Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Options de recherche (Page 1 sur 11)

forum abclf » Messages de Roland de L.

Pages 1 2 3 11 Suivant ►

Sujets de Roland de L. Recherche définie par l’utilisateur

Messages trouvés [ 1 à 50 sur 520 ]

1

(1 réponses, dans À propos du site)

Bravo gb !!!

2

(4 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Je ne connais rien à ce sujet, mais en cherchant (très peu) sur Google, j'ai trouvé :

- La liste des mots français qui connaissent le même sort
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_ … %C3%A7aise

- Un court mais bon article sur ce sujet (même si le cas de mersi n'y figure pas...)
https://www.opinion-internationale.com/ … 23578.html

Prokov a écrit:

Le petit soldat de France n° 1 ne porte pas de date mais est, au plus probable, paru le Mardi 9 septembre 1912.
Périodicité bihebdo, les Mardi et Vendredi,
Dernier numéro non localisé, au minimum le 35 du 8 novembre 1912, mais n'a pas dépassé 1912 ...

Bonjour,

J’ai assez peu de chances d’être lu par Prokov, mais l’histoire de ce journal patriotique destiné aux enfants m’a intéressé.
Voici le résumé de ce que j’ai pu trouver grâce à Retronews, dont les scanners ont repéré les annonces publicitaires dans la presse de l’époque.

1. Annonce pour Le petit soldat de France dans La Semaine illustrée (du même éditeur Tallandier) : 01/01/1912

- En Une
https://www.retronews.fr/journal/la-sem … e%3D1%26se
Texte vertical en bord droit.

- En p. 27 :
https://www.retronews.fr/journal/la-sem … mp;index=8
Texte très intéressant, jouant sur les sentiments archi-patriotiques de l’époque.
A noter : « Le petit soldat de France » était depuis quelques années le titre d’une chanson, paroles de Ed. Martin, musique de H. Borrel.

On peut découvrir l’intégralité de ce « numéro 1 », qu’on appellerait aujourd’hui un numéro zéro, en pages 13 à 26, en déplaçant le curseur rouge tout en bas de la page de Retronews.

2. Annonces dans de nombreux journaux pour « se procurer gratuitement le premier numéro ».

- Version standard dans, par exemple, Le Journal, 08/07/1912
https://www.retronews.fr/journal/le-jou … p;index=82
Double clic tout en bas de la colonne 2

- Version longue dans Le petit Journal du 09/07/1912
https://www.retronews.fr/journal/le-pet … mp;index=9
Double clic sur le centre de la page.

3. Communiqué de succès pour ce n°1, dans de nombreux journaux, dont La Dépêche, 16/07/1912
https://www.retronews.fr/journal/la-dep … p;index=39
Double clic sur l'encadré des colonnes 1 et 2.

4. Annonce pour se procurer le n° 3 : par exemple Le petit journal, 16/07/1912
https://www.retronews.fr/journal/le-pet … ;index=127
Doule clic sur l'encadré en milieu de la colonne 3.

5. Annonce pour se procurer le n° 4 : Le petit journal, 19/07/1912
https://www.retronews.fr/journal/le-pet … ;index=132
Double clic en milieu de la colonne 5.

Plus aucune annonce après cette date du 09/07/1912.

6. Trouvés cette fois chez Gallica, un avis de décès et un jugement "post-mortem", dans la publication nommée "Romans-revue : guide de lecture", en date du 15/12/1912 :

- Analyse posthume :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=64378;0

- Classement dans « les journaux mauvais » :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=64378;0
Ce classement est repris en janvier 1913 par de nombreux titres de "la bonne presse", contrôlée par l'Eglise.

Ma brève synthèse :
- Les indications de l'ami Prokov sont partiellement justes, mais s'il est collectionneur il lui manque les premier numéros !
- La courte vie du Petit soldat de France ressemble à un échec
- Il faut que j'envoie ces éléments à gb, pour qu'il s'en serve dans sa page Bibliographie de Bob

Eléments de réponse à venir...

Cher gb,

J'ignore si vous avez eu ailleurs qu'ici des réponses aux questions que vous vous posiez en 2005.
J'ai trouvé, sinon l'identité de l'auteur et la présence d'éventuelle suite à ce texte, trois éléments qui vous intéresseront peut-être.

1. Une étude fort captivante de Claudine Nédelec est parue en 1996 :
https://www.persee.fr/doc/dhs_0070-6760 … _28_1_2112

2. L'ouvrage est en ligne non seulement chez Gallica comme vous l'indiquez, mais aussi chez Google Books :
https://books.google.fr/books?id=Ed1BAA … mp;f=false

3. Il est disponible en réédition chez Hachette/BNF :
https://www.amazon.fr/rat-du-Ch%C3%A2te … 2016127767

Bravo pour avoir livré des extraits de ce texte comme une source de Bob !

6

(2 réponses, dans Pratiques linguistiques)

sAlut ehmb !

