Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Conjugaison bizarre du verbe partir

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 12 ]

1 Dernière modification par goofy2 (26-11-2019 12:08:29)

Sujet : Conjugaison bizarre du verbe partir

A mon humble avis, Alexandre Dumas n'utilise pas une forme correcte de conjugaison du verbe partir dans ce dialogue.

in "Le vicomte de Bragelonne" chapitre 36 . Alexandre Dumas

Je venais vous dire: "Ne croyez-vous pas qu'il serait bon que je partisse pour la France le plus tôt possible ?"

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Si, bien sûr. Imparfait du subjonctif ! Impeccable selon les règles de concordance des temps en vigueur au XIXe siècle (après un conditionnel). Il est vrai qu'aujourd'hui, cet imparfait du subjonctif sonnerait pédant et qu'on utilise plus volontiers le présent du subjonctif. Il faudrait que je vous l'expliquasse un jour !

3

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Ne serait-il pas bon que nous nous remissions à l'honneur cet imparfait du subjonctif que les plus anciens d'entre nous ont pratiqué dès l'école primaire ? Il ne faudrait pas qu'il tombât tout à fait dans l'oubli et que nos petits-enfants ignorassent qu'il a fait partie de la langue courante pendant des siècles.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Je ne crois pas que son usage pourra renaître aussi florissant qu'il le fut, mais le souvenir pourrait ne pas s'en perdre si nous relisons nos classiques, comme 'Goofy2' le fait, d'ailleurs, en lisant attentivement Dumas.
Comme le disaient les antiques grammaires :
https://i.ibb.co/0DSh0Sq/Capture.png
https://books.google.fr/books?id=eqlkfd … mp;f=false
"Goofy2", vous pouvez lire une discussion sur ces questions sur le fil :
https://forum.wordreference.com/threads … a.1233829/

5

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

le souvenir pourrait ne pas s'en perdre si nous relisons nos classiques, comme 'Goofy2' le fait

Assurément, car je m'y serais laissé prendre... bien que je l'aie pratiqué dès l'école primaire.

elle est pas belle, la vie ?

6

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Dumas en abuse, car on trouve dans ce même chapitre

in "Le vicomte de Bragelonne" chapitre 36

M. Monck ne souffrirait point que je partageasse avec un épicier une maison qu'il a habitée ! il est trop fier pour cela !

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Il n'en  abuse point, il en use.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

8 Dernière modification par Andrew78 (27-11-2019 20:06:57)

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Je sais pas si vous intéresse, mais en italian on utilise encore beaucoup l'imparfait du subjonctif à l'oral, que est la même chose que en français, en fait j'avais des probléme au debut de ne pas l'utiliser. De toute façon, aujourd'hui plus et plus personnes ne l'utilise pas, il y à beaucoup de personnes qui disent "si j'avais l'argent j'etais heureux" que c'est très mauvais d'écouter. Peut-être on va à perdre l'imparfait du subjonctif aussi en Italie dans les prochains 50 ans. Et en autre, même parmi les journalists, il y a une tendence de ne pas l'utiliser quand il n'est pas vraiment obligatoire, mais la majorité des personnes disent encore "je crois que soit une bonne idee" que c'est l'italian correct. Même en espagnol ils disent "creo que es una buena idea" et utilisent l'imparfait du subjonctif seulement dans la negation, donc je pense que parmi les langues romances l'italian est la plus convervatrice avec l'l'imparfait du subjonctif.

Demain est un autre jour. Dommage que le monde soit toujours le même.

9

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

vh a écrit:

L'espagnol a un subjonctif  futur, par exemple :
El que insultare a la reina fuere castigado. (Celui qui insultera la reine sera châtié.)

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Andrew78 a écrit:

Je sais pas si vous intéresse, mais en italian on utilise encore beaucoup l'imparfait du subjonctif à l'oral, que est la même chose que en français, en fait j'avais des probléme au debut de ne pas l'utiliser. De toute façon, aujourd'hui plus et plus personnes ne l'utilise pas, il y à beaucoup de personnes qui disent "si j'avais l'argent j'etais heureux" que c'est très mauvais d'écouter.

Je suis intéressé.

Je crois  plutôt entendre de plus en plus souvent quelque chose qui correspond exactement au français qui a largué son imparfait du subjonctif depuis longtemps :  "si j'avais l'argent, je serais heureux" soit "se avevo soldi, sarei felice" au lieu d'un bien plus correct et biensonnant "se avessi...".

Quand je suis arrivé il y a 21 ans, j'entendais encore assez régulièrement à Rome, chez toute sorte de locuteurs, l'équivalent du passé simple (passato remoto), je ne l'entends plus que dans la bouche de gens qui ont un discours élaboré et contrôlé. J'ai cru longtemps que la disparition de l'imparfait du subjonctif suivrait comme en France. Mais il y a une différence de taille entre les deux langues : en français le passé simple et l'imparfait du subjonctif ont un radical commun, qu'ils partagent aussi assez souvent avec le participe passé alors qu'en italien, ce sont les deux imparfaits (indicatif et subjonctif) qui partagent le même radical, ils diffèrent par les affixes (-v- pour l'indicatif, -ss- pour le subjonctif). Il se pourrait donc que cet imparfait du subjonctif résiste beaucoup mieux qu'en français (pour lequel le radical du passé simple/imparfait du subjonctif est très irrégulier).

Je suppose que la tentation de l'imparfait de l'indicatif est forte en italien (du fait de la proximité des formes et de l'usage somme toute limité de l'imparfait du subjonctif) mais le problème de fond est autre : c'est le mode subjonctif tout entier qui est attaqué, il n'est pas si rare d'entendre un "je veux que tu fais..." même si ça écorche les oreilles. En France le subjonctif est incontournable, en Italie, on le contourne souvent par des syntaxes alternatives, on s'en déshabitue et finalement on l'évacue. C'est quelque chose qui m'a frappé quasiment tout de suite. Mais, bis repetita, la résistance est encore très forte et le subjonctif en général et son imparfait en particulier ne disparaitront pas comme ça, surtout à l'écrit.

Et puis les désinences particulières de l'imparfait du subjonctif jouent peut-être un rôle dans cette histoire.

Andrew78 a écrit:

Et en autre, même parmi les journalists, il y a une tendence de ne pas l'utiliser quand il n'est pas vraiment obligatoire, mais la majorité des personnes disent encore "je crois que soit une bonne idee" que c'est l'italian correct.

D'accord mais pas de rapport avec l'imparfait du subjonctif, c'est le problème du subjonctivophobie dont je viens de parler.

11 Dernière modification par goofy2 (Hier 15:40:37)

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

P'tit prof a écrit:

Il n'en  abuse point, il en use.

Je trouve que l'usage en est abusif lorsqu'il s'agit de dialogues.
Dans un texte poétique à la rigueur mais dans un dialogue, c'est insupportable !

In "Le vicomte de Bragelonne" d'Alexandre Dumas - chapitre 51

Tout brutal que paraisse être mon raisonnement, je vous adjure donc de me croire et de détourner vos regards de ces premiers jours de jeunesse où vous prîtes l'habitude d'aimer, ...

12

Re : Conjugaison bizarre du verbe partir

Il est certain que les dialogues de Dumas n'ont aucune prétention au réalisme, mais on s'en souciait assez peu dans ce genre de roman. C'est une convention, un peu comme dans l'opéra où on chante en disant qu'on est en train de mourir.

Messages [ 12 ]

Pages 1

Répondre

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Conjugaison bizarre du verbe partir



Généré en 0,051 secondes, 87 requêtes exécutées