Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 22 sur 22)

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 1 051 à 1 080 sur 1 080 ]

Re : Quelques mots d'humour...

Partant du principe qu'il est beaucoup plus facile de détruire que de construire, il est logique que les casse-pieds soient beaucoup plus nombreux que les chirurgiens orthopédistes.
Il ne faut jamais mépriser les minorités. Prenez les lettres par exemple. Dans cette population les voyelles sont minoritaires, mais sans elles, les consonnes auraient l’air cloche.
Les gens qui débarquent chez vous comme une fleur ont tendance à rester plantés là.
Si même l'inamovible est temporaire, il n'est pas surprenant qu'une permanente ne soit pas éternelle.
A force de ne pas être dans son assiette, on finit par être à ramasser à la petite cuillère.
Quand on vit d'amour et d'eau fraiche, mieux éviter de rompre au milieu du désert, surtout avec une gourde.

La loi du Talion

La loi du Talion a de beaux jours devant elle. Œil pour œil, dent pour dent, encore et toujours. Il ne faut pas s’étonner que le monde soit en permanence sur les dents, aveuglé par la violence, pour qu’en fin de match il ne reste même plus les yeux pour pleurer ni les dents pour s’en mordre les doigts. Sans compter, si j’ose dire, que se balancer des missiles à la figure coûte les yeux de la tête. Les dirigeants de ce monde n'ont pas conscience du nombre de paires de lunettes et de prothèses dentaires qu’ils pourraient financer sans le coût exorbitant de la pyrotechnie non festive. A leur décharge, reconnaissons que le commerce des pétoires reste notablement plus lucratif que celui des dentiers. Et malheureusement, tout porte à croire que cette loi mortifère ne soit pas près d’être abrogée. Il suffit d’observer ce qui se passe dans la vie courante. Pas plus tard que jeudi dernier, le voisin du 5ème étage, 2ème porte à droite en sortant de l’ascenseur, a fêté son embauche chez Saupiquet en dansant sur de la musique de boîte jusqu’à 3h du matin. Dès le lendemain à 8h tapante, le voisin du dessous a voulu reprendre le dessus en passant en boucle le répertoire de Patrick Bruel jusqu’à midi. A ce niveau de représailles, on frise le crime contre l’humanité avec à l’arrivée que des perdants dans l’immeuble.
La preuve en est que la violence est partout et qu’elle commence vraiment à nous sortir par les yeux.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Même en y allant piano, je note que s'accorder n'est visiblement pas à la portée de tout le monde.
Les personnes les plus avides n'atteignent jamais la plénitude.
Les individus qui mentent comme ils respirent ne respirent pas la franchise.
Pour vendre son âme au diable il n'est pas nécessaire de lui proposer une remise d'enfer.
C'est bien beau de vouloir défendre la veuve et l'orphelin mais si on avait commencé par défendre le père, on n'en serait pas là.
Paradoxalement, ce sont souvent les personnes les plus givrées qui réchauffent l'ambiance.

Bien ou bien ?

Le bien et le mal. Deux notions antinomiques et universelles qui agitent l’Humanité depuis que nos lointains ancêtres, les Australopithèques, ont très tôt découvert que manger des baies leur faisait du bien. « Cé pa mauvais c’truc-là, cé koi ? » en langage grognant d’époque. Et que se cogner le petit orteil contre un tibia de mammouth en se relevant la nuit dans l’obscurité d’une grotte pour aller pisser était beaucoup moins agréable. « Ki cé l’bléro ka pa rangé sé zaffers, oulala cé bocou moin bon k’lé ptites boules noires ! », en langage ancien également mais vous aviez reconnu. La prise de conscience de la complexité de ces notions est apparue à la même époque, lorsque des membres d’une tribu notèrent que l’abus de consommation de baies pouvait leur faire plus de mal que de bien. Cet effet laxatif constaté serait à l’origine de l’entrée bien plus tard de ces concepts du bien et du mal dans la conversation courante.
Très vite, la notion de moralité est venue se greffer sur les deux autres, en associant la récompense au bien et la punition au mal. Notons au passage que les religieux de tout poil ne se sont pas fait prier pour exploiter le filon. Mais faire le bien n’est pas si simple. Encore faut-il bien le faire. Mal faire le bien oblige à faire mieux. Et quand on sait que le mieux est l’ennemi du bien, on n’est pas sorti de l’auberge.
Pour couronner le tout, certains ont compliqué le problème en usant d’affirmations péremptoires telles que, ça fait mal mais c’est pour ton bien, c’est bien fait pour toi si tu as mal, ou pire, c’est un mal pour un bien.
Le bien, le mal, en fin de compte, c’est très subjectif. Malgré cela, objectivement, si l’on arrêtait de se faire du mal, ce serait bien.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 053

Re : Quelques mots d'humour...