Au cas, je l'avoue, improbable, où tu serais toujours intéressé, j'ai recherché des occurrences.
Je n'ai rien trouvé pour margouzin, mais je crois avoir trouvé une bonne piste pour talapan :

- Mot du patois de Tignes (Savoie) :
https://www.google.fr/books/edition/Le_ … frontcover

- Confirmation, si j'ose dire, par le nom d'un bed & breakfast en Aoste :
https://www.felise.it/fr/lo-talapan

Bonjour,

Peut-être faut-il suivre l'avis de A. Rey (DHLF) sur la première mouture de l'expression : Pas LE traître mot (le mot qui trahit) :
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover
L'hypothèse d'Abel Boyer (message 2) se trouverait être la bonne ! Bravo !

Un exemple, avec la première attestation, selon Pierre Enckell : un extrait d'une lettre du 8 janvier 1749 :
https://www.google.fr/search?lr=lang_fr … amp;num=10

Un autre exemple, de 1785 :
https://www.google.fr/books/edition/L_a … frontcover

... Et pour finir un de 1828 :
https://www.google.fr/books/edition/Tab … frontcover

24. PIAULER

Préambule

- Même en choisissant ici « pleurnicher » comme sens de Piauler, la phrase de Mirliton reste très obscure… Si l’une ou l’un d’entre mes lecteurs a une meilleure idée, je suis preneur !
- Le débat entre « familier » et argotique devrait reprendre à l’occasion de cette nouvelle analyse. Manifestement, nous sommes ici devant un mot familier, ancien, et seule sa présence dans la lettre de 1888 donne l’occasion d’y voir un  mot argotique.
- C’est pourquoi je ne m’attarderai pas sur Piauler, et ne donnerai que quelques exemples.

a) Extraits du TLFi

A. −
1. [Le suj. désigne un oiseau, en partic. un poussin] Pousser de petits cris aigus et répétés…
2. [Le suj. désigne un autre animal] Pousser des cris aigus et plaintifs…
B. − P. anal.
1. Fam. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le suj. désigne le plus souvent un jeune enfant] Pleurer en poussant des cris plaintifs, pleurnicher. Synon. piailler. Cet enfant ne fait que piauler (Ac.).Quel beau rôle Que celui d'un nigaud qui gémit et qui piaule (POMMIER, Crâneries, 1842, p.161).Au logis, il y a des petits qui piaulent avec des voix de chacal en détresse; des enfants hâves qui crient le froid ou la faim (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p.361).V. melon C 2 ex. de Du Camp.

b) Présence dans les Larousse d’argot en ma possession : Non !

c) Dans les dictionnaires d’argot du XIXème siècle

Seulement chez d’Hautel (Dictionnaire du bas-langage, 1808) :
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

d) Quelques attestations plus ou moins proches de 1888

Chez Souvestre, 1860
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=193134;0

Dans Le Constitutionnel, 1872
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=42918;4
Zoom sur le bas de la colonne 5

OBS Cette page « Piauler » a un petit goût d’inachevé…J’assume !

23. EN POUSSER UNE


Préambule et a priori
Le texte de Mirliton et surtout le contexte de cette expression ne sont pas très clairs, c’est le moins qu’on puisse dire.
Rappel : « Je t’en ai poussé une que tu en piaulais… (tu en pleurais, message à venir).
Pris d’une inspiration petit-matinale, peut-être complètement fantaisiste, et sans doute influencée par mon activité de choriste très amateur, je me suis imaginé que « En pousser une » était « pousser une chanson »…
Faisons comme si j’avais eu raison ! C’est que maintenant je crains les foudres d’Abel…

a) TLFi

2. Pop., fam. Pousser une chanson, sa chanson. Chanter. Les voiturins, vautrés, la tête en bas au fond de leurs chariots, et poussant, par accès intermittents, les mille et un couplets d'un chant nasillard (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1445).Il la cognait, on entendait ses cris affreux, et tout de suite après, il ouvrait la fenêtre et poussait sa romance préférée: «Femmes, que vous êtes jolies!» (CAMUS, Chute, 1956, p.1492).
♦ En pousser une. On lui demandait d'en «pousser une» (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p.99).
♦ Pousser sa beuglante*, sa gueulante*. Eh! dis! l'appelaient-elles. Pousse-la tout entière ta goualante (CARCO, Équipe, 1919, p.64).

b) Larousse en ma possession
Esnault 1965 : expression absente
Larousse de l’argot 2010 : expression présente, renvoi à Rossignol 1901 (voir ci-dessous)

b) Dictionnaires d’argot du XIXème siècle
Il semble que les attestations soient postérieures à la lettre de Mirliton (rappel : 1888).
Le Larousse de l’argot 2010 donne pour première attestation Rossignol (Dictionnaire d’argot, 1901).
Mais j’ai trouvé Fustier (1889) : Pousser la goualante
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50521b/f577.item

c) Uniques attestations trouvées avant 1888

Le Rappel, 31/07/1877
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =1545072;0
Zoom Milieu de la colonne 2.

