Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

Répondre

Répondre

Rédigez et envoyez votre nouvelle réponse

Vous pouvez utiliser : BBCode Images Binettes

Tous le champs doivent être remplis avant d’envoyer ce formulaire, ou alors vous avez utilisé la fonction copier/coller qui n'est pas supportée par l'éditer de texte.

Information obligatoire pour les invités


Information obligatoire

Revue du sujet (plus récents en tête)

4 032

chrisor a écrit:

Vous avez évoqué  un racine PIE  *gel. Celles que je trouve sont les suivantes :
*ghel- / *ghelswos    jaune, vert
*ghēlo-    vin
*ghelunā    mâchoire
*ghelūs    tortue ?
*glakt //*glkt//    lait
gleubhmi, -ō //*gleubʰ-//    tailler le bois, écorce
*gʷelǝn(o)s //*gʷlh₂-//    gland
*gʷelnā    source, fontaine


Quel intérêt pour le français actuel ?   Aucun mot français ne comporte ses racines. On peut juste faire un rapprochement approximatif entre *ghelunā :mâchoire  et gueule.

Pas d'intérêt direct pour le français, bien évidemment, seulement pour ceux qui s'intéressent aux langues anciennes, comme le latin et le grec, le slave, ou aux langues modernes isolées, comme l'albanais, par exemple.
C'est la comparaison de ces langues qui a amené à poser ces racines pourvues ou non de suffixes reconstituables (vous mélangez les deux dans votre présentation).

Il est dommage que vous négligiez tout cela, car, encore une fois, vous devez le prendre en compte. J'ai commencé à lire des articles sur la submorphémique, il n'est évidemment pas question de rejeter l'héritage classique ni même Saussure qu'on ne réduit heureusement pas à sa conception de l'arbitraire du signe et à ses formules malheureuses (du moins celles du Cours). Il y est encore moins question de systématiser comme vous le faites. 

gula n'a pas de rapport avec *ghel-(e)w-neH2. Ce n'est pas parce que les mots se ressemblent qu'ils sont automatiquement apparentés.

*ghel, qu'on trouve dans жëлтый, yellow, galbinum et par conséquent jaune, est une des racines de la lumière, de la brillance. Il n'y a pas de racines comportant une idée de couleur précise à part le rouge (cf. mes petites études sur les couleurs).


chrisor a écrit:

L'étymologie c'est le vrai sens des mots et ces racines ne donnent que des repères chronologiques  sur ds ancêtres morts.

Les racines grecques, plus proches dans le temps,sont nettement plus intéressantes

Définition personnelle. A l'époque moderne, l'étymologie est la recherche de l'origine des mots. Dans l'état actuel de la connaissance, on ne remonte pas au-delà du milieu du troisième millénaire, et encore par conjecture. On suppose que quelques mots, surtout des toponymes, peuvent avoir une origine encore plus ancienne, comme *kar,  "pierre" ? (cf. bret. ker, le Crau, etc...).

Dans l'Antiquité, l'étymologie s'efforce de définir le sens propre des mots, le sens "étymologique", ce n'est donc nullement dans le sens moderne qu'il faut entendre le mot. Les Anciens n'avaient aucun moyen d'aller rechercher des "racines" antérieures à leur langue, sauf dans le Cratyle, mais on a vu dans quelle mesure.

Sur l'étymologie, il y a un passage significatif chez Quintilien, Institution oratoire, I, 28-29.


Pourquoi cette avalanche de mots savants ? Le grec, langue de culture pour la latinité et pour la Renaissance, qui a remis les études grecques à l'honneur, a fourni, surtout à l'époque moderne, nombre de mots  par calque ou par composition. Mais ces mots, qu'on retrouve dans les langues modernes qui se les sont échangés, n'intéressent que secondairement l'historien des langues, pour qui seuls les mots primitifs, dérivés "naturellement" et non par une volonté consciente, sont à prendre en compte si l'on est curieux des phénomènes de transformation phono-sémantiques. Phonétiquement cependant, ces mots ont eu un effet positif sur notre langue : ils ont restitué des combinaisons de sons que l'évolution avait fait disparaître et ils ont fourni des mots longs alors que l'évolution "naturelle" poussait à la réduction et à l'érosion. Notre langue a ainsi diversifié et enrichi considérablement ses signifiants.
Mais c'est tout ce qu'on peut en dire...

