Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Options de recherche (Page 2 sur 61)

forum abclf » Messages de regina

Sujets de regina Recherche définie par l’utilisateur

Messages trouvés [ 51 à 100 sur 3 010 ]

La traduction selon la Bible du Rabbinat a choisi d'être  moins littérale mais à transmettre le sens religieux du message tel qu'il est interprété dans le judaïsme.  " Je suis l'Être Invariable" .

J'en profite de votre gentillesse pour vous demander votre avis sur un autre cas de phrase, où j'ai actuellement une virgule entre le verbe et le C.O.D. Pour y remédier, est-ce que la seule solution serait de mettre une virgule après le verbe "regardent" ?

Loin de moi l'idée de porter une attention négligeante aux virgules, mais j'attire par ailleurs la vôtre sur cette tournure de phrase, mise en gras et qui ne passe pas en français.

a) Je profite de votre gentillesse pour...
b) J'ai apprécié votre gentillesse et j'en profite pour...

53

(140 réponses, dans Parler pour ne rien dire)

Je vous souhaite à tous une belle fête de Noël.
Ici, nimbée de lumière provençale.

https://www.youtube.com/watch?v=-hD4xSRKeow

54

(12 réponses, dans Pratiques linguistiques)

L'explication se trouve dans la morphologie de cette sorte de mot-valise, formé de l'élément préfixal électro sur le modèle d'exécution.

Dans le cas d'une électrocution la secousse est mortelle.

Très instructif sur les raisons d'une certaine décadence de la société...

Je ne vois pas trop en quoi la citation d'Abel Boyer nous donnerait les raisons d'une soi-disante décadence de notre société...
Ce qui est par ailleurs  partout fortement répandu, c'est la tentation de chercher chez les autres l'origine des choses négatives.
Voir pour exemple la syphilis , appelée chez nous longtemps le mal de Naples cependant que bien des peuples parlaient du mal français.

Le bras d'honneur existe dans de nombreux pays aux peuples différents, pas la peine de se tourner spécialement vers l'Algérie et les Arabes.

Pour les Sud-Américains, c'est corte de mangas ( coupe de manche), au Brésil banana ( une banane), pour les Catalans botifarre ( boudin, saucisse d'intestins de porc ), en Italie gesto de l'umbrello ( geste de l'ombrelle).
La plupart du temps, l'appellation évoque par analogie de forme le sexe masculin de façon bien claire.
Enfin, pour les Croates, il convient de l'attribuer aux Bosniaques  : bosanski grb ; Quant aux Américains ils en voient l'origine chez les Italiens : "Italian salute."  (Voir la page Wikipédia en anglais.)

Une décadence largement partagée sur Terre :)

Pourtant, c'était bien un des  premiers sens du repas à pique-nique.

=Repas de plaisir où chacun paye son écot, et qui se fait soit en payant sa quote-part d'une dépense de plaisir, soit en apportant chacun son plat dans la maison où l'on se réunit.

Littré.

Plus tard , le terme pique-nique a supplanté le repas champêtre.

Le mieux serait d'ailleurs de supprimer la relative qui alourdit la phrase.

Cela dépendra du nombre de personnes présentes.

Les animaux étaient traditionnellement considérés par la loi du côté des choses

Depuis longtemps oui, mais ce ne fut pas toujours le cas puisqu'au Moyen-Âge, les procès d'animaux n'étaient pas chose si rare. L'animal était alors doté d'une personnalité ou d'un statut juridique.
http://www.justicecanada.ca/wp-content/uploads/2013/12/Procès-animal.jpg

59

(4 réponses, dans Réflexions linguistiques)

Il est surprenant que l'acte ne donne pas plus de précisions. Si ce Monsieur Y a un droit de passage sur la rampe d’accès, c'est pour se rendre d'un lieu à un autre. Il semble donc plausible qu'il ait le droit soit d'emprunter ensuite le chemin commun si son domicile se trouve de l'autre côté ou s'il possède un terrain, une propriété qu'on n'atteint que par le chemin commun.
Soit avoir l' accès  à la cour intérieure si cette rampe d'accès ne desservait que ces deux endroits pré-cités.  Ou bien l'accès aux deux.

