noir

noir (tableau rapide)
noir Ivre, totalement ivre, complètement soûl
synonyme ivre
date 1898
fréquence 44

noir

& être noir

adj.

Définition

Ivre, totalement ivre, complètement soûl ANG : drunk

registre ancien : 8 registre moderne : 8

Synonyme : ivre Famille : noir (ivre) Usage : alcool, ivrognerie, boire

Citations
1935 Il avait un sale caractère quand il était noir source : 1935. Moi, le Dab, souteneur !
1937 Nom de Dieu t'es saoul !… T'es noir à rouler, ma parole, t'es qu'un sale buveur « habituel » source : 1937. Bagatelles pour un massacre
1932 car elle avait pris tellement de whisky qu'elle était plus noire que lui source : 1932. Négro rumba
1929 T'étais encore noir, hier ? source : 1929. Je suis un geux
1914-1919 Ce qu'il ne disait pas, c'est que, à chaque fois, il revenait avec une fiole remplie de gnôle. C'est pour ça que, certains soirs, il était noir bien avant la nuit. source : 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919)
1915 J'ai bon espoir que cela [guerre] ne durera pas longtemps maintenant. Quelle bombe ce jour-là ! Vous parlez tous de prendre une cuite ce jour-là, moi je voudrais être gai, à moitié noir, quoi ! pour vous raconter […] nos faits d'armes source : 1915. (correspondance) Les cinq mois de campagne d'un ouvrier parisien (3)
1997 était rentré plus ivre encore que d'habitude, c'est gris, ou noir, rond, encore des mots nouveaux à tous les autres qui s'ajoutaient, plus volontiers que le simple « saoul » que l'on disait source : 1997. L'aveu différé
1914-1919 Poitevin, dit « l'Antilope », est complètement noir : il ne s'aperçoit même pas qu'il casse son baudrier d'assaut, après une poignée de porte. On boit à la bouteille. Tout le monde est un peu gris… il y a du vent dans les voiles. source : 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées
1953 On dirait un mec complètement noir en train de cuver un trop-plein de beaujolais. source : 1953. Alors, pommadé, tu jactes ?

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Chez les imprimeurs, semble une variante d'expr. antérieures (se barbouiller, gris) (MCC) / Il semble bien que noir, en ce sens, signifie «obscurci, embrumé dans sa vision, ses conceptions», «qui a le cerveau brouillé». Certains aussi l'interprètent comme renchérissant sur gris ; mais ce sens de noir apparaît à une époque où gris n'appartenait plus au langage populaire (GR) / Voir aussi Les Ramonneurs, 1624 : Galaffre ivre : «Il est vray que ma peau deja passée en galles [noire?], se vendroit pour du maroquin de Flandres». (gb) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).