panné

panné (tableau rapide)
panné Sans argent, pauvre, ruiné, démuni, miséreux, misérable ; vieux, insulte ; terme de mépris général
synonyme argent (sans), pauvre, misérable
date 1829
fréquence 34

panné

& pané ; être panné ; être pané

n., adj.

Définition

Sans argent, pauvre, ruiné, démuni, miséreux, misérable ; vieux, insulte ; terme de mépris général ALL : ohne Geld sein / ANG : he lives on bread only (speaking of a ruined man or a spendthrift)

registre ancien : 7

Synonyme : argent (sans), pauvre, misérable

Citations
1885 Un tas de foutriquet, qui pincent des frétillantes, mais tous panés ! source : 1885. L'aventure de Marius Dauriat - Études d'argot, dans La Chair
1844 –Je venais de passer ma thèse ; j'étais reçu docteur… il s'agissait de s'établir, de se former une clientèle… Un de mes amis était dans la même situation que moi… et, malgré trois mois d'efforts, de travail, d'activité, nous ne possédions pas un seul malade à nous deux. –Vous étiez des docteurs panés… quoi ! –Cela se comprend !… des jeunes gens, des garçons, ça n'inspire de confiance ni aux femmes, ni aux époux source : 1844. Deux papas très bien, ou la grammaire de Chicard
1851 Au fait, ça serait drôle… il y a tant de gens qui se marient parce qu'ils sont riches… –Pourquoi donc ne verrait-on pas, par-ici, par-là, deux honnètes panés qui se marient parce qu'ils n'ont pas le sou. source : 1851. En manches de chemise
1849 Une bonne amie… et à force de lui donner des billets, des bouquets et des perroquets… il est pané… source : 1849. Madame veuve Larifla
1939 On se sentait entre gens discrets et qui avaient eu des revers, comme au Parc aux Huîtres ou Club des Pannés de l'Etoile, ou dans certains restaurants à prix modique source : 1939. D'après Paris, dans Le piéton de Paris
1872 M. Chose qui appelait la famille Vallès les pannés du cinquième source : 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès
1872 C'est Polidor, où l'on voit des filles pannées et des collégiens en goguette source : 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès
1892 Le Tout-Paris politique, financier, artistique, littéraire et la canaille dorée ou panée, s'étaient donné rendez-vous à ce bal annoncé comme la transfiguration même du grand Chicard source : 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique
1892 la peau est rugueuse, mangée par les fards, brûlée par les poudres ; les rides font sillon, c'est fané, tanné, panné. -En un mot, condamné source : 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique
1899 Ainsi finit l'affaire dite du Club des Pannés source : 1899. Les Mémoires de M. Goron - De l'invasion à l'anarchie
1861 Comme tous les soldats de la terre, le fantassin est généralement pané source : 1861. Le fantassin (Profils miltaires), dans Le 13e hussards. Types, profils, esquisses et croquis militaires... à pied et à cheval
1911 Et voilà que je me remets à lansquiner des châsses… Quelle pluie, messieurs les gendarmes !… Je ne suis plus qu'une fausse-couche, faut croire, qu'un panné, qu'un nageoir à la flan… source : 1911. Le journal à Nénesse
1911 C'est bien assez mitonnant d'avoir été obligé d'y mettre un bouchon, labaga, à la Juste, à cause de la douzaine de gerbiers qui me veillaient à l'as !… […] Tu me faisais trop lierchem, en vraie vérité… Panné !… source : 1911. Le journal à Nénesse
1883 Si pané qu'il soit, elle lui entre dans les oreilles et dans les yeux malgré lui source : 1883. Le Tableau de Paris

<14 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

PANNÉ, -ÉE, adj. Vieilli, pop. [En parlant d'une pers.] Pauvre; qui est sans argent, dans la misère. Mon père connaissait beaucoup un Lannemaze qui habitait Dijon (...). C'était le frère, qui est mort panné. Le fils de celui-là mange maintenant la fille à Weber... six millions de dot! Il était sans le sou et s'est fait épouser! (Estaunié, Empreinte, 1896, p.134). Quand je l'ai ramassé dans la boue, ce beau monsieur panné, couvert de sales dettes... affiché à son cercle... quand je l'ai sauvé de la crotte... Ah! il ne faisait pas le fier! (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 352). − Emploi subst. Il fallait (...) qu'ils entrassent dans sa maison, tous les pannés titrés qu'on cite dans les feuilles; et ils y entreraient pour voir la figure d'un homme qui a gagné cinquante millions en six semaines (Maupass., Bel-Ami, 1885, p. 329): . Le faubourg Saint-Germain a bien aussi les siennes [des barrières], mais moins parlantes aux yeux et à l'imagination des « pannés ». Ceux-ci, auprès d'une grande dame plus simple, plus facile à confondre avec une petite bourgeoise, moins éloignée du peuple, n'éprouveront pas ce sentiment de leur inégalité, presque de leur indignité... Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 638. Prononc. et Orth.: [pane]. Homon. pané. Att. ds Ac. dep. 1878. Selon Lar. Lang. fr.: panné ou pané. Étymol. et Hist. 1828-29 « qui est dans la panne, ruiné, misérable » (Vidocq, Mém., t.3, p.105). Dér. de panne3* « misère »; suff. -é*. Fréq. abs. littér.: 13. (tlfi:panné) /

  • pané panné n.m. non conv. ARGENT "pauvre" - DDL 1, 1881, Vallès ; PR[77], cit. Vallès ; R, ø d adj. : FEW (8, 530a), R, Lex.[75], PR[77], TLF, 1828 ; E, GLLF (panné ou pané), 1835 ; ND4, déb. 19e ; L, ø d ; DG (néol.), 1878, Acad.
    • 1875 - « - Tu dis donc que ce vicomte de Veaumorné n'a pas le sou ? [...] - Un pané, ma chère ... Il m'a refusé dix louis [...]» Le Journ. amusant, 14 août, 7b - G.S.
  • pané, panné adj. non conv. ARGENT "pauvre" - L, ø d ; absent TLF.
    • 1874 - «Pop. Qui n'a plus le sou, qui est privé de toute ressource : L'homme véritablement pané est celui qui manque de pain (+++).» Lar. GDU
  • pané, panné n.m. non conv. ARGENT "pauvre" - L, ø d ; absent TLF.
    • 1881 - «Matoussaint n'a pas le sou ... c'est un pané ... ça écrit.» Vallès, Le Bachelier, 43 (Ed. fr. réunis, 1955) - B.N. (bhvf:panné) /
  • 1829, Vidocq (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).