Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

La langue parlée prime sur la langue écrite, celle-ci n'étant qu'un épiphénomène de celle-là, parfois abusive et erronée, toujours pédante et élitiste...

De plus, la terminaison en "É-JE" est impossible en français (il faudrait entendre "È-JE"...)

Dernière modification par patoiglob (15-10-2008 16:17:08)

DEFENSE DE CRACHER PAR TERRE ET DE PARLER BRETON. (Le Ministère de l'Éducation Nationale)

27

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

patoiglob a écrit:

De plus, la terminaison en "É-JE" est impossible en français (il faudrait entendre "È-JE"...)

Elle s'écrit «é-je» et se prononce «è-je», cela a été mentionné au moins deux fois dans ce fil.
Que cette inversion ne vous plaise pas et que vous préfériez «est-ce que» ou une intonation interrogative pour la remplacer, d'accord, c'est tout à fait autorisé et même parfois conseillé. Ainsi, vous suivrez à la lettre la Grammaire de l'académie, 1932, p.113 (qui ne réserve qu'à certains subjonctifs –dussé-je, puissé-je–l'inversion é-je).
En ce qui me concerne, et cela n'engage que moi, je considère cette inversion possible à l'indicatif, première personne : aimé-je ? me trompé-je ?
Par ailleurs, ne polluez plus vos messages avec des affirmations péremptoires, personnelles, non discutables, déplaisantes et hors de propos : «la langue parlée prime...», et autre verbiage doctrinaire de flic libertaire.

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

gb a écrit:

Elle s'écrit «é-je» et se prononce «è-je», cela a été mentionné au moins deux fois dans ce fil.

Qui sont les fous et qui sont les personnes sensées ? ...
Comment voulez-vous que le monde continue à parler français, si les Français les en empêchent ? Comme si la langue leur appartenait ...

DEFENSE DE CRACHER PAR TERRE ET DE PARLER BRETON. (Le Ministère de l'Éducation Nationale)

29

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

Bonjour,

De même que l'on dit me trompé-je, est-il possible de dire me permété-je ?

D'avance merci.

30

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

Itinérante a écrit:

[...] est-il possible de dire me permété-je ?

Bonjour !
     ‹ Me permettè-je › me semble préférable.
     Cordialement.

diconoma est typographe, relecteur-correcteur, dictionnairiste

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

diconoma a écrit:
Itinérante a écrit:

[...] est-il possible de dire me permété-je ?

Bonjour !
     ‹ Me permettè-je › me semble préférable.
     Cordialement.

Me permets-je d'en douter ? big_smile

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

diconoma a écrit:
Itinérante a écrit:

[...] est-il possible de dire me permété-je ?

Bonjour !
     ‹ Me permettè-je › me semble préférable.
     Cordialement.

diconoma a écrit:
Algis a écrit:

Merci pour vos avis (toujours avisés).

A non-avisé, non avisé et demi. Les traditions se perdent décidément smile

Je m'excuse, mais je n'ai pas pu m'empêcher de lancer cette gentille pique. Personne ne songera, je pense, à vous reprocher sérieusement ce genre de message précipité que tout le monde commet un jour ou l'autre volontairement ou non.

33

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

Je tiens à préciser que toutes ces magnifiques nuances de la langue française ne sont plus, de nos jours, enseignées. Et pour cause! la langue étant en continuelle évolution, visant hélas la plupart du temps à la simplifier. Certes, cela ne peut qu'être apprécié par nos voisins, mais je crains que l'on n'utilise plus à l'oral ces belles formulations. Ou bien dans un cadre humoristique.
Je pense pour ma part que le Français d'aujourd'hui est bien loin de la langue de Molière. Me trompé-je?

Et même dans les (rares) cas où l'on voudrait réutiliser ces formulations pour une raison quelconque, la plupart du temps on en revient à la langue courante, pour la simple et bonne raison que l'on ne sait plus comment les utiliser. Choses logique, puisque ce n'est plus enseigné.

Quel triste sort que celui de la langue vivante.

34

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

Bonjour,

Je me permets de remonter ce sujet pour une question à laquelle une première réponse a déjà été donnée dans ce message.

Dans le cas des verbes comme suggérer, préférer, obtempérer, etc., l'inversion semble devoir être, d'après Grevisse :

suggéré-je, préféré-je, obtempéré-je, etc.

Si l'on suit la règle d'inversion « normale », les inversions suivantes sont-elles totalement fautives :

suggèré-je, préfèré-je, obtempèré-je, etc. ?

Merci pour vos réponses !

***

Édition du 15-08-11 :

C'est sans doute totalement fautif, oui, donc on peut oublier ma question (ce qui était déjà le cas big_smile) !

Dernière modification par Vinoco (15-08-2011 14:07:30)

35

Re : Me trompé-je, ou me trompais-je ?

Et moi je ne supporte plus les "est-ce que" ou les "qu'est-ce que" à tout bout de champ.
Entendu par un ministre à la télé : "je suis venu voir qu'est-ce qui se passait ici." HOOOOOORRIBLE !
Alors vive les dussé-je, puissé-je et tous leur copains du 1er groupe...