Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Options de recherche (Page 1 sur 12)

forum abclf » Messages de Pearl

Pages 1 2 3 12 Suivant ►

Sujets de Pearl Recherche définie par l’utilisateur

Messages trouvés [ 1 à 50 sur 570 ]

1

(28 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Mumm merci...! Certainement plus digeste que  nourriture d'inlibroveritas... smile

... Ou  quand le poète navigue  en terre de femmes... smile

Où ça, où ça ? tongue

4

(2 263 réponses, dans Jeux de mots...)

Bookish Prat a écrit:

Chère Pearl, c'est pas parce que t'es l'initiatrice de ce jeu que t'es dispensée de joindre ta contribution, (...)

Garde à vous ! smile Sitôt lu, sitôt rendu !
Le mille soudier était effectivement un beau défi. smile Bravo Bookish !

POPULAGE : n.m (contraction de population et plage). Phénomène grégaire estival qui s'abat sur les plages de Méditerranée consistant en une accumulation dense et variée de chairs sur un espace parcimonieux nommé serviette. 


FESSÉE :


[Bonnes vacances à tous, au passage ! smile]

5

(2 263 réponses, dans Jeux de mots...)

Je vous aime de poursuivre ainsi le fil... Une longue pelote en vérité !
Merci à tous, participants aux facéties créatives ! smile

Super ! Et bienvenue à vos passagers, Regina ! En espérant un mistral moins frisquet pour demain... smile

Merci de ne pas me casser la baraque, cher Zyco. smile

Aujourd'hui Journée internationale de la Francophonie, demain Journée mondiale de la Poésie, après-demain - samedi 22 mars à 20 H- à Marseille, cocktail des deux : un voyage en poésie à travers les continents et la langue française.

Pour les amoureux de la poésie présents dans le coin !

http://img371.imageshack.us/img371/762/afftranscontabcac8.jpg


Tous les détails ici, sur le site de  Terres de femmes.

gb a écrit:

Si je peux me permettre de contredire Perkele, je n'écrirais jamais «...et espère...» mais toujours «...et j'espère...». Et j'éviterais absolument «tout cela» smile

Vous n'aurez pas de mal, Caroline, à trouver des formules acceptables en cherchant sur internet. Soyez cordiale et naturelle et faites simple. «Je reste à votre disposition pour de plus amples renseignements et je vous remercie de votre attention. Bien cordialement, ...»

D'accord avec gb. J'ajouterais même qu'il vaut mieux éviter tout court d'espérer, qui dénote une attitude passive.
On peut même oser l'offensive avec un impératif (mais il faut être sûr(e) de son potentiel !) en proposant une formule telle que « Rencontrons-nous ! J'apporte mes compétences au service de votre  société. En vous remerciant de votre attention, bien cordialement, ...»

C'est une formule qui sort du lot, qui attirera bien plus l'attention que les tournures communément servies dans les lettres de motivation. Le but premier étant de décrocher l'entretien ! Après... Il faut assurer. smile

Sophie17 a écrit:

Bonjour! smile
Pour faire simple, j'aime les gens qui parlent bien, et j'aime utiliser des jolis mots, et des mots justes, dans un contexte quotidien, sans pour autant user de fioritures linguistiques.
Mais je pense que pour pratiquer, il faut s'entretenir... Qu'en pensez-vous? Avez-vous des idées de livres, magazines, journaux, films, site web?

Merci par avance smile

Côté livres (je l'ai évoqué déjà par ailleurs, mais je ne m'en lasse pas !), Pierre Michon est remarquable de style, avec un vocabulaire très riche et une belle puissance évocatrice. Un peu touffu à lire, mais quel bonheur ! smile

11

(3 réponses, dans Jeux de mots...)

lilas a écrit:

qu'est-ce que cela veut dire: qui miel me suive? merci?

Bonjour Lilas,

Ne s'agit-il pas plutôt de «Qui m'aime me suive ?»
Dans quel contexte, votre phrase ?

Andreas a écrit:
Pearl a écrit:

Juste par curiosité, où l'avez-vous pêchée cette expression ?

