Sujet : serieux doute.....

bonjour,
j'ai un doute à savoir si on écrit : vous serait il possible de ....où vous serez t-il possible de m'accorder etc....
je regarde sur internet pour m'enlever ce doute et je vois que les deux s'écrivent c'est la raison pour laquelle je viens vous demander de l'aide.
en vous remerciant vivement
juliette

Re : serieux doute.....

vous serait-il possible de... bien sûr

3

Re : serieux doute.....

Oui (serait-il). C'est un conditionnel présent, qui donne à la question une nuance de politesse (sous-entendu : à condition que ça ne vous dérange pas trop).
Si on le veut au futur, ça donne : "vous sera-t-il possible ?" qui est plus direct, plus insistant.
Je pensais vous conseiller de comparer le nombre d'occurrences sur Internet, mais en faisant la vérification par curiosité, grosse surprise : la version fautive est légèrement plus fréquente que la bonne !

Re : serieux doute.....

Un doute ?
Aucun doute si l'on a bien vu que vous n'est pas le sujet de serait, mais le  complément de l'adjectif possible :
il est possible à vous,
vous est-il possible,
vous était-il possible,
vous sera-t-il possible,
vous serait-il possible ?

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : serieux doute.....

Krokodilo a écrit:

Je pensais vous conseiller de comparer le nombre d'occurrences sur Internet, mais en faisant la vérification par curiosité, grosse surprise : la version fautive est légèrement plus fréquente que la bonne !

Quand comprendra-t-on que le petit jeu de la comparaison des nombres d'occurrences sur Internet est une perte de temps ? Je vois tous les jours sur la Toile des Je c'est ksè pas bien, Ils non pas venus, Il veux pas menger, Jen nait presse keupas vuz. Et tout cela entre dans les statistiques…

Re : serieux doute.....

J'opine et je plussoie.
Je ne doute pas de l'intérêt de ces relevés pour les linguistes qui étudient l'évolution du français, mais cela ne prouve rien quant à la grammaticalité des formes.

Qu'il y ait sur le net plus d'utilisateurs à user, pour la troisième personne du singulier,  de la désinence -ez ne fait pas de la désinence -ez une forme canonique de la troisième personne du singulier.
Curieux, d'ailleurs : -ez ne se trouve qu'à la seconde personne du pluriel, sans aucune homonymie. Une telle spécialisation devrait le mettre à l'abri des erreurs d'utilisation.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

7

Re : serieux doute.....

P'tit prof a dit:

Curieux, d'ailleurs : -ez ne se trouve qu'à la seconde personne du pluriel, sans aucune homonymie. Une telle spécialisation devrait le mettre à l'abri des erreurs d'utilisation.

C'est qu' il y a homophonie dans une partie de la France. Au sud de la Loire, à quelque chose près, on n'entend aucune différence entre il serait et vous serez. Seul le son [e ] est prononcé, c'est une voyelle fermée que le verbe soit à l'imparfait, au futur ou au conditionnel. Pas de différence de prononciation de la voyelle finale entre je serai, je serais , j'étais, vous serez, il serait,  il a été

Ce qui ne justifie pas les erreurs d'orthographe ni le manque de repères temporels mais peut en partie expliquer.  Il y a bien pire encore car la confusion entre être et avoir est/ai/ait n'est pas rare non plus.

" Wer fremde Sprachen nicht kennt, weiß auch nichts von seiner eigenen."   J.W.v.Goethe

Re : serieux doute.....

je vous remercie vivement à tous pour m'avoir répondu !.....