1

Sujet : découpage syllabique

Bonjour,

Et oui, encore une question.Elle porte sur la décomposition syllabique.Comment décomposer ce mot en syllabes : je mange des pommes = je/ man/ge/ des/ pom/mes ou je/ mange/ des/pommes.
C'est une belle voiture =c'est/ une/belle/voiture ou c'est/u/ne/be/lle/voi/tu/re? 
Ma question est la suivante: que faire avec le e muet? Comment procède-t-on a la décomposition.En poésie je sais que le e compte quand même pour une syllabe quand le mot suit commence par une consonne .Ex je mange du pain = je/man/ge/du/pain mais pas quand il est suivi d'une consonne: je mange et je bois= je/man/ge et/je /bois.Mais qu'en est-il pour le style non poétique et pour un mot simple tiré du dictionnaire comme astreindre=as/treindre ou as/trein/dre?Qui serait apte à m'aider.Merci

2

Re : découpage syllabique

Personne ne peut m'aider?

3

Re : découpage syllabique

Voir cette page sur le décompte des syllabes, ça devrait aider : http://www.home.uni-osnabrueck.de/bschw … cation.htm

4

Re : découpage syllabique

Merci c'est gentil mais ce que je voudrais connaître est l'application du décompte syllabique dans une phrase toute simple(exemple phrase dans un journal) et pas l'application dans le poème.Si on sort du dictionnaire le mot blanche comment découpe -t-on ce nom Blan/che ou blanche en 1 seule syllabe?

Marie est une superbe fille à la mine éblouissante = ma/rie/est/u/ne/ su/per/ be/fi/lle à/la/mi/ne/é/blou/i/ssan/te ou ma/rie/est/u/ne/ su/perbe/fille/a/la/mine/é/blou/i/ssante ? Je ne sais comment procéder avec le e muet si il faut le compter dans une même syllabe ou le mettre dans une seconde syllabe?Que me conseillez-vous?Merci.

Re : découpage syllabique

Le décompte est différent selon que l'on considère ce qui se prononce, ou ce qui s'écrit.

Mais votre question porte, Papy, sur l'écrit.
La recette est simple : une syllabe, c'est une voyelle, la consonne qui (éventuellement) la précède, ou la consonne qui (éventuellement) la suit, ou les deux :

blan-che
je-man-ge-des-pom-mes
je-man-ge-et-je-bois (car nous ne sommes pas en poésie).

Comme vous le constatez (con-sta-tez), quand deux consonnes (con-son-nes) se suivent, chacune appartient à une syllabe différente (dif-fé-ren-te).
Cependant, quand la consonne est un yod (son entendu dans fille), ou un digamma (son entendu dans oui); ou un hué, comme dans puis, elle ne peut être isolée :
fille, une syllabe
é-blouis-san-te, quatre syllabes
é-pui-san-te, quatre syllabes.

Dernière chose : il est convenu qu'on ne peut aller à la ligne après une lettre isolée : é//puisante est interdit, il faut reporter tout le mot sur la ligne suivante.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

6

Re : découpage syllabique

La moindre des choses est de vous remercier.Vous m'apportez éclaircissement sur ce mystère.Je ne peux que vous remercier

Un forum comme celui-ci mérite son nom.Merci beaucoup

7

Re : découpage syllabique

Une dernière petite chose.J'ai lu un livre de A.Nothomb qui parle d'une femme ainsi"Pannonique, ces 3 syllabes résonnaient à mon oreille comme une merveilleuse chanson".Pourtant n'est-ce pas 4 syllabes? pan-no-ni-que?Qu'en pensez-vous? Moi c'est vrai que j'entends ca en une fois PAN/NO/NIQUE  mais j'entends la même chose dans je mange je/mang et pourtant on découpe en je man/ge...Merci deme répondre

8

Re : découpage syllabique

Personne pour répondre?

Re : découpage syllabique

Effectivement, à l'écrit Pa-non-ni-que fait quatre syllabes.
Mais comme le mot se termine par un e caduc, l'oreille entend trois syllabes : pa-no-nik.

L'auteur parle de résonance à son oreille, c'est parfaitement cohérent.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

10

Re : découpage syllabique

Bonjour Monkey,

  il est vraisemblable que la divine belge décompte comme en poésie, c'est-à-dire élide l' e muet de fin de mot.

elle est pas belle, la vie ?