Les deniers scandales de Paris, par Dubut de Laforest *
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =2038636;4

* Date de cette publication
- 1886 pour Gallica
- 1898 pour Wikipédia
- Pré-publication en feuilleton ?

Conclusion : si par miracle ma supposition est la bonne, Mirliton était en avance de quelques années sur l’argot de son temps !
J’ai comme un doute, tout à coup…
Non, Abel, pas sur la caboche !

Abel Boyer a écrit:

Il faudrait probablement affiner un peu tout cela en examinant plus précisément quel corpus les auteurs entendre enregistrer. Pour d'Hautel précisément, son livre ne parle pas d'argot mais du bas-langage...

Chic ! Un peu de débat !

À 1000/100 d'accord avec vous sur d'Hautel ! Mais il est bien pratique pour les datations, car à mon avis bien souvent il anticipe les recherches sur l'argot.

La frontière est effectivement fragile. Prenons le roi Lorédan Larchey par exemple :
- 1858 : Dictionnaire des familiarités françaises
- de 1859 à 1865 : Les excentricités du langage
- 1872 : Dictionnaire... de l'argot parisien
- Par la suite, et jusqu'à la dernière édition de 1889 : Dictionnaire historique d'argot

Le tout, n'en doutons pas, avec la même matière première, et avec ce qu'on n'appelait pas à l'époque le Copier / coller !

Tout à fait d'accord avec vous sur la porosité de la frontière entre familier et argotique.
Ce qui m'importe dans ce fil, c'est d'examiner la lettre de Mirliton, qui est supposée être écrite en argot (c'est du moins le souhait évident du journaliste qui l'a écrite en 1888).

Dans le cas précis de Caboche, ce qui m'a intéressé aussi, c'est cette présence du mot dans les dictionnaires d'argot du XIXème siècle : les argotologues de l'époque allaient à la découverte d'un monde lexical supposé inconnu des bons bourgeois qui lisaient leurs livres.

"C'est assez pour dire que ce n'est pas de l'argot", dites-vous.
Je répondrai : au XIXème, pour les d'Hautel, Delvau et autres, c'était assez pour "en être" à l'époque de Mirliton !

22. CABOCHE

a) TLFi
A.− Fam. Tête. Grosse caboche (Ac.1798-1932, ROB.).
− P. méton.
1. Intelligence, jugement, mémoire. (Avoir une) bonne caboche; manquer de caboche :
1. Oh! Je me souviens très bien, la caboche est encore solide... ZOLA, L'Assommoir,1877, p. 698.
♦ Avoir la caboche dure. Avoir une intelligence bornée, être entêté. Oh! Fernand, en voilà un qui avait la caboche dure! (ZOLA, Vérité,1902, p. 51).
2. Personne intelligente. Être une (fameuse) caboche :
2. ... c'est une caboche, cette Paula, malgré ses airs de pensionnaire. G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la Terre promise, 1934, p. 188.

b) Mot absent des Larousse de l’argot
Ni Esnault (1965), ni le Larousse de l’argot de 2010 n’ont une entrée Caboche.
Peut-être ce mot est-il si familier qu’il a « quitté » l’argot ?
NB  Chez Littré, vers 1875, caboche = "tête, en style trivial"

c) Dictionnaires d’argot du XIXème siècle

D’Hautel, 1808 1808
https://books.google.fr/books?id=UaIFAA … mp;f=false

Halbert d’Angers,  1849
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73867m/f10.item

Delvau, 1867
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 8/mode/2up

c) Dans des livres

Chez MM. de La Ville de Liège, 1651
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=64378;0

Chez d’Assoucy, 1653
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=128756;0

Dans La Chanson nouvelle, s.d.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =1416316;0

Richelet, 1709
https://books.google.fr/books?id=3r9MAA … mp;f=false

Chez Molière, 1772
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =4699594;0

Le Roux de Lincy, 1859
https://books.google.fr/books?id=zxaZjh … mp;f=false


NB Je me suis abstenu de chercher en plus des extraits d’articles de journaux : le mot Caboche est largement installé au XIXème siècle… et Mirliton peut l'employer avec la certitude d'être bien compris.

21. ARPIONS

a) Lexique de Mirliton : pieds

b) TLFi :

Arg., le plus souvent au plur. Pied :
1. Peu importe que je marche sur du verre brisé, j'ai le dessous des arpions doublé en cuir de brouette (1) ... (1) Le dessous des pieds doublé en bois. SUE, Les Mystères de Paris,t. 1, 1842-43, p. 320.
SYNT. Casser, chatouiller, écraser, marcher sur les arpions; souffrir des arpions.
− P. méton. Orteil :

c) Dictionnaires d’argot antérieurs à 1888

Ansiaume, 1821
Honneur à Bob ! Nous pouvons avoir un accès au contenu du Glossaire Argotique de Ansiaume
https://www.languefrancaise.net/Source/2033
Faire Ctrl F + arpion et découvrir les multiples sens de ce mot… je me limiterai ici à « pied » pour respecter la volonté de Mirliton !