Il faut lire pleurer et non pieuter.

la première phrase signifie que les Français prisonniers au stalag ont honte, qu'on leur reproche l'attitude de la France lors des accords de Munich, la passivité de l'armée française dans ce qu'on a appelé la drôle de guerre.

D'autre part, la phrase indique que l'on ne commence à manger qu'après l'arrivée du berger , il est donc attendu, comme signalé plus haut, pour partager le repas. On n'imagine pas ce vieux couple attendre l'arrivée d'un chien pour commencer à déguster la soupe.

Ils se sont construit une belle villa.

Il n'y a qu'un seul COD. On a construit une villa. Les gens ne se sont pas construits eux-mêmes. Ils ont fait construire une villa pour eux-mêmes. Le pronom réfléchi correspond ici à un datif, un COS.

Il n'y a donc pas de COD antéposé.

Il y a plusieurs communes regroupées en une agglomération. Une seule agglomération, ici celle de Montpellier. Qui forme une communauté , de quel type? d'agglomération.

Amenez-les toutes

Un pronom sans aucun doute.

prends la toute

Je ne vois pas ce qui vous fait penser à un pronom.  Vous pourriez remplacer par " prends la complètement, entièrement."

Je pense qu'il s'agit d'un adverbe bien qu'il s'accorde au féminin ( il fonctionne comme un adjectif)  alors que les autres adverbes de la langue française sont invariables.

Bravo! smile

Dans ma région natale, le Sud-Ouest, on dit encore une bugne. Il s'agit bien de coups, de bosses et non de beignets ( lyonnais) wink  On bugne une voiture .

Peut-être à rapprocher de bigne = un coup sur la tête...
Certains sont veinards, d'autres toute leur vie sont bignards = se prennent des coups toute leur vie...

C'est seulement une supposition.

Si vous avez vraiment l'intention de retenir cet aspect des recettes québecoises, vous utlisez alors un futur avec la terminaison : -ai

Mais s'il y a un doute ou si c'est juste un souhait, optez alors pour un conditionnel:
- je retiendrais bien ( volontiers) ces recettes quebecoises...  ( si c'était possible, si je me décide à le faire, si j'avais une chance de trouver les bons ingrédients, etc.)

D'où sortez -vous qu'il soit gratuit ?
Lorsqu'on suit votre lien, on aboutit à une proposition d'achat de logiciel.
Une pub de plus...

Les minorités actives, particulièrement en ce qui concerne les femmes, ont bien souvent joué un rôle d'avant-garde. Réjouissons-nous qu'il y eut des femmes telle Olympe de Gouges ou les dites suffragettes qui ont permis à leurs  semblables d'obtenir le droit de vote par exemple et bien d'autres droits jusque là réservés aux seuls hommes.

Ceci nous éloigne du sujet linguistique mais l'argument précédent ne tient pas.
Le fait que la féminisation des noms de métier soit soutenue par certains groupes ne permet en soi ni de justifier ni d'infirmer le besoin linguistique.

Pour d'autres langues comme l'allemand, c'est une évidence : Ingenieur, Ingenieurin, Artz ( médecin) ,  Ärztin ,etc.
Les féministes n'y sont pas plus actives ( en Allemagne ou dans les autres pays germanophones) et les hommes ni plus ni moins machos qu'ailleurs. 
Reste que la langue française a du mal à fixer un usage dans ce domaine, qu'on voit se développer diverses habitudes langagières selon l'âge, le niveau social ou le milieu professionnel et qu'il n'y a effectivement pas d'unanimité.

J'opterais pour ratonne.

Aller au cinéma et être au cinéma ne signifient pas la même chose.
S'il s'agissait d'un travail d'écriture, on demandait aux enfants d'imaginer et de raconter ce qu'ils ont vécu dans le cinéma, du momen où les billets ont été pris, où ils ont pris leutr place. Ce qui s'est passé pendant la séance, le film, le comportement des enfants, leurs réactions, etc...