Dans un message précédent, vous avez évoqué le mot "clairon" : quelle est son origine d'après vous ?

4 031

Lévine a écrit:

Oui, c'est l'objet de la sémantique, de l'étude des connotations, du langage poétique, etc...

chrisor a écrit:

Les sens inconscients de <g(u)> sont  sans rapport : danger /grand/langue.

Quel est le... rapport ?
______________

.

Vous avez évoqué  un racine PIE  *gel. Celles que je trouve sont les suivantes :
*ghel- / *ghelswos    jaune, vert
*ghēlo-    vin
*ghelunā    mâchoire
*ghelūs    tortue ?
*glakt //*glkt//    lait
gleubhmi, -ō //*gleubʰ-//    tailler le bois, écorce
*gʷelǝn(o)s //*gʷlh₂-//    gland
*gʷelnā    source, fontaine


Quel intérêt pour le français actuel ?   Aucun mot français ne comporte ses racines. On peut juste faire un rapprochement approximatif entre *ghelunā :mâchoire  et gueule.


L'étymologie c'est le vrai sens des mots et ces racines ne donnent que des repères chronologiques  sur ds ancêtres morts.

Les racines grecques, plus proches dans le temps,sont nettement plus intéressantes  =



glauq-    γλαυκός (glaukós) ; γλαύκωμα (glaúkôma)    brillant, étincelant, glauque, vert pâle, bleu pâle, bleu-vert ; glaucome   

-glée    γλοιός9(gloiós), γλία (glía) ; γλίσχρος (glískhros)    Glu, gomme ; visqueux, gluant, tenace    voir -gli-

glén-    γλήνη (glếnê)    Pupille, prunelle, cavité peu profonde dans laquelle s'articule un os    voir -glène

-glène, glén-    γλήνη (glếnê)    Pupille, prunelle, cavité peu profonde dans laquelle s'articule un os Glène, Glénoïde, Euglène

-gli- ; -glée    γλοιός9(gloiós), γλία (glía) ; γλίσχρος (glískhros)    Glu, gomme ; visqueux, gluant, tenace    Glial, Glie, Glioblastome, Gliome, Glischroïdie [archive], Macroglie, Microglie, Neurogliome [archive], Névroglie, Oligodendroglie [archive] ; Mésoglée, Zooglée

-glis-    καλέω10(kaléô)    Appeler, convoquer, inviter, nommer    voir -clés-1

-gloss-    γλῶττα (glỗtta) ; γλῶσσα (glỗssa)    Langue ; langue    voir -glott-

-glott- ; -gloss-    γλῶττα (glỗtta) ; γλῶσσα (glỗssa)    Langue ; langue    Glottal, Glotte, Glottite [archive], Glottochronologie, Alloglotte [archive], Épiglotte, Hétéroglotte [archive], Polyglotte, Proglottis ; Glossaire, Glossalgie [archive], Glossectomie, Glossite, Glossocèle, Glossodynie, Glossographe, Glossolalie, Glossophage, Glossophytie, Glossoplégie, Glossotomie, Aglosse, Balanoglosse, Baryglossie [archive], Buglosse, Cératoglosse, Cynoglosse, Diglosse, Hyoglosse, Hypoglosse, Isoglosse, Loroglosse, Ophioglosse, Pangloss, Phanéroglosse [archive], Stylo-glosse, Trichoglossie, Zaglossus

