Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

ABC de la langue française : forums » Promotion linguistique » La secte des linguistes et des grammairiens.

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 18 ]

Sujet : La secte des linguistes et des grammairiens.

Je crois que les linguistes et les grammairiens de toutes les langues, qui ne sont certes pas inutiles, s’étaient vite rendu compte qu’ils détenaient un immense pouvoir et avaient fini par céder à la tentation de s’ériger en aristocratie, clergé ou secte pour préserver leur position dominante et leur notoriété, n’hésitant pas parfois, quand ils sont à court d’idées, d’user d’artifices divers pour ne pas tomber dans l’oubli.
Je voudrais pour étayer ce propos m’appuyer sur quelques exemples, libre à chacun de le corroborer à sa manière.

Prenons l’exemple de l’expression "dans le but de", d’abord condamnée, mais de plus en plus acceptée. Trois questions se posent : 1/ comment ce qui était déraison a-t-il pu devenir raison ? 2/ Jamais personne, parmi ceux qui utilisent cette expression et ceux qui l’entendent, ne lui a donné le sens de "être dans le but". Si tout le monde s’entend et se comprend, alors où est le problème ? 3/ Ce troisième point est le plus important ou le plus grave. L’expression a été condamnée au motif que "dans" signifierait  qu’on est déjà "dedans", or, "dans" ne signifie pas forcément "dedans", il peut avoir de nombreux autres sens. Comment linguistes et grammairiens ont-ils pu l’ignorer ?

Voyons maintenant le cas des pléonasmes et prenons l’exemple du fameux "descendre en bas". Personne n’ignore que dans toutes les langues ou presque, tout le monde peut dire "descendre en bas" sans problème. Qu’y a-t-il en effet de plus normal et de plus naturel que de dire "descendre en bas", tant qu’on ne dit pas descendre en haut ? Là encore, comment ce qui est raison "au-delà"  peut-il être déraison "en-deçà" ? Poussons plus loin et posons-nous la question, question qu’auraient dû se poser linguistes et grammairiens, eux qui se posent tant de questions : pourquoi les gens sont-ils enclins à dire  "descendre en bas" ? Tout simplement parce que les humains n’aiment pas parler en langage codé ou par onomatopées, faire trop bref ou trop brusque, je ne sais comment le dire. Ils préfèrent dire "je descends en bas", tout comme ils disent "viens… ici", c’est plus naturel et ça permet de mieux respirer. Linguistes et grammairiens avaient donc largement de quoi accepter le  "descendre en bas" et le justifier, mais pas fous, ils se sont bien gardés de se priver de ce moyen de manifester leur pouvoir sur les classes populaires.
Continuons… mais ça fait déjà assez long, alors concluons.

Linguistique  et grammaire sont indispensables, mais, quelle que soit ta langue, malheur à toi si tu te laisses harponner par la secte des linguistes,  grammairiens et autres puristes. Ils te ligoteraient malheureux, te musèleraient, te videraient de ta vitalité,  de ta sève et de ton sang, te tétaniseraient, te terroriseraient. Tu n’oserais plus prononcer un mot, écrire une phrase, tu perdrais ta langue et ton droit de dire et de vivre.

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Je crois que vous ne savez pas vraiment ce qu'est un linguiste... Ou alors vous vous méprenez un peu sur leur rôle et travail...

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Vous ne visez que les cuistres auteurs de ne dites pas... mais dites qui sont à la linguistique ce que Loran Deutsch est à l'histoire.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

4

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Bonjour,
Merci d’avoir réagi.
Les rôles respectifs des linguistes et des grammairiens se distinguent effectivement. Mais cela n’empêche que souvent les grammairiens sont linguistes et les linguistes se font grammairiens. Aussi, n’est-il pas rare de lire : posez vos questions d’orthographe, grammaire, accords, conjugaison, nos linguistes vous répondront. Mais le plus important n’était pas là.

Des cuistres qui disent « dites, ne dites pas » ? Non, pas des cuistres, des grammairiens.
Cela dit, poursuivons.