Si le sujet était vous allez au cinéma, l'enfant pourrait raconter le rendez-vous entre amis, la discussion sur le choix du film, l'ambiance avant de partir, la discussion pendant le trajet et l'attente, etc, ...

Votre enfant semble avoir fait ce qu'on appelle un hors-sujet.

Lorsqu'il s'agit d'une lettre de motivation de ce style, il vaut mieux indiquer qu'il est sûr et certain que ce type d'études vous permettra de progresser et que le séjour dans le pays en " bain linguistique" vous profitera à coup sûr smile

Se montrer trop prudent sur un sujet pareil pourrait bien lui coûter l'admission. Numerus clausus, les places sont chères pour les étudiants étrangers dans nos universités.   Il faut aussi raisonner en fonction du contexte et de l'utilité.

Dans ce cas, il s'agit bien de votre finesse d'esprit, appréciée de l'enseignant et cela se voulait un beau compliment.

Là, je pourrais approfondir mes études de la langue française, car le domaine de l’université ce sont les lettres et les langues. La vie en France me permet aussi d’être quotidiennement en contact direct avec le français parlé, si bien que ma communication orale pourrait s’améliorer

1)Ne mettez pas de conditionnel mais un futur ( il est évident qu'un semestre en université française vous permettra de progresser dans vos études de la langue française).: je pourrai.

2) car les lettres et les langues font partie  des disciplines enseignées dans  cette unversité.

3)

La vie en France me permet aussi d’être quotidiennement en contact direct

Mettez un  futur puisqu'il s'agit d'une lettre de motivation. Vous n'êtes pas encore en France! Et pour la suite, pas de conditionnel, non plus.



La vie en France me permettra d'être quotidiennement en contact direct avec le français parlé de sorte que je pourrai améliorer mes compétences en communication orale.

Eh bien, donnez-nous le contexte. La remarque du prof n'était certainement pas gratuite. Elle venait en réponse à une intervention orale ou écrite de votre part...

Si vous nous en dites plus, on pourra peut-être éclaircir la chose.

Tout dépend du contexte.
Cela peut tout à fait être un compliment : on admire votre finesse d'esprit .
Ou une sorte de reproche ironique : vous êtes trop malin...
Ou même une antiphrase : si vous disiez une grossièreté, on pourrait par ironie vous dire " tu es très fin!".

A vous de voir smile

Puisqu'il s'agissait d'une traduction, l'internaute n'a maintenant que l'embarras du choix smile

@ yd : voir message 3 wink

Eh bien, sur ce même site dont vous donnez le lien, j'ai trouvé un internaute qui faisait un commentaire avec une expression qui irait très bien pour la traduction cherchée:

Ils ont été plus bas que terre !

Je n'ai pas dit que c'était vulgaire. c'est juste une expression populaire.L'idée encore une fois, c'est que ça se situe en bas, en dessous de ce qu'on attend, comme si on était dans une grotte où ,de toute façon, il n'y a rien à voir. "De bas étage " correspondrait au mieux pour le sens, si ce n'est que c'est d'un registre trop élevé pour le public habituel des stades smile

Nous n'avons pas d'expression équivalente mais le mieux serait alors de parler de foot de bas de gamme.

Kick désigne en allemand populaire le foot ( anglicisme) et Grotte: c'est bien une grotte. On parle aussi de unterirdisch : souterrain pour désigner un truc nul.  L'idée c'est que c'est plus bas que tout. En dessous de tout.

L'expression allemande ne s'emploie pas seulement pour un match ennuyeux mais pour un match de mauvaise qualité, du mauvais foot, quoi.

On pourrait dire : ce match, c'était en dessous de tout. Sauf que ce n'est pas une expression lexicalisée, spécialement pour le foot comme c'est le cas de Grottenkick.

Ici, on dirait : nul de chez nul , ou plus nul que ça , tu meurs.

D'autres idées?

