Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 20 sur 22)

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 951 à 1 000 sur 1 078 ]

951

Re : Quelques mots d'humour...

Je me suis demandé à vous lire si les 24 heures d'Onan étaient aussi fatigantes que les 24 heures d'Oman…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

952

Re : Quelques mots d'humour...

@ Chover : j'ai cherché à la placer, celle-là (Oman/Onan), mais je n'ai rien trouvé qui me satisfasse : bravo à toi !

elle est pas belle, la vie ?

953

Re : Quelques mots d'humour...

Piotr a écrit:

@ Chover : j'ai cherché à la placer, celle-là (Oman/Onan), mais je n'ai rien trouvé qui me satisfasse : bravo à toi !

J'éviterai l'auto… satisfaction en la matière !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

954

Re : Quelques mots d'humour...

Holà ! Bravo !

Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

Re : Quelques mots d'humour...

Chover a écrit:
Piotr a écrit:

@ Chover : j'ai cherché à la placer, celle-là (Oman/Onan), mais je n'ai rien trouvé qui me satisfasse : bravo à toi !

J'éviterai l'auto… satisfaction en la matière !

Otan en emporte l'auvent !

956

Re : Quelques mots d'humour...

Je me souviens d'un homme nommé Autain, qui aimait bien la bouteille : c'était Autain en emporte le vin.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Quelques mots d'humour...

Celui qui, présent, n'est que l'ombre de lui-même, finit souvent par briller par son absence.
Quand on en a ras-le-bol, on aimerait bien que ça se tasse.
Dans la vie, il faut savoir faire des concessions pour enterrer les différends.
Un mauvais coucheur n'est pas pour autant bienveillant.
Le silence est fragile mais il finit toujours par avoir le dernier mot.
Cet hiver pour faire des économies de chauffage, remplacer vos lunettes par des doubles foyers.

Petites annonces de la semaine
(spéciales 10ème anniversaire de la parution de mon bouquin "A vendre, 350 petites annonces déclassées" co-écrit avec Marc Hillman et sorti le 22 novembre 2012 aux éditions le Castor Astral)

Cadre sans emploi recherche tableaux à restaurer pour gagner sa croûte.

Trompettiste un peu sourd échangerait trompette bouchée contre trompe d’Eustache en bon état. Me contacter pour s’entendre sur la transaction.
Gérant de blanchisserie, lassé de se tuer à la tache, vend affaire en bon état.

Grand ponte recherche investissements dans un pool de luxe pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Grossiste en petits pois recherche poids lourds ne pesant pas trop sur son budget.

Croque-mort susceptible, lassé de se faire mettre en boîte, recherche activité plus vivante même dans un trou perdu.

Climatologue échangerait dépression contre vie sans nuages. Réponse urgente attendue, le temps presse.

Braconnier un peu niais recherche piège à cons pour attraper des bêtes.

Faits divers : Un esquimau disparaît après s’être fondu dans la foule. La police est sur sa trace mais à l’heure qu’il est aucun témoin ne semble être au parfum.

Faits divers (suite) : le porte-parole de l’association des mimes de France accusé d’un mauvais geste sur un muet qui fait beaucoup parler.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

958 Dernière modification par Chover (21-11-2022 12:50:42)

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent.

Pierre de Jade a écrit:

Gérant de blanchisserie, lassé de se tuer à la tache, vend affaire en bon état.

Magnifique ! Et, en l'occurrence, sans accent sur le a de tache, effectivement !

Pierre de Jade a écrit:

Cet hiver pour faire des économies de chauffage, remplacer vos lunettes par des doubles foyers.

Puisque vous évoquez le livre que vous publiez, j'imagine que cette phrase pourrait figurer dans une telle publication et je me permets de me demander si « remplacez » n'y serait pas préférable.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

959

Re : Quelques mots d'humour...

En musique ou en acoustique, ce qui est aigu n'est pas grave, mais allez dire ça à un médecin...

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Quelques mots d'humour...

On travaille d'arrache-pied et on s'étonne de finir sur les rotules.
Un restaurateur qui ne fait pas recette finit toujours par en faire tout un plat.
On peut très bien se mettre à table sans dire un mot. Enfin, c'est une façon de parler.
J'ai demandé le tarif d'une boîte de couteaux, le vendeur m'a donné une fourchette de prix. Il ne devait pas être dans son assiette.
Des pourparlers qui s'engagent débouchent parfois sur des paroles pour ne rien dire qui n'engagent à rien.
On dira ce qu'on veut mais le développement accéléré des paiements numériques a fortement contribué à l'extinction des espèces.

Autant en emporte l’avant

Avant, après, tout est relatif comme l’a dit Einstein avant de se laver les dents après avoir mis la dernière main à sa théorie de la relativité.
Nous sommes d’accord, l’après vient toujours après l’avant, c’est dans l’ordre des choses. Si l’inverse se produisait, l’évènement créerait un précédent dont les suites seraient paradoxalement sans précédent. Cette ordonnancement de bon sens subit toutefois les assauts répétés de quelques arriérés n’hésitant pas à se mettre en avant. Sans parler des naufragés de l’impôt réduits à quémander des avances de caisse pour régler leurs arriérés. Ce ne sont pas là les seules tentatives de déstabilisation temporelle. Combien de prévisionnistes courent après des signes avant-coureurs leur permettant d’anticiper ce qu’il va se passer ? Et rien n’interdit de porter des après-skis avant de skier ni d’appliquer une couche d’apprêt avant de repeindre un mur. Combien de nostalgiques vont jusqu’à affirmer avec insistance que c’était mieux avant ? On est bien avancé avec cet immobilisme totalement improductif, quand on sait que mettre en avant le passé n’est pas la meilleure façon d’avancer vers l’avenir. Même si, avant toute chose, il faut bien reconnaître que le futur, on ne peut pas sans passé.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

961

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Et rien n’interdit de porter des après-skis avant de skier ni d’appliquer une couche d’apprêt avant de repeindre un mur. Combien de nostalgiques vont jusqu’à affirmer avec insistance que c’était mieux avant ?

Des contractuels je suppose.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

Re : Quelques mots d'humour...

