Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Options de recherche (Page 1 sur 33)

forum abclf » Messages de Andreas

Pages 1 2 3 33 Suivant ►

Sujets de Andreas Recherche définie par l’utilisateur

Messages trouvés [ 1 à 50 sur 1 615 ]

1

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

(ah, je ne peux résister à l'envie de réutiliser ce fil... big_smile )

Ouaaaaaiiiis, aussi en 2018, Andreas vous souhaite à toutes et à tous de très joyeuses fêtes. Regardez l'avenir avec confiance et optimisme car languefrancaise.net continuera à exister ! (n'est-ce pas, gb ?) wink

https://www.musee-orsay.fr/typo3temp/zoom/tmp_0864af73140337dfc88e08f6a1058c0c.gif
Claude Monet, La Pie, 1868/69, Musée d'Orsay.

Bonjour à tous !

Ayant été récemment de passage dans l'Eure, j'ai découvert, devant un pré entouré d'une clôture, un panneau « Danger marnières ».
Ne sachant pas la signification du mot marnière, j'ai d'abord consulté des dictionnaires. Le TLFi et le Robert ne connaissent marnière que dans le sens « carrière d'où l'on extrait la marne » mais j'ai été ensuite averti par l'ami d'un ami vivant en Normandie qu'une marnière serait tout simplement une petite mare, un trou pas facile à découvrir, d'où le danger de marcher dessus. Dans un article du journal Ouest France sur un fait divers s'étant déroulé au Calvados, on l'utilise dans le sens d'un large trou caché dans la terre, rien à voir à priori avec l'extraction de la marne.
Pourtant, je n'ai trouvé dans aucun dictionnaire marnière avec ce sens-là.
S'agit-il d'un régionalisme ? Si oui, est-ce un régionalisme particulier au nord-ouest de l'Héxagone ? Quelqu'un aurait-il accès à des sources/dicos régionaux ?

3

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

(c'est joli de pouvoir réutiliser des sujets big_smile )

Chers tous, aussi en cette année 2017, je vous souhaite un joyeux Noël et passez des bonnes fêtes !

4

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Aussi en cette année 2016, éprouvante à bien des égards, n'oublions pas d'ouvrir notre cœur. Je vous souhaite à toutes et à tous un Noël plein de joie, de paix, et d'amour :-)

5

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

(c'est joli de pouvoir réutiliser des sujets wink )

http://www.puppenhausmuseum.de/mediapool/42/426491/resources/big_12677477_0_520-355.jpg

Un très chaleureux joyeux Noël à vous tous de ma part, aussi en 2015 ! Le plus grand cadeau qu'on puisse faire, c'est d'ouvrir son coeur à ceux qui en ont besoin.

6

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

(c'est joli de pouvoir réutiliser des sujets wink )

Aussi en cette année 2014, le père Noel....euh... Andreas vous souhaite, à tous et à toutes, des joyeuses fêtes. C'est parti ! big_smile

https://lesazas.files.wordpress.com/2014/12/pere-noel.png

Merci, P'tit Prof (l'avis de tout le monde était bienvenu) et Verbum smile

Bonsoir à toutes et à tous !

Souvent, lors de festivals de musique mais aussi dans certains musées, on reçoit un petit bandeau/bracelet/ruban en étoffe en plastique ou en papier, qu'on met autour du poignet. Ce bracelet porte souvent le logo ou le nom de l'évènement/de l'institution/de l'artiste et il est utilisé comme un billet qu'on montre à l'entrée ou lors de contrôles. Comment est-ce qu'on l'appelle en français ? Bracelet d'entrée ? Ruban d'accès ?...
On allemand, on dit "Einlassband" ("ruban d'accès"), en anglais, on parle d'un "(admission) wristband".

9

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

(c'est joli de pouvoir reutiliser des sujets wink)

http://blogs.cdl.ch/champdesbois/files/2012/12/cartoon-christmas-dancing-santa-mzxrz1.gif

Aussi en 2013, je me permets de vous transmettre mes meilleurs vœux pour la fête de Noël. Que le père Noël se montre généreux envers vous ! smile

10

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Chers tous, où que vous soyez, dans la froideur sibérienne ou dans l'été brésilien, je me permets de vous adresser un petit "Joyeux Noël" aussi en 2012 !

http://bc01.rp-online.de/polopoly_fs/indischen-agra-schlendert-nikolkindern-garten-taj-1.548288.1315963282!/httpImage/2705893026.jpg_gen/derivatives/rpo_zoom1024/2705893026.jpg

Joyeux Noël en urdu : Naya Saal Mubarak Ho !