11

Re : découpage syllabique

monkey003 a écrit:

Une dernière petite chose.J'ai lu un livre de A.Nothomb qui parle d'une femme ainsi"Pannonique, ces 3 syllabes résonnaient à mon oreille comme une merveilleuse chanson".Pourtant n'est-ce pas 4 syllabes? pan-no-ni-que?Qu'en pensez-vous? Moi c'est vrai que j'entends ca en une fois PAN/NO/NIQUE  mais j'entends la même chose dans je mange je/mang et pourtant on découpe en je man/ge...Merci deme répondre

SLT MOI SES MAMADOU J SUIS PAS ASSEZ FORT J AI FAIS CETTE LESSON S MATIN J CROIT QUE LA DECOMPOSITION EST 
pan_no_ni_que en quatre lettre sinon contacter qu on s entre aide j suis assez bien dans tout les matieres qu s soit maths anglais pc mon adresse llfrancaise@yahoo.fr ok ciao

12

Re : découpage syllabique

cool

monkey003 a écrit:

Bonjour,

Et oui, encore une question.Elle porte sur la décomposition syllabique.Comment décomposer ce mot en syllabes : je mange des pommes = je/ man/ge/ des/ pom/mes ou je/ mange/ des/pommes.
C'est une belle voiture =c'est/ une/belle/voiture ou c'est/u/ne/be/lle/voi/tu/re? 
Ma question est la suivante: que faire avec le e muet? Comment procède-t-on a la décomposition.En poésie je sais que le e compte quand même pour une syllabe quand le mot suit commence par une consonne .Ex je mange du pain = je/man/ge/du/pain mais pas quand il est suivi d'une consonne: je mange et je bois= je/man/ge et/je /bois.Mais qu'en est-il pour le style non poétique et pour un mot simple tiré du dictionnaire comme astreindre=as/treindre ou as/trein/dre?Qui serait apte à m'aider.Merci

BN TA FAIS DES ERREURS
POUR LA PREMIERE: JE MANGE DES POMMES SES COMME SA
je_man_ge_des_pom_mes  TA TROUVER
LA DEUXIEMES: C EST UNE BELLE VOITURE
c est_u_ne_bel_le_voi_tu_re
BN SINO TU PEUT M AIDER TOI AUSSI QU ON S ENTRE AIDE COMME J LES DIT A LAUTRE MON ADRESSE LLFRANCAISE@YAHOO.FR SUIS SENEGALAIS ET SUIS AU SENEGAL

13

Re : découpage syllabique

monkey003 a écrit:

Merci c'est gentil mais ce que je voudrais connaître est l'application du décompte syllabique dans une phrase toute simple(exemple phrase dans un journal) et pas l'application dans le poème.Si on sort du dictionnaire le mot blanche comment découpe -t-on ce nom Blan/che ou blanche en 1 seule syllabe?

Marie est une superbe fille à la mine éblouissante = ma/rie/est/u/ne/ su/per/ be/fi/lle à/la/mi/ne/é/blou/i/ssan/te ou ma/rie/est/u/ne/ su/perbe/fille/a/la/mine/é/blou/i/ssante ? Je ne sais comment procéder avec le e muet si il faut le compter dans une même syllabe ou le mettre dans une seconde syllabe?Que me conseillez-vous?Merci.

MOI J AURAI DIS: ma_rie_est_u_ne_su_per_be_fi_lle a_la_mi_ne eb_louis_san_te

14

Re : découpage syllabique

Bonjour je suis élève et je voudrai savoir comment se découpe DERNIERS ! Est-ce DER/NI/ERS OU DER/NIERS ????????????????? S'il vous plaît aidez moi :S

Re : découpage syllabique

Bonjour,
D'abord quelques rappels sur les notions d'hiatus, de diérèse et de synérèse :
http://www.unige.ch/lettres/framo/ensei … l#vr012210
http://fr.wikipedia.org/wiki/Di%C3%A9r%C3%A8se
Je crois que les règles ont pu changer dans le temps pour le nombre de syllabes dans la finale -nier. Pour moi, c'est une syllabe dans dernier (synérèse) au contraire de sanglier (diérèse : deux syllabes gli-er)

16

Re : découpage syllabique

P'tit prof a écrit:

Comme vous le constatez (con-sta-tez), quand deux consonnes (con-son-nes) se suivent, chacune appartient à une syllabe différente (dif-fé-ren-te).