Un peu par hasard dans un moteur de recherche très connu...;) tape "froid de toi"...

'ci ! smile

Andreas a écrit:

(...)
J'ai froid de toi, ça semble vouloir dire, tu me manques, mon cœur se glace en raison de ton absence... (...)

Bonjour Andreas !

Juste par curiosité, où l'avez-vous pêchée cette expression ?

J'emboîte le pas à ma voisine du dessus (mais pas «tout(e) nu(e )dans la serviette»  smile) et prend le risque de me jucher sur la caisse à savon.  Au passage,  je prie instamment le dieu de «l'environnementalement correct», en cas d'averse de tomates, d'encourager le légume bio. smile

Je flâne sur l’ABC, victime d’une addiction irrémédiable à la langue française, toujours en quête de mots, édifices de la parole dans l’écriture.
J’ajoute que je suis tombée dans la marmite poétix il y a quelques années, là encore, sans espoir de guérison. smile Et s’il m’arrive sciemment de tordre la syntaxe par moments, j’ai gardé le goût des belles lettres et d’une langue bien construite.
Un regret : avoir esquivé, en son temps, l’apprentissage du latin  (une manière d’occuper mes vieux jours plus tard, peut-être…) Donc, que vivent les dinosaures ! smile

Melaquablue a écrit:

Bonjour,


j'espère poster dans la bonne section...

Je voudrais savoir s'il existe le féminin de prédécesseurs ?

Merci par avance de votre aide.

Bonne journée !

Pour éviter les contorsions en -ice ou - pire !- en -resse, qui font grincer les oreilles, j'aime bien quant à moi ressusciter les devancières.
Mais il ne s'agit là que d'une solution alternative, j'en conviens...

16

(2 réponses, dans Jeux de mots...)

Bonjour,

Je ne suis pas sûre qu'il faille voir ces propositions comme des proverbes. Aphorismes plutôt, non ?

J'aime bien l'image de l'arbre horizontal. smile

Tulapi a écrit:

Il me semble que le narrateur, dans Vies minuscules, est un écrivain  ne vivant pas de sa plume, donc obligé de travailler la semaine. Au vu de vos différentes contributions, j'ai tendance à conclure qu'il s'enroule c'est-à-dire se couvre les bras d'encre en écrivant le dimanche. Qu'en pensez-vous ?

Euh non, Tulapi ! Vous faites fausse route. smile Si le narrateur est effectivement écrivain, le passage cité se réfère à l'un de ses personnages (dit FiéFié), «simplet et porté sur la boisson».

Bonjour à tous !

J'ai enfin récupéré le livre cité plus haut, relu et retrouvé le passage concerné, que je vous recopie :

« Il s'était peu à peu mis à l'écart des Décembre, son père et ses frères, et avait dévalé la pente doucette et machinale des journaliers buveurs : vivant de rien mais du vin qu'il faut pour quatre, ayant dans ce philtre dilué l'imitation des ascendants et le goût d'une descendance, les infimes quant-à-soi et les fiertés sottes et secrètes qui font l'honneur des humbles ; regardant comme tout un chacun les choses sans qu'on sût ce qu'il y voyait ; n'étant ni homme mûr ni jeune homme vieilli, mais simplement ivrogne ; partout moqué un peu ou rudoyé par les pires, mais accueilli à la table parce qu'il avait deux bras dont il fallait bien qu'il se servît la semaine, s'il voulait le dimanche se les rouer d'alcools noirs, s'en déprendre comme de tout il s'était dépris.»

(extrait de Pierre Michon, Vies minuscules, Gallimard Folio, p.52)

A la lumière du passage, je penche pour l'explication de Zycophante (#2).  Votre avis ?

