Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

forum abclf » Jeux de mots... » Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

Pages 1

Répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 6 ]

1 Dernière modification par gafguy (05-09-2005 17:39:49)

Sujet : Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

Je viens de lire les trois pages de ce remarquable ensemble.
Savez-vous à quoi j'ai pensé ?
1 - aux absurdités que l'on rencontre par abus. Explication : un «nègre», dans le domaine de l'édition, est, comme chacun sait, celui qui écrit pour un autre. Les pays anglo-saxons affublent ce personnage du qualificatif de «ghostwriter» (écrivain fantôme) qui correspond parfaitement à son statut et à son travail ; comment est-il nommé en France ? Un «rewriter», soit une contration abusive d'une racine anglaise (writer) et d'un préfixe français (re) ; c'est un «réécrivain».
2 - j'ai beaucoup apprécié les extraits de M. Alain Cregange que je ne connaissais pas du tout. Si je peux me permettre, j'apporterai ma modeste pierre à son édifice culturel, que je mettrai peut-être un jour sur le Net (quand j'en aurai le temps) en vous citant quelques exemples issus de la lettre A de mon futur «Dicogagàguy» :

Aboucher : joindre bout à bout. Ce verbe provient du nom commun bouche.
Si l’on réfléchit bien, il désigne parfaitement la respiration artificielle.
   
Aboulique : en grec, le a est privatif. Il s’agit donc d’une personne qui n’a plus de boule.
Ex : un eunuque.

Abstème : c’est un malheureux qui ne risque pas de se trouver un jour dans les vignes du Seigneur, bien que les voies en soient impénétrables. En effet, il est obligatoirement membre d’une ligue antialcoolique, plus précisément anti vinique

Accoler : c’est l’action qui précède le fait d’aboucher

Accroche-coeur : sorte de Don Juan qui séduit les femmes par les cheveux

Acétabule : exclamation propre aux dessinateurs de bandes dessinées, lorsqu’ils attribuent la paternité d’un phylactère à un scénariste

Acquêt : il s’agit de tout bien acheté par une femme et un mari ensemble, alors qu’ils sont mariés.
Quand l’un des deux décède, le survivant (qui est le plus souvent la survivante, puisque les femmes semblent avoir une plus grande capacité de résistance à la mort que les hommes, probablement parce que cette dernière est de sexe féminin et qu’il y a moins d’homosexuelles que d’hétérosexuelles) est parfois obligé, en raison de la diminution de ses revenus, de faire la manche à la sortie des églises, afin de pouvoir subsister. On dit alors «L’acquêt quête».
Il semble que ce mot ait connu une certaine fortune au début du XXème siècle, très précisément depuis que Sigmund Freud (1856-1929), psychiatre autrichien, ait prétendu, probablement en raison des possibilités d’héritage, que «C’est l’acquêt quête qui mène le monde»

Acrocéphale : c’est un crâne d’oeuf, du côté de la pointe.
Contrairement à ce que certains pourraient penser en écoutant le mot d’une oreille distraite, céphale n’est pas une drogue dure !

Adactyle : c’est le qualificatif par lequel on désigne un manchot qui est aussi cul de jatte.
Pas très pratique pour compter sur ses doigts ! Et pour se torcher, alors ?

