Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Répondre

Répondre

Rédigez et envoyez votre nouvelle réponse

Vous pouvez utiliser : BBCode Images Binettes

Tous le champs doivent être remplis avant d’envoyer ce formulaire, ou alors vous avez utilisé la fonction copier/coller qui n'est pas supportée par l'éditer de texte.

Information obligatoire pour les invités


Information obligatoire

Revue du sujet (plus récents en tête)

858

Croire qu’un halo de lumière est un appel téléphonique par la fibre optique n’est pas la manifestation la plus lumineuse d’un esprit éclairé.
Se laisser embarquer sur des sujets bateaux devient rapidement une galère.
Un idéogramme est souvent plus parlant que des idées au kilo.
Conduire un monologue en tenant un double langage relève de l'acrobatie verbale.
Il faut vraiment être né de la dernière pluie pour ne pas s'imaginer qu'un coup de foudre puisse se transformer en un éclair en relation orageuse.

Vertige

Tout augmente. La température, le niveau des mers, le nombre de candidats de gauche, le coût de l’énergie, les tensions internationales, les fautes d’orthographe et le prix des pâtes. Une inflation aussi généralisée que galopante à désarçonner un jockey du Prix d’Amérique qui lui pourtant reste stable, le prix, pas le jockey, à l’instar du prix du carambar dans les boulangeries de Vincennes toujours très à cheval sur les tarifs. Rien d’étonnant à cela quand on sait que la croissance a été érigée en dogme universel bien avant qu’un coureur cycliste ne grimpe le col du Galibier, il y a plus d’un siècle. Aujourd’hui, la croissance a beaucoup moins la cote et beaucoup souhaiteraient que cette ascension de moins en moins divine mette un peu les freins pour nous faire des vacances. Prendre de la hauteur sur le sujet devient urgent, l’escalade actuelle relevant plus de l’alpinisme sans assurance, en tongs et t-shirt hawaïen vers les hauts sommets du massif de l’Himalaya que de la conquête de l’Annapurna par Maurice Herzog. C’est la condition nécessaire pour que l’optimisme remonte un peu et que le vertige de l’amour du risque soit un peu mis en sourdine. Pas sûr néanmoins que cette remise en question soit suffisante pour impacter le nombre de candidats de gauche et de fautes d’orthographe …

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

857

Pierre de Jade a écrit:

Merci ! Aucune contribution à l'humour n'est humble mais est toujours un plus, qui plus est dans une période comme celle que nous vivons ! smile

Merci pour votre clémence ! Meilleurs vœux.

Quelques petites dernières :

Il paraît que, parmi les malades atteints de voyeurisme, nombreux sont  formateurs !
Il est faux de dire que ce roman de Tolstoï serait guère épais.
Ne pas prendre les maoïstes chinois pour des mots viets !
Les doués en pâtisserie auraient-ils la pâte à tarte innée ?
Pour payer les erreurs de Saussure, les sots quêtent !
Contre la pandémie, l'humanité rêve d'une bonne Terre happy !
Comme dit mon voisin boucher, un sale ami mérite d'être charcuté.
Quant un prisonnier a beaucoup de vices, la levée d'écrou est interminable.
Etymologie capillaro-tractée : certains confondent à tort un gala festif et une orgie à poil !
Une repasseuse est morte écrasée par un camion. Lors de ses obsèques, tous ont reconnu sa conscience professionnelle : jusqu'au bout, elle n'aura pas fait un pli !

Manque de pot : le mari volage se serait fait occire d'un coup de cuiller à Pau. La police trouvait l'affaire louche et nous a confié, à mots couverts, que son épouse s'était finalement mise à table dans le panier à salades : sans tourner autour du pot, elle avoua que son époux ayant donné un coup de canif à leur contrat de mariage, la moutarde lui monta au nez, c'est pourquoi elle n'y est pas allée avec le dos de l'ustensile dont elle ne se servait pas comme un manche.

856

chrisor a écrit:

En Camargue, un pyromane gay peignait des flammes en rose.

L'oiseau vole comme le voleur, mais le premier fait son nid alors que l'autre nie son fait.

lol

855

Merci ! Aucune contribution à l'humour n'est humble mais est toujours un plus, qui plus est dans une période comme celle que nous vivons ! smile

chrisor a écrit:

Humble contribution

Tout en haut du Mont Olympe, vous n'auriez pas vu monter les Faunes ?
Avant de mettre une femme au lit, encore faut-il apprendre à la border !
Les poules ont horreur de sauter du coq à l'âne.
Sur une chaise vétuste, on a souvent le dos scié.
En Camargue, un pyromane gay peignait des flammes en rose.
L'oiseau vole comme le voleur, mais le premier fait son nid alors que l'autre nie son fait.
La jeune fille voulait vivre d'amour et d'eau fraîche : mais dans quel monde Vittel ?
Le ''viche-roi'' des légumes n'est qu'un chou-chef.
L'homme politique est toujours louche, car l'élu net n'existe pas.
Joue au Casino de Londres: tu perdras rarement là, Tamise.