Clémens, 1840
Autre travail de Bob
https://www.languefrancaise.net/Source/2690
Même procédure, même limite.

Larchey, 1865
https://www.google.fr/books/edition/Le … frontcover

Delvau, 1867
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Rigaud, 1881
https://www.google.fr/books/edition/Le … frontcover


Aucune autre attestation intéressante dans la littérature ou la presse : je n’ai rien trouvé qui fût antérieur à 1821 et qui signifie pied.
j’ai constaté en effet qu’avant 1820 arpion existe, mais signifie main, ou griffe, ce qu’indique mon Larousse de l’argot de 2010.

A noter : il me semble que ce mot arpions, exactement deux siècles plus tard, se porte comme un charme… Bon pied bon œil !

20. TURNE

Voilà un cas bien particulier !

a) Dans le TLFi

Populaire
A. −
1. Maison; en partic., maison mal tenue, logement sale et misérable…
2. Bistrot populaire parfois mal fréquenté. Tu connaîtras pas, au pays, une petite turne où on pourrait boire frais, et puis s'entendre tous les deux? (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 200).Le Tonneau, qu'elle se nommait, la turne (...) La boîte était le genre habituel. Des flonflons (...), des entraîneuses (LE BRETON, Razzia, 1954, p. 138).
3. Péj. Endroit où l'on se rend pour travailler (bureau, usine, école...), jugé généralement déplaisant…

b) Dans les dictionnaires d’argot à ma disposition

- Esnault 1865 : Maison / logis malpropre
- Larousse 2010 : Maison / logement / chambre médiocre / local quelconque
- Dictionnaires d’argot du XIXème s. : Logis ou chambre malpropre / chambre de pauvre /mauvais logis


Le sens Bistrot populaire, n’est pas mentionné ! Mirliton l’aurait-il inventé ?

>>> Recherches sur Turne < 1888 avec ce sens

c) Dans les journaux (source Gallica et Retronews)

La Revue française, 1856
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6 … k=836914;0

Le Figaro, 1867
https://www.retronews.fr/journal/le-fi … mp;index=8
Double clic en bas de la colonne 5

Le Progrès de la Côte d’Or, 1885
https://www.retronews.fr/journal/le-pr … ;index=101
Double clic en bas de colonne 2

Le Progrès de la Somme, 1887
https://www.retronews.fr/journal/le-pr … ;index=134
Double clic en haut de la colonne 4

d) Dans des livres (source Gallica)

Chez Caise, 1869
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6 … rk=64378;0

Aucun doute : y'en a au moins un qui suit !

Lévine a écrit:

Je tombe à Paris. Qui c'est que je vois traîner rue Galande ? Chover et de Lassus !

Damned ! Je suis repéré !

Chover a écrit:

À la différence de « Les feuilles tombent », « Elle va tous les dimanches » ne viendrait probablement à l'idée de personne.

Si quelqu'un me disait "Elle va tous les dimanches", je lui répondrais "Comment va-t-elle ?" !!!

Lévine a écrit:

Le cuisinier plume les oies
ah tombe neige
tombe et que n'ai-je
ma fiancée entre mes bras

Poème d'Apollinaire mis en chœur par Poulenc

glop a écrit:

On ne se relit jamais assez.
J'ai écrit le texte en écoutant la chanson.

Vous vous êtes donné beaucoup de mal : personnellement je cherche les paroles de chansons sur Internet... Et parfois je trouve !
En tout cas, merci pour l'intérêt que suscitent mes modestes recherches.

19. CABOULOT

Désolé du délai, je me suis noyé, non dans les vapeurs d’alcool, mais dans les recherches… car il y avait beaucoup de lecture et j’ai dû faire un choix.

Extraits du TLFi
Pop. Petit café plus ou moins mal famé, à clientèle régulière. Réfugiés dans une petite salle au fond d'un caboulot très vulgaire (GIDE, Journal,1907, p. 255):

ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1846 arg. (d'apr. A. DELVAU, Dict. de la lang. verte, p. 53). Terme franco-prov. : fr.-comt. caboulo(t) « petit réduit dans une écurie où l'on enferme un jeune animal pour le protéger contre les accidents »

Extraits de journaux et de livres
NB « Abondance de biens ne nuit pas », dit-on. Mais l’abondance ici était telle que j’ai dû faire le choix d’un angle d’attaque : les textes supposés intéressants pour mes nombreux lecteurs, et antérieurs à l’apparition du mot caboulot dans les dictionnaires d’argot.