Administration : voir également Inutile
L’évangile selon Saint Jean commence ainsi : «Au début il y avait la Nistration (= le Verbe) et Dieu vit que cela était bon»
Les hommes, n’osant pas à l’époque se hausser au niveau de Dieu, décidèrent de faire comme lui, mais en plus petit.
L’homme n’étant qu’une moitié de dieu, ils créèrent donc la «Demi-Nistration».
Pour que Dieu ne se mette pas en colère par l’imitation trop servile de son oeuvre, ils transformèrent même légèrement ce mot qui devint «l’Administration».
Le mot a connu une fortune certaine, la chose également.
Ainsi,  au début du siècle, il y avait une Instruction Publique avec des instituteurs, des professeurs et une toute petite administration. Tous les élèves savaient lire, écrire et compter.
Aujourd’hui, il y a une Education Nationale avec seulement des professeurs (d’école maternelle, d’école primaire, de collège, de lycée, etc.) et surtout une très grosse administration. Résultat ? Les élèves ne savent plus ni lire ni écrire ni compter.
La preuve : même un ex Premier Ministre avait dû inventer à leur usage une réforme de l’orthographe (dite ortograf). Ca n’a fort heureusement pas abouti !
Mais... COURAGE !
Bientôt, on fera certainement une réforme du calcul dans le genre : pourquoi une livre pèserait-elle 500 grammes alors qu’un livre n’en pèse que 215 ? Or, il y a, en quantité comme en qualité, bien davantage de connaissances dans un livre comme «L’anthologie de la poésie française» de Georges Pompidou en Livre de Poche, qui pèse 215 g, que dans une livre fut-elle de beurre qui en pèse 500.
Donc, désormais, pour toujours et à partir de maintenant, une livre pèsera 215 g et un livre au moins 10 kg. CQFD (ce qui signifie Ce Qui Fait Douter).
Douter, oui, mais de quoi ? De la nécessité de l’administration, évidemment !
Soit, pour occuper quelques éléments du peuple corse colonisé par le peuple français, d’accord !
Mais pour le reste ? Tenez, voulez-vous une preuve de l’inutilité de l’administration ? En voici une, irréfutable et culturelle, comme tout ce qui précède et qui suit.
Pour une administration, selon que, comme l’écrivait notre bon Jean de La Fontaine, vous êtes puissant ou misérable, c’est à dire du bon ou du mauvais côté, la France est divisée en deux : les administrateurs et les administrés.
Revenons à l’origine. Dieu n’avait que des Nistrés. Il était le Grand Nistreur (et l’Unique, comme le dit la Bible, même s’il se déguisait parfois en trois personnes). Si vous êtes aujourd’hui du côté des administrateurs, tout va bien. Mais si vous êtes du côté des administrés, ATTENTION : à demi, c’est aussi semi dans la langue des préfixes. Or semi, dans notre langage de gens pressés (on se demande bien pourquoi, étant donné qu’il faut attendre vingt quatre heures pour faire une journée et une nuit, partout dans le monde), a souvent été résumé en si par contraction.
En d’autre terme, être administré, cela signifie être semi-nistré, donc sinistré ! Pour raccourcir, disons que l’administration produit des sinistrés en France. Pauvre France !
En plus, on est toujours sinistré à gauche, car l’origine de ce mot est le latin sinistrer, gauche ! Re-CQFD !
Pour tourner court, disons qu’on sinistrogyre. Il est normal qu’il y ait davantage d’administration avec un gouvernement de gauche qu’avec un gouvernement de droite. Re-re-CQFD !

Affranchi : se dit d’une lettre qui prend son envol vers la liberté.

Agame : s’utilise à propos des champignons qui font de la musique

Agape : repas alpin

Agriculture : c’est une forme de culture de l’esprit particulièrement nourrissante.
A bien y réfléchir, elle est la seule forme aussi nourrissante. Selon Jean-Marie Arouet dit Voltaire, ce serait l’unique activité philosophique réellement utile si l’on en croit ce qu’il fait dire à Candide.

Aimant : homme de fer, mais très attirant.

Alène : l’important, c’est de l’avoir bonne.

Allégresse : encouragement à ceux qui veulent à toute force prendre du poids.

Amant : catégorie spéciale d’homme qui est tellement passionné par la chose qu’il en arrive à nier la vérité pour elle.

Ame : qualité particulière, selon le poète, d’un objet inanimé.

Ampoule : c’est en quelque sorte une prostituée lumineuse.

Amputer : c’est l’action de la prostituée qui vous la coupe.

