Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

(Page 2 sur 2)

Flux RSS du sujet

Messages [ 26 à 49 sur 49 ]

26

Re : troc de mots

Bon sang ! Mon dictionnaire des mots rares et précieux, et mon dictionnaire de l'obsolète (je crois que c'est le titre), sont enfouis quelque part dans l'un des 40 cartons du déménagement, sinon je vous assure, chers amis, que je vous en aurais servi une jolie brochette. Il y a dans ces ouvrages des mines délectables. Enfin, je vous lis avec bonheur, en rageant un peu de ne pouvoir apporter ma contribution.

Aymon

27

Re : troc de mots

Cher Aymon vous vous faites rare ces derniers temps, moi aussi je déménage (vers les Cévennes), je sais ce que c'est.
Quelques mots dédiés spécialement pour vous :

garance
de guingois
maelström
conciliabule
carapaçonner
brinquebalante
zigomar
braquemart
jérémiade

28

Re : troc de mots

La rhétorique possède une invention poétique et musicale inégalable !

Lu sur http://www.e-dito.com/content/essais/am … p?id=58%22

"Amphigouri et Oxymoron"
par Gilles Schlesser

Elles portent des noms aussi délicieux que barbares : anacoluthe, épiphore, hyperbate, épanadiplose, oxymoron, synchise, tmèse, zeugma…
Comme Monsieur Jourdain, nous les employons sans connaître leur nom ; elles fleurissent dans les spots TV, sur les affiches, dans la presse.
En général, les figures de rhétorique sont définies comme un écart de langage destiné à susciter la surprise, l'émotion, le sourire. C'est l'unique but de ce petit exercice, sans aucune prétention linguistique.

Acronyme
Groupe d'initiales abréviatives lexicalisées :
Sur téèfin, Pépédéa titra sur les achélèmes

Acrostiche
Exercice consistant à créer des phrases dont les premières lettres forment un mot.
A ma connaissance
Ce procédé n'est pas utilisé dans la pub
Rare, long, compliqué
On l'imagine mal en signature
Sous un logotype
Tout de même
Il serait temps de réhabiliter
Cette figure
Hautement
Estimable
Adynaton
Prenez une hyperbole moyenne et juchez la sur un tabouret. Radieuse, votre hyperbole devient immédiatement un adynaton, c'est-à-dire une exagération extrême :
Avec un nez pareil, il peut fumer sous la douche…

Allitération
L'allitération est une répétition de sons identiques dans une suite de mots :
Je vais vous faire un aveu. J'adore les vœux. J'en reçois en veux-tu en voilà, ça fait même des envieux. C'est beau, les vœux. Sauf ceux de mon neveu, il me met toujours tous mes vœux, vieux !

Amphibologie
Très louche, l'amphibologie. S'il existe une ambiguïté due au désordre des mots ou si un texte se laisse décoder avec plus d'un sens, pas de doute, vous la tenez :
Seulement les rédacteurs ou tous les rédacteurs sont-ils des écrivains refoulés ?

Amphigouri
L'amphigouri est généralement assez mal vu dans les agences de publicité. Il s'agit en effet d'un texte absurde ou galimatias :
Huiléa. L'huile qui n'a pas peur de rester dans sa bouteille.
Cependant, certains grands rédacteurs n'ont pas peur de s'y frotter avec succès, en particulier auprès des jeunes :
C'est frais mais c'est pas grave.

Anacoluthe
Ce vocable (usuel chez le capitaine Haddock) désigne une rupture dans la construction d'une phrase. La phrase commencée s'arrête en chemin pour faire place à une autre, sans souci d'une suite rigoureuse de la pensée ou d'une suite grammaticale dans la phrase :
Les vœux, les vœux, ça devient n'importe quoi, je me demande si Gilles n'a pas perdu son écharpe jaune…
Pour les fanatiques de l'anacoluthe, signalons l'anantapodoton, variété dans laquelle un des termes d'une expression alternative manque.
Pour les fanatiques de Tintin, signalons que le capitaine Haddock emploie le mot anacoluthe dans "Le crabe aux pinces d'or", "On a marché sur la lune", "L'affaire Tournesol" et "Coke en Stock".

Anacyclique
Attention, gros danger ! Ne confondez pas anacyclique et palindrome, vous feriez piètre figure dans les dîners en ville. "AXA" ou "élu par cette crapule" sont des palindromes, parce qu'ils peuvent être lus de gauche à droite ou de droite à gauche, avec le même sens. Tandis que snob est un anacyclique car la lecture de gauche à droite (snob) donne un mot différent de celui obtenu par une lecture de droite à gauche (bons) :
La trace fait-elle un écart ? Léon viendra-t-il à Noël ?

