Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

ABC de la langue française : forums » Pratiques linguistiques » De la fortune d'un mot : abacus

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 13 ]

Sujet : De la fortune d'un mot : abacus

Tiré de la page 50 du fil sur les doublets :

éponymie message 1229, page 50 a écrit:
vh a écrit:

abaque / abacus (étymon lat. abacus)
https://books.google.com/books?id=fAgIA … mp;f=false (en angl.)

D'Italie je ne peux pas lire le lien, heureusement on trouve partout cette canne en forme de sceptre en usage dans la franc-maçonnerie. Mais cet abacus-là date de quand ? Pourquoi est-il entré dans l'usage des francs-maçons et quel rapport avec l'abacus latin dont il a la forme mais - apparemment - ne correspond à aucune des acceptions (cf. http://www.dicolatin.com/FR/LAK/0/ABACUS/index.htm).

Effectivement, on peut imaginer un lien entre l'abaque au sommet de la colonne et le sceptre, à plus  forte raison avec l'acception ultérieure qu'il a prise d'après le TLF :

Dès le Ve et le VIe siècles, ... l'aigle ou la colombe viennent remplacer la volute corinthienne pour soutenir l'abaque.

Je doute fort que ce soit avec les Templiers qu'il ait débarqué dans la langue, le problème étant qu'ils ont suscité une littérature telle qu'il est très difficile de faire le tri. Donc, vh,  si vous avez des infos plus précises, elles seront bienvenues.


Pas moyen de trouver un abacus associé aux Templiers avant 1820 et la traduction en français de l'Ivanhoé de Walter Scott (1819) :

In his hand he bore that singular "abacus", or staff of office, with which Templars are usually represented, having at the upper end a round plate, on which was engraved the cross of the Order, inscribed within a circle or orle, as heralds term it. (Projet Gutenberg)

La première traduction en français reprenait déjà cet abacus et ce n'est  pas celle d'Alexandre Dumas (ou de sa maitresse) qui date de 1862. Mais le roman a eu un impact énorme dès 1820 chez nos Romantiques. Voici cette première traduction :

http://img15.hostingpics.net/pics/300884Ivanhoeabacus.jpg

Et effectivement, les anglais avaient par rapport à notre abaque une acception supplémentaire pour abacus, “moulage concave” (voir ce dico de 1741), ce qui devrait justifier le nom dont Scott a affublé le “sceptre” et repris tel quel par le traducteur (Alexandre Dumas).

L'amusant dans l'histoire est la  singulière fortune qu'a connu ce surnom scottien dans la vaste littérature sur les Templiers. Je ne sais pas si le Grand-Maître a vraiment eu un bâton de commandement, il est certain  qu'il aurait été bien en peine de répondre si on lui avait demandé où il avait mis son abacus.

2 Dernière modification par vh (25-09-2015 04:11:56)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

http://www.historyfish.net/images/monastics/knight_templar_100.jpg

3 Dernière modification par éponymie (25-09-2015 13:47:20)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

De quand date cette gravure ? Du XXe apparemment. Documentez-moi cet abacus templier avant 1819.

P.S.: je rappelle également que le question est avant tout que si cet objet a vraiment existé - j'en doute encore mais on devrait pouvoir le démontrer facilement - il ne s'appelait pas abacus.

Re : De la fortune d'un mot : abacus

je re-précise, à la lumière de la recherche sur GL, des guillemets dans le texte d'origine de 1819, un tel texte n'a rien de crédible :

L'abacus du maître

Le maître du Temple possédait un emblème particulier, à la fois bâton de commandement spirituel et temporel, proche de la crosse pastorale de l'évêque, l'abacus. Son étymologie est incertaine. Certains auteurs lui donnent comme origine le terme grec abax, tablette, désignant un objet assurant le lien entre deux éléments d'un même ensemble; d'autres le disent issu du verbe latin abactio, action de chasser, d'éloigner. Dans ce dernier cas, l'abacus serait un objet à valeur nettement magique et propitiatoire.

et discrétite également l'image associée.

Si je devais écrire un texte sérieux, je n'utiliserais pas un terme forgé par un écrivain romantique.