On vénère beaucoup le second mais je constate qu'un diable est beaucoup plus efficace qu'un dieu pour déplacer une machine à laver.
Plus une conversation vole bas, plus ses chances de heurter quelqu'un augmentent.
S'il y a une activité que l'on peut pratiquer par tous les temps, c'est bien la conjugaison.
J'ai perdu mon sous-main, pas moyen de remettre la main dessus. .
Il est inutile de boire pour oublier, il suffit d'attendre de prendre de la bouteille.
On peut se passer le mot mais on ne peut pas se passer des mots. .

Des pieds et des mains

Nous ne remercierons jamais assez nos pieds et nos mains. Certes nous n’avons pas toujours la main heureuse et le pied léger mais tout de même. A titre d’exemples pour illustrer cette bénédiction, imaginez ce que serait l’utilisation d’un pied à coulisse sans les mains et ne parlons pas de l’écriture d’alexandrins sans pieds. Notons au passage que le maniement du verre à pied sans les mains ne serait pas plus aisé.
Bien sûr, leur utilisation peut de temps à autre sembler incongrue. Faire les pieds au mur pour obtenir un pied-à-terre ou faire main basse sur des votes à main levée en témoignent. Des situations peu courantes et souvent l’œuvre d’individus n’ayant pas les pieds sur terre.
Tout n’est pas simple avec ces membres actifs, et ce n’est pas le pied tous les jours. Il faut parfois lutter pied à pied pour garder la main et ne pas hésiter à demander un coup de main pour repartir du bon pied.
Il arrive aussi plus au moins volontairement que les uns se substituent aux autres, notamment en marchant sur les mains ou en écrivant comme un pied. Ou lorsqu’on vous casse les pieds, il vous reste la possibilité d’en venir aux mains. Une sorte d’assistance mutuelle pour éviter haut-la-main de perdre pied.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

963

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Impossible de ne pas penser à mon voisin claudiquant, qui évoque sans cesse son pied beau ! Je trouve au moins aussi belle la main qu'il m'a tendue plus d'une fois !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Fatigué de retourner sa veste, il embaucha une doublure.
On dira ce qu'on veut mais reconnaître un enfant à la naissance est extrêmement difficile, on ne l'a jamais vu avant.
Les individus qui prétendent avoir la science infuse, ce n'est pas ma tasse de thé.
Quand on explique à certains catholiques qu'ils ne sont pas très orthodoxes ou à certains orthodoxes qu'ils ne sont pas très catholiques, ils s'éloignent en protestant.
Beaucoup ont peur de l'inconnu et refusent de le reconnaître.
Prendre sur le fait un fainéant, c'est du boulot.

Revue de pression

La pression est partout. Et je ne parle pas seulement du bar de pression atmosphérique qui provoque des dépressions quand il est en-dessous de tout, ou de la bière sous pression dans les bars. L’actualité, le boulot, la vie à cent à l’heure, l’image de marque, les compresseurs haute-pression, tout est source de pression. Je connais même une employée d’Orange, Clémentine, à qui on presse régulièrement le citron. C’est dire à quel point on marche sur la tête. La pression s’est installée à un point tel que celui qui n’est pas sous pression passe pour un dégonflé, comme si le droit de souffler n’était plus dans l’air du temps. Les urgentistes sont sous pression, on en parle assez dans la presse, ne sachant plus où donner de la tête au milieu des compresses et des comprimés. On parle aussi des cons primés dans la presse mais là le phénomène n’est pas nouveau. Et ce ne sont pas les cons pressés croisés régulièrement sur les routes qui vont contribuer à la décompression. Sans vouloir en rajouter une couche d’ozone, je soupçonne fortement les gaz à effet de serre de ne pas être étrangers à cette situation.
Mais attention, serrer c’est lasser et la pression devient rapidement gonflante pour peu que l’on se sente un peu à plat. Libérer les soupapes est essentiel, comme le répètent les prêtres condamnés pour pédophilie. Ne pas le faire expose au risque de péter les plombs et de se retrouver dans la presse. On n’en sort pas.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

On n'arrête plus l'inflation, dans une semaine les jours rallongent.
Une bordée d'injures fait le lit de la grossièreté.
A l'approche des fêtes et pour aider les personnes seules addictes à l'alcool, le ministère de la Santé lance un numéro verre.
Un dingue au volant pris d'une folie passagère peut rapidement se retrouver à la place du mort.
Il est trop tard pour rebondir quand on est jugé en dernier ressort.
On trouve des promotions bizarres chez les opticiens. La première paire de lunettes vous coûte les yeux de la tête mais vous avez la seconde à l'œil.

Un manège qui tourne mal

La semaine dernière, alors que je me trouvais dans le centre d'une ville du Centre, je demande à un gars du coin où se trouve le centre commercial. Il me répond "à la périphérie" et fait demi-tour sans se retourner. Sur le coup, j'étais désorienté. Je me suis mis à tourner en rond, à la recherche du centre. Rien, aucun centre à la ronde. Voyant mon manège, un type sorti faire un tour m’arrête « Je vous vois tourner depuis un quart d’heure, vous n’êtes pas du coin ? ». « Pas de celui-là, en tout cas. Je cherche le centre commercial ». « Le centre Sud ou le centre Nord ? ». « Pourquoi, vous avez deux centres ici ? ». « Un seul centre pour un milieu urbain très dense, ça ne tournait pas rond ». « Lequel est le plus proche ? ». « Celui du Sud, l’autre est plus excentré . Prenez la première à droite, puis après avoir passé trois ronds-points, suivez l’avenue Georges de la Tour et tournez à nouveau à droite sur l’avenue Mondétour. Vous ne pouvez pas vous tromper, le centre est sur votre gauche».
Fort de ces indications, j’arrive enfin dans le centre. Je trouve le magasin de bricolage et je fonce vers le rayon machines tournantes. L’heure commençant à tourner, je me dirige tout droit vers le chef de rayon et lui demande où je peux trouver un petit tour, pour usiner des pièces. Et là, sans détour, il me répond « le fournisseur nous a joué un tour, on n’en a plus en stock dans ce magasin, allez donc faire un tour dans notre annexe du centre Nord ». Voyant comment tournaient les choses, j’ai préféré prendre la tangente. Il y a des jours comme ça, où rien ne tourne dans votre sens.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

966

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent ! Dans la seconde partie, on pense évidemment un peu à Raymond DEVOS.
Mention spéciale pour : On trouve des promotions bizarres chez les opticiens. La première paire de lunettes vous coûte les yeux de la tête mais vous avez la seconde à l'œil.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Aujourd'hui, je me déguise en Père Nobel. C'est comme le Père Noël mais en y mettant le prix.
Quand on ne se lève pas du bon pied, on voit la journée d'un mauvais œil. D'où l'expression avoir bon pied, bon œil.
A force d'être sur le qui-vive, on finit par se faire du mouron.
C'est fou ces individus qui ne font rien en faisant comme si de rien n'était.
A aller constamment à la soupe par des moyens louches, on finit par prendre le bouillon.
J'ai voulu cuisiner des vol-au-vent mais il n'y avait pas de vent. J'ai trouvé que c'était du vol.