Bonjour à tous !

Pour parler du lieu où un véhicule de transport commun s'arrête régulièrement, il me semble qu'on a deux mots en français, l'arrêt et la station. Quant à la différence, est-il ainsi que la station désigne plutôt un lieu fermé, surbâti (je pense notamment à station de métro) tandis que l'arrêt est moins équipé et pour les voitures et bus ? (arrêt de bus) Dans ce cas-là, parle-t-on plutôt de station de tram ou d'arrêt de tram ?

Bonjour à tous !

Y a-t-il une différence sémantique entre les expressions plein air et air libre ? Ou bien sont-elles parfaitement synonymes ?

Je tiens à remercier mes âmes charitables Regina et Ysaur pour m'avoir éclairé :-)

Bonsoir à tous !

Pour sauter droit à la question : Quelle est la différence entre les termes reconstitution et reconstruction, quand on parle d'un bâtiment (d'une abbaye etc.) ? Les termes sont-ils synonymes ?

15

(2 218 réponses, dans Jeux de mots...)

ÉNURÉSIE : n. f.  du lat. inurere « brûler ».
Maladie de combustion nocturne, se manifestant surtout par des brûlures transmissibles sur des peaux d’acier. Surtout répandue auprès des véhicules stationnant dans les banlieues parisiennes. Origine inconnue. Les psychanalystes regardent l'énurésie avec de graves soupçons; comme le disait l'un d'entre eux, «la psychanalyse considère toujours l'énurésie comme un symptôme d'un trouble plus profond» (Eysenk, La névrose et vous, p. 34).

ABOILAGE :

Bonsoir,

Est-ce que vous pourriez donner un peu davantage de contexte ? La phrase complète, par ex., ou dans quel recueil l'avez-vous trouvée ?

Merci pour ces recherches considérables ! Le problème de l'origine persiste, vu les attestations en bas-allemand, français et espagnol aux XVIe/XVIIe siècles. Un petit regard sur Google Books me fait penser que le proverbe est rare en allemand avant le XVIIIe siècle, donc une origine romane ? Il va être difficile de remonter beaucoup plus loin, en l'absence de corpus copieux de manuscrits en libre accès, et en prenant compte des mauvaises prestations en ROC* de Google pour les livres avant 1600-1650.


-------
*reconnaissance optique des caractères

18

(6 réponses, dans À propos du site)

(Si ce message est aperçu comme hors-sujet, j’aimerais prier les deux modérateurs actifs restants de le déplacer ailleurs.)

Mon premier point, c’est la « justification d’existence » du fil « Noms de nationalités ». Je suis d’accord avec P’tit Prof sur le fait que les désignations nommées dans ce fil ne constituent pas tout simplement de l’humour. Certaines d’entre elles sont clairement des injures racistes. Cela signifie toutefois pas qu’il faille interdire de comparer ces termes, de discuter leur fréquence, leur homogénéité, leur statut dans l’usage etc. Mais il est important de ne pas donner l’impression – sous le prétexte de faire de l’« humour » - de s’approprier ces termes. Vu que le forum est un lieu social, où tous ont un arrière-fond culturel un peu différent, j’admets que c’est parfois un exercice acrobatique difficile si on ne veut pas écrire de façon entièrement académique.
En ce qui concerne d’autres points évidemment sensibles de ce fil, je ne peux malheureusement pas me faire une opinion vu que je n’ai pas pu lire des messages dont on parle toujours mais qui ont été supprimés avant que j’eusse pu les lire.

Mon deuxième point, c’est la gestion du forum et la communication entre membres et modérateurs. En cas de messages problématiques dans le forum, il est souhaitable (à mon humble avis) que les modérateurs / administrateurs discutent et trouvent d’abord un accord commun ailleurs que dans le fil (ils ont leur espace pour cela) au lieu de se livrer à des « edit-wars » publics à l'intérieur du fil concerné. Sinon ils se déqualifient aux yeux des utilisateurs.
Il est également souhaitable que des messages privés des membres – envoyés à d’autres membres ou à des administrateurs – ne soient pas publiés sans l’accord préalable de l’expéditeur.

