Définition de : briffer

  • briffer
    • Manger, manger goulûment, avec avidité, manger rapidement
    • fréquence : 061
    • id : 702

briffer & brifer ; se briffer qqchose v.tr.

Définition

Manger, manger goulûment, avec avidité, manger rapidement

ANG : to eat
fréquence : 061
registre ancien : 7 registre moderne : 8

synonyme : manger, nourrir

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1530.

16xx 1741 17xx 1836 1847 1876 1886 1888 1888 1890 1894 1896 1897 1897 1897 1899 1899 1901 1901 1903 1904 1905 1905 1907 1908 1910 1911 1914 1914 1915 1915 1917 1918 1918 1918 1918 1920 1921 1926 1927 1927 1930 1935 1939 1947 1949 1951 1952 1955 1960 1960 1965 1965 1975 1975 1981 1981 1999 2015 xxxx xxxx

Citations

  • 1960 Je voudrais bien leur acheter quelque chose à briffer car je la pile source : 1960. Chass'bi
  • 1905 un jour qu'on n'a rien à briffer on va vendre des violettes source : 1905. Places de Paris
  • 1918 Je me sentais faible et j'avais la langue qui collait au palais. –Tiens ! je me dis, c'est pas surprenant, j'ai oublié de me caler les gencives. Le fait est que je n'avais rien briffé depuis six heures du matin source : 1918. La belle défense du château de Grivesnes
  • 1904 Pas disponible en ce moment, il est en train de briffer. –De briffer ? –C'que t'as l'air gourde !… De briffer, de s'caler les joues, si t'aimes mieux. Ah ! ça, bleu, t'comprends donc pas le français ? –Pas celui-là !… source : 1904. Loriot (Comédie militaire en un acte)
  • 1888 ou c'est q'c'est qu'on va pouvoir briffer ? source : 1888. Le train de 8 h. 47
  • 1911 les histoires de la vie, c'est vraiment mal maquillé… Si j'étais resté à briffer chez la mère, ce soir-là, je n'aurais pas chopé Linette sur le tas, je ne l'aurais pas surinée source : 1911. Le journal à Nénesse
  • 1965 « Où avais-tu filé rancart à Ghis ? » « Au New-Peking. On avait envie de se briffer un shop-shuie. » source : 1965. Le Tigre entre en piste
  • 1965 La gastronomie est la marque insigne de la décadence. –Je plains les peuples qui ne le sont pas. Si chaque fois qu'ils bouffent, ils sont obligés de briffer de la merde en signe de grandeur… vous parlez d'une existence rêvée ! source : 1965. Le Tigre entre en piste

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Vient de briffe (VIR)
  • Comme paff : imitation du bruit (TIM cité par DEL)
  • La forme biffe = raillerie, tromperie existait au XVI et elle est venue jusqu'à nous dans le sens de briffe = manger qu'il ne faut pas rattacher à une autre famille en se laissant tromper par le r adventice ; d'ailleurs, biffer a existé puisque LAR donne biffin = goulu et ce biffer n'est autre que bouffer avec vocalisme différent. Les acceptions souffler et manger naissent également de l'action de gonfler les joues : bafferen, bouffer, biffer, briffer, bâfrer représentent une série ; briffer recueilli oralement en 1890 est signalé par Chéreau comme remplacé par morfier (SCHW1928, glossaire)
  • en grec xxxxx = je mange (TIM cité par DEL)
  • D'un rad. onomatopéique, évoquant la gloutonnerie. → Briffaud (GR)
  • Du vieux français (MERL1886-1888)
  • Mot trop connu retranché du jargon par les archi-suppôts
  • 1530 ; 1628 : manger (fam.) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.