Anadiplose
L'anadiplose consiste à utiliser les mêmes mots en fin de phrase et au début de la phrase précédente :
JMM regarda sa chaussette trouée et racheta Canal + pour une bouchée de pain. Une bouchée de pain un peu trop cuite, depuis que NPA pédalait dans la semoule…
Anagramme
L'anagramme, figure compte triple des joueurs de scrabble, consiste à permuter les lettres d'un mot pour en formuler un autre:
J'ai trouvé de l'aspirine et le Parisien dans la niche du chien.
L'anagramme parfait est bien sûr celui qui se double d'un jeu de sens : c'est ainsi que Salvador Dali devient Avida Dollars, par la grâce et le talent d'André Breton.

Anaphore
Structure dans laquelle un même mot commence les propositions ou les phrases :
Quand vient janvier, quand la Poste disjoncte quand les boîtes se remplissent, quand on se demande s'il faut répondre, c'est les vœux…!
Antanaclase
Figure proche du calembour consistant à répéter le même mot pris dans un sens différent :
Oh ! un Esquimau qui mange un esquimau…!

Antilogie
Contradiction entre les idées atteignant le non-sens :
Même quand la pub exagère, au fond, elle n'exagère pas du tout.
Antiphrase
Forme d'ironie qui consiste à dire l'inverse de ce qu'on veut laisser entendre.
Les vœux, j'adore ça, j'en ai plein ma corbeille…

Antithèse
L'antithèse est une opposition fondée sur la répétition soit de deux mots, soit de deux idées, soit de ce qui est avant et après:
0 % matière grasse,
100 % matière grise
Antonomase
L'antonomase n'est pas méchante. Simplement imagée. Si votre voisine est une harpie, si vous êtes une flèche dans votre job, si vous êtes un Adonis, l'antonomase est faite pour vous.

Aphérèse
L'aphérèse est la suppression de l'initiale d'un mot (le bus devient autobus). D'ac ? (Signalons que "d'ac" n'est pas une aphérèse, mais une apocope, comme on le verra plus loin.)

Aphorisme
L'aphorisme est une sentence ou un adage concis résumant une pensée, une théorie… Les slogans publicitaires sont donc des aphorismes. A propos de slogan, attention : l'aphorisme est parfois défini comme une banalité énoncée de manière pompeuse.

Apocope
L'apocope, c'est la même chose que l'aphérèse sauf que c'est le contraire. Il s'agit de la coupure de la fin d'un mot : pub au lieu de publicité.
En matière de slogan, cela peut donner : Dubo, dubon, Dubonnet !
Quand le retranchement a lieu en milieu de phrase, il s'agit d'une syncope. Lorsqu'on escamote une ou deux syllabes dans leur prononciation, en disant par exemple murer pour murmurer, il s'agit alors d'une haplologie ou d'une hapaxépie. Mais là, franchement, ça devient grave…

Apophatisme
Consiste à utiliser la négation pour décrire quelque chose ou quelqu'un :
Ce n'était pas encore un senior mais déjà plus un rédacteur junior. Son expérience n'était pas énorme mais pas non plus ridicule. Son book, lui, n'était pas très intéressant mais pas franchement nul non plus.

Apophtegme
Pensée d'autant plus profonde qu'elle provient d'un personnage célèbre :
Vous avez beau essayer de descendre la pub, la pub montera au firmament (attribué à Jacques Séguéla).

Archaïsme
Mot ou tournure de phrase quelque peu vieillotte. N'a pas sa place dans la pub. Exemple (de ce qu'il ne faut pas faire) :
D'aucuns diront que cette lessive n'a pas inventé la poudre. Peu nous chault. Qu'ils s'esbaudissent, ces crapoussins, elle a moult avantages sur ses concurrents.

Asyndète
L'asyndète est une forme d'ellipse qui supprime le lien logique ou une omission de mots de liaison dans une même phrase :
Je pense, je suis.
Ne pas confondre l'asyndète avec la parataxe, construction caractérisée par l'accumulation de phrases juxtaposées. (Je pense, j'écris, je présente, je corrige, je représente, je facture, j'attends (longtemps) le règlement. Signalons enfin que l'effet contraire de l'asyndète est le polysyndète.

Auxèse
L'auxèse est un enchaînement quasiment ininterrompu d'expressions hyperboliques (louanges exagérées) :
Gilles est le plus sympa, le plus doué, le plus parfait des planneurs stratégiques.

Boustrophédon
Non, il ne s'ait pas d'un instrument de musique mais simplement d'une transcription graphique de droite à gauche :
! xueov sruelliem

Calembour
Le calembour adore la pub. Jeu de mots fondé sur des homonymes, il repose sur la différence de sens entre des mots ou groupes de mots qui se prononcent (ou presque) de la même manière.
Il s'applique souvent à des expressions connues, pour en détourner le sens :
Vous n'auriez pas dû les priver de Teisserre !

