cocu

cocu (tableau rapide)
cocu ■ Personne trompée sexuellement par son conjoint infidèle ; tromper sexuellement qqun, être infidèle, avoir une relation adultère ; ■ par ext. être trompé, dupe, dupé, victime ; > insulte, terme de mépris ; ■ trompé par son conjoint donc chanceux, qui a de la réussite
synonyme adultère, infidèle, cocu
fréquence 139

cocu

& être cocu ; être cocu par ; faire cocu ; (moule à cocu)

n., adj.

Définition

■ Personne trompée sexuellement par son conjoint infidèle ; tromper sexuellement qqun, être infidèle, avoir une relation adultère ; ■ par ext. être trompé, dupe, dupé, victime ; > insulte, terme de mépris ; ■ trompé par son conjoint donc chanceux, qui a de la réussite ALL : betrogen Ehemann, Hahnrei

registre ancien : 3 registre moderne : 4

Synonyme : adultère, infidèle, cocu Famille : cocu

Citations
1875 Il a bien une tête de cocu le Monsieur. source : 1875. À la Feuille de rose, Maison turque
1840 devant la vierge Marie et saint Joseph, le meilleur des maris et le plus pacifique des cocus source : 1835-1840. Les dames de maison et les filles d'amour
1899 tu es content maintenant ; tout le monde saura que tu l'es ! Et il y a longtemps, va, que tu l'as été pour la première fois ! N'est-ce pas, monsieur le commissaire, que c'eût été manquer à tous mes devoirs que de ne pas faire cocu cette tête-là ? source : 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour
1907 Il était vexé à la pensée que le couturier pourrait raconter qu'il l'avait fait cocu source : 1907. L'amour s'amuse - Roman
1978 D'où je viens, on m'appelle « Johnny qui fait cocu la mort » source : 1978. Massacre pour un espion
1932 Dès qu'il montre un sergent de ville, par exemple, il trouve moyen d'en faire un cocu source : 1932. Zola
1945 Un homme et un homme, ça fait deux hommes. Deux hommes et une femme, ça fait un cocu ! source : 1945. Le rapport du gendarme
1987 –Ici on ne parle pas, défense de parler. –Ta gueule, gros cocu. source : 1987. Voyage à l'intérieur des prisons - Témoignage
1888 Y a ma soeur qui se marie lundi. –Allons, tant mieux, fit Hurluret ; un cocu de plus source : 1888. Le train de 8 h. 47
1911 C'est surtout dans les turnes de chauffe-la-couche que ça se fabrique les moules à cocus, les tubes de boucs et les paillons !… Vos ménesses savent y faire pour vous accommoder au safran… source : 1911. Le journal à Nénesse

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Pourquoi faire dériver cocu de coucou ? ce n'est pas le mari mais l'amant qu'on devrait nommer ainsi puisque la légende veut que le coucou fasse ses petits dans le nid des autres oiseaux (VIR) / On suppose traditionnellement une var. de coucou, la femelle de cet oiseau pondant ses oeufs dans le nid d'autres oiseaux, mais le coucou n'est pas « cocu », il fait les autres «cocus» ; P. Guiraud suppose un sémantisme analogue à celui de dupe; le cocu est « coiffé » métaphoriquement, c'est-à-dire trompé ; or le coucou est une fleur arrondie, et la coque une « coquille » (GR1&2) /

  • XIVe (GR1&2) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).