L’idée que je voulais surtout mettre en avant est que les grammairiens avaient tendance à tout compliquer inutilement et j’ajouterais sadiquement, au point que la grammaire est devenue une obsession, une hantise. Au lieu de libérer et de faciliter l’expression, elle est devenue un blocage. Les grammairiens en ont fait une idole, un Dieu, menaçant d’excommunication et traitant d’apostat coupable de blasphème et de sacrilège quiconque déroge à leur Loi.

Les conséquences ne sont pas difficiles à deviner ; on les voit. Bien des usagers passent leur vie à bredouiller de crainte de faire un faux pas, alors qu’ils ne manquent ni d’éloquence ni de verve.
D’autres (usagers) ont été ou se sont laissé envoûter volontairement pour faire de la grammaire un jeu, une marotte, ou un sujet d’érudition pour "épater", croyant ou laissant croire que c’est la seule chose qui comptait et s’inquiètent d’un trait d’union, d’une majuscule, d’un s de plus ou de moins, au moment même où ils sont incapables d’aligner deux phrases lisibles. J'ai ciblé là deux catégories: des apprenants qui se trompent de voie, qui choisissent la facilité, qui croient qu'il suffit d'ingurgiter les règles de grammaire pour maitriser une langue, et ceux qui, sans maitriser la langue, ont fait de la grammaire une spécialité pour "en jeter" au voisin.
Que cela ne jette surtout pas le discrédit sur tous les grammairiens ou enseignants de grammaire, il en est parmi eux de très bons. D'ailleurs, on en trouve ici smile

Enfin.
De la grammaire, il en faut, mais ni trop ni trop peu, et l’expression doit primer sur toute grammaire.
Peuples de tous les pays, libérez-vous !

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Je ne crois pas que les grammairiens impressionnent grand monde. L'immense majorité des gens qui parlent n'ont jamais lu les avis des grammairiens et se fichent de leurs avis, qu'ils ignorent.

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Le grammairien décrit les faits de langue, le linguiste les explique, dans la mesure où c'est possible, le cuistre se fait briller à coup de ne dites pas mais dites.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Eh bien ceux-là ne brillent pas d'un éclat bien visible !

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Je ne sache pas que Bernard Pivot ait sombré dans l'obscurité.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

9 Dernière modification par Abel Boyer (01-11-2018 13:45:19)

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Je ne le place pas parmi les cuistres, et sa notoriété première était due à ses belles et passionnantes émissions littéraires. Je suppose que c'est son intérêt pour les dictées qui vous déplaît.

10

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

P'tit prof a écrit:

Le grammairien décrit les faits de langue, le linguiste les explique, dans la mesure où c'est possible, le cuistre se fait briller à coup de ne dites pas mais dites.

Faudra peut-être penser à régler tes litiges avec les dictionnaires, ce n'est pas bien de laisser durer trop longtemps les brouilles. smile
C'est toi qui disais qui je confondais les cochons et les brebis ? Non, c'était un autre.

11

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Ce qui est sûr, c'est que le linguiste ne prescrit jamais ; pour lui, les "fautes" sont aussi intéressantes que la "norme" pourvu qu'elles soient significatives, ce qu'elles sont souvent.

Quant aux grammairiens anciens qui ont rédigé des "ne dites pas... mais dites...", comme les auteurs du fameux Appendix Probi, ils sont infiniment précieux à l'historien de la langue, bien que ce soit malgré eux !

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

12 Dernière modification par Chaoui (06-11-2018 01:36:30)

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

N'importe quoi !
Personne ne sait distinguer linguiste de grammairien et tout le monde se méprend sur le " dites, ne dites pas".
Et c'est à moi qu'on a voulu apprendre tout ça !

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Moi je distingue très bien un linguiste et un grammairien même si parfois, quand je suis en cours, ces deux fonctions se mêlent. Mais comme le dit Levine, normalement, un linguiste décrit plutôt qu'il ne prescrit bien que des exemples de linguistes prescriptivistes existent, on en trouve néanmoins de moins en moins.
Une dernière chose, quand on parle de grammaire, on ne parle pas de la même chose vous et moi...