Calligramme
Ce mot, inventé en 1918 par Guillaume Apollinaire, désignait des"idéogrammes lyriques". Le poète disposait le texte de façon à dessiner approximativement l'objet dont il est question dans le poème, comme on le faisait auparavant avec les vers rhopaliques et les vers figurés.

Catachrèse
Lorsque le terme métaphorique est accepté dans le langage commun comme un terme propre, il devient le seul terme convenable pour désigner l'objet. Ainsi, pour désigner les machins qui font tourner le moulin, impossible de ne pas dire "les ailes" du moulin.

Chiasme
Le chiasme adore les antithèses et la symétrie. Il s'agit d'une proposition inversée du type :
Il y a de l'Urgo dans l'air, il y a de l'air dans Urgo
ou encore :
Pendant que maman peint dans les bois, papa boit dans les pins…
(En fait, je me demande s'il ne s'agit pas là d'une antanaclase, cette variété de chiasme dans lequel l'inversion joue sur des variations de sens).

Chleuasme
Plutôt sympa, le chleuasme, appelé plus élégamment autocatégorème. Le chleuasme consiste, pour l'orateur, à se déprécier pour s'attirer la confiance ou la sympathie, par une ironie tournée vers soi :
Je suis vraiment nul ! (mais non, mais non…)

Diérèse
Dissociation des éléments d'une diphtongue, chère à Raymond Queneau : circulez, il n'y a rien à vouaaar ! La diérèse désigne également le fait de bien détacher les syllabes :
Vittel : il faut é-li-mi-ner !
Quant au concept inverse (consistant à prononcer le mot en une seule émission), il s'agit d'une synérèse : cim'tière, caf'etière.

Ellipse
Omission d'un ou plusieurs mots. L'ellipse consiste à retrancher des mots nécessaires à la construction, mais non au sens. Il en est ainsi, par exemple, de la plupart des titres de presse :
Stratégies : 30 ans déjà.

Enallage
Echange d'un temps, d'un nombre ou d'une personne par un autre temps, un autre nombre ou une autre personne :
Patricia, ça vous ennuie si je te dis tu ?

Enchâssement
Insertion dans un syntagme d'un autre syntagme ou d'une phrase :
Je vous disais justement tiens, j'ai oublié mon portable ! que j'ai un rendez-vous urgent...

Enthymène
Contrairement au syllogisme qui en comprend trois, l'enthymène est une proposition composée de deux parties : l'antécédent et le conséquent :
J'ai été viré, donc je me mets en free-lance.

Epanadiplose
L'épanadiplose est un régal pour les rédacteurs à la recherche d'une signature. Cela consiste à mettre les mêmes mots au début et à la fin de la phrase. Effet bœuf garanti :
Des hommes au service des hommes

Epanalepse
Nom complexe pour désigner quelque chose de simple, à savoir la répétition d'un groupe de mots :
J'ai appelé Gilles pour trouver une signature, une signature institutionnelle pour une nouvelle banque, une nouvelle banque en ligne qui se lance en France…

Epanorthose
L'épanorthose consiste à revenir sur ce qu'on dit pour l'adoucir, le renforcer, ou se rétracter :
Soyons clair... je n'ai pas voulu dire que tu avais totalement pompé la création de cette campagne anglaise....

Epitrochasme
L'épitrochasme est une accumulation de mots courts et expressifs, que l'on rencontre plus souvent du côté de Moulinsart que du côté de chez Swan :
Bois-sans-soif ! Bachibouzouc ! Anacoluthe !

Epiphore
Répétition d'un même mot à la fin de plusieurs propositions qui se suivent pour obtenir un effet de renforcement ou de symétrie :
La pub sera toujours la pub, c'est ainsi. Toujours les mêmes images, les mêmes mots, rien ne s'invente, tout se recycle. C'est ainsi. On croit parfois déceler un petit quelque chose de nouveau, un souffle, un étonnement. Mais ce petit quelque chose est immédiatement copié, reproduit, volé. C'est ainsi.

Euphémisme
Atténuation ou adoucissement destiné à rendre un propos moins choquant ou moins dérangeant :
Ton idée n'est pas totalement débile…

Hendyadin
Très rare, l'hendyadin. Et pourtant, ça cogne ! Il s'agit d'une dissociation en deux éléments d'une formulation qu'on aurait normalement attendue en un seul syntagme. Ou, si vous préférez, deux idées pour le prix d'une seule :
Café Trucmuche, c'est fort en force !