Faisant partie du forum (de façon active et souvent passive durant ces derniers années) depuis 2006, j’ai pourtant confiance en l’avenir de cet espace de débat, et je souhaite à nous tous que nous continuons à être capable de mener des discussions fructueuses, respectueuses et intéressantes. :-)

On peut bien discuter sur et comparer des termes racistes / péjoratifs sans être raciste soi-même. Ce sujet est même très intéressant d'un point de vue linguistique. J'y ajoute une carte allemande (non-exhaustive) :

http://imageshack.us/a/img834/3880/europex.png

à ajouter que les Allemands sont souvent associés aux pommes de terre par leurs voisins ("mangeurs de patates" etc.).
Il y a aussi des travaux d'études consacrés à ces éthnonymes et leur modes de formation, pour l'allemand ici par Karin Kukk (PDF).

Concernant la version latine avec catus donnée par Éponymie, elle ne me semble pas pouvoir être l'origine parce qu'elle paraît avoir été écrite par Hoffmann von Fallersleben (né en 1798, plusieurs siècles après les premières attestations francaises et anglaises).

Bonsoir à tous !

Au sujet du proverbe "La nuit, tous les chats sont gris", j'ai remarqué que les langues germaniques utilisent le même proverbe mot pour mot (all. "Nachts sind alle Katzen grau", angl. "All cats are grey in the dark", norv. "I mørket er alle katter grå"). La question est seulement : qui a copié sur qui ? Quelle est la langue d'origine de ce proverbe ?

(PS: Il y a sans doute quelques éclaircissements dans le Robert des expressions mais je ne l'ai pas à ma disposition pour l'instant)

Bonsoir à tous !

Dans la plupart des langues que je connais, on distingue un rez-de-chaussée des étages qui sont comptés. Ainsi, le premier étage francais* corréspond au 1st floor anglais et au 1. Stock allemand. J'ai récemment appris que c'est différent en russe où on commence à compter dès le rez-de-chaussée (du coup, le permier étage francais corréspond au deuxième étage russe). Il est pareil en norvégien - et peut-être aussi en danois et en suédois, mais je n'ai pas vérifié.
Puisque je suis sûr que le plurilinguisme abécédien sur le site ne connait pratiquement pas de frontières, j'aimerais poser la question si vous en connaissez d'autres langues qui appellent le rez-de-chaussée "premier" étage ?


----------
*désolée, mon clavier ne dispose pas de la belle cédille et les boutons d'antan dans le champ de rédaction ici ont disparu.

Rien à craindre, Ysaur : Traditionnellement, une morue royale n'est pas mangée mais suspendue au plafond (en tant que porte-bonheur) :-)

Je ne peux que remercier les deux contributeurs, qui mériteraient de recevoir des morues royales de ma part ;-)

Bonsoir à toutes et à tous !

Un locuteur FLE plus expérimenté que moi (si si ça existe...) m'a dit aujourd'hui qu'il fallait toujours dire "J'ai visité Londres en 2009" et non "J'ai été / J'étais à Londres en 2009" parce que cette dernière phrase serait un anglicisme abominable et pas du français correct. Qu'en est-il, à votre avis ? Question uniquement de style ou de grammaire ?

Lisez les journaux ! cool
Juste en passage : je vous signale que ce fil-ci (et notamment la première réponse de notre cher admin) a été cité dans Le Monde, daté dimanche 4 - lundi 5 mars, p. 23, dans la chronique "Juste un mot" de Didier Pourquery. La chronique est aussi en ligne ici.

Avec le fil "Définitions fantaisistes" (cité il y a cinq ans dans Libération), en voilà deux ! (ça va mettre la pression sur le Figaro, héhé big_smile)

À ajouter qu'on peut regarder les clips de Cerquiglini aussi sur le site de TV5 Monde :
http://www.tv5.org/TV5Site/lf/merci_professeur.php

28

(33 réponses, dans À propos du site)

Ouh là là, il se métamorphose, le forum ! De 2004 à 2005 à 2006.... à 2011 :-)

Deux petites erreurs rencontrées : dans le menu du forum, cliquer sur "Membres" donne Parse error / syntax error. Cliquer sur "Index" marche quand je suis connecté, mais me donne "Error 500" quand je suis deconnecté.