Ça ne semble pas être la prononciation la plus répandue.

consonne ? k??-s?-n? (3) ou k??-s?n (2)
différente ? di-fe-???-t? (4) ou di-fe-???t (3)



P'tit prof a écrit:

Cependant, quand la consonne est un yod (son entendu dans fille), ou un digamma (son entendu dans oui); ou un hué, comme dans puis, elle ne peut être isolée :
fille, une syllabe
é-blouis-san-te, quatre syllabes
é-pui-san-te, quatre syllabes.

D'après la prononciation majoritaire, l'adjectif éblouissante ne comporte aucun w (aucune semi-voyelle) : e-blu-i-s??-t? (5) ou e-blu-i-s??t (4).

Il se peut que certains locuteurs disent e-blwi-s??-t? (4) ou e-blwi-s??t (3). Mais la combinaison blu-i est moins facilement réductible à blwi que ne l'est — pour le mot nuage par exemple —, ny-a à n?a.

Quant à fille, ce mot est un dissyllabe ou un monosyllabe suivant qu'il compte respectivement quatre ou trois phonèmes.

Re : découpage syllabique

greg a écrit:
P'tit prof a écrit:

Comme vous le constatez (con-sta-tez), quand deux consonnes (con-son-nes) se suivent, chacune appartient à une syllabe différente (dif-fé-ren-te).

Ça ne semble pas être la prononciation la plus répandue.

Prononciation ? Je parlais (en 2006 !) du découpage écrit, qui a son importance en typographie. La prononciation n'entre pas en ligne de compte ici.



greg a écrit:
P'tit prof a écrit:

Cependant, quand la consonne est un yod (son entendu dans fille), ou un digamma (son entendu dans oui); ou un hué, comme dans puis, elle ne peut être isolée :
fille, une syllabe
é-blouis-san-te, quatre syllabes
é-pui-san-te, quatre syllabes.


D'après la prononciation majoritaire, l'adjectif éblouissante ne comporte aucun w (aucune semi-voyelle) : e-blu-i-s??-t? (5) ou e-blu-i-s??t (4)..

La prononciation majoritaire n'a rien à voir ici, il ne s'agit que des règles de mise en page : où couper un mot ? On ne peut pas couper éblouissante aprés le digramme ou quand il a valeur de digamma.



greg a écrit:

[Quant à fille, ce mot est un dissyllabe ou un monosyllabe suivant qu'il compte respectivement quatre ou trois phonèmes.

Monsieur de La Palisse n'eût pas mieux dit...
Tout ça n'empêche pas, Nicolas, qu'on ne passe pas à la ligne entre les deux l : fil-le est fortement déconseillé, pour ne pas dire interdit.
Règles d'orthographe, de typographie, de mise en page...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

18

Re : découpage syllabique

P'tit prof a écrit:
greg a écrit:
P'tit prof a écrit:

Comme vous le constatez (con-sta-tez), quand deux consonnes (con-son-nes) se suivent, chacune appartient à une syllabe différente (dif-fé-ren-te).

Ça ne semble pas être la prononciation la plus répandue.

Prononciation ? Je parlais (en 2006 !) du découpage écrit, qui a son importance en typographie. La prononciation n'entre pas en ligne de compte ici.

Désolé pour la date. Si tu parles de découpage écrit, c'est qu'il ne s'agit pas de découpage syllabique, à moins que tu veuilles rendre la syllabation d'un énoncé par l'alphabet latin plutôt que par un alphabet phonétique. Auquel cas l'enjeu est purement graphique, nullement syllabique. La syllabe est par nature étrangère à la lisibilité de la chose dite ainsi qu'aux aléas typographiques dont dépend le confort visuel du lecteur. L'intitulé du salon est trompeur : il ne s'agit absolument pas de découpage syllabique mais de découpage typographique.



P'tit prof a écrit:
greg a écrit:
P'tit prof a écrit:

Cependant, quand la consonne est un yod (son entendu dans fille), ou un digamma (son entendu dans oui); ou un hué, comme dans puis, elle ne peut être isolée :
fille, une syllabe
é-blouis-san-te, quatre syllabes
é-pui-san-te, quatre syllabes.


D'après la prononciation majoritaire, l'adjectif éblouissante ne comporte aucun w (aucune semi-voyelle) : e-blu-i-s??-t? (5) ou e-blu-i-s??t (4)..