Le mauvais esprit de Noël

En cette période de l’année où l’excès de foi est régulièrement supplanté par la crise de foie, où les rois mages des croyants baissent pavillon devant les fromages au lait cru, il me semble juste au cœur des ripailles d’avoir une pensée pour tous les naufragés du destin se prénommant Noël.
Car il faut reconnaître que les Noël sont loin d’être toujours à la fête, pour ne pas dire qu’ils sont souvent dans leurs petits souliers. Un Noël évitera de se montrer sur un balcon de peur d’être accusé de gâcher les beaux jours du prochain printemps. Chaque fois qu’il est question de cuisiner la dinde de Noël, le Noël en couple ne peut s’empêcher un court instant de craindre un interrogatoire de police pour sa femme. Quand un Noël pose ses vacances en été, il se trouve toujours un mal embouché pour ne pas le prendre au sérieux, allant jusqu’à l’accuser de ne pas se fouler au boulot sous le prétexte fallacieux qu’il porte un nom de jour férié. Le présent pour lui n’est pas tous les jours un cadeau du ciel. La déprime peut même aisément prendre le dessus quand il entend revenir comme un refrain de cantique de messe de minuit « on n'a plus l’âge de croire au père Noël ». De quoi avoir les boules avant l’heure du sapin et l’envie de reprendre son traineau direction le grand Nord.
Il y a des jours où Noël aurait préféré se prénommer Toussaint …

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

968

Re : Quelques mots d'humour...

Bravo !
J'ai essayé d'imaginer comment on peut ne rien faire en faisant comme si de rien n'était…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Il paraît qu'on creuse sa tombe avec sa fourchette, ça laisse le temps de voir venir.
Ne jamais regarder la réalité en face est un bon moyen pour être toujours regardé de travers.
Contrairement à Dieu, je ne me fais jamais prier pour ne rien faire.
Il fût un temps où pour bosser on allait de Marseille à Cassis à dos d'âne.
Un mot de travers conduit vite à l'écart de langage.
Mon médecin m'a conseillé de garder la chambre. ça tombe bien, je n'en ai pas d'autres.

Bonne année peut-être !

La crédibilité des vœux de bonne année ayant été largement entamée ces derniers temps, renouveler l’opération relève de l’ascension hivernale du Mont-Blanc en sandales de plage. A ce niveau d’enchaînement d’événements rabat-joie, il est légitime de craindre ce que cette nouvelle année nous réserve. La chute d’une météorite géante ? Une guerre mondiale ? La peste de la mangouste d’Angola ? Une nouvelle candidature de Trump ? Un nouveau disque de Patrick Bruel ? Le pire n’étant jamais certain et partant du principe discutable que le monde fera de son mieux pour éviter le pire, je me lance une nouvelle fois sans filet pour souhaiter vaillamment pour 2023 :

•    Que les mollahs soient moins durs,
•    Que les Afghanes retrouvent les bancs de l’Université et les talibans soient mis au ban,
•    Que la Russie batte en retraite et les retraites ne sentent pas le roussi,
•    Que Kim Jung-Un arrête de jeter ses missiles dans la mer, ça fait peur aux poissons,
•    Que le XV de France remporte la Coupe du Monde de Rugby en battant l’Argentine sans tirs au but,
•    Que les boulangers fassent leur beurre et que les crémiers gagnent leur pain,
•    Que les allumés la mettent en veilleuse et que l’obscurantisme sombre,
•    Que les taureaux s’éloignent des bouchers à l’arène,
•    Que la Terre continue de tourner malgré une population tournant de moins en moins rond,

Et comme dirait un distillateur aux propos souvent alambiqués mais sachant distiller les bons mots, tant qu’il y a des poires, il y a de l’eau de vie !

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur, et BONNE ANNEE 2023 à toutes et à tous ! wink

970

Re : Quelques mots d'humour...

Merci, Pierre de Jade. Bonne année à vous.
Oui, éloignons-nous des bouchers à l'arène !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Jusqu'ici je n'ai jamais cru à l'au-delà.
Un avis partagé est-il vraiment une opinion à part entière ?
Certains pèsent systématiquement le pour et le contre pendant que d'autres s'en balancent.
L'invention d'une machine à remonter le temps ferait faire un formidable bond en avant au retour en arrière. .
Ces histoires de fontaine de jouvence, ça ne nous rajeunit pas.
Il faut un certain toupet pour être de mèche avec des anglaises spécialistes de la perruque. .

Point sur la retraite

La retraite est un sujet qui travaille beaucoup les Français. Beaucoup d’entre eux ne comprennent pas comment reculer l’âge de la retraite peut correspondre à une avancée, même en prenant le problème à l’envers. Difficile en effet de faire admettre à un agent de nettoyage que partir à 64 balais et des poussières, sans compter les dix manches à faire le ménage, ne soit pas la porte ouverte à finir sur le carreau complètement lessivé. Ou d’éviter la hantise du risque de surcharge sous le poids des années d’un chauffeur de poids lourds. A contrario d’autres ne seraient pas contre partir plus tard, voire le plus tard possible. Pas forcément par passion pour leur métier mais minés par l’angoisse de la suite. Par la perspective de devoir se coltiner la réfection repoussée depuis des lustres de la cuisine et de la salle de bains du domicile conjugal, voire de celles des mômes et de la belle-doche, sous la conduite de travaux d’un conjoint aussi respectueux des 35h et du code du travail qu’un entrepreneur du bâtiment employant des sans-papiers afghans. Bien sûr sans espoir d’un quelconque appui syndical ou recours auprès de l’Inspection du travail. Ou de se retrouver tous les après-midis devant des rediffusions de l’inspecteur Derrick en attendant des Chiffres et des lettres, réveillé par intermittence par les ronflements erratiques de la belle-doche anesthésiée par sa tisane de 13h ou par les aboiements répétés du chien du voisin pressé d’aller pisser, le chien, pas le voisin. De quoi ressentir une envie pressante de battre en retraite sur la retraite tout-à-fait compréhensible.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

972

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

En vieillissant, la mémoire nous fait des faux.
Des individus restant de marbre devant les vieilles pierres ne sont pas des cas rares.
Des types sans aucune vision à long terme, on en aperçoit à perte de vue.
Si tous les angles étaient morts, les polygones auraient été mis de côté.
Toujours se méfier de l'eau qui dort. Elle peut sortir de son lit et vous mettre dans de beaux draps.
Paradoxalement, les individus que vous ne pouvez pas voir finissent par vous sortir par les yeux.