C'est ce qui s'appelle être sur la même longueur d'ondes... lol

En attendant mieux, voici déjà un fil  dans ce sens, auquel  contribuent les habitués et invités de ce forum :
ttp://www.languefrancaise.net/forum/vie … hp?id=4699

Bonjour Kevin,

Inutile de crier si fort ! smile Et avec un petit bonjour assorti d'un svp, ça le fait encore mieux.
C'est tout l'art de communiquer. lol

22

(11 réponses, dans Pratiques linguistiques)

regina a écrit:

Nous l'avons trouvé presque en même temps. smile

L'effet de la latitude... smile Nous ne sommes pas bien loin l'une de l'autre !

23

(11 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Bonjour Diego,

Je pense qu'il s'agit en fait d'une expression simplifiée  formée du verbe découdre et de l'adverbe vite («découd-vite») pour qualifier un instrument qui aide à faire sauter rapidement les coutures.
Sans certitude, c'est une réponse purement intuitive (je suis nulle en couture smile).


Trouvé la bête : 
http://img403.imageshack.us/img403/3712/decouvite1lx5.gif

Bonjour Céline,

Selon Rey & Chantreau, (je cite) « l'expression date du XIXème siècle ; elle reprend, en substituant au verbe initial le verbe filer, l'expression jeter un mauvais coton = être dangereusement malade (dans le Dict. de l'Académie de 1835), et antérieurement, sous la forme jeter un vilain coton = se ruiner (Dict. de l'Académie, 1740).
Ces expressions viennent du vocabulaire technique du tissage, où jeter du coton signifiait (XVIIIe s.) "devenir cotonneux, perdre son apprêt et son aspect lisse" (en parlant d'une étoffe). »

25

(23 réponses, dans Jeux de mots...)

Oui ! Merci et bravo pour votre imagination !
Sur le ton de la boutade, j'aime assez lexifol (le), même s'il ne rend pas compte de la notion de rareté. A laisser flotter l'imagination un peu plus loin sur ce chemin, on pourrait presque lancer l'ouverture des premières Lexifolies' sur l'Abc. smile

Plus sérieusement, oligoverbophile, «ça le fait» !  Je suis certaine qu'il trouverait aisément sa place au mileu des noms de cette collection baroque de mots de collec'. smile

[surgi maintenant, ce message est un peu anachronique ! Il devait faire suite à celui de Regina -12- mais j'ai été bannie par le cerbère Askimet l'espace de quelques heures. Merci à qui de droit pour le rétablissement dans mes droits. smile]

26

(23 réponses, dans Jeux de mots...)

Bonjour à tous !

Abéciens éclairés et férus d'étymologie, aidez-moi s'il vous plaît à trouver un terme pour qualifier le collectionneur de mots rares !

Merci d'avance à ceux qui voudront s'y coller.  smile

Liana a écrit:

Excusez-moi,
je suis italienne et je ne trouve le signification ( sur mon vocabulaire) du terme " grapille", que j' ai lu dans la phrase " grapille dans  les vignes".
Pouvez vous m' aider?
Merci bien.

Liana

Bonjour Liana,

C'est probablement parce qu'il manque un «p» ! Un petit clic ici et vous saurez tout ! smile

Arg ! Le Tlfi résiste aux liens ! hmm

Ordunque, je le cite :

GRAPPILLER, verbe
A.  Emploi intrans. Cueillir les grappes de raisin laissées dans une vigne par les vendangeurs. Adieu paniers, vendanges sont faites. (...) il est permis à quiconque d'aller par les vignes grappiller (MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., t. 2, 1954, p. 76).
B.  Emploi trans.
1. Cueillir quelques grappes (de raisin); prendre quelques grains d'une grappe (de raisin). Plus d'une fois (...) il s'en était allé, avec M. des Lourdines, grapiller du raisin dans les treilles (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 144).
2. Au fig. Récolter, prendre par-ci, par-là, de façon parfois frauduleuse (des produits de la nature autres que du raisin ou toute autre chose). Raguet grappillait sur le pays d'autres menues captures, poules, oies, bois et graines (SAND, Jeanne, 1844, p. 180). Si j'aimais, ce serait à vie (...). Je refusais de grappiller des émotions, des voluptés étrangères à cette entreprise (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 166).
Emploi abs. S'il [Gide] louvoie, grappille de-ci delà, c'est que la matière est trop riche (BLANCHE, Modèles, 1928, p. 193).
En partic. Amasser (de l'argent) peu à peu, de façon plus ou moins honnête. Synon. gratter. Nicolas Vernoubral, à la tête d'une vingtaine de mille francs grappillés dans de petites affaires (FABRE, Courbezon, 1862, p. 149) :

Dans l'espérance de le revoir elle vola ses parents, grappillant un sou par-ci, un sou par-là, sur un rempaillage, ou sur les provisions qu'elle allait acheter.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Rempailleuse, 1882, p. 652.