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Ce lien
http://knightstemplarvault.com/walter-s … emplarism/
suppose qu'il s'agit d'une confusion de Walter Scott. Le mot désignant en latin le bâton est baculus et Scott aura mis abacus, peut-être par l'intermédiaire d'un diminutif abaculus confondu avec "a baculus", un bâton.
L'objet s'appelle aussi pedum magistrale.

6 Dernière modification par éponymie (25-09-2015 14:13:57)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Heureux de lire ce texte qui remet les points sur les i et les idées en place mais pour ma part je crois que Walter Scott a procédé par analogie (d'où les guillemets) en pensant à l'acception de "abacus" qui est totalement étrangère au français. Pour moi - au contraire des rédacteurs de cet article - c'est ce qu'il est important de déterminer.

On peut essayer de démontrer l'existence du bâton par le baculus ou pedum magistrale. Pour l'instant je ne le trouve que dans des textes issus de la franc-maçonnerie. Donc suspects.

7 Dernière modification par éponymie (25-09-2015 19:18:15)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

vh a écrit:

http://www.historyfish.net/images/monastics/knight_templar_100.jpg

Alors cette image est la copie d'un original de 1655, tiré du Monasticon Anglicanum (édité en 3 volumes entre 1655 et 1673), voici le probable original (édition de 1655 en vente sur E-bay) :

http://i1303.photobucket.com/albums/ag156/bartlby37/wc11/15452f.jpg

L'illustration était probablement connue, en voici une copie, toujours du XVIIe (édition de 1693 ?)

http://www.rodcollins.com/images/knight-templar.jpg

et on la trouve un peu partout (pour peu qu'on la cherche)

Il ne me semble pas impossible que Scott l'ait connue et ait tenté de nommer le machin en fonction de sa décoration (qui ressemble effectivement à un de ces médaillons que l'on peut trouver sur certaines abaques médiévales) et pour les besoins de sa cause (sa reconstitution historique) en ait fait l'attribut du Grand Maitre.

Bien plus probable que baculus / abaculus /abacus (on ne cesse de voir avec les doublets que ce n'est pas ainsi que ça marche).

Mais la recherche continue, vous pensez bien, c'est trop rigolo smile

P.S.: dois-je préciser que pour l'instant notre abacus est issue de la fantaisie d'un illustrateur du XVIIe et d'un auteur d'il y a deux siècles (sans parler de la paresse d'un traducteur français du début du XIXe) ?

8 Dernière modification par glop (25-09-2015 20:48:58)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Ci dessous un document intéressant me semble-t-il.

http://www.templiers.net/symbolique/ind … -et-abacus

Et aussi:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commanderie_d%27Omerville

Ce privilège de pouvoir porter l'abascus fut obtenu par Bertrand de Blanchefort13, dit aussi Bertrand de Blanquefort, maître de l'ordre du Temple d'octobre 1156 au 2 janvier 116914. Il est originaire de Guyenne et le pape Clément V, qui bien plus tard interdira l'ordre du Temple, est apparenté à sa famille. Il introduisit, dans la Règle, la réforme des « retraits » et obtint du pape Alexandre III, pour les maîtres de l'ordre, le droit de porter dorénavant le titre de « maître par la grâce de Dieu » et de détenir un bâton de commandement, l'abacus

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

9 Dernière modification par yd (25-09-2015 21:58:35)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Je conteste le bâton de commandement, ne l'ayant pas vu dans les sociétés ancestrales - sans prétendre bien évidemment les connaître suffisamment. Il devrait être d'après moi soit une dérivation tardive du bâton de berger, ce qui m'étonnerait un peu pour des Templiers, soit un autre mot pour le sceptre. Or le sceptre ne peut pas se confondre, contrairement au bâton de berger, avec l'abacus sur la gravure au message 7 d’Éponymie.

Le sceptre est d'après moi très particulier, issu du serpent, le pouvoir de l'invisible agissant, - l'ureus d’Égypte, qui a traversé près de quatre millénaires - qui se change en innocent et banal bout de bois dès que quiconque commence à le voir.