1) Dans la presse (moteur de recherche Retronews)

Le Tintamarre, 1856
https://www.retronews.fr/journal/le-tin … p;index=15
Double clic en bas de colonne 2

Le Gaulois, 1860
https://www.retronews.fr/journal/le-gau … p;index=51
Article fondamental, sur les 3 colonnes

Le Siècle, 1860
https://www.retronews.fr/journal/le-sie … p;index=60
Double clic en haut de la colonne 3 : « Revue hebdomadaire »

Le Tintamarre, 1861
https://www.retronews.fr/journal/le-tin … p;index=64
Poème Le caboulot, double clic en bas de la colonne 2

Le Figaro, 1861
https://www.retronews.fr/journal/le-fig … p;index=66
Double clic colonne 1, titre Les piliers du caboulot

2) Dans des livres (moteur de recherche Gallica)

Chez un anonyme, 1855 (les misérables de Londres)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=64378;0

Chez un autre, 1860 (description du Lapin Blanc)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=107296;4

Chez Robert, 1860
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=128756;0

Chez Véron, 1861
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=193134;0

Chez « Ego »
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=236052;4

Chez Hugo (Les Misérables), 1862
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=450646;0

Chez Delvau (Dict. érotique moderne, entrée Fille de nuit), 1864
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=772536;0

3) Dans les dictionnaires d’argot
Chez Larchey, 1865
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Delvau, 1866
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Rigaud, 1881
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

18. CONNOBRE
(Resuffixation de connaître)

Lexique de Mirliton : connaître

Variantes repérées par Esnault, 1965
Connobler, conobler, conobrer, conombrer, colomber

NB Recherches faites uniquement sur Connobrer (ou connobre) et conobrer

Chez Vidocq, 1837
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover
Selon Esnault, cette chanson date de 1811

Chez Delvau, 1867
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Richepin, 1876
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =1781124;4

Chez Du Boisgobey, 1876
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =1802584;0

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 2/mode/2up

Chez Larchey, 1883
https://www.google.fr/books/edition/Sup … frontcover

Je ne connaissais pas du tout ce sens de recors.
Que se passait-il si le recors était retors ?

Si, vous avez totalement raison.

17. SORBONNE
(métonymie : sorbonne = tête)

NB Recherche d’extraits de livres ou d’articles impossible : la "vraie" Sorbonne s’impose partout… Je ferai, grâce à Esnault, une exception pour Hugo.

Chez d’Hautel, 1808
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Hugo (dans son premier roman Bug-Jargal, écrit à l’âge de seize ans), 1826
https://www.google.fr/books/edition/Bug … frontcover

NB Je ne résiste pas : voici ce qu’écrivait Hugo dans ce roman à propos de l’argot :
"Quand on entend parler cette langue, cela fait l’effet de quelque chose de sale et de poudreux, d’une liasse de haillons que l’on secouerait devant vous."

Chez "Bras-de-fer", 1829
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k742734/f25.item

Chez Larchey, 1865
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnai … 4/mode/2up
La fin de l'article de Rigaud amène à penser que le rédacteur de L'Evénement "datait un peu"... et que l'argot était déjà une langue bien vivante.

Je suis raide nul en anglais, mais Reverso, pour record, donne "enregistrement", ce qui me semble assez lointain de souvenir...

16. RECORDER
(cas TRES particulier : après enquête, hors sujet !)

Préambule : tous les dictionnaires d’argot du XIXème siècle donnent des significations qui ne « collent » pas avec le contexte*. Recorder = prévenir, ou bien faire la leçon.
* Que je rappelle :
"Tu y as amené tes croquenauds, chez le père Lunette, à la rue des Anglais ? Tu le recordes en ta sorbonne, pas vrai ?"

Alors, j’ai cherché !                 

Dans le TLFi
Vieux
… B. − Empl. pronom.
1. réfl. indir. Se recorder de qqc. Se souvenir de quelque chose; se remettre quelque chose en mémoire. Et il se recordait des aventures de ce franciscain que ses compagnons laissèrent, un jour, seul, dans le couvent, en lui recommandant de s'occuper du repas (HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 162).
…  Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 pronom. « se souvenir (de) »

Dans le Dictionnaire de l’Académie (9ème édition en cours)
https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9R0967
NB Sens "se souvenir" absent de toutes les éditions précédentes du D.A.F., absent également du Littré

Dans le Dictionnaire de Godefroy : se souvenir
https://micmap.org/dicfro/search/dictio … y/recorder

Dans le Dictionnaire du Moyen Français (en ligne)
II. - Empl. intrans. ou pronom.
A. - Se recorder. "Se souvenir"
B. - Se recorder qqc. "Se rappeler qqc., se souvenir de qqc."
C. - Se recorder de qqn / qqc.
1. "Se souvenir de qqn ou qqc."
2. Se recorder de qqc. "Rappeler qqc."
D. - Recorder de qqc.
1. "Se souvenir de qqc."
2. Recorder de qqc. à qqn. "Rappeler qqc. à qqn, parler de qqc. à qqn"
III. - Inf. subst. "Fait de se souvenir"

Chez M. de la Curne de Sainte Palaye (excusez du peu), 1881
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Conclusion : En 1887, recorder = se souvenir est un terme parfaitement compréhensible pour les lecteurs de l’Evénement, sans doute familier car inconnu de nos académiciens, mais non argotique.

