languefrancaise.net

Censure

Notes en vrac sur la censure au théâtre, pour motif d'argot, dans les années 1850-1866.

Bibliographie :
Célia Anfray, Police de la langue. L'argot à l'épreuve de la censure dramatique sous le Second Empire, SERD, 2017

  • Censure (théâtre)
    • Les pièces représentées à ces petits théâtres [boulevard du Temple] sont souvent d'un style analogie avec la plupart des spectateurs. Il en est même parmi elles qui renferment de nombreux termes d'argot que la censure, si susceptible d'ordinaire, devait bien retrancher. (Source : Aimée, Des dangers de la prostitution, 1841)
    • Il y a peu d'années, effrayé du langage trop pittoresque qui tendait à s'impatroniser au théâtre, et qui du théâtre passait dans la langue habituelle de ces gens toujours enclins à demander aux drôleries de la scène l'esprit qui leur manque, le ministre d'État ordonnait de ne laisser subsister dans aucune pièce les locutions d'argot. (Source : Victor Hallays-Dabot, Histoire de la censure théatrale en France, 1862)
    • S. Exc. le ministre d'État a adressé, le 24 avril dernier, la circulaire suivante à tous les directeurs de théâtre de Paris : – « Monsieur le directeur, je vois avec regret s'introduire de plus en plus dans le langage du théâtre l'usage des locutions vulgaires et brutales, et de certains termes empruntés à l'argot. C'est là un mauvais élément de bas comique dont le bon goût se choque, et qu'il ne m'est pas permis de tolérer davantage. La commission de censure vient de recevoir à ce sujet des instructions sévères, et je m'empresse de vous en prévenir, en vous priant de me seconder par votre légitime influence. Toutes les œuvres dramatiques ne sont pas sans doute assujetties à la même pureté de langage : la diversité des genres implique et autorise la diversité des formes ; mais pour les théâtres, même les plus frivoles, il est des règles et des limites dont on ne saurait s'écarter sans inconvénient et sans inconvenance. » (Source : Revue et Gazette musicale de Paris, 1858)
      • Voir aussi Le Ménestrel, 16 mai 1858
      • Voir aussi YP-180, L'Entr'acte, année 1858, n° du 10 mai : « M. Fould prévient les directeurs que la commission de censure a reçu des instructions sévères contre l'introduction au théâtre de termes empruntés à l'argot. »
    • Cette censure de l'argot au théâtre est le motif d'un petit vaudeville : 1863. L'argot au théâtre : deux auteurs, Labiche et Marc-Michel doivent réécrire leur pièce argotisante dans le style noble. « M. Marc-Michel tend à M. Labiche un numéro du Moniteur où il lui fait remarquer un bref entre-filets. C'est un avis aux directeurs de théâtre, pour les inviter à ne plus tolérer l'emploi de l'argot dans le vaudeville. » (p. 15)

Discussion

Si vous pouvez enrichir cette page avec des informations manquantes merci d'utiliser la discussion associée.