Hiatus
Le hiatus ressemble un peu au bruit de la craie sur le tableau noir. Ça fait mal. Cela fait encore plus mal quand le rédacteur en glisse un dans une accroche pour le Club Med :
La Tunisie ? Vous y irez avec plaisir.
Le hiatus produit un effet vocalique disgracieux et un fort mécontentement chez le client .

Homéoléteute
Si deux groupes syntaxiques ont une syllabe finale identique ou très proche, vous êtes face à une homéoléteute, figure proche de l'allitération :
Canicule, dit Hercule dans son véhicule.

Homonymie
Ressemblance (voire égalité) d'orthographe ou de prononciation :
Les murs murent nos rêves

Hypallage
Consiste à faire semblant d'attribuer à un mot ce qui appartient à un autre mot, mais sans que l'on puisse se tromper, car ça ne serait pas du jeu :
Elle habite près de Notre-Dame, Lorette…

Hyperbate
L'hyperbate consiste à ajouter quelque chose d'incomplet alors que la phrase semblait finie, de manière à étonner le lecteur. Rarement employé en publicité, ça ferait désordre ou pas fini. C'est pourquoi vous n'avez jamais lu :
Un verre, ça va, trois verres, bonjour les dégâts, la cruche !

Hyperbole
Ah ! l'hyperbole ! Comme l'auxèse, la mérèse, la tapinose ou la superlation, l'hyperbole exagère. La publicité aussi :
Cette lessive lave plus blanc que blanc.

Hyperhypotaxe
Fatigante, l'hyperhypotaxe. Comme disait couramment Jean Jabès, ça rame. Vous l'avez compris, l'hyperhypotaxe est une insertion de subordonnées en trop grand nombre :
Gilles n'est pas un mauvais rédac, puisqu'il a fréquenté de très grandes agences, parmi lesquelles Impact, dont on connaît la qualité des textes, que Pierre Lemonnier présidait les destinées avec le talent que l'on sait dans les années 80, et dont on sait aussi qu'elles privilégiaient le visuel...

Hypotytose
Description d'atmosphère particulièrement frappante :
Tout était noir. La rue, le ciel, l'avenir, son âme.

Hystéron-protéron
Rigolo, l'hystéron-protéron, avec son nom à particule. Mais keskécé ? C'est quand la circonstance ou le détail devant être situé en seconde position est situé chronologiquement avant :
JMM, mets tes chaussures et tes chaussettes.

Idiotisme
L'idiotisme est la terreur des traducteurs-adaptateurs, même les meilleurs, comme Kevin (Fenwick). Il s'agit d'une expression particulière à une langue, intraduisible mot à mot dans une autre langue. Comme le dit l'agence Munier-BBN dans le guide Stratégies, comment traduisez-vous "sur les chapeaux de roue" en chinois ?

Isolexisme
L'isolexisme est une des grandes vedettes du discours publicitaire. Il s'agit du retour d'un mot déjà énoncé :
Planta fin, le fin du fin…

Kakemphaton
Alors là, danger. Si un jeune rédacteur doit écrire un spot radio et qu'il rencontre un kakemphaton au coin de la rue, qu'il change de trottoir immédiatement. Le kakemphaton est en effet la rencontre de sons d'où résulte un énoncé plutôt déplaisant:
Diderot dîna dit-on du dos d'un dodu dindon. Dur, non ?

Lipogramme
Si vous avez perdu une lettre, vous avez gagné. Le lipogramme consiste en effet à omettre volontairement une ou plusieurs lettres de l'alphabet dans un texte. Le plus célèbre lipogramme est bien sûr La Disparition, de Georges Perec, où la lettre E (la plus couramment utilisée) est absente pendant des centaines de pages. Si vous devez rédiger un slogan-lipogramme pour la Prévention Routière, vous proposerez donc :
Punch, whisky, vin blanc, pastis, dac, mais mollo !

Litote
Négation de l'idée contraire à ce qui doit être exprimé. La plus célèbre litote appartient à Corneille :
Vas, je ne te hais point !
Une litote un peu moins connue appartient à Alain Demory, l'un des associés de W Printel :
Gilles ? Il n'est pas mauvais.

Métagraphe
Ce sont les modifications apportées aux textes destinés à être lus. Les opérations s'effectuent au niveau du graphisme des caractères ou de la disposition des mots dans la phrase. Le métagraphe intéressera donc particulièrement les rédacteurs désirant brusquement devenir directeurs artistiques :
Tu rentres chez BETC ? Combien ils te donnent de $ou$ ?

Métanalyse
La métanalyse n'a aucun complexe et n'a pas besoin de divan. Proche du calembour, cette figure réjouissante consiste à utiliser un syntagme ou plusieurs à la place d'un ou plusieurs autres. Exemple chez Cocteau :
Le chasseur alpin, le boulanger aussi.