-gluc- ; -glyc- ; -glycér-    γλυκύς (glukús)    Doux, sucré    Glucagon, Glucide, Glucidogramme [archive], Glucine, Glucinium, Glucitol, Glucocorticoïde, Glucomètre1, Glucomètre [archive]2, Gluconate, Glucosamine, Glucose, Glucoside, Glucosurie [archive], Phloroglucinol ; Glycémie, Glycérat, Glycéride, Glycine, Glycocolle, Glycogène, Glycogenèse [archive], Glycol, Glycolyse, Glyconien, Glycopexie [archive], Glycophilie, Glycoprotéine, Glycorachie, Glycosurie, Aglycone, Chromoglycate [archive], Hyperglycémie, Hypoglycémie, Polyglycol [archive], Triglycéride ; Glycéraldéhyde, Glycérine, Glycérolé, Glycérocolle [archive], Glycérolphosphate, Glycérophtalique, Nitroglycérine, Triglycéride

-glyc-    γλυκύς (glukús)    Doux, sucré    voir -gluc-

-glycér-    γλυκύς (glukús)    Doux, sucré    voir -gluc-

-glyphe- ; -glypt-    γλύφω11(glúphô) → γλυφή (gluphế)    Graver → sculpture, ciselure, gravure, sillon    Glyphe1, Glyphe2, Glyphéide, Aglyphe [archive], Anaglyphe, Dactylioglyphe [archive], Dermatoglyphe, Diaglyphe, Géoglyphe, Hiéroglyphe, Opisthoglyphe, Pétroglyphe, Protéroglyphe, Solénoglyphe, Tectoglyphe [archive], Triglyphe, Tyroglyphe ; Glyptal, Glyptodon, Glyptographie, Glyptothèque, Anaglyptique [archive], Diaglypte [archive], Photoglyptie

-glypt-    γλύφω11(glúphô) → γλυφή (gluphế)    Graver → sculpture, ciselure, gravure, sillon    voir -glyphe-


    La loi de sélection naturelle de  type darwinienne s'applique aux langues et seuls les mots adaptés à leur nouvel environnement survivent.
En français actuel la séquence <gl> n'évoque que le schème du glissement et le concept de fondre (dont fondre sur). Les référents désignés par des signifiants qui comportent ce codon possèdent comme caractéristique remarquable soit ce glissement, soit cette notion de fondre (fusion). Les deux canaux sensoriels privilégiés pour reconnaître un référent sont la vue et l'ouïe. Il peut s'y ajouter un canal autre telle, celui de la sensibilité thermique : gl = froid, issu de l'onomatopée glagla.

L'étymologie se juge aussi en synchronie, mais ce n'est ni le mot, ni le morphème, ni la racine qu'il faut analyser, mais les submorphèmes que je me suis permis de nommer ''codons'', car il sont à l'origine de la synthèse des mots (lexicogenèse).

Encore un  article à lire sur l'étymologie populaire  :  https://journals.openedition.org/semen/2414

4 030

Oui, c'est l'objet de la sémantique, de l'étude des connotations, du langage poétique, etc...

chrisor a écrit:

Les sens inconscients de <g(u)> sont  sans rapport : danger /grand/langue.

Quel est le... rapport ?
______________

Prière de veiller à ce que les citations ne se mêlent pas aux commentaires que vous en faites (message précédent).

4 029

Lévine a écrit:

1° L'étymologie est la partie de la linguistique qui recherche l'origine des mots, leur ascendance, en quelque sorte. Je ne suis pas d'accord avec la définition très personnelle que vous en donnez.

Le rapprochement de l'AF e(s) (ep - ef...) avec essaim est ingénieux, mais si l'étymologie populaire tire essaim de e(s), elle se trompe, un point c'est tout. Il faut toujours se méfier des ressemblances et des intuitions non contrôlées.