Emploi abs. Barbet (...) grappille sur les factures (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p. 284).

Salve Cinderella !

Neanche un topolino ?!   smile  [pas même une petite souris ?]

Una chiave (pour le mot de passe) ? Una pagina personale ? (page personnelle)

Torsade_de_Pointes a écrit:

Érospleen, Blues d'amour ?  Aphro-blues, Vénus blues , Love Flip

Oui, surtout pas en français !

Je vous le concède  pour Love Flip (d'accord... pas très heureux celui-là dans ces pages smile), mais spleen et blues, malgré leur origine anglo-saxonne, sont admis depuis un bout de temps dans la langue française !
Au demeurant, je ne suis pas sûre que «corp&ame» recherche forcément un pseudo  libellé dans un français de pure souche. A lui de nous le préciser peut-être !

Bonjour, smile

Dans un autre registre : Érospleen, Blues d'amour ?  (mais ça sonne peut-être un peu cheval de course... )
Aphro-blues, Vénus blues , Love Flip ?

Bonjour à tous !

Je viens de retrouver une expression notée au cours d'une lecture de l'été, qui m'avait laissée perplexe.  Je n'ai plus le livre en main et ne puis vous citer la phrase en entier, mais l'auteur écrivait, en parlant des bras : «...se les rouer d'alcools noirs».
Avez-vous une idée de ce que cela signifie ?

A mon grand regret, je n'ai pas noté la page, mais c'est extrait d'un des premiers chapitres de Vies minuscules, de Pierre Michon.

32

(50 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Ysaur a écrit:

Le lien n'est pas valide.

Remontée manuelle en page 1 du fil, réponse N°24. smile

33

(16 réponses, dans À propos du site)

[Pouvez-vous m'expliquer de quoi il retourne, s'il vous plaît, car je ne comprends rien à toute cette histoire dont j'ignore tout ?
Merci.

Akismet est un programme qui bloque les entrées indésirables (en particulier, les «robots» qui inondent les forums de publicités mal venues).
Plus d'infos sur ce fil.

34

(16 réponses, dans À propos du site)

Bah ! Ces petits «mensonges»-là ne sont pas rédhibitoires. smile
Et puis... les terres d'Aliénor conservent toujours un petit goût d'Angleterre, n'est-il pas ? wink

"Licéité" m'était aussi inconnu que "descension" dans le même roman de Nothomb. J'ai cru qu'elle s'amusait à créer un néologisme, mais non : il est dans le TLFI. Son style est très fluide, mais il sera préférable pour beaucoup de le lire en ayant un dictionnaire à portée de main... Quoique, vu le thème de la montagne, j'avais compris descension !
A noter que "licéité" est absent de mon Littré et de mon petit Robert, ce qui laisse suppooser qu'il faut préférer les gros roberts.

Licéité est d'usage courant dans le jargon juridique.  Pas très répandu ailleurs, je crois !

hermes1 a écrit:

("excusez-moi" est une forme incorrecte car elle serait une injonction à l'autre, la bonne forme, polie, est : "Veuillez m'excuser"

Je regrette Hermès, mais il me semble que c'est vous qui faites erreur. C'est la tournure «Je m'excuse» qui est incorrecte, et non «Excusez-moi», qui, même impérative, implique que l'on demande à être excusé et non que l'on prend la liberté de s'excuser tout seul. smile

Regina, vous êtes une vraie mine d'or ! smile

Rien de bien sorcier dans ce phénomène ! smile
Lorsque vous vous inscrivez en tant que membre, vous avez la possibilité, dans votre profil, de faire en sorte que votre adresse électronique soit visible de tout le monde ou bien de préférer être contacté, le cas échéant, via un formulaire (votre correspondant ne sait alors pas "où" il envoie son message, il ne connaîtra votre adresse qu'en cas de réponse de votre part). Le membre peut également refuser  d'être contacté, y compris par voie de formulaire (c'est le cas pour au moins l'un d'entre nous smile).