Métaphore
Transfert de sens par ressemblance, la métaphore (ou image) est une figure de rhétorique consistant à donner à un mot un sens qu'on ne lui attribue que par une analogie implicite :
La crème des instituts est une métaphore pour parler de Gatard et Associés. C'est également de l'autosatisfaction.

Métonymie
La métonymie désigne une chose par le nom d'une autre qui lui est habituellement associée. Chacun des noms désigne un objet absolument à part, mais doit à l'autre son existence ou sa manière d'être. Autrement dit, le mot d'origine est substitué par une opération de connotation.
Pas clair ? Bon, prenons un exemple. Quand on dit l'heure tourne, on fait référence à la pendule. Ce n'est bien sûr pas l'heure mais les aiguilles qui tournent. …
La métonymie peut également effectuer une translation entre l'objet et le signe.
Exemple : Ce rédacteur est une bonne plume…ou effectuer une translation entre contenu et contenant : après une rude journée de labeur, il ira boire un verre à l'Atelier Renault. A noter que de nombreux linguistes assimilent la métonymie à la synecdoque

Mot-valise
Néologisme créé par fusion de deux mots aisément identifiables :
Je n'ai pas pris le train, voiturellement.

Oxymoron
Devrait, normalement, beaucoup s'utiliser dans la publicité, qui n'a pas peur des paradoxes et qui aime faire court. L'oxymoron réunit deux mots contradictoires : un silence éloquent est un oxymoron.

Palindrome
Mots dont le sens est identique, qu'ils soient lus à l'envers ou à l'endroit, comme "erre". Quand le palindrome est constitué d'une phrase entière, c'est évidemment beaucoup plus chic :
Esope reste et se repose.

Pangramme
Le pangramme consiste à utiliser toutes les lettres de l'alphabet dans le format le plus court possible. Les connaisseurs se délectent toujours de la phrase imposée aux dactylos d'antan :
Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume.

Paragramme
Faute (volontaire ou non) d'orthographe ou de prononciation qui consiste à substituer une lettre ou un son à un autre :
Ce type est un vrai casse-nouilles

Paréchème
Normalement très vilain, le paréchème, mais la pub l'adore. Cela consiste à placer des syllabes de même sonorité les uns à côté des autres :
Sirop Tatoo. L'atout contre la toux

Parenthèse
Insertion d'un syntagme ou d'une proposition dans une phrase :
Nous étions dans la salle de réunion quand - Richard, arrête de le traiter de crétin - le client a ouvert la porte...

Parisose
Parisose, comme parité. Et comme épatant pour une signature. Il s'agit dune période composée de deux membres de même longueur :
Boire ou conduire, il faut choisir.

Paronomase
La paronomase est un rapprochement de mots paronymes, mais de sens différents :
SFR : un forfait qui fait fort

Paronymes
Mots rapprochés phonétiquement qui prêtent à confusion : collusion et collision, conjoncture et conjecture. La conjoncture se perd en conjectures est donc à la fois une figure paronymique et une paronomase.

Parrhésie
Il s'agit d'une insulte, de préférence néologique :
Je lui envoyai un mail et le traitai de cyberconnard

Pataquès
Tout simplement une faute de liaison :
Ecrire la reco ? Occupe-toi z'en !

Périphrase
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? La périphrase, le pire ennemi des rédacteurs, est l'expression d'une idée ou d'un objet -qu'un seul mot sert habituellement à désigner- par un groupe de mots qui les définissent et les expliquent. Ainsi, au lieu de dire Sodexho, vous direz plutôt cette multinationale de plus de 300 000 personnes présente dans 77 pays, n°1 mondial de la restauration et des services.

Pléonasme
Redondance, addition d'un terme dont le sens est déjà présent dans l'énoncé. Monter en haut. Descendre en bas.
Autre exemple : C'est ce rédacteur qui écrit des textes, non ?

Polysémie
Mot à plusieurs sens :
Cette clé plate allait peut-être lui donner la clé du mystère...

Polysyndète
Répétition des mots de liaison :
Oui, j'ai pris un verre à l'Atelier Renault,
Oui, l'expo s'appelait Villa Vel Satis
Oui, c'était vraiment simplement divin

Prétérition
Exprime ce qu'on feint de passer sous silence :
Non, je ne vous parlerai ni de Christian Gatard, pour laquelle j'ai beaucoup d'amitié, ni de Thierry Tricard, le plus charmant des hommes…

Prolégomène
Longs avant-propos. Je vous ferai grâce de l'exemple.