29

(137 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

(c'est joli de pouvoir réutiliser des sujets smile)

Aussi en cette année, où que vous soyez dans ce grand monde, passez des bonnes journées et soirées (et nuits !). Que le père Noel* soit généreux en déposant le nouvel i-truc/la belle cravate/le parfum/le grand amour/le sens de la vie/du chocolat/.... sous le sapin/dans les souliers/dans les chaussettes/...!



*gb, ce serait pas une idée d'intégrer dans le nouveau forum un « e » avec tréma parmi les boutons des caractères en bas du champ de réponse ? big_smile

Bonsoir,

par rapport au subjonctif passé, le « déclin » dans la langue écrite / littéraire est peut-être à placer dans le XXe siècle, cf. Mireille Huchon (2002), Histoire de la langue française, p. 257.
Dans la langue parlée, cela semble avoir varié selon les régions mais des grammairiens commencent à se plaindre déjà au XVIIIe siècle, selon Grevisse § 868 (13e édition).
Pour des datations et renseignements plus précis, il faudra voir p-ê chez Olivier Soutet (2000), Le subjonctif en français.

À côté du grec (P. Chantraine) et du latin (Ernout), comme DB a dit, il existe aussi des dictionnaires étmologiques
- du breton (Albert Deshayes, très bon d'ailleurs)
- du copte (Rodolphe Kasser)
- de l'ancien irlandais (Joseph Vendryes, inachevé, je crois)

C'est tout ce que j'ai trouvé et que je connais pour l'instant mais il y a sans doute davantage.

(à noter que le plus important et le plus grand dico étymologique du français reste le Französisches Etymologisches Wörterbuch, en allemand...)

À ajouter peut-être que cette loi de position aux XVIe-XVIIe siècles semble uniquement pertinente pour les e qui étaient entretemps précédés d'un "y" (i consonantique).
Gaston Zink (Phonétique historique du français, p. 116) donne pour exemple carus ('cher') qui devient "tchiér" au VIIe siècle, puis "chyér" au XIIIe, puis (loi de position) notre "cher" avec e ouvert au XVIIe.

Quant au e normal en syllabe fermée, il est déjà ouvert "au cours du XIIe siècle", selon Zink (p. 71) : pér- dans perdant > pèr-.... etc.

Bonjour à toutes et à tous !

Je lis ce dimanche sur un site du journal Le Soir :

L’idée d’organiser une consultation populaire sur l’avenir du pays trouve un large écho auprès de la population. Selon notre sondage en ligne, vous êtes plus de 88 pc à y être favorables.

Je n'ai jamais rencontré l'abréviation "pc" pour "pour cent" dans un texte "métropolitain". S'agit-il d'un belgicisme ? D'un archaïsme ? Ou au contraire d'une innovation ?

Dans un contexte militaire, on rencontre merka comme abréviation pour Merkava. Mais il est difficilement imaginable qu'un capitaine porte un char d'assaut sur soi.

Merka apparaît également dans les paroles d'une chanson du groupe de rap 113 :

c’est pas tout le temps l’omerta, c’est la mierda
Entre deux caravanes gare le Merco, la symphonie des coups de marteau
Y’a la mama qui a préparé le merka, les gens tournés vers l’Est, ils vont au paradis, ils meurent pas

Difficile à dire si merka ici signifie un plat de cuisine marocaine...

L'adminicule à l'administrateur: tongue tu as oublié de regarder l'avant-dernière ligne des notices historiques du TLFi.... :

Dans l'expr. école normale, l'adj. a le sens de «qui sert de modèle» d'apr. le sens du lat. norma (v. norme) «ligne de conduite, prescription»

PE a écrit:

2° vous savez très bien qu'il est impossible de copier-coller une page si elle est en mode image (ce que je spécifiais) ;

Petit malentendu : j'ai parlé des "snippet-views", des extraits à la page des résultats (qui ne sont pas en mode image).

P.S. : Merci pour l'éternelle reconnaissance wink

gb a écrit:

De quelles incorrections parles-tu à propos de GL ?
Il m'est arrivé de voir de mauvaises attributions (tel texte est donné pour tel auteur alors qu'il s'agit d'autre chose) mais il me semble que les extraits sont toujours bien ceux tirés du fichier associé.