En revanche, si vous postez en tant qu'invité, il vous faut vous identifier obligatoirement par un pseudonyme + une adresse de courriel, cette dernière étant accessible à toute personne connectée sur l'ABC en cliquant sous le pseudonyme, ainsi que l'a indiqué Zycophante.

Ysaur a écrit:

Beaucoup de nos grands écivains avaient une orthographe parfois défaillante, particulièrement ce cher Hugo,qui prétendait pourtant en avoir une bonne.  big_smile

Fût-il pécheur, il prenait sûrement le temps de se relire. smile
Le talent s'accomode bien de quelques imperfections.

Pauvre poète... recalé !

Hors modos, point de solution ! wink

En d'autres temps déjà, l'encre coula...Zycophante n'a pas fini de susciter des interrogations ! smile

43

(5 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Merci pour vos propositions.
Moulable m'est effectivement venu à l'esprit et répond le mieux à ce que j'attendais mais pour les mêmes raisons de confusion évoquées par Piotr, j'ai du mal à l'employer.

Hélène a écrit :

il n'y a pas de mot plus bo mot ke d'autre parceke chaque mot a une signification differente pour chaque personne et chaque personne et unique donc pour moi il n'y a po de mot plus bo ke d'autre juste ce que chacun prefer comme il n'y a pas de plus belle fille il n'y a pas de meilleur restaurant il n'y a rien de meilleur just ce ke l'on prefere...

En tout cas, cette manière d'écrire, elle, n'est sûrement pas la plus belle... Et l'on préférera, ici, l'orthographe dans sa peau d'origine. smile

45

(5 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Bonsoir à tous,

Savez-vous s'il existe pour le verbe moudre un adjectif suffixé en -able (ou -uble ? ou -ible ?) qui réponde à la définition : «susceptible d'être moulu» ?

A moins qu'il en existe un sans aucun rapport avec la racine du verbe ?

krokodilo a écrit:

Une autre erreur fréquente :
il n'y a pas d'autre alternative / il n'y a pas d'alternative.

Et pourquoi pas ?! Il peut y avoir deux types de solutions comportant chacune une alternative, non ? smile

Dis-moi ton style et je te dirai qui tu es.  lol
Sans déguisement, c'est aussi bien...

Ysaur a écrit:

Bonjour.

Je l'ai cherché mais ne l'ai point trouvé.
Peut-être m'a-t-il échappé ?
Si oui, dans quelle section ?
Merci pour la réponse.

Il y a par exemple celle-ci à glisser dans cette catégorie. smile

49

(112 réponses, dans Jeux de mots...)

zycophante a écrit:

(...)
Certaines peuplades d'Afrique (j'ai oublié lesquelles, peut-être les Massaï) confèrent à l'urine de leurs vaches des vertus toniques, aussi profitent-ils de ce que l'animal urine pour se mettre la tête sous le jet afin de renforcer leur chevelure.

smile
http://img329.imageshack.us/img329/4861/doucheafricainexw2.jpg

50

(112 réponses, dans Jeux de mots...)

Si l'expression «Il pleut comme vache qui pisse» est courante, personnellement, je n'ai  entendu la version avec pleurer que dans «Pleurer comme une vache» (Rabelais)
En revanche, on retrouve le verbe pisser dans  cette expression familière et teintée de sarcasme, «Pleure, tu pisseras moins !»


Il est vrai que l'une comme l'autre manquent d'élégance, mais il faut de tout pour faire un monde. smile

Messages trouvés [ 1 à 50 sur 570 ]

Pages 1 2 3 12 Suivant ►

forum abclf » Messages de Pearl