Il me semble qu'à partir du moment où l'on demande à cette personne de regarder le groupe auquel elle appartient et de plus, du moment qu'elle est seule à le regarder sans que les autres le sachent, cela revient, de fait, à lui faire prendre du recul par rapport au dit groupe, et à ne plus y avoir momentanément un regard collectif. C'est donc bien " regarde les " que je propose.

Ou alors une périphrase:" regarde ( observe) le groupe que vous formez. "

Concernant mon cursus, je souhaite attirer votre attention sur le fait qu'un de mes modules du quatrième semestre n'a pas été validé. il s'agit du module topologie et je tiens à vous informer que je suis en train de le retravailler afin de le présenter ce deuxième semestre de l'année en cours.

La voiture ne relève pas de la Cour. Il me semble plus juste de parler de la limousine princière

87

(9 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Il s'agit visiblement d'une édition ancienne du Dictionnairexde l'Academie ( une des premières, peut-être ). Édité à une époque où il était habituel dans toute famille bourgeoise ou aristocratique de placer son enfant en nourrice. Allaiter son enfant soi-même était presque inconvenant dans la bonne société .
Seules les femmes du bas peuple et de la paysannerie allaitaient leurs nourrissons et ceux des autres pour gagner un peu d´argent.

Autres temps, autres mœurs.

Il s'agit sur le plan grammatical, je crois, d'un complément d'adjectif ou de nom ( selon l'emploi de connard). A ce titre, il apporte une information essentielle sur ce qu'est un connard  pour le locuteur. et dès lors que ce complément désigne un métier, une ethnie, un gentilé ou autre chose de ce genre, cela correspond bien sur le plan sémantique à une généralisation  et que le fait d'appartenir à ce groupe ( quel qu'il soit) fait de l'individu un connard.

Encore que dans le cas d'un métier, il serait possible de nuancer: si quelqu'un reprochait à un médecin une erreur de diagnostic ou de traitement, l'apostrophe " connard de médecin" n'impliquerait pas que tous les médecins sont des connards mais que cet individu s'est révélé tel en tant que médecin. Ce qui n'est pas le même cas de figure que connard de Breton

De plus, si le terme est au pluriel : connards de ... là, on peut effectivement parler de généralisation sans éprouver de doute.

Pourquoi employer le conditionnel? Vous les donnez vos exemples, puisque vous mettez des liens vers votre blog qui regorge d'arguments qu'on appelle aujourd"hui racialistes et qui n'ont pas à être présentés sur un forum qui se consacre à la langue française.
Sans compter que certains de vos articles m'ont donné la nausée.

90

(2 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Une virago

définition: femme robuste, d'allure masculine.
                femme aux qualités viriles.
Dérivé du latin : vir = homme

D'accord avec Eponymie.

Tu n'ouvriras la porte à personne, ne parleras à personne dans la rue, etc.

A moins, bien sûr, que Personne ne soit Ulysse, auquel cas, tu n'ouvriras pas la porte à Personne wink

Dans ce cas, ce n'est certainement pas sur l'argumentation des nazis allemands que vous pouviez vous appuyer! D'autant que eux, je le redis, ne se posaient pas la question en ces termes puisque ils n'avaient aucune interrogation quant à une majuscule aux noms.

Je me permets d'ajouter autre chose concernant ceci:

Pour les nazis, me semble-t-il, le fait d'être juif avait une autre signification que le fait d'être simplement un pratiquant ou un croyant de la religion juive. Un juif (en attendant mieux, j'écris le mot sans majuscule) était pour eux un membre d'un peuple ou d'une nation, je ne saurais entrer dans les détails. À leurs yeux un Allemand juif n'était pas un Allemand de religion juive, ce n'était pas un Allemand car il était juif et donc autre chose qu'allemand.

Ces remarques n'ont rien à voir avec la question d'une majuscule ou pas, dès le moment où vous parlez des nazis allemands. Tout simplement parce que tous les substantifs , je dis bien tous, noms propres et noms communs, prennent automatiquement une majuscule en langue allemande.
Der Tisch= la table, das Kind = l'enfant , die Mandarine = la mandarine

et donc der Jude . Les Français se posent seuls cette question de la majuscule ou pas, par rapport à leur propre langue.