Prolepse
La prolepse est une réfutation d'une objection que l'on émet soi-même :
Un rédacteur ne sera jamais un directeur artistique, mais cela ne l'empêche pas d'avoir de bonnes idées visuelles, n'est-ce pas, Julie… ?

Réticence
La réticence consiste à interrompre une phrase pour laisser au lecteur le loisir de la reconstituer. Prouve une nouvelle fois qu'en publicité, l'induit est aussi fort que le dit :
Connexion, des mecs qui en ont.

Syllepse
Consiste à employer un même mot au sens propre dans une première figure, puis dans un sens figuré dans une seconde figure. La syllepse est à la base de certains jeux de mots :
Cette nouvelle Renault vous transportera de joie…

Synchise
Soyons clair : la synchise est un vilain défaut. Cela consiste à rompre le déroulement syntaxique par des aléas et méandres innombrables qui laissent en suspens la construction et finissent par rendre la phrase incompréhensible. Un rédacteur amateur de synchise se ferait virer illico de chez Peugeot :
Cette voiture est vraiment très bien conçue (je parle d'une conception générale, pas de conception au sens volume du terme), oui, très bien conçue, vous me direz que le modèle précédent l'était également, je vous l'accorde, ne croyez pas que je le dénigre, mais celle-ci est vraiment très bien conçue, j'en prends pour preuve l'ouverture électrique des portes (mais oui, électrique, il suffit d'appuyer sur un bouton, comme pour allumer la lumière) ou les six airbags (quelle évolution ! quand on pense que le coussin gonflable n'était pas inventé il y a vingt ans, cela donne le vertige), des airbags très complémentaires qui prouvent, si besoin est, que cette conception générale s'accompagne d'un sens remarquable de la sécurité, sans oublier le confort au sens classique du terme, et de diverses innovations -c'est un de ses points forts- comme le filtre à particules ou …. (zzz zzz).

Syncope
Suppression d'une partie intérieure du mot. Risque de provoquer une syncope si vous dites à votre client :
b'jour, M'sieur, j'vais vous montrer la créa'…

Synecdoque
Proche de la métonymie. Procédé qui consiste à désigner un tout par l'une de ses parties, ou vice-versa :
Freedent : des millions de dents l'ont choisi.

Synonymie
Enumération d'expressions désignant la même chose et pouvant être utilisées l'une à la place de l'autre :
J'assure, j'atteste, je certifie, je jure que cette synonymie est empruntée à Corneille.

Tautogramme
Le tautogramme est-il vraiment une figure de rhétorique ? Il n'en sait rien et il n'en a cure, car il trouve la vie très rigolote. Il s'agit d'une phrase ou œuvre dans laquelle de très nombreux mots commencent par la même lettre :
Zéro ou au zénith, les z'agences, c'est le zoo !

Tautologie
Géniale, la tautologie. Cela économise les mots et ça interpelle un max (Tiens, vous avez remarqué ? c'est une apocope !). Le procédé consiste à définir le même par le même :
Huile Lesieur : elle est bonne, et en plus elle est bonne

Tmèse
Ah ! la Tmèse ! Très créative, la tmèse, mais jamais exploitée dans la publicité. Ce procédé rhétorique de haute voltige consiste à introduire un mot ou un groupe de mots au milieu d'un nom composé :
Cette campagne est vraiment à contre-, anti, différent,- courant de ce qui se fait habituellement.

Zeugma
Le zeugma, cher à Pierre Desproges, vous saute au visage quand un terme concret et un terme abstrait sont compléments d'un même mot :
Il prit la fuite et la femme de son meilleur ami.

29

Re : troc de mots

C'est long mais c'est bon

Re : troc de mots

comme disent les partenaires de Rocco S !
ps:il faut un peu détendre l'atmosphère,car sur certains fils,la situation est légèrement tendue ce soir...

«Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté...» S Mallarmé.

31

Re : troc de mots

Je propose épectase.

Epectase epectase vous avez dit epectase ?

A l'origine epectase (du grec épecteinomenos) était un terme religieux désignant l'état de la personne «tendue de tout son être» vers son accomplissement personnel au sens spirituel.
C'est l'église catholique qui, pour expliquer les conditions douteuses de la mort du Cardinal Jean Daniélou en compagnie d'une prostituée (en 1974, dans un studio de passe du quartier de la rue St Denis, à Paris), précisa que «dans l'épectase de l'Apôtre il est allé à la rencontre du Dieu Vivant.»
Les médias et en particulier le Canard Enchaîné firent leurs choux gras de de l’expression, usitant le terme, transformant ce pseudo état d'extase religieuse en mort libertine (décès pendant l’orgasme). Belle évolution de la langue !
Une autre victime célèbre de l'épectase fut, le 16 février 1899, le président de la République française Félix Faure, mort dans les bras de sa maîtresse Marguerite Steinheil. On prête d'ailleurs à Georges Clemenceau ce mot sur le malheureux : «Il a voulu vivre César, il est mort Pompée !» ajoutant «Félix Faure est retourné au néant, il a dû se sentir chez lui».
Bien avant Danièlou, en 1565, le pape Pie IV avait connu le même sort (enviable mais mieux vaut tard) de mourir en chevauchant une courtisane.

