Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 11 sur 11)

forum abclf » Parler pour ne rien dire » Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Pages ◄ Précédent 1 9 10 11

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 501 à 512 sur 512 ]

501 Dernière modification par Roland de L. (21-07-2021 12:53:27)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

éponymie a écrit:

(message 322 du 20 juin 2020)
Attention : il y avait deux Château Rouge : le plus ancien, du côté de Montmartre était infiniment plus huppé que celui de la rue Galande et a été mêlé aux évènements de la Commune. Si vous voyez bal, c'est de lui qu'il s'agit.

Je vous renouvelle mes remerciements pour ce conseil, cher éponymie.
En fait, quiconque s'intéresse au Château-Rouge est vite confronté à cet obstacle : sur une recherche avec "Château-Rouge" comme mot-clé, on trouve 999 résultats sur 1000 qui ont trait au Bal.
La raison : les ordinateurs qui scrutent les journaux ne sont pas capables de faire la différence entre les articles et les annonces publicitaires. Or, dans tout sa durée de vie (1845-1882), le bal du Château-Rouge fut un très gros annonceur publicitaire.
Je viens de passer quelques heures (et même un peu plus) à dépouiller 7776 apparitions de "Château-Rouge" dans les journaux épluchés par Retronews, entre les années 1959, année supposée d'ouverture de "notre cabaret", et 1899, date de sa démolition. Jusqu'en 1882, année de la fermeture du bal, la proportion de 999/1000 est même dépassée.
Je me propose, pour régler définitivement quelques comptes, de consacrer mon prochain message à une brève histoire de ce fameux bal.
Ceci sera naturellement complètement hors sujet. J'assume.

502 Dernière modification par Roland de L. (21-07-2021 11:38:08)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Roland de L. a écrit:

Je me propose, pour régler définitivement quelques comptes, de consacrer mon prochain message à une brève histoire de ce fameux bal.
Ceci sera naturellement complètement hors sujet. J'assume.

Au départ, il y a bien un château, ou plutôt un manoir :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2t … )#Histoire

Ce manoir, et son parc, sont lotis en 1844 :
http://paris-atlas-historique.fr/resour … tation.jpg

Les deux pages précédentes sont mal renseignées sur l'ouverture du bal public, qui en fait eut lieu, non en 1847, mais en juin 1845, sous le nom Nouveau Tivoli ou Bal du Château-Rouge :
https://www.retronews.fr/journal/la-pre … mp;index=4, bas de colonnes 1 et 2.

Extrait de La Presse du 15 juin 1845 :
" Le pavillon historique de la barrière Rochechouart, connu depuis des siècles sous le nom de Château-Rouge.et qui avait coûté soixante-quatre mille francs à Mlle Ozanne, a été vendu avec ses dépendances, six cent mille francs. Une portion du parc a été livrée à la spéculation ;  on y élève des maisons, on y perce des rues ; l'autre, attenante au Château-Rouge, a été disposée en bal champêtre, sous le nom de Nouveau Tivoli.
(…)
L’inauguration du Château-Rouge a eu lieu jeudi de la façon la plus splendide. Il y avait non seulement des candélabres, mais pour ainsi dire des arbres de lumière; on y voyait trop ; la verdure éclairée au gaz prend des airs étonnants de décoration théâtrale, les pelouses d'un vert d'émeraude réalisent cette nature impossible qu'on reproche aux peintres spiritualistes du moyen-âge ; les femmes, parées de clairs atours, ont l'air d'ombres heureuses que menacent de noirs démons ; une d'elles a roulé fort rudement sous l'étreinte d'un de ces tristes polkeurs au frac sombre qui nous gâtent l'aspect des plus charmantes danseuses ; son visage s'est cruellement meurtri ; des sergens de ville ont extrait le maladroit de la foule, mais l'émotion a été de courte durée. La littérature, convoquée en masse à cette fête d'ouverture, y prenait part avec bonhomie ; on daignait s'amuser. Notre ami Théophile Gautier a donné sur la tête d'un Turc… à ressort un coup de poing de 520 livres ; de pareils essais ont de quoi concilier à la critique le respect aveugle des masses. A onze heures, après l'embrasement pyrrhique du jardin, la polka avait repris de plus belle, lorsque le garde-champêtre de la localité est venu, de la part de M. le maire, avertir ces fougueux Parisiens qu'il était temps de rentrer dans leur circonscription municipale*. On a obéi à regret, en se promettant de revoir souvent ce charmant pavillon de briques cordonnées de pierres, ces longues allées, ces ombrages, royale retraite que le plaisir disputera longtemps encore à la spéculation menaçante."

