Définition de : cocu

  • cocu
    • ■ Personne trompée sexuellement par son conjoint infidèle ; tromper sexuellement qqun, être infidèle, avoir une relation adultère ; ■ par ext. être trompé, dupe, dupé, victime ; > insulte, terme de mépris ; ■ trompé par son conjoint donc chanceux, qui a de la réussite
    • fréquence : 146
    • id : 6151

cocu

& être cocu ; être cocu par ; faire cocu ; (moule à cocu)

n., adj.

Définition

■ Personne trompée sexuellement par son conjoint infidèle ; tromper sexuellement qqun, être infidèle, avoir une relation adultère ; ■ par ext. être trompé, dupe, dupé, victime ; > insulte, terme de mépris ; ■ trompé par son conjoint donc chanceux, qui a de la réussite

ALL : betrogen Ehemann, Hahnrei

registre ancien : 3 registre moderne : 4

Synonyme : adultère, infidèle, cocu Famille : cocu

Chronologie

1722 1740 1741 1747 1756 1756 1759 1770 1770 1778 1783 1784 1785 1790 1790 1790 1791 1791 1791 1792 1793 1799 1808 1828 1829 1829 1829 1830 1840 1847 1862 1863 1863 1870 1875 1883 1885 1887 1888 1891 1892 1894 1897 1898 1898 1899 1899 1899 1899 1899 1900 1901 1901 1904 1904 1905 1906 1907 1910 1911 1913 1915 1916 1917 1917 1914 1921 1924 1925 1925 1926 1927 1930 1932 1932 1932 1933 1935 1937 1937 1938 1939 1939 1944 1945 1945 1946 1947 1950 1952 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1955 1955 1955 1956 1957 1958 1960 1960 1960 1960 1961 1963 1965 1965 1966 1966 1968 1969 1969 1969 1971 1971 1972 1975 1976 1977 1977 1978 1978 1979 1979 1979 1980 1981 1983 1984 1984 1987 1994 1995 1999 2004 2004 2007 xxxx xxxx

Citations
1875 Il a bien une tête de cocu le Monsieur. source : 1875. À la Feuille de rose, Maison turque
1840 devant la vierge Marie et saint Joseph, le meilleur des maris et le plus pacifique des cocus source : 1835-1840. Les dames de maison et les filles d'amour
1899 tu es content maintenant ; tout le monde saura que tu l'es ! Et il y a longtemps, va, que tu l'as été pour la première fois ! N'est-ce pas, monsieur le commissaire, que c'eût été manquer à tous mes devoirs que de ne pas faire cocu cette tête-là ? source : 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour
1907 Il était vexé à la pensée que le couturier pourrait raconter qu'il l'avait fait cocu source : 1907. L'amour s'amuse - Roman
1978 D'où je viens, on m'appelle « Johnny qui fait cocu la mort » source : 1978. Massacre pour un espion
1932 Dès qu'il montre un sergent de ville, par exemple, il trouve moyen d'en faire un cocu source : 1932. Zola
1945 Un homme et un homme, ça fait deux hommes. Deux hommes et une femme, ça fait un cocu ! source : 1945. Le rapport du gendarme
1987 –Ici on ne parle pas, défense de parler. –Ta gueule, gros cocu. source : 1987. Voyage à l'intérieur des prisons - Témoignage
1888 Y a ma soeur qui se marie lundi. –Allons, tant mieux, fit Hurluret ; un cocu de plus source : 1888. Le train de 8 h. 47
1911 C'est surtout dans les turnes de chauffe-la-couche que ça se fabrique les moules à cocus, les tubes de boucs et les paillons !… Vos ménesses savent y faire pour vous accommoder au safran… source : 1911. Le journal à Nénesse

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments
  • Pourquoi faire dériver cocu de coucou ? ce n'est pas le mari mais l'amant qu'on devrait nommer ainsi puisque la légende veut que le coucou fasse ses petits dans le nid des autres oiseaux (VIR)
  • On suppose traditionnellement une var. de coucou, la femelle de cet oiseau pondant ses oeufs dans le nid d'autres oiseaux, mais le coucou n'est pas « cocu », il fait les autres « cocus » ; P. Guiraud suppose un sémantisme analogue à celui de dupe; le cocu est « coiffé » métaphoriquement, c'est-à-dire trompé ; or le coucou est une fleur arrondie, et la coque une « coquille » (GR1&2)
  • XIVe (GR1&2) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).