Cet effet laxatif constaté serait à l’origine de l’entrée bien plus tard de ces concepts du bien et du mal dans la conversation courante !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Si les personnes qui en savent beaucoup et parlent peu parlaient plus que celles qui parlent beaucoup en en sachant peu, ça se saurait.
Chercher un ossuaire à Palaiseau c'est comme chercher la mer à Embrun.
Faire barrage à la colère nécessite une certaine retenue.
Les adeptes des jugements à l'emporte-pièce ne peuvent pas s’empêcher de la ramener.
Les vins classés sont souvent mieux défendus que les eaux primées.
Paradoxalement, c’est toujours lorsque les temps morts s’éternisent que l’on a envie de tuer le temps.

Vendredi noir

Après Halloween, le Black Friday est le deuxième événement majeur importé des USA ces dernières années. Avec des points communs entre eux. Le premier met en scène des monstres dans le but de récupérer des bonbons, le second est supposé présenter des soldes monstres qui, au bout du compte, finissent par vous coûter bonbon. J’ouvre une parenthèse pour rappeler que cette histoire de Black Friday bien que très récente chez nous ne date pas d’hier, Robinson Crusoé ayant déjà bénéficié d’un Vendredi noir il y a plus de trois siècles. Je ferme la parenthèse et le livre de Daniel Defoe. Pour s’assurer que le chaland ait bien pris conscience de l’aubaine et se rue dans un élan mystique incontrôlable sur ses remises divines, le Black Friday s’étale désormais sur quatre jours. Dans l’espoir pour les commerçants que la semaine des quatre vendredis soit plus prolifique que la semaine des quatre jeudis. Il est à craindre que jouer les prolongations ne soit pas forcément couronné de succès, les comptes de bon nombre des acheteurs potentiels se trouvant dans le rouge, mis à mal par une inflation aussi galopante qu’un pur-sang à Auteuil. Et comme chacun le sait depuis Stendhal qui ne faisait jamais ses courses le vendredi pour éviter la foule, le rouge et le noir ne font pas toujours bon ménage.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 055

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Pour s’assurer que le chaland ait bien pris conscience de l’aubaine et se rue dans un élan mystique incontrôlable sur ses remises divines […)

Les Québécois parlent du « vendredi fou ».

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Voir le mal partout signifie surtout que l'on voit mal.
Un occis mort est un pléonasme alors qu'un mort-vivant est un oxymore, étonnant non ?
Avec les réseaux sociaux, nous sommes passés du quand-dira-t-on au con-dira-tant.
Il est difficile d'éviter le parti pris quand on est partie prenante.
Un raid anti-crimes est souvent plus efficace qu'une crème anti-rides pour sauver sa peau.
Quand on commence à marquer le pas, mieux vaut lever le pied.

Du neuf avec du vieux

La tendance est au recyclage. On jette moins, on répare, on rénove, on réhabilite, on redonne vie. Un nouveau miracle de la résurrection !
Les gens sautent de plus en plus sur l’occasion et le marché de la seconde main est à deux doigts de prendre la main sur la première. A ce rythme, les vendeurs de neuf ne devraient pas tarder à demander réparation.
L’art et la plomberie n’échappent pas à la règle. On ne compte plus les reprises de tubes des années 60 à 80, une façon de faire du neuf avec du vieux pour que les clients continuent d’envoyer la soudure. Même la durée de vie des chanteurs, acteurs et comédiens est prolongée au maximum, dans l’espoir souvent déçu de faire du neuf avec des vieux. Beaucoup ont déjà flairé le bon filon et compris qu’il fallait restaurer pour se retaper et faire du gras. La maxime de Lavoisier « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » n’a jamais été autant d’actualité. On ne compte plus les sacs poubelles reconditionnés en carrosseries de voitures électriques, remettant au goût du jour l’expression « elle est garée où ta poubelle ? », ou la remise en état de vieux jeans élimés pour en faire des jeans déchirés flambant neufs.
Il ne reste plus qu’à consolider cette orientation avant de passer à son stade ultime, mettre au rebut l’obsolescence programmée. Mais j’ai bien peur que la mise à jour du logiciel commercial ne soit pas encore au programme.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 057

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent !
« Un occis mort est un pléonasme alors qu'un mort-vivant est un oxymore, étonnant non ? »
« Un raid anti-crimes est souvent plus efficace qu'une crème anti-rides pour sauver sa peau. »
« On ne compte plus les sacs poubelles reconditionnés en carrosseries de voitures électriques, remettant au goût du jour l’expression "elle est garée où ta poubelle ?" »
Magnifiques !
« Du qu'en-dira-t-on » me paraît préférable à « du quand-dira-t-on ».

