquant le mouvement des gilets jaunes, détournez immédiatement la conversation vers le réchauffement climatique et la fonte des glaces dont la masse diminue au point qu’il y en aura bientôt moins que de Ricard dans les placards.
Deuxième sujet : la religion. Si une crèche est sous le sapin, la probabilité que Jésus fasse son apparition sur le devant de la scène est aussi élevée que celle de se coltiner une bûche au dessert. Pour éviter de multiplier les pains, faites diversion en assénant que la crise de foie touche toutes les religions, y compris les sans foi, et débordez vers la Coupe du Monde et l’équipe de France multi-confessions ou à défaut sur la fabrication des religieuses au café à Beyrouth.
Troisième sujet : le racisme. Il est rare d’échapper au raciste de service qui n’hésitera pas à déclarer qu’on n’est plus chez nous, qu’il n’a rien contre les bronzés quand ils font du ski mais qu’ils sont trop nombreux en équipe de France (revers de la médaille de l’échappatoire précédent) et que Marine est la seule qui peut éviter que le pays ne sombre. Dans ce cas, laissez un blanc quelques secondes et proposez-lui un petit noir.
Quatrième sujet : le véganisme. Moins répandu que le raciste, le végan peut tout aussi bien casser l’ambiance en insistant sur le génocide des huîtres dévorées vivantes et en vous gavant avec le processus détaillé de fabrication du foie gras. Avec lui mieux vaut marcher sur des œufs, pour éviter les salades je vous conseille donc de lancer la conversation autour du reportage sur la culture du quinoa sur les hauts plateaux boliviens, vu sur Arte deux jours plus tôt en sortant du MacDo.
D’autres sujets peuvent évidemment être source de discorde mais c’est à vous d’être diplomate pour ne pas l’avoir dans le baba. Bon appétit !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Messages [ 601 à 650 sur 755 ]

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...