94

(9 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Mais nous savons tous ce qu'est un no man's land.   La question posée était de savoir s'il existait ou avait existé une expression française avant que cet anglicisme se généralise...

95

(9 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Il me semble que le terme exact pour l'exemple que vous donnez ( Argonne) fut zone rouge.
Mais le terme n'est tout simplement plus usité.

Il me semble qu'en français vous devez respecter les habitudes propres à notre langue.

J'ai gagné 1000 £.

Et j'ai gagné 1000 livres sterling pour qu'on ne vous imagine pas repartir chez vous, emportant une bibliothèque garnie de 1000 bouquins smile

La germaniste avait présentement répondu, diconoma smile

A l'heure actuelle, tout clavier permet d'insérer un tréma en passant éventuellement par les caractères spéciaux ou en choisissant par exemple la langue allemande sur le portable ou le clavier. Simple question de réglage .

Mais même en lettres cursives, écrire un oe à la place d'un ö,  je le redis, n'est pas fautif, c'est juste une façon ancienne d'écrire.

D'autre part, écrire juif ou Juif n'est pas une seule question d'orthotypographie. 
Si certains considèrent qu'il ne s'agit que de religion ils écriront effectivement sans majuscule.
Pour d'autres qui se considèrent comme appartenant au peuple juif sans pour autant être  obligatoirement religieux , la majuscule s'impose. Un Juif peut même se dire agnostique ou athée.
Ce débat a déjà eu lieu sur ABC.
Personnellement , considérant qu'il s'agit d'une des facettes de mon identité, je me définis comme étant une Française, Provençale, Marseillaise et Juive. Et le critère premier n'est pas l'appartenance à la foi israélite.

Je me contenterai de répondre à la première question uniquement, car c'est une question sur la langue allemande en général et non sur les noms propres des nazis sus-nommés.


Comment écrit-on en français les noms des deux personnages cités ?
A-t-on le choix entre Gö et Goe pour les deux ?
Si l'on choisit Gö pour l'un, existe-t-il une raison justifiant le choix de Goe pour l'autre ?


Le Ö ( O avec Umlaut) qui se prononce [ eu] peut s'écrire soit avec ce Umlaut Ö , soit en faisant suivre la lettre d'un E. C'est en fait une orthographe ancienne qui a été remplacée par l'introduction du Umlaut. Elle est un peu archaïque mais non fautive.

À votre place, je serais plus incisive.
Dire que la formation vous permettra d'acquérir des savoirs est certes valorisant pour cette licence et pour l'université mais elle ne met nullement l'accent sur vos propres capacités . Au contraire, elle laisse planer un doute car tout dépend alors de votre aptitude à acquérir ces savoirs et à réussir .
De mon point de vue, il n'est pas nécessaire de passer de la pommade à cette université française ( ils savent déjà que leur formation est solide et de bonne qualité sinon les étudiants étrangers ne postuleraient pas)
Ce qui importe c'est d'une part votre motivation,  d'autre part votre capacité à les convaincre qu'ils vont accepter un étudiant qui vient avec la volonté de réussir. Et ça doit se voir dans votre lettre.
Quelque chose du style:

Grâce à cette licence je serai à même de poursuivre mes études en Master de...

Ou bien : cette licence me donnera les savoirs nécessaires pour la poursuite de mes études en Master...

Ou bien: je souhaite préparer cette licence dans votre établissement ce qui me donnera la meilleure formation( les meilleurs savoirs) pour réaliser mon projet de Master en...

Ce ne sont pas les tournures et variantes qui manquent mais il me semble que vous devriez mieux réfléchir à la façon d'argumenter

100

(6 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Je ne vois pas  bien où réside le problème.

Tu lui ressembles comme deux gouttes d'eau ( sous-entendu: se ressemblent)

Messages trouvés [ 51 à 100 sur 3 010 ]

forum abclf » Messages de regina