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Abel Boyer a écrit:

Je ne le place pas parmi les cuistres, et sa notoriété première était due à ses belles et passionnantes émissions littéraires. Je suppose que c'est son intérêt pour les dictées qui vous déplaît.


Lors de ses belles émissions littéraires, il reprenait les auteurs sur leurs tournures  de phrase. C'est à ce signe que j'ai diagnostiqué sa cuistrerie, diagnostic renforcé par son inénarrable concours de   dictée. La dernière touche a été mise par son intervention tonitruante contre le prédicat. A sa décharge, il ne sait pas ce que c'est...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Un cuistre qui a donné envie de lire à des milliers de gens, j'en redemande. Je n'ai pas le souvenir qu'il reprenait les auteurs sur leurs tournures de phrase, avec un imparfait qui indique une sorte d'habitude chez lui. N'avez-vous pas forcé le trait ?

16

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Chaoui a écrit:

N'importe quoi !
Personne ne sait distinguer linguiste de grammairien et tout le monde se méprend sur le " dites, ne dites pas".
Et c'est à moi qu'on a voulu apprendre tout ça !

J'ignore si c'est moi qui suis concerné par le "N'importe quoi", mais je voudrais simplement citer André Martinet qui, dans ce passage, évoque les trois catégories de personnes en question dans ce sujet :

Aujourd'hui encore, le public français, même cultivé, ignore à peu près l'existence d'une science du langage distincte de la grammaire scolaire et de l'activité normative des chroniqueurs mondains.

                                                     A. Martinet, Éléments de linguistique générale p.7, éd A. Colin, coll U2.

Si vous faites la différence entre ces trois catégories, tant mieux, c'est que je me suis trompé, et dans ce cas, je vous présente mes excuses.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

Abel Boyer a écrit:

Un cuistre qui a donné envie de lire à des milliers de gens, j'en redemande. Je n'ai pas le souvenir qu'il reprenait les auteurs sur leurs tournures de phrase, avec un imparfait qui indique une sorte d'habitude chez lui. N'avez-vous pas forcé le trait ?


Vous êtes joli.
Votre mémoire est moins efficace que la mienne : je le revois très bien, livre hérissé de signets en main, demander à l'auteur pourquoi (au hasard) il n'a pas employé le subjonctif au lieu de l'indicatif et autres questions d'un puisant intérêt littéraire...
En tête à tête, il est allé jusqu'à reprendre Louis Guilloux (oui, Louis Guilloux !) sur l'emploi de morlingue. Louis Guilloux lui a  bien rendu la  monnaie de sa pièce.


Quant à donner aux gens l'envie de lire... Il a fait vendre, mais les acheteurs ont-ils lu leurs achats ?

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : La secte des linguistes et des grammairiens.

P'tit prof a écrit:

Votre mémoire est moins efficace que la mienne : je le revois très bien, livre hérissé de signets en main, demander à l'auteur pourquoi (au hasard) il n'a pas employé le subjonctif au lieu de l'indicatif et autres questions d'un puisant intérêt littéraire...
En tête à tête, il est allé jusqu'à reprendre Louis Guilloux (oui, Louis Guilloux !) sur l'emploi de morlingue. Louis Guilloux lui a  bien rendu la  monnaie de sa pièce.

Vous vous abusez beaucoup sur l'efficacité de votre mémoire !
Voici l'entretien entre Louis Guilloux et Pivot, datant de 1978.
Non seulement Pivot ne reprend pas Guilloux sur le mot de "morlingue" mais il apprécie ce mot "fort savoureux" ! (écouter à 1min47s).
https://www.youtube.com/watch?v=xOv5q_IJ724
Bon, qui veut noyer son chien l'accuse de la rage !

Messages [ 18 ]

Pages 1

Répondre

ABC de la langue française : forums » Promotion linguistique » La secte des linguistes et des grammairiens.



Généré en 0,068 secondes, 91 requêtes exécutées