La répartition des types dans le domaine gallo-romain, établie par Gilliéron (Généalogie des mots qui désignent l'abeille et Pathologie et thérapeutique verbales) reflète les réactions opposées aux collisions homonymiques. subies par les représentants du latin apis, du type a. fr. ef (puis é), pluriel es (depuis le début du  xiies. Ps. d'Oxford, éd. Fr. Michel, 117, 12 ds T.-L.) s.v. es : Avirunerent mei sicume es, [circumdederunt me sicut apes]

Ce que j'ai repris provient d'un certain John Orr, académicien britannique,  qui a la compétence pour l'exposer dans ses Essais d'étymologie et de philologie française

https://www.persee.fr/doc/roma_0035-802 … 7_348_6940

Prisonniers que nous sommes tous du triple refoulement subi lors de l'acquisition de notre langue materno-paternelle, il est plus facile d'analyser une langue étrangère que sa propre langue. C'est pourquoi  c'est un suisse allemand Walther von Wartburg  dont le chef-d'œuvre est sans aucun doute son Dictionnaire étymologique du français qui est à l'origine de la référence en étymologie :  Französisches Etymologisches Wörterbuch(F.E.W.).

De même les linguistes submorphémistes français concentrent leurs recherches sur l'anglais, l'espagnol et l'arabe !  Et quasiment rien sur le français ! 

Lévine a écrit :

Le mot glacies, comme gelu (gel), se rattache sans doute à la racine *gel (all. kühl), mais le détail est obscur (le a fait difficulté).

Si l'on se place en synchronie, les sens vrais (donc l'étymologie) de <gl> est bien glisser et/ou fondre, fusion dans toutes les acceptions auxquelles renvoient ces signifiants. Les sens inconscients de <g(u)> sont  sans rapport : danger /grand/langue.

Je vous conseille la lecture du rôle destructeur de l'euphémie, publiée dans les Cahiers de l'Association internationale des études françaises en 1953 par John Orr qui explique la pression de sélection des signifiants exercée par la collectivité sur l'individu.

"C'est le groupe avec toutes les croyances, tous les préjugés qui le caractérisent et qui soulignent son homogénéité, qui frappe d'interdit tel mot pu telle expression et oblige l'individu soit au silence absolu  - c'est l'euphémisme zéro - ;l'euphémisme "absence" comme dirait Mallarmé - soit à "tourner autrement" ....

On pense aux nombreux euphémismes qui permettent d'éviter de prononcer les mots mort ou mourir: trépas, fin, terme de son existence, trépasser, s'éteindre, s'en aller, partir, se taire, etc. Le mot prend la couleur de la chose. Il a beau être, selon la définition saussurienne "un signe arbitraire", n'empêche qu'il se colore de toutes les craintes, toutes les répugnances, toute l'affection aussi, qui entoure l'objet qu'il désigne !  Comme instrument de la communication humaine, le mot, vivant et actif, est tout autre chose qu'un signe abstrait.
".

4 028

1° L'étymologie est la partie de la linguistique qui recherche l'origine des mots, leur ascendance, en quelque sorte. Je ne suis pas d'accord avec la définition très personnelle que vous en donnez.

Le rapprochement de l'AF e(s) (ep - ef...) avec essaim est ingénieux, mais si l'étymologie populaire tire essaim de e(s), elle se trompe, un point c'est tout. Il faut toujours se méfier des ressemblances et des intuitions non contrôlées. Quant à un "essaim" d'idées noires, c'est une métaphore qui n'a nul besoin de passer par la forme médiévale pour être créée, bien au contraire en fait.

2° Pour ce qui est de *gh, une lamentable faute d'orthographe, que j'ai corrigée il y a quelques heures, m'a fait mal comprendre. Je ne voulais pas dire "inconnu des langues *latines, mais "inconnue des langues latine, grecque et slaves".

Le mot glacies, comme gelu (gel), se rattache sans doute à la racine *gel (all. kühl), mais le détail est obscur (le a fait difficulté).

4 027

L'étymologie populaire a été longtemps considérée comme une sorte d'aberration linguistique aboutissant à des déformations de langage parfois amusantes ou grotesques,. Mais elle est tout autre chose, car elle représente une tendance constante chez les usagers de la langue et loin d'être uniquement une source d'erreurs, elle est digne de l'attention sérieuse de tout vrai linguiste car la langue est par essence une activité humaine.

