Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 11 ]

Sujet : Néologismes inutiles

Certains néologismes me semblent nous être imposés  par je ne sais quelle instance qui cherche à rationaliser la langue.

« Lave-linge », calqué sur lave-vaisselle qui lui est, comme chacun sait, postérieur, me paraît inutile alors que « machine à laver » était bien implanté depuis belle lurette, et que personne ne pensait à laver autre chose que du linge avec cet appareil.

« Médiathèque », qui me fait penser spontanément à médiateur, ne me semble pas indispensable quand « bibliothèque » est associé depuis des siècles à un endroit où on trouve des livres. La mise à disposition assez récente de cassettes, CD, DVD, ne nécessitait pas, à mon goût, de changement de désignation du lieu. A-t-on un jour cherché à débaptiser les épiceries au prétexte qu'on y vendait bien d'autres choses que des épices ?

D'autres néologismes des vingt dernières années me hérissent le poil.
Gazole a été inventé en supposant que tout le monde prononçait gas-oil à l'anglaise. Il me semble que beaucoup de monde disait, et dit encore, [gɑzwal].
La « chambre de métiers », comme on dit le seau de patates, est une bizarrerie qui pourrait être née dans l'esprit d'un énarque connaissant mal le français (ce qui est tout à fait possible de nos jours) ou d'un étranger. Si l'idée est de tenir compte de la liste des métiers qui pourrait varier d'une chambre à l'autre, « chambre des métiers » n'avait pas de sens exclusif.

Si vous avez des commentaires ou d'autres exemples, vous êtes les bienvenus.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Néologismes inutiles

Quelques commentaires.
Lave-linge : je ne l'utilise pas (le mot, pas la chose !) mais ce néologisme fort bien formé, très français, très clair, ne me gêne aucunement. Peut-être est-il plus utilisé par les constructeurs et les catalogues que par les ménagers/ménagères ?
Médiathèque : je me suis bien habitué à ce nouveau terme qui évoque pour moi une génération assez différente des bibliothèques de ma jeunesse ou de celles de mon appartement ! L'épicerie a conservé son nom un certain temps mais dans ma région parisienne, plus personne ne va chez l'épicier ou à l'épicerie depuis belle lurette.
Gazole a été créé en voulant faire le parallèle avec pétrole. Ça ne me semble pas idiot. Il me semble que le mot a bien pris, même si on entend quand même encore d'anciennes prononciations (de moins en moins me semble-t-il, mais c'est très subjectif).
Chambre de métiers. Je n'avais pas vraiment prêté attention à cela. Si j'avais eu à en parler, j'aurais probablement dit chambre des métiers. Je ne sais pas la raison de ce choix. Je ne crois pas que le seau de patates nous aide beaucoup à comprendre, pas plus que le seau d'eau n'explique la chambre de commerce, bien plus ancienne.

3

Re : Néologismes inutiles

Pour prendre un autre contre-exemple, tout le monde comprend ce qu'est le Muséum National d'Histoire Naturelle, sans qu'on ait eu à le renommer Institut des sciences de la vie et de la terre ou une autre appellation équivalente.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

4 Dernière modification par Abel Boyer (01-09-2019 15:36:39)

Re : Néologismes inutiles

Les jeunes connaissent mieux les SVT (sciences de la vie et de la terre) que les Sciences Nat(urelles) comme on les appelait de mon jeune temps.
Je ne suis pas sûr que le titre complet de Muséum National d'Histoire Naturelle soit bien compris. Beaucoup de gens ne connaissent pas ce nom (ils parleront peut-être plus volontiers du Musée ou du Muséum du Jardin des Plantes ou de sa pièce maîtresse, la Galerie de l’Évolution). Mais je gage que "histoire naturelle" n'est pas bien compris de tous. Seule l'habitude maintient le nom en usage, comme souvent, pour les vieilles dénominations (Arts & Métiers, par exemple).

5

Re : Néologismes inutiles

Que pensez-vous de l'emploi nouveau (ou qui me semble tel) de "mobilité" ?
Avions-nous besoin d'un nouveau mot ? "moyens de transport" ne suffisait-il pas ?