32

Re : troc de mots

ICASTIQUE : sans artifice

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

33 Dernière modification par aymon (01-06-2005 10:17:01)

Re : troc de mots

Bruno San Marco a écrit:

Cher Aymon vous vous faites rare ces derniers temps, moi aussi je déménage (vers les Cévennes), je sais ce que c'est.
Quelques mots dédiés spécialement pour vous :

garance
de guingois
maelström
conciliabule
carapaçonner
brinquebalante
zigomar
braquemart
jérémiade

Bien aimable Bruno. Je n'ai pas oublié mon engagement de vous donner quelques-uns de mes textes, mais vous savez ce qu'est un déménagement puisque vous vous y préparez aussi. Moi je me déplace seulement d'un kilomètre et demi. J'apprécie l'attention de me dédier ces quelques vocables.
J'ai trouvé cette définition de conciliabule : test permettant de déterminer le sexe d'un noyé disparu en observant la surface de l'eau. En l'absence de bulle il est de sexe masculin. En revanche...

Aymon

Re : troc de mots

fritate: omelette.
pimprelocher: rendre pimpant,parer.
GTdR.

La notion de chocolat contredit-elle le principe du libre-arbitre ?

35

Re : troc de mots

Un mot que j'apprécie et que j'idolatre:
Procrastination : (~synon. atermoiement) Remettre quelque chose au lendemain.

Bon j'avoue que le mot lui-même n'est pas des plus élégant, mais tout de même qui n'as pas procrastiné au moins une fois dans sa vie ?

Gilles

36

Re : troc de mots

CATAGLOTTISME : Tendance à employer des mots recherchés.

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

37

Re : troc de mots

J'aime bien les jurons québécois issus des mots "ecclésiastiques" smile, comme "calisse" (calice), "tabarnac" (tabernacle) etc.

Re : troc de mots

sonoluminescense : une bulle de gaz dans un liquide et des ultrasons produisent des flashs lumineux.
Gédéon.

La notion de chocolat contredit-elle le principe du libre-arbitre ?

39

Re : troc de mots

Voici ce que je ramène du marché ce soir :

fragrance : nf, qui dégage une odeur agréable.

outrecuidance : nf, impertinence envers autrui (autrement dit se conduire comme un porc)

pétarade :  nf, suite de pets acompagnant les ruades des équidés lorsqu'ils croisent des motocyclistes.

quolibet : nm, plaisanterie malveillante, propos ironique, railleur : "tu ferais mieux de te tirer ailleurs !"

rasséréner : vi, redevenir serein, en particulier en voyant un canari se poser sur son rebord de fenêtre.

recroqueviller : vi, se ramasser sur soi-même, se mettre en boule, synonyme de pelotonner. Rien à voir avec peloter (afin d'avoir moins froid).

recrudescence : nf, retour avec accroissement, intensification.

stratagème : nm, tour d'adresse conçu avec le dessein de tromper, stratégie que j'aime si elle est utilisée uniquement au jeu d'échecs.

subterfuge : nm, moyen détourné et artificieux pour se tirer d'embarras, en clair : se barrer avec une excuse bidon.

40

Re : troc de mots

Erno a écrit:

Un mot que j'apprécie et que j'idolatre:
Procrastination : (~synon. atermoiement) Remettre quelque chose au lendemain.

Bon j'avoue que le mot lui-même n'est pas des plus élégant, mais tout de même qui n'as pas procrastiné au moins une fois dans sa vie ?

Gilles


Des problèmes de prostate ?

41

Re : troc de mots

C'est dommage voir puéril ce que vous dites là Bruno San Marco.

Je suppose que vous avez à mon égard une certaine rancune pour ce que j'ai dis sur vous dans certain sujets.

C'est bête.

Nous avons eu des différents certes, mais celà n'empèche pas le fait que j'admire ce que vous dite (la majorité du temps) par exemple la liste de mots que nous pouvons trouver dans ce sujet est vraiment magnifique ; je n'en connaissez pas la moitié et c'est avec un grand plaisir que je vous ai lu.

Vos connaissances m'impressionne mais dés que vous êtes un brin en colère ou que vous avez décrété que vous n'aimez pas untel alors vous devenez imbuvable. C'est triste.