L'étymologie est la recherche d'un rapport de forme et de sens entre deux mots ou le résultat de cette recherche. En général, il s'agit d'une recherche diachronique qui vise à établir un rapport entre un mot qui existe ou a existé et tel mot d'une époque plus ancienne: ainsi faire l'étymologie de péage, c'est faire un lien entre ce mot et le latin pedem; faire l'étymologie de pedem c'est le rattacher à une forme hypothétique de l'indo-européen qui mettra en exergue l'existence du grec "pous, podos'' et le sanscrit pad-as, pied.

Mais l'étymologie se doit aussi d'être synchronique en établissant des liens de parenté entre des mots contemporains : c'est faire de l'étymologie que d'établir le rapport existant entre péage, piéton et le verbe piéter qui existent en français actuel. Ce rapport est étymologique dans la mesure où il est senti et réalisé par les usagers actuels de la langue, car il a une valeur fonctionnelle.  C'est par son actualité et son efficacité que l'étymologie populaire se distingue de l'étymologie savante, qui, elle, le plus souvent, reste sans influence sur le fonctionnement de la langue. Pour le naïf usager de langue il existe entre le mot et la chose qu'il évoque un lien le plus souvent indissoluble.

Si l'on prend  comme exemple le mot essaim qui se définit comme "un groupe d'abeilles sorti de la ruche mère pour fonder une nouvelle colonie, ce mot pour l'étymologie savante représente le latin ''examen'', dérivé de agmen, bande, troupe en marche....
Pour une communauté linguistique qui possède pour désigner les abeilles le mot ''es'', représentant phonétique régulier du latin apes avec le suffixe collectif -ain ou -in,  le mot essaim ne conserve plus rien de l'image représentée par le latin agmen, mais évoque avec une congruité correcte celle d'une "collectivité d'abeilles' , d'un groupe d'es.

L'étymologie populaire, vue sous cet angle, se révèle un procédé de motivation des signes de la langue.  Il devient plus facile à celui pour qui essaim n'a aucun rapport formel avec abeille de créer par exemple la métaphore "d'un essaim d'idées noires".
L'étymologie populaire qui tend à établir des associations selon des affinités de forme et de sens est un instrument organisateur qui agit tantôt sur la forme, tantôt sur le sens des mots, rapprochant par la forme des mots associés par le sens ou à l'inverse rapprochant par la signification des mot qui présentent une similarité de  forme.

Si nous disons  "nous prenons'' au lieu de ''nous prendons'' comme au moyen âge c'est que l'on dit aussi nous tenons et que prendre et tenir sont inconcevables l'un sans l'autre ( on dit indifféremment  à l'impératif : prends, tiens !)

Lévine a écrit : le *gh inconnu des langues latines 
Mais le mot glace par exemple dérive  du bas latin glacia issu du latin classique glacies « glace, glaçon ».  En latin il ne s'agit pad de ''gh'' ?

4 026

chrisor a écrit:

"gl' n'est pas une racine p.i.e.

Bien sûr que si, c'est *ghel au degré 0 ; le *gh inconnu des langues latine, grecque et slaves s'est transformé en [g] dans la plupart des cas ([s] en slave, cf. r. сладкий "doux", "sucré"). Ce *gh a été posé par les spécialistes d'après les langues anatoliennes).

Pour en revenir au Cratyle, ce que Socrate montre en creux avec ces étymologies fantaisistes (vrai défi pour le traducteur, soit dit en passant), c'est qu'on se fonde toujours sur un a priori pseudo-philosophique ou sur la doxa (avec les étymologies populaires) dans ce genre d'élucubration. D'où le choix momentané d'Héraclite comme "guide". Héraclite, comme tous les Présocratiques, avait élaboré un système dont il ne rendait pas compte, à la différence du platonisme après la "révolution socratique".