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Chover a écrit:

Excellent !
« Un occis mort est un pléonasme alors qu'un mort-vivant est un oxymore, étonnant non ? »
« Un raid anti-crimes est souvent plus efficace qu'une crème anti-rides pour sauver sa peau. »
« On ne compte plus les sacs poubelles reconditionnés en carrosseries de voitures électriques, remettant au goût du jour l’expression "elle est garée où ta poubelle ?" »
Magnifiques !
« Du qu'en-dira-t-on » me paraît préférable à « du quand-dira-t-on ».

Bien vu, et ça évitera les cancans !

Re : Quelques mots d'humour...

Le rabat-joie est l'abat-jour de l'éclat de rire.
Quand l'intelligence n'a plus la cote, la bêtise atteint des sommets.
Il est plus facile de vivre sans savoir-vivre que de vivre sans savoir, il faut le savoir.
Les passants s'arrêtent et les arrêts défilent, et on s’étonne que les gens perdent leurs repères.
J'ai pris conscience de l'absurdité de ce monde lorsque j'ai appris qu'il fallait faire chauffer des fruits pour obtenir de la gelée.
L'oisiveté a ses limites. Essayez donc de vous tourner les pouces en restant les bras croisés.

Les saints des saints

Si le commerce peut être équitable, on ne peut pas en dire autant du calendrier grégorien en vigueur aujourd’hui pour tous, que l’on se prénomme Grégoire ou Ignace, personne n’est parfait, sauf les Parfait bien entendu. Certains saints y sont ouvertement favorisés, au point de passer pour des pistonnés auprès des autres. Saint Nicolas, saint Patrick, saint Valentin par exemple font l’objet d’un traitement de faveur en étant fêtés en grande pompe, même si l’on a connu des Nicolas de format réduit et des chaussures Patrick qui taillent petit.
La grande majorité des saints non mis en avant aurait pu se sentir lésée par cette injustice et revendiquer en défilant boulevard Saint-Michel, mais elle a su se dominer (dominus sanctus quand même), respectant en cela le précepte de Saint Robert « Un saint se doit de rester caché ».
Et c’est ainsi (soit-il) que saint Marcellin et saint Félicien n’ont pas fait tout un fromage de ne pas avoir droit aux honneurs de saint Nicolas. On peut même affirmer qu’ils ont été assez coulants sur ce coup-là.
L’état des finances publiques inciterait bien à reporter toutes ces célébrations de saints primés à la Saint-Glinglin, comme l’a récemment proposé l’Association des Procrastinateurs sans Lendemains (APL). Mais la prise d’une telle décision contraire à la tradition et au commerce local conduirait son auteur à ne plus être en odeur de sainteté.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

J'ai longtemps cru que nyctalope était une insulte mais j'ai fini par y voir clair.
Quand on a la sensation d'être mené en bateau, il y a toujours un instant de flottement avant de se jeter à l'eau.
L'intelligence artificielle ne s'arrête plus dans le domaine des langues. L'automate farsi perce en Iran.
La météo n'est pas une science exacte. J'ai connu deux grands secs qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau.
Tout n'a pas toujours été simple pour les peintres du 19ème siècle. Dans leurs premières années, Seurat ne voyait rien venir et Boudin se faisait du mauvais sang.
Quoi de plus anachronique que des rétrogrades qui se mettent en avant ?

A la croisée des mots

Comment devient-on verbicruciste ? C’est la question qui taraude autant les cruciverbistes que les non-pratiquants des chemins de croix hebdomadaires, voire quotidiens pour les forçats des cases de l’oncle Mot. Car il faut bien reconnaître que l’art est difficile. Avoir une case de vide est rédhibitoire et disposer des capacités d’aligner plus de trois mots à la suite insuffisant pour accéder au Graal des croisés. Pour trouver les clés de la grille, le verbicruciste doit impérativement savoir franchir les croisements sans encombres et sans abuser des gros mots qui ne tiennent pas dans les cases, entreprise périlleuse s’il en est dans les villes d’aujourd’hui aux heures de pointe. Il doit faire preuve de persévérance, de continuité dans l’effort, car n’importe quel footballeur que vous croiseriez vous le confirmerait, il n’y a pas de mots pour décrire les maux provoqués par une rupture des croisés. Oser naviguer dans les eaux des grilles de forces 5 et 6, et l’avis de grand vent tourne à la tempête sous les crânes. La grille est comme un filet au-dessus duquel le verbicruciste enchaîne les coups droits le long de la ligne en évitant les revers des croisés. Rien d’étonnant qu’il finisse souvent ses journées avec les yeux qui se croisent.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 061

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:
Chover a écrit:

Excellent !
« Un occis mort est un pléonasme alors qu'un mort-vivant est un oxymore, étonnant non ? »
« Un raid anti-crimes est souvent plus efficace qu'une crème anti-rides pour sauver sa peau. »
« On ne compte plus les sacs poubelles reconditionnés en carrosseries de voitures électriques, remettant au goût du jour l’expression "elle est garée où ta poubelle ?" »
Magnifiques !
« Du qu'en-dira-t-on » me paraît préférable à « du quand-dira-t-on ».