* Source Wikipédia : "Jusqu'en 1860, Montmartre est une commune du département de la Seine. Cette année-là, en vertu de la loi d'extension de la capitale, la commune est annexée par Paris à l’exception d’une petite partie qui est attribuée à la commune de Saint-Ouen. La majorité du territoire de l'ancien Montmartre est donc intégré dans ce qui devient le 18e arrondissement de Paris..."


Voici l'annonce dans le journal Le Commerce, le 27 juin 1845, de la première grande fête de ce Nouveau Tivoli :
https://www.retronews.fr/journal/le-com … mp;index=1, bas de la 2ème colonne.

"Le nouveau Tivoli du Château Rouge doit donner samedi prochain 29 juin, sa première grande fête extraordinaire.
Outre l’éclairage habituel du jardin qui est de 650 becs de gaz et dont l’élégante disposition est due à M. Bastien, architecte ; il y aura en outre 8,000 verres de couleur. Un brillant feu d’artifice dont la pièce principale représentera l’Homme de Feu à cheval, exécuté pour la première fois par M. Charroy, artificier du roi, terminera la soirée.
Nul doute que le public ne vienne avec empressement jouir des plaisirs qui lui sont offerts dans ce magnifique établissement d’été, et entendre aussi l’excellent orchestre de danse dirigé par M. Laurent aîné."

En juillet 1847 se tient au Château-Rouge un banquet réformiste contre la Monarchie de Juillet :
http://www.cosmovisions.com/$BanquetReformiste.htm

En mars 1871, le Château-Rouge est, comme le dit éponymie, concerné par l'histoire de la Commune : le général Lecomte y fut gardé prisonnier, avant d'être fusillé le 18 mars dans une rue voisine  :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Le … Biographie

Le bal du Château-Rouge était un endroit à la mode : fêtes et bal tous les soirs, fêtes "parées et masquées" pour le mardi-gras, feux d'artifice, illuminations, jardin, orchestre de 100 puis 50 musiciens, etc...
Il avait à l'époque de sa splendeur, de nombreux concurrents.

Il déclina dans les années 1880, victime de la mode du cancan, entre autres. Je pense personnellement qu'il fut surtout victime de la spéculation foncière et de l'extension inexorable de l'habitat parisien.

Voici son "acte de décès", dans le journal Le Soleil du 4 février 1882 :
"On vient de terminer les démolitions du Château-Rouge, que tous les Parisiens connaissaient à cause du bal public qui s’y trouvait depuis une quarantaine d’années. A l'origine le Château-Rouge était une maison de plaisance bâtie par les ordres d’Henri IV. Pendant la Révolution, on y installa une fabrique d’armes.
En 1814, le conseil de défense de Paris tint deux séances sous la présidence de Joseph, le frère de Napoléon. C’est là qu’un aide-de-camp vint lui annoncer la capitulation signée par Marmont. En 1848, les fameux banquets réformistes y furent tenus. Pendant la guerre franco-allemande, il fut converti en caserne et le 61e bataillon de la garde nationale y fut logé. Le 18 mars, les généraux Lecomte et Clément Thomas y furent enfermés.
L’établissement du Château-Rouge comme bal était le mieux aménagé de Paris, surtout avant qu'il fut écorné par le percement du boulevard Ornano. Il y avait là un parc planté d’arbres, un jardin à l'Anglaise, un lac. Malgré tout, l'éloignement de ce bal fut cause que jamais le public élégant ne le fréquenta.
Au nombre des directeurs de l’établissement figura Bobœuf, qui plus tard inventa le phénol.
Sur les terrains qu’occupait le Château Rouge, on va élever douze grandes maisons à cinq étages, dont sept auront façade sur la rue Clignancourt et les cinq autres sur la rue Custine. Les travaux de construction seront commencés dans un bref délai. L'édification de ce pâté d’habitations, où se trouveront plus de deux cents appartements, modifiera d’une manière sensible l’aspect de cette partie de ia rue Clignancourt."