Le dictateur ne fait plus führer

Le dictateur n’a pas la cote ces temps-ci. Contrairement à l’influenceur des réseaux sociaux, il a de plus en plus de mal à imposer ses vues. Les excès de l’ordre finissent par faire désordre et le désordre pour un dictateur n’est pas dans l’ordre des choses. Le Monde est encore loin d’en être débarrassé mais les despotes perdent de leur éclat qui n’était déjà pas brillant. On trouve bien encore de-ci de-là quelques résurgences de groupies du peintre raté à la petite moustache ou de son copain, grossiste italien en chemises sombres, mais ce n’est pas en défilant le bras levé que l’on fait main basse sur le pouvoir. Des tyrans de bas étage, pour ne pas dire de fond de cale, tentent bien encore d’endosser l’habit dans des bureaux, des magasins, sur des chantiers ou des plateaux télé, mais ils prennent de plus en plus souvent une veste. Le dictateur de comptoir, bien que doté d’une force de frappe plutôt ridicule, reste le plus virulent. Toujours prêt à sortir la sulfateuse contre les anti-glyphosate ou la pétoire contre les anti-Pétain, voire à ressortir la guillotine pour trancher dans le vif et raccourcir les délais d’instruction des affaires. Mais celui-là est juste éméché alors que les dictateurs encore au pouvoir commencent sérieusement à souler leur population.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

974

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent.
Mais je ne suis pas sûr que la popularité des dictateurs soit partout en baisse…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Il est totalement improductif d'avoir le verbe haut quand le sujet vole bas.
On a beau essuyer un échec, il n'en devient pas plus brillant.
Il serait dommage de partir à Trieste et de revenir attristé.
Pour qu'un couple ne batte pas de l'aile, il faut parfois battre sa coulpe. .
De proche en proche, on finit par s'éloigner.
Un collègue a été accusé de ne pas beaucoup se mouiller. Aussi sec, il s'est jeté à l'eau.

L’homme révolté

L’Homme est-il par essence un révolté ? L’observation de ses réactions devant une station-service en rupture de carburant ne répond que partiellement à la question. Depuis qu’Adam et Eve se sont fait virer comme des malpropres du jardin d’Eden dans le dénuement le plus complet, les raisons de se révolter se multiplient comme le chiendent dans le jardin d’Hélène, ma voisine. L’injustice, l’exploitation, le sans-gêne, la routine, la corruption quand il n’en bénéficie pas, sont quelques-unes des sources de révolte de l’Homme. Sans oublier la malchance chez les écorchés vifs qui ont un mal fou à supporter l’absence de pot.
L’injustice. Qui, devant un favoritisme scandaleux, n’a pas eu envie d’achever à coups de driver le collègue RH dont la compétence la plus remarquable était d’accompagner le directeur le week-end au golf de Saint-Nom-la-Bretèche ?
L’exploitation. Un être humain digne de ce nom peut-il accepter que l’on paie des queues de cerises, en le prenant pour une poire et en lui pressant le citron depuis des années, celui qui trime sans espoir de récolter un jour les fruits de ses efforts ?
Le sans-gêne. Depuis Charlemagne, tout homme digne de ce nom s’est élevé devant le malotru qui dans le métro a refusé de céder sa place assise à une personne âgée, réfrénant l’envie de lui en allonger une ou de le clouer au pilori, selon l'époque.
La routine. Les révoltés du Bounty sont là pour en témoigner, ces marins qui en avaient ras-le-pompon de manger toujours les mêmes confiseries à la noix de coco, et ne sont pas parvenus à refréner leurs envies de barquettes à la framboise.
La corruption. Qui y a-t-il de plus révoltant qu’un vendu qui se laisse acheter alors qu’à l’évidence il ne vaut rien ou pas grand-chose ? On ne peut voir là qu'une insulte évidente aux notions les plus élémentaires d’économie.
Une seule certitude en fin de compte, le jour où l’Homme ne se révoltera plus, ce sera une révolution.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

976

Re : Quelques mots d'humour...

lol
les raisons de se révolter se multiplient comme le chiendent dans le jardin d’Hélène
Toutefois, on ne m'ôtera pas de l'idée que les chiens lents se multiplient moins vite…

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Pour autant que je sache, je n'en sais pas plus.
Paradoxalement, quand on est victime d'un différend, on a envie de rendre la pareille.
Pêcher avec du courant n'a jamais augmenté le nombre de prises.
Parler à cœur ouvert jette un doute légitime sur la qualité de l'anesthésie.
Certaines paroles sont dures à avaler, notamment celles prononcées par des personnes ne mâchant pas leurs mots.
Les individus qui ne sont pas de taille mais refusent de rester mesurés ne font en général pas le poids.

Vade retro evolutio !

Un récent sondage a montré qu’un jeune Français sur trois ne croyait pas en la théorie de l’évolution. Un résultat qui pourrait laisser croire qu’un jeune Français sur trois n’est pas très évolué, réalité qui tendrait alors à le conforter dans son opinion. Les incrédules se recensent pour la plupart parmi les croyants. Les obsédés du culte refusent toujours de biaiser quand il s’agit d’expliquer la création de l’Homme. Hors de question pour eux d’admettre que des singes ou assimilés, probablement non baptisés, figurent dans leur arbre généalogique, en dépit de la présence évidente de sacrés ouistitis sur certaines de ses branches. Des croqueurs de pomme, oui, des mangeurs de banane, non ! Alors imaginer qu’ils puissent descendre d’organismes vivants dans de l’eau même pas bénite, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le calice. Des ancêtres poissons, c’est un coup à finir dans le péché ! Pour eux, aucun doute possible. C’est Dieu qui a créé l’homme et la femme. Une position de missionnaire qui rend implicitement le Créateur responsable de tous les errements qui ont jalonné l’histoire de l’Humanité. L’erreur est humaine mais peut-elle être divine ? Mieux vaut répondre en noyant le poisson, dans l’attente d’une évolution des opinions.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

978

Re : Quelques mots d'humour...