Bien vu, et ça évitera les cancans !

lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

1 062

Re : Quelques mots d'humour...

De votre dernière publication, je retiens plus particulièrement :

Pierre de Jade a écrit:

J'ai longtemps cru que nyctalope était une insulte mais j'ai fini par y voir clair.

L'automate farsi perce en Iran.

Dans leurs premières années, Seurat ne voyait rien venir et Boudin se faisait du mauvais sang.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Inutile d’être un zoologiste émérite pour constater que les langues de vipères ne pratiquent pas la langue de boa.
Pour quelques blagues faisant un tabac, combien sont fumeuses et font long feu ?
Paradoxalement, le vote à main levée ne conduit pas toujours à des victoires haut-la-main.
Commencer sa vie avec les contes de Grimm pour finir par maquiller les comptes conduit tout droit au camouflet.
Aimé aimait les mets des Mées (ce n’est pas de Marcel Aymé).
Les types qui roulent les mécaniques ne sont jamais pénalisés pour défaut d'assurance.

Le Père-Noël dans ses petits souliers

A l’aune des questions sociétales et stratégiques qui enflamment les débats depuis plusieurs années, il semblerait que l’omnipotence du Père-Noël ait du plomb dans la hotte.
Le sexisme : Pourquoi le poste de Père-Noël a-t-il toujours été occupé par un homme alors qu’une femme était Première ministre de la Finlande il y a encore six mois et qu’une amazone ferait tout aussi bien l’affaire pour livrer des colis ?
La pédophilie : on peut s’interroger sur le laxisme régnant jusqu’alors autour d’un individu échangeant des lettres avec des enfants, les prenant sur ses genoux au vu et au su de tout le monde, allant jusqu’à s’introduire chez eux la nuit, et n’ayant même pas l’excuse de leur enseigner le catéchisme.
Le racisme : pourquoi le Père-Noël est-il imperturbablement blanc et d’un type nordique très peu courant au Sénégal et au Pérou alors qu’un Sri-Lankais conduisant un charriot tiré par des éléphants aurait les mêmes compétences, voire de meilleures en qualité d’ex-Ceylan, pour un coût horaire moindre ?
La sécurité du territoire : Un étranger, barbu de surcroit, qui pénètre illégalement de nuit dans les habitations en n’hésitant pas à récidiver depuis des années, devrait être fiché S et soumis à une OQTF.
La maltraitance animale : cet individu martyrise des rennes année après année en les forçant à parcourir des milliers de km en tirant un traineau en surcharge, sans parler uniquement de sa surcharge pondérale.
Les risques de tension Est-Ouest : venir d’un pays intégré à l’OTAN et franchir sans autorisation ni visa la frontière russe n’est pas vraiment un cadeau dans la période actuelle.
Malgré ces pressions de plus en plus vives, il devrait néanmoins conserver ses prérogatives cette année mais pour combien de temps encore ?

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Quand on n'a rien de neuf à dire, c'est toujours une bonne occasion de se taire.
Je n'ai jamais compris comment on pouvait être ivre mort après avoir bu de l'eau-de-vie.
Mesurer ses paroles évite que les mots dépassent la pensée.
A trop tourner autour du pot, on laisse passer sa chance.
Depuis le temps que l'on entend dire que l'avenir nous le dira et qu'il ne nous dit rien qui vaille, on se dit que cette expression n'a pas grand avenir.
Il existe une similitude frappante entre Jésus et un boxeur. Ils multiplient les pains pour finir les bras en croix.

Bonne année ou bonnet d’âne ?

L’expérience précédente n’ayant une fois encore pas franchement été couronnée de succès, sauf peut-être pour Charles III et ma 2ème molaire supérieure, il est légitime de se demander si la formulation de vœux de bonne année pour 2024 ne risque pas d’être d’une efficacité comparable à celle d’une tentative de résorption de la plaie de la corruption à l’aide de pansements Urgo.
Mais en cette année olympique, je ne pouvais pas faire autrement que de me résoudre à me prendre aux Jeux, quitte à me prendre les pieds dans le tatami. Pour 2024, je souhaite donc en chuchotant que :

-  Paris n’ait pas à crier rien ne va plus avant que les Jeux ne soient faits
-  Les forêts et les relations internationales ne s’enflamment pas
-  La paix ne passe pas son temps à se lamenter au pied du mur
-  Les cases 49 et 3 ne soient pas les plus utilisées au jeu de loi
-  L'adversaire de Vladimir Poutine à la Présidentielle russe ne finisse pas dans une urne
-  Les rivières ne sortent pas de leur lit, que les lits ne sortent pas des hôpitaux et que les médias ne fassent pas le lit de l’extrême-droite
-  La blouse des élèves ne fasse pas oublier le blues des profs
-  Les chausseurs se coordonnent pour que les cordonniers soient mieux chaussés
-  La caille carcaille, la buse piaule, la chouette hulule et les cons ne pullulent plus