Ceci était mon règlement de compte !

503 Dernière modification par glop (21-07-2021 09:48:22)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Vos recherches m'ont mis sur la piste de cette illustration.

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t31.18172-8/p843x403/413187_10151028076326548_800208076_o.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-3&_nc_sid=9267fe&_nc_ohc=0VikgSgyMycAX9pq4a6&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=9bd08b053d28acaab216a47bdebb579e&oe=611EF028

https://www.facebook.com/johndorbigny/p … 277621190/

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

504 Dernière modification par glop (21-07-2021 10:04:47)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

https://www.paperblog.fr/1984635/petite … ontmartre/
http://autourduperetanguy.blogspirit.co … rouge.html

Concernant Henry IV et Gabrielle d’Estrées, je ne serais pas étonné qu’ils aient pu, quelquefois, se réfugier au Château Rouge de la rue Galande.
En tous cas la confusion entre les deux « Château Rouge » ne date pas d’hier.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

glop a écrit:

Vos recherches m'ont mis sur la piste de cette illustration...

Magnifique illustration ! Merci beaucoup !

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

L'ensemble de ce fil, même si son sujet sort étrangement de nos préoccupations langagières, est une source de lectures passionnantes. Merci à ceux qui font vivre ce fil, notamment à Roland qui nous évite la fastidieuse (mais parfois excitante) phase de recherches bibliographiques pour nous servir des articles tout prêts !

507 Dernière modification par Roland de L. (21-07-2021 13:44:50)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Abel Boyer a écrit:

L'ensemble de ce fil, même si son sujet sort étrangement de nos préoccupations langagières, est une source de lectures passionnantes. Merci à ceux qui font vivre ce fil, notamment à Roland...

Merci à vous pour ces encouragements !

1. C'est vrai que l'histoire de ce bouge de la rue Galande a peu de rapport avec la langue française, même si j'ai, çà et là, montré un rapport avec l'argot du XIXème siècle, qui est une de mes passions.
2. Si on revient à la source (message n° 1 de mercattore du 12/10/2009), il s'agissait de s'intéresser aux fresques décorant ou non l'établissement.
- Pourquoi mercattore a-t-il choisi un forum consacré au français pour poser ce genre de question ? Je ne sais.
- Pourquoi a-t-il choisi la catégorie "Parler pour ne rien dire" ? Je ne sais.
3. Je constate avec un certain amusement que ma digression d'hier soir sur l'autre Château-Rouge (le bal) a provoqué plus de commentaires que mes (trop ?) nombreux messages sur le bouge...

508 Dernière modification par Roland de L. (21-07-2021 14:09:24)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Roland de L. a écrit:

(mon message 307 du 19 juin 2020, un de mes premiers sur le sujet)

Le Gaulois du 25 octobre 1878
Le lien hostingpics est brisé. Je pense qu'il s'agissait de cet article, effectivement pittoresque.

"BATAILLE DE DAMES

Des agents ont opéré hier, vers neuf heures et demie du soir, rue Saint-Séverin, en vertu d'un mandat lancé dans la journée, l'arrestation de deux hommes et de deux femmes. L'un de ces couples est bien connu dans le quartier Maubert et au fameux Château-Rouge de la rue Galande, sous le nom de Tu-Duc et de la Mère-Angot...

Fort de ma consultation de mes nouveau amis de Retronews (1500 titres de presse française de 1631 à 1950 dit leur pub), je suis en mesure de confirmer ceci :
Cet article du Gaulois d'octobre 1878 fut le premier à citer le Château-Rouge".
Lequel établissement était nommé "le fameux Château-Rouge".
Il faut croire qu'avant 1878, rien ne s'était passé dans ce lieu fameux qui pût intéresser la presse.