15. CROQUENEAUDS
(orthographes variées)

Lexique de Mirliton : souliers

Chez Delvau, 1867
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Rigaud, 1881
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Dans les colonnes du Cri du Peuple, 1887
https://www.retronews.fr/journal/le-cri … mp;index=5
Double clic aux 2/3 de la colonne 4

28

(3 411 réponses, dans Réflexions linguistiques)

épo matinal a écrit:

Roland de L., j'ai l'impression que vous vous répétez.

C'est une impression farpaitement justifiée. Merci !

29

(3 411 réponses, dans Réflexions linguistiques)

Oups ! Cas grave de gâtisme avancé...

Merci, cher Abel, pour cet intérêt à mes bien modestes recherches !

A propos de mézigo
Forme pas disparue : on la trouve dans Le Journal à Nénesse (1911), et plusieurs fois chez San Antonio.

Extraits de l’entrée Mézig du Larousse de l’argot (2010) :
« Nous donnons ici les séries des principales formes existant en argot pour les pronoms personnels accentués, qui en peuvent s’employer comme sujet d’un verbe, mais seulement comme attribut de être ou comme complément (de nom ou de verbe, après une préposition). Nous n’avons pu indiquer toutes les orthographes, nous en tenant  l’essentiel. Le point d’interrogation signale une incertitude quant à l’existence de la forme, non attesté à notre connaissance.
[Suit un tableau, que je reproduis avec les moyens du bord]

1 mézig(ue), tézig(ue), sézig(ue), no(s)zigue(s), vozigue, leur(s)zigue(s)
2 mézigo, tézigo, sézigo, nozi(n)go, ?, ?
3 mézis, tézis, sézis, nosis, vosis, ?
4 mézière, tézière, sézière, nozière, vozière, , sézières
5 messière, tessière, ?, ?, ?, ?
6 mes-cols, tes-cols, ses-cols, ?, ?, ?
7 mézingand, tézingand, sézingand, nouzingant, vouzingant, ?
8 ?, ?, ?, nouzailles, vouzailles, sézailles
9 monorgue, tonorgue, sonorgue, notre orgue, ?, leur orgue
10 mon gnasse, ton gnasse, son gnasse, nos gnasses, vos gnasses, leur gnasse
11 mon nière, ton nière, son nière, ?, votre nière, leur nière
12 maouzi, taouzi, saouzi, ?, ?, ?

Etym. 1566
Comme on le voit [ ???, remboursez !], seule la série 1 est complète (date du XVIIIème siècle), l’élément zig(ue) étant d’origine obscure ; la série 4 comporte un sézière douteux (pour Esnault) ; les plus anciennes sont la série défective 5 (1566, Rasse des Nœuds) et la 3, signalée en 1596 par Péchon de Ruby, mais déjà présente chez Villon (mil. Du XVè s.)le suff. is étant obscur ; les variantes en –gand (série 7) et en –ailles (série 8)datent de 1628 (Chéreau). Les séries 2 et 9 sont enregistrées en 1835 par Raspail. Les périphrases 10 et 11 sont aussi du XIXèle s.et reposent sur des mots d’origine peu claire : gn(i)asse et (g)nière.Quant à mes-cols, ou mécolle, c’est d’après Esnault une création de camelots, vers 1907, issue peut-être de collants (vêtements). La série 12 est un amalgame de moi, toi, lui et de l’adv. aussi (1888, Villate). »

Mes seules trouvailles sur le sujet
Introduction de Esnault à la Bibliographie raisonnée de l’argot de Yve-Plessis (1901)
https://www.google.fr/books/edition/Bi … frontcover

Sainéan 1920
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6 … rk=42918;4

PS Je ne crois pas beaucoup à l'influence du latin : les gens qui pratiquaient l'argot étaient des hommes de sac et de corde... pas des enfants de choeur !

31

(3 411 réponses, dans Réflexions linguistiques)

Bonsoir. Je ne fais que passer !

Loin de moi l’idée de me mêler à vos débats, qui dépassent largement mes compétences.
Le hasard de recherches sur l’argot m’a fait découvrir un ouvrage de Timmermans : L’argot parisien. Etude d’étymologie comparée, 1892 :

https://www.google.fr/books/edition/L_a … frontcover

Il me semble que cette conclusion donne du grain à moudre aussi bien à chrisor qu’à ses détracteurs…
Libre à vous de lire le bouquin tout entier pour en juger : il ne fait que un peu plus de 300 pages…

14. ZIG (ou variante Zigue)
(Altération probable de Gigue, fille enjouée)

NB Recherche chez Gallica, Google Livres et Retronews impossible : polluée par zigzag entre autres  >>> recherche limitée aux dictionnaires d’argot. Mais Rigaud (1881) m'a fourni 2 pistes.