Et que finalement cette année soit une réussite et non un succédané d’année à succès, une bonne année qui mériterait un bonnet d’âne.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 065

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Je retiens plus particulièrement :

Pierre de Jade a écrit:

Pour 2024, je souhaite donc en chuchotant que :

-  L'adversaire de Vladimir Poutine à la Présidentielle russe ne finisse pas dans une urne

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Il faut toujours se méfier des idées toutes faites, elles sont en général ni faites, ni à faire.
L'amour débute en se dévorant des yeux et se termine parfois en se bouffant le nez.
Que les grands esprits se rencontrent n'a jamais empêché les concentrations de cons.
On ne sert jamais de repas sur une table des matières, le menu serait trop sommaire.
J'ai beau faire appel à ma mémoire, je n'ai aucun souvenir du nombre de personnes à qui j'ai dit on se rappelle.
Combien de colons ont été témoins de guerres intestines ?

Quitte à remanier

Le remaniement est la traduction opérationnelle de cette manie du reniement propre aux chefs d’états. Une manœuvre hasardeuse qui revient à changer le casting d’un film pendant sa diffusion afin de relancer l’intérêt des spectateurs, vite lassés par le cinéma proposé. Mais quitte à remanier, pourquoi ne pas y aller plus franchement ? Voici donc en exclusivité ce nouveau gouvernement avant-gardiste :

•    Ministre des finances et des paniers percés : Tony Parker
•    Ministre de l’intérieur : Jacques Dehors
•    Ministre de l’agriculture, de la culture, de la promotion des courges et de l’élevage des chèvres : Aurore Bergé
•    Ministre des affaires étrangères et de la mode de chez nous : Jean-Paul Gaultier
•    Ministre de la justice et des affaires bien françaises : Patrick Balkany
•    Ministre des hospices et des personnes ayant de la bouteille : Clément Beaune
•    Ministre de l’outre-mer, des loutres de rivières, des vieux loups de mer et des poissons panés  : Jean-Frédéric Poisson
•    Ministre de la mauvaise éducation nationale : Jean-Marie Bigard
•    Ministre de la santé et du travail soigné : Dolly Prane
•    Secrétaire d’Etat aux petits tas, aux gros tas, au taffetas et aux galets d’Etretat : David Guetta
•    Porte-parole, porte-bidon, porte-clés et porte-manteau du gouvernement : Bernard Laporte

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le poids des ans serait plus facile à porter si l'on était plus jeune.
En dépit de la présence de nombreux croyants, le vin de messe n'est pas un grand cru.
Il y a un avant et un après. Je cherche le pendant de cette expression.
On n'a jamais très envie de remettre les pieds chez un individu qui vous a déjà pris la tête.
On peut mourir pour des idées mais je pense que c'est une mauvaise idée quand on a de la suite dans les idées.
Le plus réussi des gommages n'effacera jamais les traits de caractère.

Franco sur le grec

Force est de constater que l’alphabet grec passe trop souvent pour de l’hébreu dans les bars du Quartier latin. Tenter de le vulgariser en le traduisant dans la langue de la rue Molière et du boulevard Diderot me semble donc d’utilité publique. Si pour certains le résultat peut prêter à controverse, j’engage ceux-ci à aller se faire voir chez les Grecs.

Alpha : jet                Nu : anse
Beta : bon dieu            Xi : alpin
Gamma : tous tissus        Omicron : onde
Delta : plane            Pi : gnouf
Epsilon : à la détente        Rho : d’Issoire
Zeta : pelle            Sigma : tiser
Eta : sœur                Tau : ride
Theta : claque            Upsilon : à se lever
Iota : tayaut (verlan grec)    Phi : larmes à Monique
Kappa : cité            Chi : dans la colle
Lambda : individu        Psi : colloque
Mu : gay                Omega : de la marine

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 068

Re : Quelques mots d'humour...

Indéniablement, « On n'a jamais très envie de remettre les pieds chez un individu qui vous a déjà pris la tête » ! Surtout si l'individu est une pointure !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

La presse de caniveau existe pour qu'il y en ait pour tout l’égout.
Les escarres, Paulette s'en balance, elle.
Pour monter soi-même un escalier, mieux vaut connaître la marche à suivre.
Les personnes qui se murent dans le silence savent mieux que personne que les murs ont des oreilles.
Un sot est vite débordé, question de capacités.
Faits divers : un fournisseur de GPS condamné après plusieurs non-lieux.