On a (comme DB a dit) souvent le nom de qqn. d'autre affiché comme auteur (je parle de nouveau du "snippet view" et des informations affichées à gauche quand on a une page en mode image devant soi), l'éditeur au lieu de l'auteur d'un article etc.
En outre, j'ai rencontré aussi des erreurs de date, le plus souvent chez des revues dont les numéros ont parus annuellement ou pas tous la même année.

Pour les éditions tombés en domaine public, il est certainement possible de télécharger le livre entier et de regarder la page de titre etc.

Mais 1) il n'est pas garanti que la personne chargée de fouiller Google Livres ait cité ce qu'elle avait lu sur la page de titre au lieu de se contenter de copier-coller les informations affichées par Google - qui, elles, sont souvent incorrectes (j'en ai rencontré plusieurs cas moi-même en effectuant des recherches et en essayant de les vérifier).

2) Pour les attestations plus récentes, voir le livre en intégral n'est souvent pas possible. Dans ce cas-là, il faut absolument aller chercher la version imprimée si l'on veut être certain d'avoir les infos correctes sur l'auteur, la date, le volume et la page cités.
Je comprends que c'est plus confortable de se contenter de ce que livre Google mais dans un contexte scientifique, mieux vaut vérifier plus que trop peu quand on en a la possibilité.

C'est curieux que l'équipe du TLF(-Etym) semble utiliser aussi Google Livres maintenant - et ceci évidemment sans vérification dans l'original (imprimé). Voir l'entrée "Dialectologie".

Si l'on sait que le gnou est un mammifère africain, on pourrait expliquer "comme un gnou" comme une formation analogique à "baiser/con comme un lapin/bœuf/...".

gb a écrit:

Avez-vous de prime abord vérifié que la Barbie 1/ n'était pas une Barbie portuguèche ? 2/ n'était pas une Barbie auvergnate. Dans les deux cas, il paraît qu'on entend des « ch » superflus et ça en fait même rire certains.

Dans ces cas-là, il paraît que ces "ch" ne sont pas superflus mais des neutralisations de la distinction entre /?/ et /s/ : Là où le français standard met un s, le français à influence portugaise/auvergnate mettrait un "ch" (comme on voit dans la petite blague citée) - contrairement aux cas de ouiche, ici-che, là-ch où il n'y a pas de s à l'origine et où le "ch" en effet est superflu.

P.S.: Quelqu'un disposait d'un scan de cette belle scène dans Le Bouclier arverne d'Astérix ("Des choux, pas des chous") ? smile

greg, tu sais lire les pensées tongue

Voici un échantillon de traductions dans diverses langues :
http://mondial2010.slate.fr/article/405 … -hongrois/

P.S.: Pourquoi, en fait, n'ai-je plus de drapeau ?

P.P.S: Pour ajouter le néerlandais (choisit la traduction littérale): "Laat je in je kont neuken, vuile hoerenzoon"
Et les Norvégiens traduisent par "Dra til helvete, din skitne horesønn" ("Va en enfer, fils de pute de caca")

Étant donné la divergence entre le nombre de vos sujets et le nombre des participants de votre « mouvement », je me suis permis de fusionner quelques-uns de vos sujets.

Le fait que les résultats d'Orange et de Voilà sont identiques est sans doute lié au fait que Voila appartient au groupe Orange (qui à son tour est une marque de France Télécom).

Moi d'ailleurs, j'utilise Ecosia, un moteur écologique : pour chaque recherche effectuée, Ecosia paie de l'argent au WWF afin de reboiser de la forêt tropicale. Les résultats sont pris de Bing (Microsoft).

Je ne peux que confirmer P'tit Prof. Moi même (apprenant FLE), j'ai lu Pantagruel, Gargantua et le Tiers Livre avec des éditions Livre de Poche (texte original et notes) et je peux vous assurer que c'est pas tellement difficile à comprendre.
Il existe des éditions en français modernisé (p. ex. de folioplus classiques) mais je les déconseillerais puisque la traduction entraîne une perte de beaucoup de bonnes blagues ! (soit automatiquement, soit par la volonté de certains éditeurs qui sont presque plus pudiques que la Sorbonne à l'époque....)