PS Je n'ai donc rien trouvé qui donne la moindre indication sur la date d'ouverture de "notre cabaret". Désolé.

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Roland de L. a écrit:
Roland de L. a écrit:

Je me propose, pour régler définitivement quelques comptes, de consacrer mon prochain message à une brève histoire de ce fameux bal.
Ceci sera naturellement complètement hors sujet. J'assume.

Au départ, il y a bien un château, ou plutôt un manoir :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2t … )#Histoire

Ce manoir, et son parc, sont lotis en 1844 :
http://paris-atlas-historique.fr/resour … tation.jpg

Voir aussi cette page.

510 Dernière modification par Roland de L. (05-09-2021 09:05:03)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Roland de L. a écrit:

(mon message 508 du 21 juillet 2021)

Fort de ma consultation de mes nouveau amis de Retronews (...), je suis en mesure de confirmer ceci :
Cet article du Gaulois d'octobre 1878 fut le premier à citer le Château-Rouge".

On ne devrait jamais être aussi affirmatif : j'ai trouvé une mention du Château-Rouge rue Galande dans un compte-rendu d'audience paru dans Le Droit en date du 11 février 1878 :
https://www.retronews.fr/journal/le-dro … mp;index=0.
Double-clic sur le haut de la 4ème colonne.

Et, patience, j'ai encore d'autres trouvailles à venir !

511 Dernière modification par Roland de L. (05-09-2021 10:59:36)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

Ma trouvaille du matin...

éponymie a écrit:

(Message 107 d'éponymie, du 5 mars 2016)

Un triste épisode en aout 1872 [décès d'une cliente, liens brisés] :

Le propriétaire de l'époque s'appelait Antoine Trichard, il fera faillite moins d'un an plus tard, en mai 1873... :
[Liens brisés]

Quand au fameux monsieur Cadoux, il n'aura pas été propriétaire longtemps...
[Liens brisés]

Le père  Trollier entrera donc en scène quelque part entre 1873 et 1883.

J'ai trouvé une mention de Trichard : il est "marchand de vin au 57 rue Galande" et donne 20 F. en octobre 1866 au profit des victimes d'inondations :

https://www.retronews.fr/journal/gazett … mp;index=0
Double-clic sur le haut de la 6ème et dernière colonne.

Accessoirement, cet entrefilet confirme la présence d'un marchand de vin au 57 rue Galande en 1866, sans nom précis, ni Guillotine ni Château-Rouge.
Désolé, malgré d'assidues recherches, je ne trouve toujours pas de trace de l'ouverture en 1859 !

512 Dernière modification par Roland de L. (05-09-2021 14:12:10)

Re : Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris

éponymie a écrit:


(message 107 du 5 mars 2016)

Quand au fameux monsieur Cadoux, il n'aura pas été propriétaire longtemps et vendra sa moitié de l'établissement entre le 7 et le 10 décembre 1878 à un monsieur Debrabant...

1 Précisions sur la vente Cadoux > Debrabant
[Gallica en carafe ou en week-end, lien un autre jour peut-être]

Date : samedi 7 décembre 1878
Publication : Archives commerciales de la France, 12 décembre 1878, rubrique Journal général d'affiches
Effet : de suite
Intitulé : "Moitié d'un F. de vins, rue Galande, 57"

2. Carnet rose
Mariage de Melle Cadoux, qui habite toujours 57 rue Galande en juin 1879 avec M. Brivet, professeur à Avallon :
https://www.retronews.fr/journal/l-ordr … mp;index=0
Double-clic sur le haute de la 3ème colonne.

b) Mariage de Debrabant, domicilié 57 rue Galande, annoncé dans le même journal le 20 décembre 1879
https://www.retronews.fr/journal/l-ordr … amp;index=
Double-clic sur le haut de la 6ème et dernière colonne.

NB Sur Cadoux et Debrabant, relire aussi mon message 362 du 26 juin 2020.

Messages [ 501 à 512 sur 512 ]

Pages ◄ Précédent 1 9 10 11

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

forum abclf » Parler pour ne rien dire » Cabaret «Au Château-Rouge», rue Galande, à Paris