Yvorel (Élise). Les enfants de l'ombre

<< Bernet et Rézeau : On va le dire comme ça, 2008 | BibliographieDesDictionnaires | Croubois : Retour à Tours, rue Basse, 2009 >>

Titre : Les enfants de l'ombre
Auteur : Yvorel (Élise)
Date : 2008
NbEditions : 1
EnLigne: https://books.openedition.org/pur/6051
NbMots :
Mots clés : Yvorel ; prison
Contributeurs : gb
Discussion

Yvorel : Les enfants de l'ombre

Yvorel, Les enfants de l'ombre, 2008

Référence (2008)

  • 2008 - Élise Yvorel. Les enfants de l'ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus au XXe siècle en France métropolitaine. Préface Michelle Pérot. Presses Universitaires de Rennes (collection Histoire), 2008. 15,5x24 cm, 364 pages. ISBN:9782753504653. (Source : PUR ; gb)
yvorel-enfants-de-l-ombre-2008-000.jpg: 315x500, 22k (05 janvier 2021 à 05h25)

Commentaire (2008)

Cliquer pour voir le texte archivé.

Annexe II. Petit glossaire pénitentiaire et carcéral
1Ce glossaire n’a pas la prétention de l’exhaustivité. Sa vocation est plus simplement de préciser certaines notions principales ou de rappeler quelques termes spécifiques. La définition de mots d’argot ou expressions carcérales figure également dans la liste (en italique).

2Accusé Prévenu envoyé devant une cours d’assises et emprisonné dans une maison de justice.

3Arrêté Décision des autorités administratives.

4Auburnien (système) Régime carcéral qui prônent un régime mixte d’isolement nocturne et de travail en silence en commun le jour. Le plus ardent défenseur de ce système en France est l’avocat, puis inspecteur général des prisons, Charles Lucas.

5Auxiliaire Détenu chargé du service général

6Baveur ou baveux Avocat.

7Bifton Billets et petits mots échangés entre détenus de différentes manières et en cachette des surveillants. Ils peuvent avoir des supports très divers tel bout de papier mais aussi papier toilette, bout de tissu…

8Braqueur de fourrures Délinquant sexuel, violeur.

9Cacheton Médicament.

10Cantine – cantiner La cantine est « l’épicerie » interne à chaque prison, gérée par l’entreprise générale ou l’administration pénitentiaire, le détenu s’y procure de quoi améliorer l’ordinaire. Le fait de cantiner consiste à commander des denrées ou objets divers à la cantine, denrée au prix souvent élevé. L’argent pour les payer (s’il y en a) est prélevé sur le pécule.

11Centre de détention Établissements pénitentiaires crée en 1975 pour recevoir les condamnés d’un an et plus dont les perspectives de réinsertion sont jugées favorables. Le régime de détention y est plus libéral que dans les maisons centrales, orienté vers la resocialisation des détenus.

12Centre pénitentiaire Établissement mixte qui comprend au moins deux quartiers à régimes de détention différents (maison d’arrêt, centre de détention et/ou maison centrale).

13Centre de semi-liberté Établissement pénitentiaire recevant les condamnés admis au régime de semi-liberté ou de placement à l’extérieur.

14Chef Nom par lequel les détenus interpellent les gardiens.

15Circulaire Lettre adressée à plusieurs personnes pour le même objet, notamment par un supérieur hiérarchique à ses subordonnés.

16Colon Nom des enfants confiés aux colonies pénitentiaires avant la réforme de 1927.

17Colonie agricole Établissement privé ou public recevant des mineurs jugés comme ayant agit sans discernement ou condamnés à de longues peines. Le travail de la terre qui y est privilégié est censé les amender.

18Colonie correctionnelle Colonie pénitentiaire disciplinaire. La première est créée à Eysses en 1895.

19Colonie industrielle Établissement privé ou public recevant des mineurs jugés comme ayant agit sans discernement ou condamnés à de longues peines. Le travail industriel qui y est privilégié est censé les amender.

20Colonie maritime Établissement privé ou public recevant des mineurs jugés comme ayant agit sans discernement ou condamnés à de longues peines. Le travail en rapport avec la marine y est de mise. La plus connue des colonies maritimes est celle de Belle-Île-en-Mer.

