Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Répondre

Répondre

Rédigez et envoyez votre nouvelle réponse

Vous pouvez utiliser : BBCode Images Binettes

Tous le champs doivent être remplis avant d’envoyer ce formulaire, ou alors vous avez utilisé la fonction copier/coller qui n'est pas supportée par l'éditer de texte.

Information obligatoire pour les invités


Information obligatoire

Revue du sujet (plus récents en tête)

1 927

Merci à Lévine et à Abel pour le lien "abréviations" que je cherchais sans y croire.

1 926

Oui, cela me semble valable.

1 925

On s'y perd.

Il y a peut-être plus simple avec aste/haste

1 924

glop a écrit:

Il s’agit de Ente3 ou ante2
https://www.cnrtl.fr/etymologie/ante

Pour hampe1, Je me suis référé à ce qui est écrit
… [doublet lorr. du fr. ente* de même sens (encore (h)ampe et (h)amper « greffer » en lorr., où le mot tient le h- de hampe…]…
https://www.cnrtl.fr/etymologie/hampe

Mais que signifie "doublet lorr"

Doublet lorrain ?

Le paragraphe complet doit être cité (c'est moi qui graisse) :

"La substitution de hampe à hante est prob. due à un croisement, d'apr. leur sens voisin (cf. Thomas (A.) Nouv. Essais, p. 278), de hante avec l'anc. subst. empe « scion qu'on greffe », doublet lorr. du fr. ente* de même sens (encore (h)ampe et (h)amper « greffer » en lorr., où le mot tient le h- de hampe; cf. FEW t. 4, p. 611a-b, 613b, note 1)."

C'est empe et non hampe qui est un doublet de ente.

1 923

Oui, lorrain.
La liste des abréviations peut se consulter :
http://atilf.atilf.fr/

1 922

Il s’agit de Ente3 ou ante2
https://www.cnrtl.fr/etymologie/ante

Pour hampe1, Je me suis référé à ce qui est écrit
… [doublet lorr. du fr. ente* de même sens (encore (h)ampe et (h)amper « greffer » en lorr., où le mot tient le h- de hampe…]…
https://www.cnrtl.fr/etymologie/hampe

Mais que signifie "doublet lorr"

Doublet lorrain ?

1 921

Le croisement n'intervient que pour expliquer le -p- de hampe ; il n'en reste pas moins que les étymons sont différents ; de plus, ente est un déverbal, il faut donc remonter à un étymon verbal : on a d'un côté un déverbal dialectal empe = ente, de enter < *imputare, de l'autre la base *hant. On ne peut donc pas parler de doublets.
On verra ce qu'en pense le chef.

1 920

Il semblerait que Hampe1 soit un doublet de ente3.

https://www.cnrtl.fr/etymologie/hampe
https://www.cnrtl.fr/etymologie/ente

1 919

éponymie a écrit:

Que dites-vous de vaillant/valant ? J'ai posé je ne sais combien de fois la question sur divers participes présent, jamais eu de réponse jusqu'à présent.

C'est un peu le même problème qu'avec sache/savant.

La forme strictement phonétique (sauf pour la terminaison) du Ppr est savant ; dans ce verbe, on n'a de palatalisation au départ que si un yod s'est introduit. C'est le cas :
- à la 1PS de l'IP : valeo > valyo > vail (antéposition classique du yod qui provoque la "mouillure" du l)
- au SP : valeam > valyam > vaille.

A partir de cet état idéal, deux tendances dès l'origine :
- généralisation des formes dépalatalisées : vaus à la 1PS de l'IP ; val(l)e, etc... au SP,
- généralisation des formes palatalisées : vaillons à la 1PP de l'IP et vaillant au Ppr.

Je n'ai donné que quelques exemples. D'autre part, dans la pratique, il y a souvent des mélanges de formes au sein d'un même texte.

A vous de voir si un petit yod ôte ou non le statut de doublets à vaillant/valant. Comme adjectif, on trouve presque toujours la forme vaillant (cf sou vaillant en FM, forme acceptée même par Vaugelas)

1 918

éponymie a écrit:

[ ... ]  je ne vois pas de raisons d'exclure les évolutions "cognitives" [ ... ] , souvent par analogie, qui ne sont pas plus artificielles que les évolutions phonétiques.

Le plus amusant dans l'histoire est que les doublets les plus artificiels sont les doublets dits "savants" (les seuls retenus par les plus puristes), résultant d'un emprunt direct à la langue morte de l'étymon. Pour le français, cela nous limite au latin ou au grec.

Sachant que ces langues d'emprunt sont des langues classiques au maximum soeur ou cousines des langues parlées contemporaines qui ont fini par produire nos mots à nous, ces doublets-là sont les plus antipathiques et les moins intéressants. Ce n'est que mon point de vue, bien entendu, cependant je m'estime parfaitement en droit de le formuler ayant fait tout le nécessaire pour me faire une religion personnelle sur le sujet.