Trouvé dans l’ouvrage de P. Enckell déjà cité, qui signait P.E. l’article Zigue de la BHVF : Chez Lebois, 1800
https://www.cnrtl.fr/definition/bhvf/zigue

Chez Raspail, 1835 (le Larousse indique cet ouvrage comme lieu de la première attestation de zig
https://www.languefrancaise.net/Source/3759
(page de Bob : Ctrl F + zig)

Chez Vidocq, 1837
https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Vole … q)/dico1/Z

Chez de Montépin, 1855
https://www.google.fr/books/edition/La_ … frontcover

Chez Monselet, 1859
https://www.google.fr/books/edition/La_ … frontcover

Chez Larchey, 1865
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Rigaud, 1881
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

13 … DES PISSENLITS PAR LES RACINES

NB Un seul document trouvé avec la version par LES racines, dans les colonnes de Gil Blas, 1885
https://www.retronews.fr/journal/gil-bl … mp;index=0

Pour la version avec LA racine, embarras du choix !
Chez Hugo, 1862
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez de Kock, 1863
https://www.google.fr/books/edition/Je_ … frontcover

Chez Delvau, 1866
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Zola, 1877
https://www.google.fr/books/edition/L_a … frontcover

Dans les feuilles de Lyon-Feuilleton, 1883
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=193134;0

Chez Barrère, 1887
https://www.google.fr/books/edition/Arg … frontcover

12. RIPATONS

Lexique de Mirliton : pieds
NB Le plus souvent, ce mot désigne les souliers : ripatonner = réparer des souliers.

Dans les colonnes du Tintamarre, 1873
https://www.retronews.fr/journal/le-tin … mp;index=1
Double clic sur le bas de la colonne 2.

Dans le « gogomêtre » du même, 1880
https://www.retronews.fr/journal/le-tin … mp;index=0
Double clic sur le bas de la 1ère colonne.

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 6/mode/2up

Chez Hovelacque et autres, 1885
https://www.google.fr/books/edition/Rev … frontcover

Dans les colonnes de Gil Blas, 1885
https://www.retronews.fr/journal/gil-bl … mp;index=1
Double clic au bas de la colonne 2.

11. PORTER AU TROU
(Expression argotique ?)

Chez Brivot, 1874
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=42918;4

Chez Rigaud, 1881 : Trou (être dans le)
https://archive.org/details/dictionnair … 0/mode/2up

Dans les colonnes du Français, 1881
https://www.retronews.fr/journal/le-fra … mp;index=1
Double clic sur le haut de la colonne 3.

10. FRANGIN
(Déformation de frère)

Chez Ansiaume, 1821
https://www.languefrancaise.net/Source/2033
Analysé par Bob : Ctrl F + frangin

Dans le Nouveau tableau de Paris, 1835
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … =1480694;0

Chez M.D., 1844
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74272s/f10.item

Chez Delvau, 1866
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Boutmy, 1883
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

9. AMINCHE

Dans les colonnes du Tintamarre, 1872
https://www.retronews.fr/journal/le-tin … mp;index=0
Double clic sur la colonne 2 (Dictionnaire d'argot)

NB : Le Tintamarre a publié les premières entrées (de A à C) du Dictionnaire d’argot ou de jargue de Tortillard, passés au scanner par Bob.

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 4/mode/2up

Chez Virmaître, 1887
https://www.google.fr/books/edition/Par … frontcover

NB  J’ai renoncé à consulter les résultats de ma recherche chez Gallica : leur moteur de recherche me proposait des milliers d’extraits de livres ou journaux contenant le mot « amincie » !

38

(264 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Lévine a écrit:

Vous trouvez la Pavane facile ? La première exposition du thème, oui, mais les deux autres reprises...

Disons plus facile que Scarbo !

39

(264 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Lévine a écrit:

... Chopin a néanmoins écrit allegro molto con fuoco.

C'est sûr qu'il n'a pas écrit prestissimo !
Comme bis, ça me fait penser à un échange que nous avions eu sur l'interprétation ébouriffante de Martha Argerich d'une sonate de Scarlatti (celle avec les notes répétées, la K 141).
Voir messages 96 et s.

Je constate, en regardant souvent Mezzo qui diffuse beaucoup de bis, que certains pianistes jouent soit des morceaux "faciles" (à la perfection bien sûr)  telle la Pavane pour une infante défunte de Ravel par exemple, soit des morceaux de grande virtuosité.
Argerich et Sokolov ont peut-être trouvé une troisième voie : transformer des morceaux de difficulté moyenne en monstres de virtuosité ?