Merci à tous !
L'origine de la chanson serait donc italienne, qui remonterait à une origine médievale, si je déchiffre assez bien cet italien du lien donné par Colline. Et la version espagnole / catalane serait récente, due au groupe "La Trinca"...?
Il est intéressant de voir les différentes sortes de refrain bien que ne connaissant pas leur sens : aixi com cal, diling diling, a va l'birosch etc.

P.S: Dans la version diling-dolon (vidéo premier post), l'histoire du pèlerin semble comporter en plus une histoire avec une clochette, non ?

Merci d'abord pour ces contributions

Pierre Enckell a écrit:

Après un peu de googlage : le groupe qui chante s'appelle La Trinca

http://www.latrinca.cat/ca/

et en cherchant "Pelegri que ve de Roma" on obtient 1) le texte et 2) une page en catalan selon laquelle la chanson (traditionnelle?) a été traduite (de quelle langue? l'espagnol castillan? l'italien?) par Maria Aurelia Capmany.

latrinca.cat ne semble pas être le site d'un groupe nommé "La Trinca" mais le site de l'émission "Buscant la trinca" de la chaîne catalane TV3 (voir aussi la première vidéo). On trouve plusieurs vidéos sur Youtube en cherchant "La Trinca" mais il est difficile de décider chaque fois si "La Trinca" désigne le groupe qui chante ou l'émission télevisée.

En cherchant le texte, j'en trouve en fait deux versions différentes:
Ce texte-ci coïncide pour une large partie avec la première vidéo que j'ai donnée plus haut.
Le deuxième texte diffère de la première comme de la deuxième vidéo, il y a donc au minimum trois versions différentes de cette chanson.

Bonsoir à toutes et à tous et aux autres !

Quelqu'un(e) aurait-il/-elle des informations sur une chanson (espagnole, sans doute) sur laquelle je suis tombé avant-hier. Bien que ne sachant pas vraiment l'espagnol, j'ai trouvé qu'il semble exister des versions différentes de cette chanson :
Une fois, elle s'appelle Peleri et on y chante "aixi com cal", et l'autre fois Peregrino et on y chante qqch. comme "diling diling dolon dolon".
- Vidéo de la première version ici (c'est la chanson qui ouvre l'émission).
- deuxième version ici.

Quelle est la version originale ? chanté par qui / chanson traditionnelle ? Que signifient les paroles ? (il y a des sous-titres dans la première vidéo)

forcené aussi.

Mais oui, encore un corpus. wink Fait par les universités de Leipzig (Allemagne) et Neuchâtel, en ligne ici, communiqué de presse ici.

Le Corpus français (http://wortschatz.uni-leipzig.de/ws_fra/) est une base de données composée de près de 37 millions de phrases, soit quelque 700 millions de mots. (...) Quant au corpus, dédié à l'étude du français contemporain écrit, il est composé de trois parties :

- presse francophone (plus de 19 millions de phrases)
- pages web (plus de 11 millions de phrases)
- Wikipédia (près de 6 millions de phrases)

Malheureusement, il y a peu d'options de recherche, et il faut ajouter que "presse francophone" signifie les pages internet de journaux, de blogs et d'autres "médias". En fait, c'est comme un Google moins fructueux mais qui donne des co-occurrences.

Je suis désolé de revenir à ce qui est en fait un hors-sujet mais puisque mon nom a été mentionné plus haut par PE, je veux ajouter mon grain de sel, et pour une fois - je crois que c'est la première fois dans toute la série des disputes idiotiques PE-PP que j'ai vues - je dois accorder raison à P'tit Prof :
Bien sûr, chaque intervenant est libre de donner des informations sur sa vie, et bien sûr, il/elle ne pourra alors pas empêcher que de tiers personnes en lisent. Mais je me demande quelle est l'utilité d'évoquer exprès des informations sur d'autres utilisateurs, même banales... quand je lis ça sur moi, ça donne quand même un arrière-goût bizarre.

Quant à moi, au fond, ça m'est égal si "Pierre Enckell" est dans sa vie réelle quelque super-érudit parisien ou juste un jeune chômeur de banlieue qui écrit sous une fausse identité, c'est qui compte, c'est la qualité de ses réponses. Pourquoi rendre la personne derrière les contributions plus importante que les contributions elles-mêmes ?

Messages trouvés [ 1 à 50 sur 1 615 ]

Pages 1 2 3 33 Suivant ►

forum abclf » Messages de Andreas