Complotisme : les girafes n'existent pas, c'est un cou monté !

854

Pierre de Jade a écrit:

Certains silences font plus de bruit que l'écrit.

Les mots rendent les cris vains.

853

Humble contribution

Tout en haut du Mont Olympe, vous n'auriez pas vu monter les Faunes ?
Avant de mettre une femme au lit, encore faut-il apprendre à la border !
Les poules ont horreur de sauter du coq à l'âne.
Sur une chaise vétuste, on a souvent le dos scié.
En Camargue, un pyromane gay peignait des flammes en rose.
L'oiseau vole comme le voleur, mais le premier fait son nid alors que l'autre nie son fait.
La jeune fille voulait vivre d'amour et d'eau fraîche : mais dans quel monde Vittel ?
Le ''viche-roi'' des légumes n'est qu'un chou-chef.
L'homme politique est toujours louche, car l'élu net n'existe pas.
Joue au Casino de Londres: tu perdras rarement là, Tamise.

Complotisme : les girafes n'existent pas, c'est un cou monté !

852

Lévine a écrit:

Vous me faites plus rire que Chrisor, et je vous assure que ce n'est pas un mince compliment !

   


Que les blagues de Pierre de Jade restent toujours éblouissantes en 2022 ! Qu'il nous bluffe encore ! Avec lui on se lève de bonheur et on devient débonnaire ! Il est certain que c'est un homme affable !

Quand un blanc a des idées noires, est-il logique qu'il grise son chagrin avec un verre de rouge pour voir la vie en rose ?
Quand un orateur noir a subitement un blanc, faut-il parler d'un trou noir ?

Lévine, pour pénétrer le monde inconscient des mots, la porte, bien gardée, n'est jamais ouverte... ou rouge !

851

Grand plaisir de lecture. Je retiens plus particulièrement : Combien de pâtissiers ont prêté le flan à la critique en piquant un far ? et, à propos de la mafia, [...] d’après les sondages locaux, avec une forte probabilité que le candidat finisse dans l’urne avant son bulletin.

850

Le défaut principal du piège à cons c'est qu'il les relâche.
Bénéficier d'une santé de fer et d'un sommeil de plomb contribue considérablement à garder un moral d'acier.
Les mots composent une musique dont on ne mesure pas toujours la portée.
Combien de pâtissiers ont prêté le flan à la critique en piquant un far ?
Il ne voulait pas jouer les doublures mais il a fini par retourner sa veste.

Un parrain c’est déjà difficile

A moins de deux mois de la date limite de dépôt des 500 signatures de parrainages d’élus attribuant le précieux sésame pour se présenter à la Présidentielle, la course à l’échalote bat son plein pour nombre de candidat(e)s, et elle commence à piquer les yeux. La démarche est évidemment moins dangereuse que de chercher des parrains en Sicile tout en étant moins efficace, car en général là-bas quand on les cherche on les trouve. Et d’après les sondages locaux, avec une forte probabilité que le candidat finisse dans l’urne avant son bulletin. Mais l’entreprise n’est pas simple pour autant. Le parrain sans être un tonton flingueur peut parfois être buté et ne rien lâcher, même aux termes de palabres que ne renierait pas un témoin de Jéhovah. Si un parrain c’est déjà difficile, imaginez quand il faut les dénicher dix par dix. Et des marraines, même à Oléron, vous n’en trouverez pas treize à la douzaine ! Encore heureux qu’ils ou elles ne doivent pas leur offrir une médaille de baptême. Ces pauvres candidat(e)s obligé(e)s de battre la campagne balayée par un vent glacial pour quémander des paraphes et finir par sortir battu(e)s de la campagne, balayé(e)s par le vent de la défaite, c’est poétique mais c’est triste. Malgré tout il faut les comprendre tous ces parrains, ils savent bien que certain(e)s filleul(e)s peuvent vite devenir des boulets, alors quand ils ont l’occasion de choisir et d’éviter des histoires de famille, ils ne s’en privent pas.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

849

Vous me faites plus rire que chrisor, et je vous assure que ce n'est pas un mince compliment !