Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Effet de style ou emploi correct des temps ?

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 6 ]

Sujet : Effet de style ou emploi correct des temps ?

in "Vingt ans après"  chapitre 46 Alexandre Dumas

Bon, il ne manquerait plus qu'une chose ,dit Aramis, c'est que ce fussent maintenant nos laquais qui se fissent attendre.

S'agit-il d'un effet de style de l'auteur qui n'a pas voulu écrire plus simplement  ?

Bon, il ne manquerait plus qu'une chose ,dit Aramis, c'est que ce soit maintenant nos laquais qui se fassent attendre.

2

Re : Effet de style ou emploi correct des temps ?

L’usage de l’imparfait du subjonctif était courant à cette époque.

3

Re : Effet de style ou emploi correct des temps ?

vh a écrit:

L’usage de l’imparfait du subjonctif était courant à cette époque.

A l'époque de Dumas ou à l'époque au cours de laquelle se déroule le roman ?

Re : Effet de style ou emploi correct des temps ?

Le problème est que le passage relève du discours et qu'ici, la phrase débute par un conditionnel présent ; d'autre part l'expression de l'attente porte par définition sur l'avenir.
En fait, on peut avoir le présent ou l'imparfait du subjonctif dans ce cas. Grevisse nous dit malgré tout que Littré préférait le présent, "moins apprêté et moins puriste".

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

Re : Effet de style ou emploi correct des temps ?

C'est Aramis qui parle...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : Effet de style ou emploi correct des temps ?

goofy2 a écrit:
vh a écrit:

L’usage de l’imparfait du subjonctif était courant à cette époque.

A l'époque de Dumas ou à l'époque au cours de laquelle se déroule le roman ?

Aux deux ! Mais Dumas ne prétend pas écrire comme on parlait au XVIIe siècle. La concordance des temps était encore très appliquée au XIXe siècle dans la littérature d'une certaine tenue. Le conditionnel demandait généralement l'imparfait du subjonctif : je voudrais que vous vinssiez me voir.

902. 3° Pour exprimer un présent ou un futur, on emploie l'imparfait du subjonctif, si le verbe de la proposition principale est à l'imparfait, au plus-que-parfait, à l'un des passés ou des conditionnels.

https://books.google.fr/books?id=2g0TAA … mp;f=false
Il est exact que dans la phrase de Dumas, on n'a pas affaire à une subordonnée en "que", qui est le type principalement concerné par cette concordance des temps, mais les deux phrases juxtaposées de Dumas équivalent à une principale et une subordonnée en "que" :
il ne manquerait plus qu'une chose, c'est que ce fussent maintenant nos laquais qui se fissent attendre.
équivaut à
il ne manquerait plus que ce fussent maintenant nos laquais qui se fissent attendre.
où l'imparfait du subjonctif était en principe de rigueur.

Messages [ 6 ]

Pages 1

Répondre

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Effet de style ou emploi correct des temps ?



Généré en 0,044 secondes, 80 requêtes exécutées