Parler à cœur ouvert jette un doute légitime sur la qualité de l'anesthésie.
lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Je suis optimiste de nature et pessimiste par obligation.
Certains savent y faire pour froisser les gens. Il faut sans cesse repasser derrière eux pour aplanir la situation.
Il cherchait un endroit discret pour passer ses vacances, il est parti en catimini.
Après avoir cassé l'ambiance, il est difficile de rompre le silence.
Envisager d'avoir un enfant c'est un peu tirer des plans sur la gamète.
Quand on voit le nombre de cinglés qui atteignent et dépassent sans problème l'âge de raison, il y a des raisons de devenir dingue.

Du jeune avec du vieux

Le vieux n’a pas la cote en France. Notamment dans les entreprises, certainement peu convaincues par la possibilité de faire du neuf avec du vieux. Mais peut-on définir avec certitude ce qu’est un vieux, sachant que tout jeune qui se respecte est plus vieux jour après jour, même par temps sec ? Il y a bien quelques critères pour l’identifier, qui valent ce qu’ils valent. Le vieux ne gagne plus d’argent quand il perd ses dents, même en les plaçant sous son oreiller le soir avant de se coucher. Il ne passe pas sa vie sur Tik Tok ayant déjà assez à faire avec le tic-tac de l’horloge du temps qui passe. Il a souvent du mal à admettre que les vieux idéaux soient remplacés par des jeux vidéo. Il n’utilise que rarement des termes anglais dans sa conversation, à l’exception de week-end et water closed en cas de besoin, allant jusqu’à prendre l’open space pour un épisode de Star Wars. Il lui arrive parfois de brouiller les pistes en parlant de sa jeunesse comme du bon vieux temps, voire de façon plus insidieuse, en étant plus efficaces que certains jeunes. Quitte à donner un coup de vieux aux jeunistes invétérés qui avaient déjà un mal fou à se lever le matin, on voit que ce n’est pas vous qui passez la nuit sur Netflix !
Jeune, vieux, ces histoires d’âge sont hors d’âge. L’essentiel reste l’envie qui nous maintient en vie. Si on ne peut s'empêcher de vieillir, on peut toujours s'empêcher de devenir vieux.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Vous ne le saviez peut-être pas mais les carnets à souches sont à l'origine des chèques en bois.
Il fut un temps où l'on pouvait acheter une baguette pour une bouchée de pain.
Le seul avantage de l'extinction des espèces est que l'oiseau rare deviendra monnaie courante.
Quand on échoue à vaincre le signe indien, on y laisse des plumes.
Que l'on ait ou pas la bosse du travail, on finit souvent par en avoir plein le dos.
Avoir la vie chauve ne tient parfois qu'à un cheveu.

Farniente ma non troppo

A l’heure où la question de l’allongement du temps de travail fait parler dans les chaumières et soupirer les chômeurs, revient en force cette interrogation récurrente : le Français est-il feignant ? Voire, le Français est-il plus feignant que ses voisins ? On ne peut pas résoudre cette énigme sans tenir compte du paramètre climatique. Quand la température est trop basse ou trop élevée, travailler devient difficile, voire impossible. C’est un fait. N’importe quel médecin vous confirmera que la plupart des travailleurs avec de la température sont en arrêt de travail et que ceux en forte hypothermie sont plus proches du repos éternel que des vacances. Plus il fait chaud, moins l’envie d’en suer au travail coule de source. Je ne dis pas ça pour trouver une excuse aux Corses qui, jusqu’à preuve du contraire, ne sont pas plus feignants que les Siciliens. Et ce n’est pas parce que le mot farniente vient d’Italie que les Dunkerquois ou les Brestois ne font pas la sieste après le déjeuner.
Le paramètre climatique mis de côté, l’Homme qu’il soit natif de Strasbourg, de Nice, de Syracuse ou de Vladivostok, tend naturellement à suivre les lois de la nature et à rechercher en permanence un état d’équilibre stable, le repos. Seules des raisons bassement matérielles comme l’obligation de se nourrir, des injonctions sociétales, des traditions séculaires, l’appât du gain et la crainte de s’emmerder à longueur de journée le conduisent à rompre cet équilibre. Avec un enthousiasme assez mesuré lisible sur les visages des usagers des transports le lundi matin.
Une certitude rappelée par Alphonse Allais, quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

981

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

.

Des pieds et des mains

... lorsqu’on vous casse les pieds, il vous reste la possibilité d’en venir aux mains.

Il vaut mieux lever le pied que lever la main sur le casse-pieds  !

Re : Quelques mots d'humour...

Ce n'est pas parce qu'il vous arrive une tuile qu'il faut le crier sur tous les toits.
Paradoxalement, n'avoir aucun flair vous expose à passer pour une truffe.
Contre toute logique arithmétique, il est possible de se faire la paire en moins de deux.
Combien d'heures de gloire se sont terminées en minutes de silence ?
L'amitié n'a pas de prix, même pas un prix d'ami.
Il existe une tendance générale à en faire tout un foin quand on se retrouve sur la paille.

Grande gueule

Outre le fait qu’elle soit ouverte en permanence et qu’elle ferait mieux de la fermer, la grande gueule est facilement reconnaissable par sa capacité à palabrer sur tout et rien, et surtout sur rien qui sans conteste est le domaine qu’elle maîtrise au plus haut point. Trop souvent, elle ne sait rien ou pas grand-chose sur le sujet abordé mais elle veut que ça se sache, pour paraphraser Devos. Elle élève la voix plus facilement que le débat et tient par-dessus tout à la faire entendre, même si elle est sans issue. Elle parle avec aisance pour ne rien dire et le dit avec une conviction qui a pour objet essentiel de faire parler d’elle. Elle a toujours raison et tenter de la ramener à la raison quand elle a tort est forcément le fruit d’esprits tordus. Car paradoxalement, elle a très souvent le melon et refuse de porter le chapeau. Vous lui démontrez qu’elle est dans l’erreur, elle hausse le thon, pardon, le ton, et cherche à noyer le poisson. Elle fait la fine bouche face aux arguments qu’on lui oppose, attitude un tant soit peu contrenature pour une grande gueule, et n’hésite pas à se débiner après avoir débiné à la pelle. Inutile de creuser longtemps pour découvrir que la grande gueule c’est très souvent beaucoup de bruit pour rien.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

983

Re : Quelques mots d'humour...