Du latin bien posé

Ce n’est pas parce que le latin est une langue morte que l’on doit renoncer à ressusciter ses locutions. Combien d’individus n’hésitent pas un instant à épiloguer (du grec epilogos, du latin epilogus et du raselégambais épil’gugus) sur des allocutions relevant de la langue de bois ? Alors sonnons les latines ! Et que des latinistes distingué(e)s ne viennent pas me rétorquer (du latin retorquere, tourner en arrière) que ces interprétations n’ont aucun sens, car chacun sait que tous les chemins mènent à Rome.

Ab ovo usque ad mala : l’Ovomaltine me rend malade
A bene placito : un bon plat servi avec célérité
Barba non facit philosophum : évitez de vous farcir des philosophes barbants
Cui bono ? : c’est cuit à point ?
Dominus vobiscum : difficile de se retenir de vomir
Duos habet et bene pendentes : deux beaux habits dans la penderie
Exceptio plurium concumbentium : arrivage exceptionnel de concombres
Hic terminus hæret : il y a un hic à l’arrêt du terminus
Margaritas ante porcos : les porcs ne mangent pas de marguerites
Plaudite, cives ! : applaudissez, voilà le civet !
Plenus venter non studet libenter : on a peine à vendre un studio non libéré
Reductio ad absurdum : certaines soldes sont absurdes
Summum bonum : le mec plus ultra

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 070

Re : Quelques mots d'humour...

lol lol lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Molière n'est plus de ce monde mais les tartuffes sont toujours là pour perpétuer sa mémoire.
Quelles sont ces cités du royaume des aveugles où les borgnes sont rois ?
Mieux vaut aplanir nos différends qu'hérisser nos semblables.
Rien ne sert d'avoir une vue perçante si l’on n'a pas les yeux en face des trous.
Une certitude éclairée ne fait pas l'ombre d'un doute.
Il suffit parfois de quelques observations déplacées ou d’un mauvais regard pour ne plus pouvoir se voir.

Le barbier de ces villes

Les barbiers poussent plus vite dans nos rues que les citrons sur les collines de Menton qui, soit dit en passant, sont au poil. Les barber shops à l’américaine sont venus tailler à coups de rasoirs dans la clientèle historique des coiffeurs de l’hexagone. Une partie de la clientèle devrais-je dire, les femmes à barbe restant fidèles aux salons traditionnels. Cette concurrence défrise évidemment bon nombre de ces coiffeurs à l’ancienne qui, pour certains d’entre eux, commencent sérieusement à se faire des cheveux. C’est un peu de leur faute aussi, barber les clients depuis des années avec des conversations rasoirs sur le temps qu’il fait et la hausse du prix de l’après-rasage n’a pas dû arranger les choses. Sans compter la mode du chauve qui ne leur a pas souri. Mais n’allez pas croire pour autant qu’ils baissent les bras et que le phénomène leur ait coupé les pattes. La détresse ne les a pas encore vaincus et ils sont loin de se retrouver avec leur activité à l’arrêt. La pratique de la permanente est toujours là pour les rassurer sur la pérennité de leur activité. Et les ciseaux sont encore loin de finir dans les catacombes de l’Histoire.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 072 Dernière modification par Etudiant attardé (01-02-2024 18:39:05)

Re : Quelques mots d'humour...

À propos de barbier... le barbier de ces villes... et le barbier de ce village :
célèbre paradoxe logique mis en lumière au tout début du XXe siècle par le grand philosophe et mathématicien britannique Bertrand Russell, paradoxe qui en son temps avait ébranlé le fondement des mathématiques.
https://youtu.be/LmtBURa7GlE?si=qPGu5BXY6T9TToXj

Le "paradoxe du barbier" s'apparente au bien connu "paradoxe du menteur".

Re : Quelques mots d'humour...

Tout augmente dans ce pays, même les rois y sont passés à l'as.
Combien filent le parfait amour et se défilent au premier accroc ?
Courir ventre à terre en prenant ses jambes à son cou est surtout un excellent moyen de rapidement perdre pied et de finir cul par-dessus tête.
Il est paradoxal de rechercher un lampiste lorsque l'on ne souhaite pas que toute la lumière soit faite sur une sombre affaire.
Victime d'un dédoublement de personnalité, il réussit à se dépasser sans toutefois réussir à joindre les deux bouts.
Si le but ultime de l'amour est la reproduction, les moines copistes ne devaient pas s'emmerder.