8. MÉZIGO
(à ne pas confondre avec mézigue, beaucoup plus fréquent !)

Chez un anonyme, 1847 (entrée : moi)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=21459;2

Chez Delvau, 1866
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=64378;0

Dans les colonnes de l’Evénement, 1887
https://www.retronews.fr/journal/l-even … mp;index=1
Double clic aux 2/3 de la colonne 2

41

(264 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Abel Boyer a écrit:

... le pianiste amateur que je suis aussi.

Moi, j'en parle maintenant au passé, et sans regret : un beau jour j'ai piqué ma crise, me trouvant définitivement trop nul !
Pour être sûr de ne pas replonger et de ne plus massacrer des morceaux que j'adore, j'ai donné toutes mes partitions à une amie bien plus douée que moi. Elle fut ravie, et du coup moi aussi.
Je me sers encore de mon piano pour déchiffrer mes partitions de chant choral, discipline collective enthousiasmante pour laquelle il semble que j'ai plus de dispositions.
Même si mon grand âge me fait craindre le chevrotement, un jour prochain... le plus tard possible !

7. RASOIR
(Métaphore)

Chez Melle Javotte, 1787
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Le Gobe, 1821
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=21459;2

Chez Duflot, 1865
https://books.google.fr/books?id=D6k_AA … mp;f=false

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 6/mode/2up

43

(264 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Pour devenir capable de jouer Chopin comme ça, c'est un peu tard maintenant : je vais attendre une réincarnation...

6 JASPINER
(Origine : jaser)

Lexique de Mirliton : parler

Dans un alphabet méthodique, 1789
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … k=257512;0

Chez D’Hautel, 1808
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Vidocq (citant une chanson de l’aventurier Winter), 1829
https://www.google.fr/books/edition/M%C … frontcover

Dans les colonnes de L'Estafette, 1835
https://www.retronews.fr/journal/l-esta … mp;index=2
Double clic tout en bas de la colonne 3

Chez Delvau,1866
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Hugo, 1873
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=21459;2

Chez Huysmans, 1876
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … %20tard%22

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 0/mode/2up

5. ZINC
[Bel exemple de métonymie]

Chez Zola, 1873
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Huysmans, 1879
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Richepin, 1881
https://www.google.fr/books/edition/La_ … frontcover

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 4/mode/2up

4. PAPESSE

Pas grand chose à se mettre sous les yeux : une seule attestation, trouvée grâce à la BHVF.
Mot absent du Larousse de l'argot... est-il argotique ?

Chez Béranger, 1832
https://www.google.fr/books/edition/Cha … frontcover

3. SE TIRER

NB Les deux premières attestations ont été tirées (!) du Dictionnaire historique et philologique du français non conventionnel de Pierre Enckell.

Chez Vadé, 1739
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Desgrouais (gasconisme), 1766
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Delvau (se la tirer), 1867
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Rigaud, 1881
Ex Se tirer des pieds, voir aussi, dans le même ouvrage, se Tirer des pattes, des pincettes, des balladoires
https://archive.org/details/dictionnair … 4/mode/2up

48

(264 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Merci beaucoup ! C'est un des seuls morceaux "jolis" que ma faible technique pianistique me permettait de jouer.

2. DEVISSER SON BILLARD

Chez Monselet, 1859
https://www.google.fr/books/edition/La_ … frontcover

Chez Colombey, 1862
https://www.google.fr/books/edition/L_e … frontcover

Chez Delvau, 1867 (comme une variante
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Flaubert (source TLFi)
Pop. Dévisser son billard (FLAUBERT, Correspondance, 1869, p. 29 et 1875, p. 230).

Chez Rigaud, 1881
https://archive.org/details/dictionnair … 0/mode/2up

C'est parti, avec le mot Dab

1. DAB
(Latin dabo, je donnerai)

Lexique de Mirliton : Patron

Chez Grandval, 1725 (grand dabe = roi)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k … rk=21459;2

Chez Un Monsieur comme il faut, 1827
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74274g/f16.item

Chez Vidocq, 1837
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Halbert d’Angers, 1847
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73867m/f12.item

Chez Balzac et Hugo (TLFi) :
« Argot
A.− Vx ou vieilli. Maître, patron, roi, dieu. C'est notre dab! (notre maître), dit Fil-de-Soie (BALZAC, Splend. et mis.,1847, p. 540).Les dabs d'antan trimaient siempre pour la pierre du coësre. Ce qui veut dire : les rois d'autrefois allaient toujours se faire sacrer (HUGO, Misér.,t. 2, 1862, p. 196).

Chez Larchey, 1861
https://www.google.fr/books/edition/Les … frontcover

Chez Delvau, 1867
https://www.google.fr/books/edition/Dic … frontcover

Chez Rigaud, 1881(et 1888)
https://archive.org/details/dictionnair … 8/mode/2up

Messages trouvés [ 1 à 50 sur 520 ]

Pages 1 2 3 11 Suivant ►

forum abclf » Messages de Roland de L.