Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 1 ]

1 Dernière modification par éponymie (30-08-2015 11:56:32)

Sujet : les Acadiens et les Cajuns

Pas de fil spècifique sur ABC. Je l'ouvre, la faute à vh (fil sur les doublets). Je me suis un peu documenté.

vh a écrit:

acadien / cajun (étymon acadien)

On ne sait pas si Acadie vient de Arcadie (1524) ou d'une langue indienne toujours est-il qu'en 1609 (et probablement dès 1603-1604), c'était la Cadie et à partir de 1613 apparait Acadie (la Cadie, l'Acadie ???).

J'imaginais qu'acadien venait d'Acadie et cadien/cajun de Cadie, je croyais ça plus simple que d'imaginer une aphérèse. Mais à partir du XVIIIe Acadie semble généralisé et acadien apparait plus tard encore (après quelques mentions isolées au début du XVIIIe , il est bien documenté à partir de 1770).

Donc, il a fallu chercher un peu. La notice étymologique de wikipédia est intéressante, :

« Cajun » est l'orthographe utilisée dans le monde anglophone et reprise à tort par la plupart des francophones hors de Louisiane car c'est en fait une déformation péjorative d'« acadien ». Les Louisianais préfèrent d'ailleurs l’orthographe « cadien(ne) », quoique la prononciation locale s’apparente parfois à ce qu’on épellerait « cadjin(e) ». Le mot est dérivé étymologiquement d’« acadien » et s’opposait historiquement à « créole », qui désignait alors les francophones natifs de Louisiane d’origine non acadienne. La prononciation ancienne était « Cayen », venant d'« Acayen » pour dire Acadien ; celle-ci est analogue au cas de « canayen » pour dire Canadien, qui s'entend encore au Canada, tout comme d'autres mutations du son [dj] en [j] (ex : yâble pour dire diable).

complétée par Cyberacadie

Le mot Cadien (Cajun) est un terme appliqué à environ un million de personnes qui demeurent dans les bayous, marais, plataines, prairies et le Golfe du Mexique qui sont descendant des Acadiens.

«Cajun» est une corruption linguistique du terme «Acadien». Les premiers Acadiens en Louisiane étaient appelés Cadiens par les Créoles. De Cadien, le nom est devenu de plus en plus prononcé avec un «d» et un «j» anglais. Alors, le mot est devenu d'cadien à cadjain à«cajun».C'est pourquoi les descendants des Acadiens d'aujourd'hui sont appelés des Cajuns ou mieux, les Cajuns.

En anglo-américain on note en 1865 un cagian. Cf. cet ouvrage en anglais de 1865 (page 212).

Et documente encore un peu plus, un article d'une revue de 1901, réédité par d'autres en 1907 et 1908 et encore en 1922, première trace de cajun sur GL :

Along the banks, almost hidden in a swaying veil of gray moss which festoons the cypress and oaks that stand watching, are the homes of the Aca- dians or, as they are called locally, "Cajuns." No particular type of architecture prevails. But most of the builders have preserved the primitive simplicity of Nova Scotia a century ago. Some of the cottages are pretty as pictures, but the average “Cajun” house consists of a one-room “main part,” with another room piled on top of this, which is reached by winding stairs that ascend on the outside. In many places the houses have been patched on until the effect is not unlike that of a squat little train, marked like Napoleon Jackson, “for eternal rest. [ ... ]

Many of the men who have made chapters in Louisiana's history proudly trace their ancestry back to the exiled farmers of Grand Pré, and there are many descendants of these simple folk who preserve to a remarkable degree the primitive customs of the seventeenth century. They live as their forefathers lived. They can neither read nor write. They can not speak English. Their religion, which is Catholic, is the one tie that binds them to the folk of the bigger world.


The term Acadian, or "Cajun," is used to identify the descendants of the Nova Scotia wanderers, the theme of Longfellow's poem. Those who know these people best will be the first to tell you that “there are 'Cajuns' and Cajuns.

Et un journal parisien découvre le mot en 1934 :

Nous sommes des « Cajuns ». « Cajuns » doit vouloir dire Acadiens.

Deux ans plus tôt, le 14 juillet 1932, dans Le Temps, monsieur André Malvil protestait contre l'oubli des Cajuns parmi les francophones du monde :

Un million de Louisianais parlent encore notre langue. Et même hors de la Louisiane, en Texas, et jusque dans.le nord du Mexique, à chaque étape de notre voyage, nous avons retrouve de ces « Cajuns », comme on les appelle là-bas par déformation du mot Acadien, descendants de colons français chassés du Canada, qui parlent encore aujourd'hui notre langue .

Messages [ 1 ]

Pages 1

Répondre



Généré en 0,265 secondes, 39 requêtes exécutées