Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

Répondre

Répondre

Rédigez et envoyez votre nouvelle réponse

Vous pouvez utiliser : BBCode Images Binettes

Tous le champs doivent être remplis avant d’envoyer ce formulaire, ou alors vous avez utilisé la fonction copier/coller qui n'est pas supportée par l'éditer de texte.

Information obligatoire pour les invités


Information obligatoire

Revue du sujet (plus récents en tête)

9

Oui c'est vrai.
Alco a noté très justement :

Il me semble que « les feuilles de laurier » dirige l'attention vers les feuilles, comme dans « les feuilles de papier ».
Dans le deuxième cas, « les feuilles du laurier » insiste davantage sur le laurier, comme on dit « les feuilles du livre ».

On choisit l'un ou l'autre selon le contexte; selon qu'on parle des feuilles ou des arbres ?

8

Ylou a écrit:

On parle en cuisine des feuilles de laurier

Le plus souvent.

Ylou a écrit:

et en botanique des feuilles du laurier.

Pas nécessairement :
-Les feuilles de laurier sont entières, simples , fermes & posées alternativement sur les branches.
-Une des plus belles , est le Magnolia à grandes fleurs ( Magnolia grandiflora ) , plus connue sous le nom de Tulipier à feuilles de Laurier .

7

Pour illustrer la remarque d'Alco :
On parle en cuisine des feuilles de laurier et en botanique des feuilles du laurier.

Dans les deux cas on considère le laurier dans son espèce. Et comme marque, on a l'absence d'article dans un cas et l'emploi de l'article défini dans l'autre.

6

J'ai été confronté à ce problème quand j'habitais en Bretagne. J'entendais souvent « j'ai besoin l'eau » qui était confondu avec « j'ai besoin de l'eau » parce que le breton, tout comme l'anglais (I need water) n'intercale pas de préposition entre « avoir besoin » et son complément. C'était presque impossible d'expliquer aux personnes de mon entourage que lorsque je disais « j'ai besoin de l'eau » je voulais dire de cette eau-là précisément. Eux comprenaient « j'ai besoin d'eau ».

5

Alco a écrit:

La limite est mince entre « les feuilles de laurier » et « les feuilles du laurier ».

Elle est surtout très difficile à résumer en quelques lignes. C'est un des sujets les plus compliqués de la langue française pour les étrangers et les natifs sont souvent bien embarrassés pour donner des explications claires.

4

Vous confirmez ce que je pense. Merci.

3

La limite est mince entre « les feuilles de laurier » et « les feuilles du laurier ». Dans le deuxième cas, on peut parler aussi de l'espèce en général, et pas forcément de l'arbuste qui est dans votre jardin.
Il me semble que « les feuilles de laurier » dirige l'attention vers les feuilles, comme dans « les feuilles de papier ».
Dans le deuxième cas, « les feuilles du laurier » insiste davantage sur le laurier, comme on dit « les feuilles du livre ».

2

Parce que justement dans "les feuilles de laurier" il n'y a pas l'article "le", donc pas de contraction.
Même chose au féminin : on peut avoir "les feuilles de marguerite" d'un côté et "les feuilles de la marguerite" de l'autre. Dans le premier cas, pas d'article, dans le deuxième cas il y a l'article défini.

Les feuilles de laurier, les feuilles de marguerite : laurier et marguerite sont indéterminés ; on parle de l'espèce en général.
Les feuilles du laurier, les feuilles de la marguerite : laurier et marguerite sont déterminés ; on parle d'un arbuste ou d'une fleur plus particuliers, qu'on a déjà vus ou présentés ou étudiés.

1

Bonsoir,
J'ai lu : Les feuilles de laurier.
Pourquoi pas écrire les feuilles du laurier en faisant la contraction entre de le laurier ?
Merci.



Généré en 0,036 secondes, 90 requêtes exécutées