Magnifique !

Pierre de Jade a écrit:

Grande gueule

Outre le fait qu’elle soit ouverte en permanence et qu’elle ferait mieux de la fermer, la grande gueule est facilement reconnaissable par sa capacité à palabrer sur tout et rien, et surtout sur rien qui sans conteste est le domaine qu’elle maîtrise au plus haut point.

Grande gueule ! Une magnifique métonymie ! Et surtout un magnifique épicène féminin dans ce sens métonymique ! Il démontre que notre langue n'est peut-être pas aussi machiste qu'on le dit : les grandes gueules ne sont-elles pas essentiellement des hommes ? !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Oui, mais donner un nom grammaticalement féminin pour désigner péjorativement un homme peut être ressenti comme sexiste. Ce n'est pas le cas ici où on se contente d'utiliser gueule de manière imagée et on conserve naturellement le genre grammatical du mot ; ça doit marcher aussi dans l'autre sens et je m'apprêtais à citer pied-noir qui peut désigner une femme aussi bien qu'un homme. Cependant, je m'aperçois qu'on dirait quand même "une pied-noir" pour une femme (voire "une pied-noire") et non "un pied-noir", alors qu'on dit à propos d'un homme "une grande gueule" et non "un grande gueule".

985

Re : Quelques mots d'humour...

Abel Boyer a écrit:

mais donner un nom grammaticalement féminin pour désigner péjorativement un homme peut être ressenti comme sexiste.

Vous évoquez le sexisme le plus habituel, l'hostilité à l'égard des femmes. Je voyais dans l'utilisation du féminin « grande gueule », pour désigner un homme, la démonstration de l'absence de cette sorte de sexisme. Mais il est vrai qu'on peut aussi considérer comme méprisant pour les femmes ce recours à une expression féminine. On n'en sort pas !

Le Larousse ne connaît « pied-noire » que pour l'adjectif et qualifie de rare cet accord au féminin. Pourquoi ne conseille-t-il pas de l'éviter ? Je m'étonne d'autant plus de cette graphie que l'on note « pieds-noirs » pour le pluriel du nom et qu'on ne semble pas s'être posé la question du pluriel de l'adjectif féminin : qui oserait « des femmes pieds-noires » ?

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Il ne faut pas avoir les pieds sur Terre pour promettre la Lune en mars.
Des individus qui cherchent à arrondir les angles, on en trouve de moins en moins dans le coin.
S'il n'y a que le premier pas qui coûte, autant commencer par le deuxième qui ne coûte pas.
Prudence est mère de sûreté. Pour le père, on est sûr de rien.
Quand on ravale sa fierté, on l'a toujours un peu en travers.
On ne se refait pas mais on peut facilement se faire refaire.

Narcisse 2.0

Le narcissisme n’a pas attendu la floraison des narcisses en cette fin février ou une poussée de sincérité politique pour exploser un peu partout. Certes, le progrès technique aidant, les Narcisse 2.0 ne tombent pas amoureux de leur reflet dans l’eau comme leur ancêtre de la mythologie grecque, mais s’extasient devant leur image renvoyée par les réseaux sociaux. Comme un passage express du mythe à la réalité virtuelle. Si la diffusion de l’image s’est incontestablement accélérée depuis les croisières d’Ulysse, sa production s’avère très hétéroclite et souvent très éloignée du tonnerre de Zeus. Constat n’interdisant en aucun cas à de nombreux pros du culte de la personnalité méritant à tout le moins d’aller se faire voir chez les Grecs, de voir plus grand en se montrant partout en même temps par la grâce d’Instagram ou de TikTok. Depuis le téléphone sans fil, on n’a jamais autant montré sa bobine ! On ne compte plus les candidat(e)s au vedettariat et peu importe si les as de la vidéo gag relèvent plus de la mère Denis que de la vedette haut de gamme. Et même dans une société de l’apparence, apparaître en gros plan sur un petit écran quand on a la grosse tête, qui plus est maquillée, ripolinée et gominée, ça fait plutôt mauvais genre.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

987

Re : Quelques mots d'humour...

lol
J'aime particulièrement « Prudence est mère de sûreté. Pour le père, on n'est sûr de rien » !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

La folie a déraison que la raison ignore.
Il est compliqué de se résoudre à dissoudre une organisation posant des problèmes insolubles.
L'Homme a la mémoire courte, d'où l'importance des piqures de rappel pour le vacciner contre l'oubli.
Fatigué par la pratique intensive des sports en eaux vives, il décide de passer ses vacances sur les bords de la mer Morte.
Ce n'est pas en multipliant les garde-fous que l'on va se débarrasser des dingues.
Vous vous rendez compte qu'à une lettre près on vous jouait une perceuse pour vous endormir ?

Hors du commun

Un type qui s’appelle Commun, c’est original, vous en conviendrez. Porter le nom Commun comme nom propre, avouez que ce n’est pas commun. Une exception à faire tourner en bourrique de vénérables grammairiens pourtant loin d’être des ânes, mais qui avaient déjà eu du mal à admettre que les noms des communes soient des noms propres. Mais revenons à ce Mr Commun peu banal. Il loge dans un immeuble de la commune dont les parties communes ne sont pas toujours propres, alors que son propre deux-pièces est toujours d’une propreté hors du commun. Au point d’impressionner ses voisins qui n’ont pas tardé à le surnommer Mr Propre, un nom propre que la publicité a fini par rendre très commun. Une notoriété dont Modeste, Mr Commun se prénomme Modeste, n’est pas peu fier, lui qui passait pour un propre à rien dans sa jeunesse. Il en rit souvent avec ses voisins car, dit-il, si le rire est le propre de l’Homme selon Rabelais, le mettre en commun permet de confirmer cet autre adage un peu plus récent, plus on est de fous, plus on rit. Quand je vous dis qu’il ne s’agit pas du commun des mortels.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le monde est peuplé de personnes méritantes, dont un certain nombre qui méritent des baffes.
On peut tout-à-fait être en avance sur son temps et porter une montre qui retarde.
Il y a un temps pour tout mais on ne fait pas tout pourtant.
Paradoxalement, les individus qui ne comptent pas leurs heures sont souvent remontés comme des pendules.
C'est fou la quantité de matière grise qu'il faut mobiliser pour identifier la matière noire.
Lorsque la muse gueule, inutile d'en faire tout un plat.

