Définition de : béquillard

  • béquillard
    • Vieillard infirme, éclopé ou mendiant, boiteux, bancal, handicapé, avec béquilles ; mendiant qui fait le faux infirme ; (entreteneur (âgé, éclopé, avec béquilles))
    • fréquence : 015
    • id : 5272

béquillard& béquilleur ; faux-béquillard n., adj.

Définition

Vieillard infirme, éclopé ou mendiant, boiteux, bancal, handicapé, avec béquilles ; mendiant qui fait le faux infirme ; (entreteneur (âgé, éclopé, avec béquilles))

ANG : a cripple using crutches
registre ancien : 8

synonyme : boîteux, handicapé, infirme, estropié morphologie : -ard

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1656.

1867 1870 1875 1882 1894 1896 1901 1916 1925 1930 1931 1945 1947 1954 1981

Citations

1867 Après avoir traîné dans les prisons les trois quarts de son existence et colporté sa besace de ville en ville, il avait fini par adopter une spécialité dont l'ancien malingreux offrait le type ; tour à tour cul-de-jatte, béquillard ou manchot, il atteignait ainsi le double résultat d'apitoyer les passants et d'échapper à la police, avec laquelle il avait eu jadis maille à partir. source : 1867. Les Malfaiteurs
1882 les faux-béquillards […] qui arrangent leur jambe pour faire croire à une paralysie source : 1882. Paris horrible & Paris original
1947 Lorsque, le dimanche, l'infirmerie annexe envoie à la messe ses clients, un étrange cortège ferme la marche. Gueules cassées, béquillards et culs-de-jatte, pauvres bougres ayant laissé en Russie un ou deux pieds atrocement gelés, vieillards cacochymes avançant péniblement sur deux cannes, aveugles, et jusqu'au fou qui se prend pour Jésus et bénit tout le monde au passage, rien ne manque à cette extraordinaire procession. source : 1947. Fresnes. Reportage d'un témoin
1945 À Pasteur, un béquillard monta. Vraisemblablement élevée au « Couvent des Oiseaux », elle céda à l'infirme la place qu'elle devait à l'émoi printanier du potache source : 1945. Nestor Burma contre C.Q.F.D.
1954 Béquillard, édenté, fardé à outrance, il lui arrive de se coiffer d'une perruque pisseuse et d'enfiler un jupon d'où dépasse son unique jambe de falzar et son pilon qui laisse voir le moignon nu source : 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville
1875 Le directoire ne fut point sévère à la tribu de la mendicité ; on lui laissa les allures libres et elle en abusa ; aux carrefours, sur les ponts, à l'angle des rues, au coin de chaque borne, les béquillards et les malingreux tendaient la main source : 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870
1870 un soir, il était chez elle ; le béquillard étant arrivé, il avait passé sa nuit dans une alcôve source : 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être
1930 Édenté, tordu, béquillard et laid comme Quasimodo, les forçats lui ont donné ce nom dont il est fier. source : 1930. La vie des forçats

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BÉQUILLARD, ARDE, subst. et adj. A.− [P. réf. à béquiller 2A 1 « marcher »] 1. (Personne) qui marche avec des béquilles. P. ext., fam. Boiteux, euse ; vieillard impotent : 1. ... en 1915, aux théâtres, les blessés sont invités en foule : centaines de bras à éclisses posés sur le rebord en velours des loges ; béquillards plein les dancings... Morand, Londres, 1933, p. 63. Rem. Emploi adj. noté dans Pt Lar. 1906 (malade béquillard) et Rob. 1. 1656 d'apr. Bl.-W.5 ; 1701 bequillard (Fur. : Bequillard [...] Mot comique & plaisant, pour signifier un homme qui va avec une bequille) ; 1798 p. ext. « vieillard » (Ac.) Dér. de béquille* étymol. 1 et 3; suff. -ard*. (tlfi:béquillard)

  • À cause des béquilles qu'ils ont ou parce qu'ils boîtent et s'appuient sur une canne (VIR)

De béquille (GR)

  • 1656 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).