Sur l'illustration en question, cela me vient maintenant, on pourrait plutôt penser à cette espèce de pilum, souvent représenté dans Asterix, avec le SPQR tout en haut, en tête des légions. Je fais assez confiance à Goscinny et Uderzo pour n'avoir pas inventé cette représentation. Voilà qui conviendrait très bien aux Templiers.

Fille légère ne peut bêcher.

10 Dernière modification par éponymie (25-09-2015 21:55:45)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

glop a écrit:

Ci dessous un document intéressant me semble-t-il.

http://www.templiers.net/symbolique/ind … -et-abacus

Et aussi:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commanderie_d%27Omerville

Ce privilège de pouvoir porter l'abascus fut obtenu par Bertrand de Blanchefort13, dit aussi Bertrand de Blanquefort, maître de l'ordre du Temple d'octobre 1156 au 2 janvier 116914. Il est originaire de Guyenne et le pape Clément V, qui bien plus tard interdira l'ordre du Temple, est apparenté à sa famille. Il introduisit, dans la Règle, la réforme des « retraits » et obtint du pape Alexandre III, pour les maîtres de l'ordre, le droit de porter dorénavant le titre de « maître par la grâce de Dieu » et de détenir un bâton de commandement, l'abacus

Votre premier lien, c'est celui que j'ai mis dans le message 4, le second lien cite encore Walter Scott pour définir ce qu'est l'abacus (paragraphe précédent votre citation).

Quant à votre citation, d'après ce que j'en vois, elle tire sa substance d'un livre de 1969 (celui de Serbanesco indiqué dans la bibliographie) qui sembler établir un lien entre les Templiers et les (francs-)maçons : bâton de chef constructeur.

Cherchez un peu dans les sources anciennes, vous ne trouverez rien. Les recherches sur Bertrand de Blanquefort (ou Blanchefort) ne sont pas très fructueuses non plus, avec le mot abacus c'est certain. Et il est plus qu'étrange de ne rien trouver avec bâton.

De l'art d'accommoder et manipuler l'histoire...

Au passage, un exemple de quand notre chevalier de 1655 devient Grand Maitre (il faut cliquer sur le lien pour voir la légende du dessin) :

http://www.medievale.it/public/documents/articles/sviluppo-e-vita-dell-ordine-del-tempio/maestro-del-tempio-con-abacus.jpg

Ils ne pourraient pas changer d'image de temps en temps ?

Pour moi cette histoire d'abacus templier est une vaste fumisterie, démontrez-moi que j'ai tort. Mais ça nous a malgré tout généré une paire de doublets.

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Yd :

Sur l'illustration en question, cela me vient maintenant, on pourrait plutôt penser à cette espèce de pilum, souvent représenté dans Asterix, avec le SPQR tout en haut, en tête des légions.

Il ne s'agit pas d'un pilum, arme de jet,mais d'une enseigne, signum en latin.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

12 Dernière modification par glop (26-09-2015 10:54:17)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Ci-dessous, il est question d'un autre ordre militaire et d'un bâton de grand maître.
Page 431.
https://books.google.fr/books?id=EdJOAA … mp;f=false

Voir l'illustration précédant la page 429.

Le mot abacus au sens de sceptre ou d'enseigne apparaît bien rarement en effet.
https://books.google.fr/books?id=F2cMAA … mp;f=false
Page 71

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

13 Dernière modification par éponymie (26-09-2015 11:27:10)

Re : De la fortune d'un mot : abacus

Votre deuxième lien pointe sur un ouvrage de 1863. Quant au premier, il parle d'un ordre institué en 1392 - presque 3 siècles après l'ordre du Temple - et les images de cet ouvrage de 1719 semblent aussi fantaisistes que celles du Monasticon. Mais effectivement nous avons ici un Grand Maitre qui ne doit jamais lacher son bâton.

Messages [ 13 ]

Pages 1

Répondre

ABC de la langue française : forums » Pratiques linguistiques » De la fortune d'un mot : abacus



Généré en 0,290 secondes, 38 requêtes exécutées