HW n'est pas la personne la plus intéressante sur ce forum, mais la façon dont il/elle parle n'est pas vulgaire, donc je le/la respecte.

Je me remet en question régulièrement et espère que nos différents en resteront là.

Bien amicalement,

gilles

42

Re : troc de mots

Erno a écrit:

HW n'est pas la personne la plus intéressante sur ce forum, mais la façon dont il/elle parle n'est pas vulgaire, donc je le/la respecte.

gilles

Pas vulgaire ? Vous avez mal lu : connard et merde ne sont-ils pas vulgaires à vos yeux ?

Aymon

43 Dernière modification par Erno (02-06-2005 14:30:57)

Re : troc de mots

OK, 1 point pour vous Aymon.
Mais celà ne rend pas HW plus agressif pour autant.

44

Re : troc de mots

j'aime bien le mot argotique MORLINGUE

45

Re : troc de mots

Erno a écrit:

OK, 1 point pour vous Aymon.
Mais celà ne rend pas HW plus agressif pour autant.

Je crois que le mot agressivité ne convient pas pour décrire son comportement, je suis entièrement d'accord. Je dirais plutôt impertinence et effronterie. Chacun en pense ce qu'il veut, pour ma part je préfère ignorer.

Aymon

46

Re : troc de mots

Merci pour Morlingue, j'ai glanébrahmapoutre, barracuda, arqeubuse, loustic, charivari, entourloupe.

Re : troc de mots

Mignardise: grâce, délicatesse.Souvenance: souvenir. Transport: manifestation d'une passion,en particulier de l'amour( savoureux: Ministre des transports ). Noise: dispute,querelle.
Gédéon.
ps: envoyez-nous vos messages par des pigeons voyageurs,si gb vous autorise bien sûr!

La notion de chocolat contredit-elle le principe du libre-arbitre ?

48

Re : troc de mots

Connaissez-vous, les uns et les autres, la chanson de Bécaud Croquemitoufle ?
J'en ai quelques réminiscences : Je me rencroquemitoufle au fond des pantoufles quand tu n'es pas là. Que la vie me semble fouine, blette et filandrine quand tu n'es pas là.
Boum ça tambouriclaironne, ça tonitrutonne en millions d'éclats. Tous les raconte-bouillasse des grogne-filasse ne m'atteignent pas.
Mais soudain je m'esclamouche, mon cœur qui fait mouche trinque avec le tien...

Aymon

49

Re : troc de mots

aymon a écrit:

Connaissez-vous, les uns et les autres, la chanson de Bécaud Croquemitoufle ?
J'en ai quelques réminiscences : Je me rencroquemitoufle au fond des pantoufles quand tu n'es pas là. Que la vie me semble fouine, blette et filandrine quand tu n'es pas là.
Boum ça tambouriclaironne, ça tonitrutonne en millions d'éclats. Tous les raconte-bouillasse des grogne-filasse ne m'atteignent pas.
Mais soudain je m'esclamouche, mon cœur qui fait mouche trinque avec le tien...

Comment résister au plaisir de vous plaisir cher Aymon ?

Croquemitoufle
   
Paroles: Louis Amade, Pierre Delanoé. Musique: Gilbert Bécaud   1958
© 1958 Editions EMA
autres interprètes: Dalida (1964)

--------------------------------------------------------------------------------

Je me rencroquemitoufle
Au fond des pantoufles
Quand tu n'es pas là
Et je m'éfiléfiloche
Comme un fond de poche
Quand tu n'es pas là
Je périclite, décline
En carabobine
Qui n'en finit pas
Et la vie me semble fouine
Blette et filandrine
Quand tu n'es pas là

Oh la la
Que le temps s'étire
Oh la la
Tirelirela

Et je me serpentiluche
Je m'escaramuche
Dans le fond des bois
Tous les raconte-bouillasses
Des grogne-filasses
Ne m'atteignent pas
C'est la pauvre galochade
La maripanade
Des jours sans galas
Tous les corbeaux croambulent
C'est la plénibule
Des oiseaux de croix

Oh la la
Que le temps s'étire
Oh la la
Tirelirela

Mais soudain je m'exclamouche
Ton cœur qui fait mouche
Trinque avec le mien
Je me raminagroviche
Comme chattebiche
Ronronne matin
Boum ça tambouriclaironne
Ça tonitrutonne
En million d'éclats
Toi tu m'enrubambichonnes
Tu m'empolissonnes
Au lit de ma joie

Oh la la
Mon Dieu que je t'aime
Oh la la
Tirelirela
Oh la la
Mon Dieu que je t'aime
Oh la la

Messages [ 26 à 49 sur 49 ]



Généré en 0,328 secondes, 34 requêtes exécutées