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

Re : Néologismes inutiles

Celui-ci me gêne nettement plus !

7

Re : Néologismes inutiles

Abel Boyer a écrit:

Mais je gage que "histoire naturelle" n'est pas bien compris de tous. Seule l'habitude maintient le nom en usage, comme souvent, pour les vieilles dénominations (Arts & Métiers, par exemple).

Dans les milieux scientifiques, on parle toujours du Muséum, souvent représenté dans les articles par son acronyme MNHN.
Que l'habitude maintienne les noms en usages ne me gêne absolument pas, dans la mesure où on perçoit l'appellation comme un tout, et qu'on l'associe à l'institution ou à l'objet. Personne ne décortique le mot casserole, dont les sens anciens ne représentaient pas l'objet d'aujourd'hui. Dans le même esprit, la bibliothèque (souvent municipale) ne nécessitait pas un changement de nom pour que le public comprenne qu'il y trouverait désormais des moyens de diffusion du savoir en complément du livre.

Ylou a écrit:

Que pensez-vous de l'emploi nouveau (ou qui me semble tel) de "mobilité" ?
Avions-nous besoin d'un nouveau mot ? "moyens de transport" ne suffisait-il pas ?

Je suis tout à fait de votre avis, mais mobilité peut aussi représenter, dans l'esprit des promoteurs du mot, le fait d'être mobile. La mobilité inclut le téléphone portable (ou plutôt portatif), la wifi, les différentes possibilités de se connecter etc.
Mais je reprends volontiers votre question « Avions-nous besoin d'un nouveau mot ? » en l'appliquant à médiathèque.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Re : Néologismes inutiles

La question est presque philosophique : avons-nous toujours besoin d'un livre nouveau, d'un disque nouveau, d'un vêtement nouveau,  d'un plat nouveau, d'un ami nouveau...? Doit-on nécessairement se contenter de ce qu'on a ?
Faut-il  craindre l'abondance de mots au-delà du strict nécessaire alors que peu craignent l'abondance d'argent au-delà du strict nécessaire ?
Devrait-on encourager l'épuration du vocabulaire et sa réduction à quelques vocables essentiels comme la sagesse valorise l'ascétisme et l'abandon des biens de ce monde ?
Pour ma part, les néologismes qui me gênent sont ceux que je trouve, subjectivement, laids, mal formés ou ambigus. Le côté "inutile" ne me gêne pas forcément  ; il y a dans le dictionnaire tant de mots totalement inutiles...
Ce qui me gêne dans "mobilité", c'est son ambiguïté.

9

Re : Néologismes inutiles

Je pense comme vous Alco. Bibliothèque me convenait très bien. Je n'aime pas "médiathèque".
Média est dit (TLF) abréviation de "mass-média" :
Ensemble des moyens de diffusion de masse de l'information, de la publicité et de la culture, c'est-à-dire des techniques et des instruments audiovisuels et graphiques, capables de transmettre rapidement le même message à destination d'un public très nombreux.

Je crois que ce sont les notions transmises par ce mot qui me gênent : le livre passe vraiment au second, voire dernier plan.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

10

Re : Néologismes inutiles

Je vous lis à l'instant Abel. Oui, vous avez raison.
J'ajoute aussi que je suis sensible, au-delà même de son utilité, à la "beauté" d'un mot. J'entends par là les images et notions qu'il véhicule, dans ses connotations.
Et aussi : je suis hérissée par les euphémismes. Il en est d'ailleurs de ridicules.  Mais généralement, ils trahissent dans le meilleur des cas, conformisme, manque de courage; hypocrisie ?

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

11

Re : Néologismes inutiles

Je vous rejoins, Ylou, sur la beauté des mots. Malheureusement ceux qui créent les néologismes obéissent la plupart du temps à un souci de rationalisation plutôt qu'à un ressenti esthétique.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

Messages [ 11 ]

Pages 1

Répondre



Généré en 0,054 secondes, 89 requêtes exécutées