Histoire sans queue ni tête

Je vais vous raconter une histoire sans queue ni tête. Certains me feront remarquer que je ne me casse pas le tronc. Mais c’est un peu mettre la charrue avant les bœufs. C’est très compliqué de raconter une histoire sans queue ni tête. Une histoire sans début, ça commence déjà mal. On ne sait pas par quel bout commencer. On a beau se dire qu’il y a un début à tout, quand on ne le trouve pas c’est la fin de tout. Et si on commence à prêter attention à tous ceux qui prétendent que tout a une fin, c’est le début des ennuis. Essayez un peu de raconter une histoire sans début, vous aurez l’air fin ! Je n’aurais pas dû me lancer dans cette entreprise hasardeuse, m’exposant au risque de ne pas arriver à mes fins. Au début j’y ai cru et en fin de conte, je prends conscience que je ferais mieux de tourner la page. Je pensais avoir les moyens de donner suite à ce projet, mais la fin justifiant les moyens, sans fin, il n’y a pas moyen. Vous allez certainement rester sur votre faim et me rétorquer que renoncer c’est le début de la fin. La présence d’un début de la fin laissant raisonnablement croire en l’existence d’une fin de la fin, mais ne nous y trompons pas, le fin du fin serait alors enfin atteint. Ce sera le mot de la fin, ou du début, c’est vous qui voyez.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 074

Re : Quelques mots d'humour...

Je retiens entre autres Si le but ultime de l'amour est la reproduction, les moines copistes ne devaient pas s'emmerder !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Toutes proportions gardées, mieux vaut être à moitié libéré qu'incarcéré.
Un seul être vous manque et les auxiliaires sont dépeuplés.
Que Capbreton soit situé dans les Landes aurait dû nous mettre la puce à l’oreille sur la réalité du réchauffement climatique.
A accumuler les coups durs, on finit toujours par être victime d'un coup de mou.
Toutes les eaux vives ne finissent pas dans la mer morte.
On ne peut pas être tout-à-fait franc du collier en parlant dans sa barbe.

Le tri qui tue

Le tri à fin de recyclage s’intensifie. Le recyclage des vieux triporteurs en vélos-cargos dernier cri confirme cette entrée du tri dans un nouveau cycle. Nous en sommes aujourd’hui à quatre poubelles par ménage, hors déchets verts. Face à une inflation non maîtrisée du nombre de poubelles, le risque sera grand de nous retrouver avec autant de réceptacles que de catégories de déchets, posant alors le problème du recyclage des poubelles en fin de vie. Un feuilleton sans fin digne de poubelle la vie. Un emballement des règles de tri pourrait conduire un individu distrait ou négligent à se voir infliger une amende pour avoir jeté ses coques de noix dans la poubelle à coques de noisettes. Un coup à passer pour un gland !
On ne va tout de même pas se tuer à trier alors qu’à l’évidence trop de tri tue le tri, et on ne sait déjà pas où les mettre ces détritus. Des voix se lèvent pour se demander si cette tendance ne serait pas une réaction à l’exhumation des poubelles de l’Histoire du slogan travail, famille, pas tri. C’est un peu extrémiste. En tout état de cause, si le tri sélectif est assurément une bonne chose pour la planète, il n’est pas toujours sans faille. Combien d’élus issus d’un processus de sélection éprouvé se sont fait traiter d’ordures sans le moindre espoir d’un recyclage dans un cabinet ministériel ?

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Quand ils ont tort, certains ont du mal à se faire une raison. Et c'est un tort.
Qu'un bruit sourd soit plus audible qu'un silence assourdissant dépasse l'entendement.
Que l’on soit à la page ou non, parler comme un livre ne donne pas toujours voix au chapitre.
Caresser l'espoir est un moyen de flatter l'avenir.
On commence par tromper l'ennui et on finit par rompre avec la monotonie.
Le noyer est une essence d'arbre absente des coques de bateau, certainement par superstition.

Le miracle des lourdes

Les portes sont partout. Et pas seulement à Lourdes ou à Portes-lès-Valence. Déclarer aujourd’hui que l’on ne pourrait plus vivre sans porte reviendrait clairement à enfoncer des portes ouvertes. Sans porte, on ne s’en sortirait pas. Proposez une maison sans porte et immanquablement l’acheteur s’emporte. « Je ne peux pas vivre sans l’huis ! », hurlera-t-il en sortant de ses gonds. Impossible d’échapper aux portes. Tout juste franchi le pas de sa porte, on ne peut pas faire un pas sans tomber sur une porte, et à deux pas c’est la porte d'à-côté. La Porte Dauphine à peine dépassée et la Porte Maillot vous tend les bras.
Il faut reconnaître que c’est une chance. Quoi de mieux qu’une porte pour empêcher un intrus d’entrer ou un ressortissant de sortir ? Imaginez sans portes la galère des gardiens de prison face à la charge de maintenir des détenus sous les verrous ? Ce ne serait pas sans pêne. Et que penser du désœuvrement des huissiers et autres portiers qui les conduirait vers une mise à la porte inévitable ? Ce n’est malheureusement pas en faisant du porte à porte qu’il trouverait la clé pour se sortir de ce mauvais pas.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

1 077

Re : Quelques mots d'humour...