21Colonie pénitentiaire Terme utilisé dans la loi du 5 août 1850 qui officialise l’existence des colonies agricoles, industrielles et maritimes.

22Concessionnaire Industriel (entreprise privée) qui fait travailler les détenus pour son propre compte.

23Condamnés Individu qui a fait l’objet d’une décision judiciaire définitive qui lui inflige une peine.

24Crabe Désigne le gardien, le surveillant.

25Crime Infraction justifiable de la cour d’assises.

26Centre de détention Prison chargée de l’accueil des prisonniers présentant les meilleures perspectives de réinsertion.

27Centre national d’observation Installé à Fresnes, il est chargé d’évaluer avant affectation tous les condamnés à une peine supérieure à dix ans.

28Centre pénitentiaire Établissement qui comporte au moins deux quartiers à régimes de détention différents (maison d’arrêt, centre de détention et/ou maison centrale).

29Crime Infraction la plus grave, passible de réclusion criminelle.

30Décret Décision du président de la République ou du Premier ministre dont les effets sont semblables à ceux de la loi ou, pour certains, sont individuels.

31Délit Infraction justifiable du tribunal correctionnel et punie d’une peine de prison, d’une amende ou d’autres peines comme le travail d’intérêt général, la suspension de permis de conduire…

32Détention provisoire Mesure qui consiste à incarcérer, avant son jugement, une personne soupçonnée d’avoir commis un crime ou un délit. La majorité des mineurs placés en prison sont en détention provisoire.

33Doubler (une cellule) Faire cohabiter deux détenus dans une seule cellule qui devrait être occupée par un seul et unique détenu. Les cellules peuvent être également triplées voire quadruplées.

34Écrou Consignation, sur un registre réservé à cet usage, de tout nouvel arrivant dans une prison.

35Élève Nom souvent donné aux mineurs des grands internats de l’éducation surveillée type IPES (remplace le terme pupille).

36Entreprise générale Système développé en France dès la création des dépôts de mendicité et étendu à la plupart des maisons centrales au xixe siècle : l’État paie un prix de journée un entrepreneur général, en échange de quoi celui-ci nourrit, soigne, vêt et fait travailler les détenus, en suivant les prescriptions d’un cahier des charges.

37Établissement pour peine Prison qui reçoit exclusivement des condamnés dont le reliquat de peine est au moins égal à un an (les centres de détention et les maisons centrales appartiennent à cette catégorie).

38Être classé Avoir un travail dans la prison.

39Fiole Désigne plus généralement un traitement médical.

40Gaffe Désigne le gardien, le surveillant.

41Gamelle Le repas servi aux détenus

42Gardien Le gardien désigne, à partir de la Révolution, les hommes chargés d’assurer la discipline au sein des maisons d’arrêt et des maisons centrales. Les « gardiens » ont été rebaptisés « surveillants » en 1919. Ils ont actuellement la double mission de garde des détenus et leur réinsertion.

43GIP Groupe d’intervention sur les prisons, composé d’intellectuels, de médecins, d’éducateurs, de détenus et de leurs familles, fondé entre autre par Michel Foucault le 8 février 1971 et qui se propose d’enquêter sur l’univers carcéral.

44Hangar « aubertin » Salle couverte consacrée à la pratique du sport dans le quartier des J3 de Fresnes (ouvert en 1965).

45Inos Inoccupés. Ce sont les détenus qui n’ont pas d’emploi dans l’établissement où ils sont incarcérés.

46IPES Internat public d’éducation surveillée. Héritiers des colonies pénitentiaires, ses grands internats dépendent de l’éducation surveillée.

47Jeune Nom souvent utilisé pour désigner les mineurs de justice incarcérés ou placés en internat de l’éducation surveillée type IPES. Ce terme est omniprésent dès le début des années 1970 (remplace élève et pupille).

48Loi Règles obligatoire promulguée par l’autorité souveraine, qui ordonne, permet, défend ou punit.

49Maison d’arrêt, de justice et de correction, prisons départementales Les maisons d’arrêt, de justice et de correction sont chargées d’accueillir, à partir de la Révolution, les prévenus (maison d’arrêt), les accusés (maisons de justice) et les condamnés à l’emprisonnement correctionnel de moins de un an (maison de correction). Elles sont appelées « prisons départementales » jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

50Maison d’arrêt Prisons départementales chargées d’accueillir, théoriquement, les prévenus ou les condamnés dont le reliquat de la peine est inférieur à un an. En France, elles sont les plus nombreuses et également celles qui accueillent la majorité des mineurs incarcérés.