La prononciation majoritaire n'a rien à voir ici, il ne s'agit que des règles de mise en page : où couper un mot ? On ne peut pas couper éblouissante aprés le digramme ou quand il a valeur de digamma.

Tu évoques des règles de mise en page alors que tu emploies les termes suivants :
   consonne
   yod = le phonème /j/
   son entendu
   digamma = le phonème /w/
   hué = le phonème /?/
   isolée
   syllabe.

Faut avouer que tu parles davantage de phonétique que de typographie. Dans ces conditions, on plonge en plein baroque quand le graphisme <blouis> est taxé de "syllabe". Il s'agit juste d'un bloc de lettres.

Re : découpage syllabique

Faut avouer que tu parles davantage de phonétique que de typographie. Dans ces conditions, on plonge en plein baroque quand le graphisme <blouis> est taxé de "syllabe". Il s'agit juste d'un bloc de lettres.

Et qu'est-ce qu'une syllabe, si ce n'est un bloc de lettres ?
Je te taquine, mais il est évident que tu n'as jamais enseigné l'orthographe en collège, ce que je fis pendant les ving-six premières années de ma carrière.
Relis le message d'ouverture, de Monkey (que j'ai appelé Papy, mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa...) : il y est bel et bien question du découpage des mots en syllabes sur le papier. Monkey a repoussé d'un pied dédaigneux les indications qui lui ont été données sur le décompte des syllabes en versification : il était clair qu'il voulait savoir comment l'on coupe les mots sur le plan graphique.
Le découpage graphique et le découpage phonétique ne coïncident pas toujours. C'est important à faire remarquer à des collégiens qui doivent faire un va-et-vient constant entre ce qu'ils disent et ce qu'ils écrivent, deux langues parallèles qui n'ont même pas une syntaxe identique.

Et je tiens mordicus, jusqu'au bûcher exclusivement, que le découpage graphique d'éblouissante est : éblouis-san-te.
On ne peut pas couper après é, c'est la convention : jamais de lettre seule en fin de ligne.
Je sais bien, j'ai dit le contraire plus haut, mais c'est qu'il était tard : du point de vue phonétique, ce é est bien une syllabe, mais on ne peut pas l'isoler (je me demande bien ce que tu reproches à ce terme...) en fin de ligne.
A la rigueur, on peut couper après ou, si l'on fait la diérèse. Mais si l'on fait la synérèse, c'est interdit. Interdit au sens où cela fait perdre des points sur la note d'orthographe...
Ce qui était tout le sujet, sur lequel Monkey n'est jamais revenu depuis 2006 : il faut croire que ma réponse l'avait satisfait.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

20

Re : découpage syllabique

P'tit prof a écrit:

Et qu'est-ce qu'une syllabe, si ce n'est un bloc de lettres ?

Euh — une suite de sons peut-être ?...



P'tit prof a écrit:

Je te taquine, mais il est évident que tu n'as jamais enseigné l'orthographe en collège, ce que je fis pendant les ving-six premières années de ma carrière.

Tu as parfaitement raison. Mais si je devais m'y mettre dès demain matin, je commencerais par dire qu'une syllabe est un groupe de sons, jamais un groupe de lettres. Les lettres qu'on écrit représentent les sons qu'on dit. De cette façon <blou> représente une syllabe ; <i> représente la suivante ; <ssante> représente la dernière pour les Septentrionaux tandis que pour les Méridionaux <ssan> et <te> représentent l'avant-dernière et la dernière, dans cet ordre. Ensuite je leur dirais que la façon de couper les mots écrits obéit à des règles que la syllabation ne connaît pas : ni <é-blou-i-ssante> ni <é-blou-i-ssan-te> ne sont acceptés par la tradition graphique.



P'tit prof a écrit:

Et je tiens mordicus, jusqu'au bûcher exclusivement, que le découpage graphique d'éblouissante est : éblouis-san-te.
On ne peut pas couper après é, c'est la convention : jamais de lettre seule en fin de ligne.

Ça sent le roussi. Bon, on range les fagots mais il me semble que <éblouissan-te> n'est pas préconisé à l'écrit. La seule façon de couper la graphie n'est-elle pas <éblouis-sante> ? Mais bon, je ne suis pas typographe.

21

Re : découpage syllabique

greg a écrit:

il me semble que <éblouissan-te> n'est pas préconisé à l'écrit. La seule façon de couper la graphie n'est-elle pas <éblouis-sante> ? Mais bon, je ne suis pas typographe.