4 025

Il faut utiliser le Cratyle avec prudence. Dans une assez longue partie du dialogue, Socrate se dit soudainement "inspiré" et imagine une étymologie des mots à peu près aussi fantaisiste que la vôtre en supposant que les premiers "nomothètes" (les magistrats chargés d'inventer les mots) ont pu forger ces mots en s'inspirant des théories d'Héraclite, pour qui "tout coule sans cesse" (cf. la célèbre métaphore du fleuve). Or on sait que Platon combat la philosophie d'Héraclite en affirmant (dans le Timée) que l'être, bien loin d'être perpétuellement en mouvement, est au contraire immuable et éternel. Il y a donc de l'ironie là-dessous ; et du reste, une fois l'inspiration de Socrate tarie, force lui est de conclure que les nomothètes n'étaient pas assez sages pour faire des mots des représentions fidèles des choses "en soi" et que ceux-ci sont souvent obscurs. Le message philosophique est clair : connaissons les choses en elles-mêmes (par la dialectique et l'anamnèse) au lieu de s'interroger sur les mots par lesquelles les hommes les désignent, et qui varient suivant les peuples. Il arrive d'ailleurs, dans cette même partie du dialogue, que Socrate, quand il est embarrassé par une étymologie demandée par ses interlocuteurs, imagine l'expédient (c'est le terme) de l'emprunt à une langue "barbare"...
Comme il ne croit pas non plus, comme Hermogène, que les mots aient été créés par simple convention, le dialogue, pour ce qui concerne l'origine des mots, aboutit à une aporie, mais pas dans sa dimension proprement philosophique.

4 024

"Dans la mesure où la force du g s'attache à la langue quand elle glisse, le créateur de mots a reproduit le visqueux (gliskhron), le sucré (gliku), le gluant (gloiodes). " 

(dixit Socrate dans le Cratyle de Platon). 

Glaireux, glucide et gluant comportent toujours en français le codon <gl>, marqueur de glissement et de fusion. Cela n'a pas changé depuis le grec ancien et "gl' n'est pas une racine p.i.e.

4 023

Spécial Lévine

Parmi la cinquantaine de mots du clairon au klaxon, de la cloche aux claquettes, de la clameur à l'esclandre dans lesquels le codon <cl> évoque le caractère retentissant de toute une clique de référents, je découvre aujourd'hui le mot "cliquer", un verbe vieilli qui est  défini par les dicos comme : émettre un bruit retentissant, résonner (1306, (G. Guiart, Royaux lignages, I, 3610, éd. J.-A. Buchon) ,dont FEW affirme l'origine onomatopéique  klikk.

La cliquette est issue de cliquer et plus précisément en 1230 de clikete, c'est une  sorte de castagnette utilisée par les lépreux pour signaler leur présence » (Eustache le Moine, éd. W. Foerster et J. Trost, 1414)

Le cliquetis a la même origine : 2e moitié du xiiies. cliketis « bruit produit par des objets sonores que l'on entrechoque » (J. de Baisieux, Dis de l'espée, 129 ds Trouvères belges, éd. A. Scheler, p. 179). Dans son dictionnaire raisonné des Onomatopées le bisontin Charles Nodier écrit en 1808:
CLIQUETIS. Onomatopée tirée du son des  armes qui se choquent.C e mot se dit aussi du bruit des'verres, et en générât des bruits argentins et mordans.
Cliquet  est dans le dictionnaire breton de Dom Lepelletier, pour loquet de porte ou de fenétre. Dans Davies on lit cliccied,
et analogiquement, cleccian, pour stridere.

L'onomatopée clic-clac est employée par les écrivains pour évoquer le bruit des menottes qui se ferment.

"On avait dû lui lier les mains avec des bracelets de fer. Clic Clac! (G. Dorman, Je t'apporterai des orages, 1973).
"Clic...Clac..., Les menottes se refermèrent sur ses poignets sans qu'il eût abaissé son regard insolent (R.A. Rey, Griotte, 1979)
"Clic-clac ! C'est pas Kodak, mais une paire de menottes (San Antonio, Frédéric Dard).  etc


Encore des exemples qui confirment le double sens du codon <cl> évocateur de bruit retentissant et/ou de fermeture.

Ceux qui devraient avoir des oreilles n'entendent rien, ni en synchronie ni en diachronie !