Anastomose : cri de guerre des prostituées cultivées et douées pour l’anatomie quand elles abordent leurs clients. Elles leur disent : «Tu viens, chéri ? Si on s’anastomosait ?»

Animal : se dit d’un homme qui fait la bête. Exemple : cochon.

Antépénultième : c’est ce qu’annonce fièrement le cancre à son papa lorsque, par chance pour lui, il n’est ni le dernier ni même l’avant-dernier.

Anthropologie : science qui a décrété qu’elle allait s’occuper de l’homme. Celui-ci a décidé de le lui rendre et il l’a fait : depuis, il existe le lance-pierres, le Scud (sur lequel on peut s’asseoir), le Patriot, la bombe à neutrons, etc..
En bref, l’anthropologie aurait mieux fait de ne rien dire ; peut-être que l’homme ne serait pas occupé de la science et aurait vécu heureux et en bonne santé.

Antichambre : lieu de préparation aux caresses ultimes, aux ébats voluptueux ou aux dernières volontés.

Antichar : ne peut pas être qualifié d’admirateur de René !

Antidote : c’est un homme à la recherche d’une jeune fille à marier très pauvre de préférence.

Antimoine : c’est un imprimeur athée qui a du caractère.

Antipode : c’est la qualité de celui qui n’a ni la tête ni l’estomac dans les talons.

Antisémite : qui est contre ses propres bêtes, fussent-elles «à bon dieu».

Aparté : ne se dit en douce que dans la ville du même nom.

Ce n'était qu'un petit exemple de ma prose, mais je n'ai jamais eu le temps de terminer toutes ces définitions...

Mais tout de même : ringard, le Français ?

Guy, utilisateur de Macintosh depuis 1984

2

Re : Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

A tous :

bon c'est bien gentil tout ça, mais on a pas mal dérivé depuis les premiers messages de ce fil, qui était destiné à l'origine à discuter de la question "le français ringard, l'anglais moderne".

Alors pour tout ce qui concerne les anglicismes abusifs et les dictionnaires de néologismes humoristiques commençant par -a, merci de créer un nouveau fil !

Merci d'avance,
Olso

3

Re : Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

Gafguy : j'ai déplacé (et nommé) ton message dans une rubrique plus appropriée. Si tu te sens lésé, crie fort smile

4

Re : Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

Je te rassure : je reviens sur le site à la suite d'une erreur de placement de ma souris dans la barre de navigation de Firefox et je trouve ceci.  Je voulais en réalité me diriger vers un forum de scénario (rien à voir).
Lésé ? Pourquoi ? Amusé, plutôt !
Cela dit, je repars voir ce que je recherchais. Je reviendrai certainement ici !
Bonne journée.

Guy, utilisateur de Macintosh depuis 1984

5

Re : Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

gafguy a écrit:

.....Ainsi,  au début du siècle, il y avait une Instruction Publique avec des instituteurs, des professeurs et une toute petite administration. Tous les élèves savaient lire, écrire et compter.
Aujourd’hui, il y a une Education Nationale avec seulement des professeurs (d’école maternelle, d’école primaire, de collège, de lycée, etc.) et surtout une très grosse administration. Résultat ? Les élèves ne savent plus ni lire ni écrire ni compter.....

J'aimerais savoir si la majorité des professeurs de lycées, de collèges,  d'écoles jugent positivement les programmes et méthodes appliqués aujourd'hui dans les établissements scolaires de France.  Ou s'ils subissent les choix politiques en matière scolaire de ces vingt dernières années et s'ils souhaitent que cette politique se poursuive ou non. Merci

6

Re : Dicogagàguy : lettre a comme aboucher

Dans un nouveau sujet Vitellius (quitte à citer ce message).
Merci.

Messages [ 6 ]

Pages 1

Répondre

forum abclf » Jeux de mots... » Dicogagàguy : lettre a comme aboucher