Vous avez raison, Greg. Mon Code typographique ne consacre pas moins de quatre pages aux règles qui régissent les coupures de mots. Je me contenterai de noter ici que :
— on ne coupe jamais entre deux voyelles ;
— la coupure entre deux consonnes redoublées est recommandée ;
— pas de coupure après la première syllabe d'un mot quand elle ne comporte qu'une lettre (P'tit Prof a raison : é-//puisante est impossible, mais il a tort de vouloir rejeter tout le mot à la ligne : épui-//sante est très correct ) ;
— le nombre minimal de lettres en fin de ligne et de lettres rejetées à la ligne suivante dépend de la longueur de la ligne (la justification, en vocabulaire typo) :
    – 2 + 3 dans les lignes courtes (ba-//ril),
    – 3 + 4 dans les lignes de longueur moyenne (cou-//pure),
    – aucune coupe dans les lignes longues,
    – dans les lignes très courtes, on essaie de se rapprocher de la norme 2 + 3;
— on ne termine pas un paragraphe par une seule syllabe rejetée à la ligne.

Dernière modification par coco47 (06-01-2012 04:14:33)

Re : découpage syllabique

P'tit Prof a raison : é-//puisante est impossible, mais il a tort de vouloir rejeter tout le mot à la ligne : épui-//sante est très correct.

Merci de votre confirmation.
Seulement, je travaillais sur éblouissante.
On ne peut pas couper après é, on ne peut pas couper après ou, qui fait corps avec le i.
On peut couper après -ouis- qui est une syllabe C+V+C.
On ne coupe pas après san- car cela ferait rejeter deux lettres, et seulement deux lettres, à la ligne suivante.

Donc, on coupe éblouis-//sante, qui est la seule solution possible.

Mais, toujours la stratégie de survie, je voulais dire que lorsque l'on ne sait pas où l'on peut couper, le mieux est de rejeter le mot entier...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

23

Re : découpage syllabique

P'tit prof a écrit:

Mais, toujours la stratégie de survie, je voulais dire que lorsque l'on ne sait pas où l'on peut couper, le mieux est de rejeter le mot entier...

Compris. Mais vous aviez écrit : « Dernière chose : il est convenu qu'on ne peut aller à la ligne après une lettre isolée : é//puisante est interdit, il faut reporter tout le mot sur la ligne suivante. » D'où ma réponse.

Re : découpage syllabique

coco47 a écrit:
P'tit prof a écrit:

Mais, toujours la stratégie de survie, je voulais dire que lorsque l'on ne sait pas où l'on peut couper, le mieux est de rejeter le mot entier...

Compris. Mais vous aviez écrit : « Dernière chose : il est convenu qu'on ne peut aller à la ligne après une lettre isolée : é//puisante est interdit, il faut reporter tout le mot sur la ligne suivante. » D'où ma réponse.

Nous finissons donc par nous comprendre...
Cela dit :
é// puisante n'est pas admis ;
épu//isante n'est pas possble, car le groupe -ui- transcrit un hué ce qui le rend insécable ;
épuisan//te n'est pas admis.
Reste une possibilité : épui//sante.

Cela dit, s'il ne reste sur la ligne que la place pour une lettre et la division, et si l'on ne peut pas couper après une lettre seule, le mot va forcément se retrouver entier à la ligne suivante. C'est un effet purement mécanique. Si je ne peux placer que é-, je ne vais pas pouvoir placer épui-.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

25

Re : découpage syllabique

P'tit prof a écrit:

Cela dit, s'il ne reste sur la ligne que la place pour une lettre et la division, et si l'on ne peut pas couper après une lettre seule, le mot va forcément se retrouver entier à la ligne suivante. C'est un effet purement mécanique. Si je ne peux placer que é-, je ne vais pas pouvoir placer épui-.

Si, vous pourrez le faire : si vous utilisez un logiciel qui permet de réduire la chasse (qui, pour les non typographes, est la « largeur » d'un caractère — on parle aussi d'étroitisation) ou l'interlettrage (l'espace entre les caractères). Sur XPress, la chasse s'appelle l'échelle horizontale et l'interlettrage est l'approche de paire.
Cela dit, je suis entièrement d'accord avec vous.

Dernière modification par coco47 (08-01-2012 05:53:39)