51Maison centrale (de force et de correction) Grandes prisons chargées d’accueillir les criminels condamnés à la réclusion, les condamnés correctionnels à plus de un an, les forçats septuagénaires et les femmes condamnées aux travaux forcés. Elles reçoivent la population de plusieurs départements et, à partir de 1875, la préoccupation essentielle y est la sécurité et l’accueil des détenus « dangereux ». Actuellement leur régime de détention est essentiellement axé sur la sécurité (par opposition aux centres de détention).

52Maison d’éducation surveillée Nom donné aux colonies pénitentiaires lors de la « réforme sur le papier » en 1927.

53Maison de justice Chargées d’accueillir les accusés. Ce terme tombe en désuétude et est remplacé par celui de « prison départementale » jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Elles se confondent dans ce terme, et matériellement, avec les maisons d’arrêt.

54Maison de correction Chargées d’accueillir les détenus à l’emprisonnement correctionnel de moins d’un an. Elles sont appelées « prisons départementales » jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Également : appellation couramment donnée aux diverses colonies pénitentiaires. Utilisé dans cette acception, le terme n’est pas officiel.

55Maton Mot d’argot qui désigne le gardien.

56Mirador Tour de surveillance et poste d’observation occupé en permanence par un surveillant armé.

57Mitard Cachot, cellule d’isolement où les indisciplinés accomplissent leur punition après être passés devant le prétoire. Souvent en sous-sol.

58Négrier Terme qui désigne les responsables des ateliers de production dans les maisons d’arrêt et les maisons centrales.

59Patronage Organisation destinée à veiller sur l’enfance et la jeunesse.

60Pennsylvanien (système) Ou philadelphien. Vient du nom de deux prisons construites en Pennsylvanie (l’une à Pittsburgh, l’autre à Philadelphie). Régime d’incarcération qui prône l’isolement strict de jour comme de nuit. Système défendu en France par Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville.

61Philadelphien (système) Cf. Pennsylvanien.

62Prétoire Tribunal disciplinaire interne à la prison.

63Prévenu Personne détenue qui fait l’objet de poursuites pénales mais qui n’a encore été jugé ou dont la condamnation n’est pas définitive (voies de recours).

64Pupille Nom donné aux colons des colonies pénitentiaires lors de la « réforme sur le papier » en 1927.

65Quartier correctionnel Quartier spécifique, souvent dans des maisons d’arrêt, destiné aux mineurs condamnés à plus de deux ans d’incarcération ou aux mineurs indisciplinés des colonies pénitentiaires.

66Quartier des J3 Nom sous lequel est désigné le quartier pour jeunes détenus de Fresnes (à na pas confondre avec le CSOES).

67Réclusion Peine criminelle subie en maison centrale, appliquée jusqu’en 1987, et qui comporte l’obligation de travail.

68Régie Système selon lequel l’administration pénitentiaire fait travailler des détenus pour son compte ou pour celui d’un concessionnaire.

69Semi-liberté Modalité d’exécution d’une peine qui permet à un condamné d’exercer, hors d’un établissement pénitentiaire, une activité professionnelle, de suivre un enseignement, une formation, ou de bénéficier d’un traitement médical.

70Service général Emplois (mal rémunérés) occupés par des détenus dans les établissements pénitentiaires au service de la maintenance, de la restauration… Souvent le seul travail rémunéré disponible en détention.

71Surveillant Cf. gardien

72Toto (thermo-plongeur) Résistance électrique « faite maison » ou vendu à la cantine, qui sert à faire chauffer les liquides (thé, café…).

73Trou Terme utilisé par les détenus pour désigner le mitard.

74Yoyo Mot qui désigne une pratique carcérale qui permet, à l’aide d’une ficelle à laquelle on imprime un mouvement de bascule, de passer un objet (cigarette, gamelle, illustré…) d’une cellule à une autre.

75Zonzon Prison. « La zonzon », désigne souvent le CJD de Fleury-Mérogis.


En Ligne


Changements récents du groupe Argot