Histoire d’eau

L’eau, c’est la vie. Je n’en dirais pas autant de l’eau-de-vie, même si j’en connais certaines capables de réveiller un mort. La pénurie d’eau est donc un grave problème qui ne va pas aller en s’améliorant avec le temps, sauf peut-être par temps pluvieux au Nord de la Loire. La perte des eaux systématique à la naissance, que l‘on soit né ou non de la dernière pluie, n’est pas là pour arranger les choses, et cela depuis bien avant le déluge. Certes, le niveau des mers s’élève, phénomène lié à la fois à la fonte des glaces et à l’extension des flottes maritimes, c’est bien connu, plus il y a de flotte, plus il y d’eau, confirmant ainsi que ceux qui doutent du réchauffement climatique nous mènent en bateau. Mais transformer de l’eau de mer en eau douce serait source d’une addition salée tout en s’avérant notoirement insuffisant pour compenser le déficit en eau des nappes phréatiques et des géraniums de ma voisine.
Trouver des remèdes à cette pénurie sera donc vital pour éviter à thermes, pardon, à terme, à l’Humanité de boire la tasse. Les solutions ne coulent pas toujours de source mais sans elles, la probabilité est grande à l’avenir que les populations en soient réduites à se battre pour accéder au précieux liquide, avec le risque que l’histoire vire à la boucherie sans eau.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

990

Re : Quelques mots d'humour...

Pierre de Jade a écrit:

Le monde est peuplé de personnes méritantes, dont un certain nombre qui méritent des baffes.

Contradictoire.

Tout le reste m'a beaucoup plu, par exemple :

Pierre de Jade a écrit:

avec le risque que l’histoire vire à la boucherie sans eau.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Nous vivons une époque qui n'incite pas à pouffer en permanence, mais par contre on déguste.
Pour un poste dans le secteur de l'automobile, envoyez un CV vapeur.
Raconter des histoires à dormir debout aux Assises est la meilleure façon d'allonger sa peine.
Vendre des pardessus sous le manteau c'est un peu comme vendre des gants en sous-main.
Il faut de tout pour faire un monde mais il suffit d'un rien pour faire un immonde.
Le soupir se fait entendre en musique, surtout lorsqu'elle est mauvaise.

Mouvement d’humeur

Ces temps-ci, les mouvements sociaux sont revenus en force sur le devant de la scène. L’occasion de rappeler ce qu’est vraiment un mouvement social. Contrairement au mouvement perpétuel qui ne s’arrête jamais, pas même aux feux rouges, le mouvement social est un mouvement qui génère des arrêts de production dans l’espoir de faire bouger les choses d’un point de vue social. Les demandes de gagner plus souvent au Quinté+ n’entrant pas dans cette catégorie. Se faire envoyer promener à la suite de revendications légitimes avec parfois des commentaires du type « vous pourrez toujours courir ! » est un événement déclencheur aussi efficace que logique du mouvement. Quand c’est demandé gentiment il n’y a aucune raison de ne pas donner suite. Le mouvement s’amplifie lorsque la Direction ou le Gouvernement refusent catégoriquement de faire un geste et campent sur leur position, avec ou sans piquets de grève.
Défiler est une composante essentielle du mouvement social. Un mouvement qui resterait statique relèverait d’un immobilisme malvenu et qui n’avancerait pas à grand-chose. Il arrive très rarement qu’un mouvement social vire au soulèvement populaire, voire tourne à la révolution. Dans ces cas-là, les retombées sont historiques.
Certains jugent ces mouvements déplacés, affirmant qu’il faut savoir prendre du recul face à une situation bloquée. Il leur est généralement répondu qu’à toujours reculer, on finit par être bien avancé.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

992

Re : Quelques mots d'humour...

Excellent.
J'aime l'antiphrase « on déguste ».

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

Chez la girouette, changer d'avis tourne à l'idée fixe.
Les coiffeurs sont des as de l'art figure à tifs.
Défiant toute logique, les polémiques stériles font des petits générations après générations.
Pianoter sur un clavier pour prendre des notes, avouez que c'est paradoxal.
Acheter un billet pour voir une pièce est une escroquerie qui dure depuis des années.
Le courage a des limites, surtout chez une personne qui a tendance à baliser.

Morceau d’infini

L’infini n’en finit pas de donner le vertige à toute personne se penchant sur son existence. Il est traditionnellement représenté par un huit couché légèrement aplati pour nous rappeler qu’il fait l’étroit huit depuis la nuit des temps sans limitation des heures supplémentaires. Que l’on cherche vers l’infiniment petit ou vers l’infiniment grand, on n’en voit jamais le bout, décourageant les scientifiques à rechercher l’infiniment moyen.
Tout juste pouvons-nous percevoir la notion d’infiniment grand avec l’égo de certains hommes, politiques ou non, et l’infiniment petit par leurs bassesses. Car dans ce domaine aussi, les limites sont sans cesse repoussées.
Il arrive que certains individus beaucoup plus polis que grossiers nous remercient infiniment. Un petit merci de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal, mais des remerciements qui n’en finissent pas, merci bien ! On en arriverait à préférer les rapides désaveux.
Ou que d’autres fassent preuve d’une infinie gentillesse. C’est bien gentil la gentillesse, ça ne peut pas faire de mal, mais la gentillesse éternelle ne mettrait pas des lustres à méchamment nous pousser à bout.
L’infini on essaie bien de s’en approcher en mesurant les distances en années-lumière, mais cette méthode ne nous éclaire pas beaucoup, notamment lorsqu’on traverse des années sombres ou en cas de coupures de courant. Comme la quête après l’office dans une église écossaise, la quête de l’infini est vouée à l’échec. On n’en viendra jamais à bout, même si on devait y passer l’éternité.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Paradoxalement, je n'ai jamais vu un ophtalmo travailler à l'œil.
Les types qui roulent des mécaniques alors qu'ils ne tiennent pas la route sont dotés d'une assurance à toute épreuve.
Les individus brouillons se mettent facilement en boule quand on les froisse.
Les fervents hypocrites sont beaucoup moins respectés que le serment d'Hippocrate.
Pour tirer à vue, rien ne vaut un fusil à lunettes.
Multiplier les passe-droits est une attitude qui finit en général par mal tourner.