Chover a écrit:

lol

Je retiens plus particulièrement :

Pierre de Jade a écrit:

Pour 2024, je souhaite donc en chuchotant que :

-  L'adversaire de Vladimir Poutine à la Présidentielle russe ne finisse pas dans une urne


il faudrait pour cela récupérer son corps...

1 078

Re : Quelques mots d'humour...

Oui, agathe, c'était le message 1066 de Pierre de Jade. On est malheureusement au-delà de l'humour.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Ne rien tenter est le meilleur moyen de tout rater.
Se mettre à table pour cracher le morceau relève d'une absence certaine de savoir-vivre.
Observer une démarche chaloupée c’est la certitude de finir par se gondoler.
Des péripéties à Valenciennes n'ont pas grand rapport avec des péripatéticiennes à Valence.
Il est prouvé que vouloir faire ses preuves est plus éprouvant que faire preuve de bonne volonté.
La poudre d'escampette est une drogue méconnue mais redoutable. Quand on commence, on ne peut plus s'arrêter.

La médecine tousse

Il n’est pas nécessaire de faire appel à un spécialiste pour poser ce diagnostic, la médecine en France n’est pas en bonne santé. Et ce n’est pas faute de le répéter. A force de crier que le médecin est une espèce en voie d’extinction, beaucoup risquent même une extinction de voix persistante. Et trouver un ORL disponible de nos jours, c’est comme chercher une anguille dans une feuille de soin. On aura bientôt plus de chances de gagner au Loto qu’un rendez-vous chez l’otorhino. Sans parler des listes d’attente chez l’ophtalmo qui s’étirent à perte de vue.
Le remède à court terme à ces maux ? Rien de très original, faire appel à de la main-d’œuvre étrangère. Jusqu’à présent on se contentait d’importer des langoustes de Cuba, aujourd’hui on fait venir des Cubains pour nous aider à combattre le crabe. Attention tout de même de ne pas affecter de médecins castristes dans les services d’urologie, la démarche irait à l’encontre du réarmement démographique souhaité par nos dirigeants. Mais qu’il soit français, cubain ou natif d’un pays d’Afrique saharienne, origine le prédisposant à exercer dans un désert médical, l’essentiel est qu’il ne soit pas à côté de la plaque. Pour éviter le développement d’une allergie aux médecins dans une période où la pénurie se fait également clairement sentir en dermato.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

La chouette hulule, le colibri zinzinule, la huppe pupule, la sauterelle stridule et les cons pullulent.
Un langage intelligible évite de passer pour l'idiome du village.
Très souvent quand on loupe le coche, on prend la mouche.
La haute-définition c'est bien beau, mais ça oblige à prendre un escabeau pour attraper le dictionnaire.
Mobilisation générale : un terrassier s'enfouit pour échapper à la pelle.
Faire contre mauvaise fortune bon cœur - proverbe latin
Faire contre mauvais cœur bonne fortune - proverbe de cardiologue

Esprit de corps

L’Homme n’a jamais hésité à se projeter sur le monde qui l’entoure et je ne parle pas que de ses sorties de route intempestives. Une incarnation moins douloureuse que de s’incarner un ongle, mais susceptible de jeter le trouble alors que les consignes pour nous indiquer dans quelle poubelle le jeter ne sont pas claires. En voici quelques exemples.
La table s’est très vite vue affublée de quatre pieds, ce qui lui fait une belle jambe quand on sait qu’elle peut toujours courir pour marcher. Tout comme la charrette à bras qui n’avait rien demandé et qui s’est retrouvée à devoir mobiliser une bonne dose d’huile de coude pour mettre un pied devant l’autre.
La bouche d’égout. La rumeur court qu’un jour dans les Bouches-du-Rhône un boucher mal embouché qui avait souvent le dégout à la bouche, lança le concept de bouche d’égout en gueulant comme un putois chaque fois que l’avaloir devant sa boucherie était bouché. Mais les rumeurs à Marseille …
Le nez de marche : l’origine du nez de marche est plus floue encore. Il semblerait qu’elle provienne de l’accident bête d’un certain Guillaume de la Marche-Haupas, Comte de son état, qui se fractura le nez en loupant une marche de son château après avoir fait la tournée des grands-ducs. Il semblerait que cet évènement soit aussi à l’origine de l’expression avoir un coup dans le nez.
A noter que pour les mâchoires de frein, un consensus se dégage pour admettre que des mordus de la vitesse en sont à la source.
Je vous aurais bien parlé du cul de bouteille, du talon de chèque et du dos de la cuillère mais j’ai peur que ma tête de lit me fasse la gueule si je ne vais pas me coucher.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Messages [ 1 051 à 1 080 sur 1 080 ]

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...