Poissons d’avril

On a trop longtemps entendu ce refrain que le vendredi était le jour du poisson pour ne pas considérer qu’un 1er avril tombant un samedi n’était pas de bon thon. Est-ce pour autant une raison de ne pas profiter de l’occasion pour jeter un œil sur le côté insolite de la population subaquatique, en excluant les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et les champions d’apnée, quitte à me faire engueuler comme du poisson pourri par des vieux loups de mer en manque de criées ?
Débutons cet inventaire par le pageot, poisson osseux vendu sous le nom plus commun de dorade, dont le caractère marin lui permet de ne jamais se confondre avec le lit d’une rivière. A noter pour les initiés que la dorade rose est surnommée beaux yeux depuis qu’un pêcheur normand sortant d’un bar avec des yeux de merlan frit et 2g de Calva dans le sang, avait comparé les yeux de ces animaux à nageoires à ceux de sa femme Dora.
Tournons-nous ensuite vers la raie, poisson plat se nourrissant principalement de câpres de mer et qui ne manque pas de l’avoir en travers quand elle se retrouve au bout d’une ligne
Jetons un rapide regard sur les loches, poissons de mer évoluant en général par paires et dont l’essentiel de la population évolue au large de l’île de Sein.
N’oublions pas de citer la castagnole, espèce très répandue en Méditerranée, beaucoup plus discret que la castagnette espagnole quand l’appât est là.
Il serait dommage pour clore ce bref recensement de passer à côté de la grande-gueule, de la famille des saccopharyngiformes et vivant dans les profondeurs abyssales des océans, situation inconfortable s’il en est qui ne la retient pas de l’ouvrir beaucoup plus que la carpe au risque de passer pour un congre.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

995

Re : Quelques mots d'humour...

lol

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

Re : Quelques mots d'humour...

L'élitisme c'est comme l'éthylisme, ça finit toujours par soûler.
S'il existait un cimetière des angles morts, il se situerait dans un coin perdu à l’abri des regards.
On dira ce qu'on veut mais une barge folle, on a toujours un mal fou à l'arraisonner.
Draguer une rivière, c'est la certitude de finir dans son lit.
On a tous une face cachée mais rien ne nous oblige d'être con comme la Lune.
Toute porte ayant un pas, il est donc logique que lorsque ce n’est pas la porte d'à-côté, ce ne soit pas à deux pas.

Un goût d’oseille

L’Homme est-il foncièrement vénal ? L’argent peut-il tout acheter ? Ai-je suffisamment de monnaie sur moi pour acheter ma baguette tradition ? Autant de questions existentielles qui reviennent régulièrement hanter son esprit, surtout lorsqu’il a du mal à se passer de mouillettes dans ses œufs à la coque. Depuis l’âge de fer, le pouvoir attractif de l’argent n’est plus à démontrer. La monnaie sonnante et trébuchante en a sonné plus d’un et fait vaciller plus d’un autre. Les chercheurs d’or eux-mêmes cherchaient surtout à faire de l’argent. Le silence est d’or mais on peut l’acheter avec de l’argent. Certains iraient jusqu’à échanger une femme en or contre une femme qui a de l’argent, c’est dire. Je sais, je l’ai déjà dit mais c’est une occasion en or de la replacer. L’Homme politique peut se faire acheter, les exemples ne manquent pas, avec pour conséquence logique de passer pour un vendu. Mais attention, une personne vénale peut toujours se racheter, ou du moins essayer. Le problème, lorsqu’elle cherche à se racheter, elle commence souvent par s’acheter une conduite, et une conduite intérieure, ça coûte, parfois plus cher qu’une mauvaise conduite à l’extérieur. On n’en sort pas.
Heureusement quelques comiques impayables, bien que ne payant pas de mine, font exception à la règle et confirment que décidément, l’humour n’a pas de prix.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

997

Re : Quelques mots d'humour...

Un bon cru  !

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

998

Re : Quelques mots d'humour...

lol
Ah, la barge folle qu'on a un mal fou à arraisonner !

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement… (Nicolas BOILEAU). Si possible !

999

Re : Quelques mots d'humour...

Il est plus facile de larguer les amarres quand la mer est belle que de larguer la belle-mère quand on en a marre !

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme !

Re : Quelques mots d'humour...

Paradoxalement, lorsque la parole se libère, les mots s'enchaînent.
Mieux vaut attraper une tumeur bénigne au Mali qu'une tumeur maligne au Bénin.
Quand on a l'air con, en toute logique on ne respire pas l'intelligence.
D'un simple point de vue allergique, la polenta est beaucoup moins à craindre que des tas de pollens.
Le pissenlit est la fleur de plus d'un continent.
Il est inutile de tuer le temps quand les délais ont déjà expiré.

Crazy horse

Le cheval est un mammifère périssodactyle domestiqué de la famille des équidés, herbivore à tous crins, qui ne met jamais deux pattes dans le même sabot pour se différencier des bipèdes. L’homme est un mammifère vertébré omnivore de l’ordre des primates, sauf quand il est très à cheval sur son régime végan ou qu’il se trouve un tant soit peu désarçonné face à une tête de veau sauce ravigote. Contrairement au cheval, il se déplace sur deux jambes et rarement en sabots à l’exception de quelques représentants de l’espèce que l’on voit venir avec leurs gros sabots, et qui souvent n’hésitent pas à bouffer à tous les râteliers.
L’homme et le cheval entretiennent une relation privilégiée depuis bien avant la création du PMU et l’arrivée du chocolat Poulain. Déjà dans l’Antiquité, le galop romain et l’Aztèque à cheval étaient à l’honneur. Dès les premiers instants de leur rencontre, l’homme comprit au regard de leur différence de gabarit qu’il était plus prudent ne pas se mettre le cheval à dos. C’est à la suite de cet éclair de lucidité qu’il décida de faire l’inverse. L’homme s’entend très bien avec le cheval, surtout le cavalier qui lui doit de ne pas passer pour un fou. Sans parler du croque-mort qui se sent moins seul depuis que le cheval a le mors aux dents.
Il arrive bien parfois qu’un dresseur bourré cherche à débourrer un jeune cheval, tentative logiquement vouée à l’échec, l’animal faisant tourner l’homme en bourrique qui passe alors pour un bourrin aux yeux des jockeys. Mais ce n’est pas la mort du petit cheval.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Messages [ 951 à 1 000 sur 1 078 ]

forum abclf » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...